Forum RPG Fairy Tail - 20 Lignes ( soit 360 mots ) Minimum demandées - Bon Roleplayers exigés
 

Partagez | 
 

 This is not a happy ending

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
☁--Andrew Bradford--☁

Bloody Hunter
Bloody Hunter
Masculin
Messages : 46
Jewels : 59316
Date d'inscription : 18/10/2011
Age : 25

Click ♥
MessageSujet: This is not a happy ending    Mar 15 Nov - 23:31

Il était une fois… C’est ainsi que débute chaque conte de fée, ces récits fabuleux qui ont bercé la jeunesse de bien des enfants à travers le monde. Quatre mots surpuissants, connus de tous comme étant l’amorce de toute histoire merveilleuse et fantaisiste dont sont si friands les plus jeunes. Des paroles qui sifflent dans nos oreilles comme l’annonce de l’entrée dans le monde du rêve et de l’imaginaire, là où tout est possible et où rien ne nous parait invraisemblable. Un monde où chaque héros peut vivre une aventure qui fascinera quiconque l’entendra, un monde où tout est permis, un monde où le bien et le mal s’affrontent dans un perpétuel combat et où monstres, princesses et autres créatures s’adonnent à des péripéties qui transportent notre imagination et notre cœur… Qui n’a jamais senti l’immense plaisir qui empli votre corps lorsque quelqu’un vous conte ces récits au coin du feu ? N’avez-vous jamais connu ces moments où votre souffle est coupé, retenu par le nœud formé dans votre gorge, lui-même provoqué par l’attente du dénouement de l’histoire passionnante qui vous ait raconté ? Les contes de fées ont chez beaucoup le pouvoir de les faire rêver, sourire et pleurer. Ils transcendent les âges, transmettent le savoir et déclenchent des émotions chez quiconque se laisse bercer par les histoires qu’ils racontent. Mais malgré leurs aspects enfantins, les contes sont comme bien des choses, ils ont une face cachée.

Derrière ce masque, les contes de fées ne sont peut-être pas toujours aussi roses que l’on veut bien le faire croire et tout n’est pas que décors enchanteurs et personnages attachants. Les monstres dont on parle dans les livres sont parfois bien réels. Au final, qu’est-ce qu’un conte, si ce n’est le récit embelli de la vraie vie ? Le grand méchant loup n’est pas bien loin de l’idée que l’on peut se faire de ces hommes attirés par les enfants, la vilaine marâtre peut très bien s’apparenter à certains parents indignes et la vieille sorcière mangeuse d’enfants n’est rien d’autre qu’une vulgaire cannibale en manque de chair fraîche… Des créatures bien présentes qui sont capturées par les mots des contes, devenant ainsi un simple obstacle pour le héros tant adulé par les enfants… Cependant, dans le monde réel, tout n’est pas blanc ou noir et le héros ne gagne pas toujours. Dans le monde réel, il n’y a pas forcément d’ ‘’Happy End’’…

***

Le hululement des chouettes brisa le silence effrayant de la nuit, rompant la monotonie des bois. Alors que la lune s’élevait peu à peu dans le ciel en s’enveloppant dans un voile fin de nuages grisâtre, les ombres des arbres immenses secoués par le vent dansaient sur le sol de la forêt, masquant de leur noirceur les différentes formes de vie qui grouillaient à la cime de la végétation ambiante. S’adonnant à des ondulations lentes, les nombreux arbres certainement centenaires se frôlaient de leurs branches, la brise glaciale de cette période quasi-hivernale s’insinuant dans chaque recoin de ce bois morbide. La flore dansait au gré du vent dans une chorégraphie lugubre et les animaux nocturnes vaquaient à leurs occupations, guettant la venue du prédateur qui sommeillait dans l’ombre. Si l’on exceptait l’ambiance des lieux, l’endroit aurait pu être le décor parfait pour un conte de fée. Mais l’atmosphère était lourde et effrayante, bien loin des forêts enchantées où fées et nains chantaient des chansons débiles main dans la main. Le souffle gelé qui caressait l’écorce et la feuille de ses rafales puissantes créait un sifflement désagréable et donnant la chair de poule. Les lieux semblaient habités par une force obscure qui rendait la nature bien inhospitalière et il était compréhensible que peu de gens s’aventurent dans cet endroit. Fidèle à sa réputation, la forêt des morts était un lieu angoissant.

De nombreuses rumeurs circulaient à propos de ce lieu maudit, labyrinthe naturel pour quiconque osait s’enfoncer trop profondément dans la forêt. On disait que le bois était l’antre de créatures féroces et dont la puissance dépassait largement celle d’un mage moyen. Véritable dédale pour les voyageurs, la forêt des morts semblait bien mériter son nom : n’importe qui pouvait y entrer, mais très peu étaient ceux qui en ressortiraient vivants. Nombreux étaient ceux qui avaient tenté de percer le voile de mystère qui entourait cet endroit, mais aucun n’avait jamais su révéler au grand jour les secrets de la forêt… Au plus grand plaisir d’un certain chasseur de prime qui appréciait l’aspect ‘’surnaturel’’ des lieux.

La mâchoire d’Andrew se referma dans un claquement de dents sur la pomme rouge vif qu’il tenait dans la main. Ses incisives déchiquetèrent avec appétit la chair du fruit, son jus presque transparent coulant le long de son menton avant d’entamer une longue chute libre jusqu’au sol boueux de la forêt. Adossé dans l’ombre d’un arbre centenaire le jeune homme attendait patiemment, profitant de ce moment de solitude pour calmer la faim qui lui tiraillait le ventre depuis des heures. Il ne comptait plus le temps qu’il avait passé dans cet endroit morbide, entouré de cette végétation qui envahissait tout son espace vital et ayant pour seule compagnie Rubis qui dévorait tranquillement une famille de rat des champs à ses pieds. Il avait attendu si longtemps ici qu’il se demandait s’il n’avait pas fait une erreur, s’il ne s’était pas trompé dans ses prévisions… Pourtant il ne voulait cesser d’être confiant, pas après tout ce qu’il avait prévu, pas maintenant qu’il était sur un si gros coup. Un peu plus loin et dégageant une odeur horrible, trois animaux jonchaient le sol, le ventre ouvert et baignant dans leur propre sang. Bien que de loin ces créatures ne ressemblaient qu’à un amas de chair en décomposition, il était aisé de voir de là où se tenait Andrew que ces bêtes n’étaient rien d’autre que des porcs morts. Mais au milieu de ces cochons putrides, on pouvait apercevoir des membres humains… Des membres sur lesquels étaient tatoués un loup et un croissant de lune, symbole de l’une des guildes blanches les plus connus du pays. Il était à présent clair que ce tas n’était un appât pour un chasseur qui traquait les loups… TOUS les loups…

Andrew sortit un parchemin de sa poche, laissant tomber sa pomme au sol pour avoir les mains libres et mieux contempler l’avis de traque qu’il avait arraché quelques jours plus tôt. Ordre de la triade, l’affiche arborait en lettre de sang un seul et unique nom : Kyoko Itsuwaru. Elle était sa cible en ce jour sombre et la mission n’était pas anodine : maitresse de la guilde Crescent Wolf et fille de l’un des nobles les plus puissants sur cette terre, la jeune femme entrait dans la catégorie des mages que bien peu de chasseurs approchent de peur des représailles. Mais il fallait bien une première fois à tout et Andrew s’était décidé à s’attaquer à du gros gibier ! En faisant des recherches, le jeune homme savait un peu mieux à qui il avait à faire et aujourd’hui il s’était décidé, la duchesse deviendrait la princesse de son histoire, une princesse qu’aucun prince ne viendrait jamais sauver. Il avait tout préparé, cherchant le meilleur moyen d’attirer la jeune femme hors de l’enceinte de la forteresse de sa guilde, optant finalement pour le banal appât en capturant et tuant au hasard des membres sans intérêt de la guilde et en laissant derrière lui assez de trace pour qu’on puisse le pister jusqu’ici. La plupart étaient inexpérimentés, mais il se doutait bien que de telles ‘’disparitions’’ allaient éveiller la curiosité de la dirigeante de la guilde ou moins, il l’espérait !

Alors qu’il tendait sa main vers son reptile de compagnie, l’attention du mage de sang fut soudain captée par un bruit, une branche se cassant sous le poids de quelque chose… Ou quelqu’un. Au loin, sortant des méandres de la forêt, une silhouette sembla se dessiner. Emmitouflée dans un grand tissu rouge, l’inconnue qui s’aventurait dans les bois sembla se diriger dans la direction du jeune homme, lui-même dissimulé dans les bras des ténèbres ambiantes. Elle semblait chercher quelque chose et son attention vint rapidement à être captivée par le tas de cadavre installé là. Elle jeta un bref coup d’œil autour d’elle, tentant de distinguer n’importe quel signe de vie alentour, méfiante. S’agenouillant à côté de la masse difforme de chair en putréfaction, sa main frôla les marques de la guilde et elle enleva alors sa capuche rouge, dévoilant son visage… Celui de Kyoko. Un sourire satisfait se dessina sur les lèvres d’Andrew qui dégaina silencieusement l’une des deux petites épées qu’il portait à la taille. D’un geste, il la projeta vers sa cible, droit dans le cœur… Sans le toucher.

Un pas sur le côté vif, rapide et lui évitant une mort certaine fut la seule réaction de la jeune femme. L’épée alla se planter un peu plus loin dans le tronc d’un arbre. Kyoko n’eut même pas le temps de riposter qu’elle le vit, bondissant sur elle comme un prédateur avec une autre lame à la main. Cette fois, elle prit ses armes, déviant l’épée qui devait lui couper la tête et qui lui effleura le visage, ouvrant une mince entaille sur sa joue d’où perla quelques gouttes de sang. Son agresseur atterrit un peu plus long, le bruissement des feuilles mortes comme seul témoin qu’il venait de retoucher terre. La maitresse de Crescent Wolf fit volte-face, son visage d’adolescente sérieuse et dont la pureté avait été souillée à l’instant faisant face au chasseur de primes qui la regardait à présent :

« Vous en avez mis du temps mademoiselle Itsuwaru… »

- Hm…. Je commence à mieux comprendre la disparition de ces idiots, et moi qui pensait les trouvés ivres dans un coin perdu… Qui êtes-vous ? Et que voulez-vous ?

« Je pense que vous le savez déjà… »

La voix d'Andrew se perdit à moitié dans le vent alors qu'il entrouvrait son manteau pour y ranger son épée, dévoilant une partie de l'avis de recherche. Les yeux de la jeune femme se posèrent sur ce dernier et lorsqu'elle vit son nom, elle comprit ! Elle adopta sur le coup une posture défensive, bien plus alerte qu'au début. Le mage de sang porta sa main dans son dos et dégaina sa plus grande lame. Epaisse et très imposante, elle retomba dans un grand fracas sur le sol, brisant des branches alors que la main du jeune homme glissait sur son pommeau. Kyoko eut alors un petit sourire moqueur :

- Oh… En voilà une grande épée.

« C’est pour mieux te découper mon enfant… »


[U.C]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

This is not a happy ending

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La foret oublié-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit