Forum RPG Fairy Tail - 20 Lignes ( soit 360 mots ) Minimum demandées - Bon Roleplayers exigés
 

Partagez | 
 

 Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 97240
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Sam 8 Oct - 17:35

Avancer, reculer, gauche, droite, sauter, cogner, esquiver… Alaël n’arrêtait pas d’aller dans tous les sens, renversant des adversaires qui ne semblaient jamais finir d’arriver. Combien allait-elle devoir en abattre pour cesser leur arrivée ? Le nombre d’opposants était tel qu’elle ne parvenait plus à voir ce qui se passait pour ses compagnons, et le bruit provoqué par le combat l’empêchait d’entendre d’éventuels signes de vie de ceux-ci. Elle trouvait étrange (et singulièrement agaçant également) que les gardiens des lieux fussent si nombreux, comme s’ils s’étaient donnés le mot pour se concentrer sur elle. Elle ne pensait pourtant par représenter une menace si importante pour ces hommes, même s’il est vrai que jusqu’à présent, elle avait su éviter les mauvais coups.


Alaël sentait ses poings commencer à s’engourdir à force de donner des coups, et ses jambes tremblaient légèrement à force de courir dans tous les sens. Sans compter que ses réserves de magie s’amenuisaient de plus en plus… Elle n’osait plus recourir qu’à son High Velocity de peur de ne plus avoir la force nécessaire pour enclencher d’autres techniques, si bien qu’elle avait l’impression de n’être plus qu’une trainée de couleur dans ce monde. Et les rares fois où elle stoppait son élan, elle devait repartir aussi sec pour éviter les coups et attaques magiques qu’on lui destinait. Alors qu’elle assénait un bon coup de pied à pleine vitesse sur un quelconque adversaire, elle entendit une explosion pas très loin qui, à son souvenir, provenait de l’endroit où Akiro avait fait face à Gyaku. Mais que diable se passait-il là-bas ? Où bien était-ce Ren qui avait été confronter à celle-ci ? Elle avait du mal à s’orienter, avec ce cercle d’ennemis qui l’entourait. Le sol trembla sous ses pieds, et de la poussière tomba du plafond. Fallait-il craindre que tout s’effondre ? Mais fort heureusement, il n’en fut rien, et le combat n’en reprit que plus intensément. Cette fois, elle en était sure, le nombre d’adversaires avait encore considérablement augmenté. De quelques dizaines, ils étaient passés à une bonne centaine. Comment cela était-il possible ? Il ne pouvait pas être aussi nombreux ! Le désespoir commença à gagner le cœur d’Alaël. Elle ne pouvait raisonnablement pas venir à bout d’autant d’adversaires, surtout après en avoir affronter autant. Elle se figea sur place, et ferma les yeux, attendant une mort qu’elle savait désormais inévitable…


C’est alors qu’une image traversa son esprit. Elle vit Maître Yurik, son sourire réconfortant et se rappela la chaleur de ses bras lorsqu’il la serrait contre lui alors qu’elle venait de s’éveiller en hurlant suite à son cauchemar habituel… Était-ce qu’on l’on appelait « voir sa vie défiler devant les yeux » ? Cependant, aucuns souvenirs anciens ne remontèrent à la surface. Cette partie de sa vie avait-elle été irrémédiablement effacée ? Au moins, elle serait accompagnée par de joyeux souvenirs dans son dernier voyage… Puis, une vision s’imposa à elle, une image qu’elle avait déjà retournée dans son esprit maintes fois. Elle vit Maître Yurik, entravé, amaigrit, torturé par un obscur personnage au visage indéfinissable. Cette vision lui apporta une force qu’elle ne se soupçonnait pas. Deux hommes étaient en train d’abaisser leur bras sur elle, une épée à la lame assassine au poing. Elle fit un léger saut en arrière, atterrissant sur ses deux mains, et tourna sur elle-même, assommant les deux olibrius qui ne s’étaient pas attendu à ce revirement de situation. Elle se remit sur ses deux pieds, et se tint bien droite devant la foule d’ennemis, qui malgré leur large supériorité numérique, semblaient impressionnés par son attitude. De résignée, elle venait de passer à déterminée à vaincre chacun de ses ennemis. Cette confiance, cette assurance qu’elle dégageait maintint un instant ses adversaires cois. Non, elle ne pouvait pas partir ainsi, sans savoir ce qui était advenu de l’homme qui était devenu un père pour elle, qui avait accepté une étrangère dans sa maison, qui l’avait élevé du mieux qu’il pouvait, même lorsqu’elle était restée prostrée sur elle-même durant un moins entier, refusant de s’alimenter, effrayée par un monde dont elle avait tout oublié. Cet homme qui avait sacrifié sa vie pour se consacrer à elle, sans rien demander en retour que de sourire de tout son être. Son père, elle voulait plus que tout le retrouver, le sortir des griffes de ces hommes qui l’avaient emmené loin d’elle. Elle prit une profonde inspiration, et s’exclama bien fort, pour que chacun des hommes qui l’encerclaient puisse bien entendre ses propos :



« La mort n’est pas une option ! »


Ces quelques mots eurent un impact inattendu, impressionnant singulièrement ceux qui les avaient entendus. Ils indiquaient clairement qu’elle était prête à tout pour venir à bout d’eux, même à repousser ses limites jusqu’à leur extrême limite, et plus loin encore si nécessaire. Sur ce, elle s’élança droit vers ses ennemis, dans le but de se frayer un passage à travers le barrage humain qu’ils constituaient. Elle avait compris que seule, elle n’arriverait à rien. Il lui fallait donc du secours, et Ren ne devait pas se trouver bien loin de sa position…

Quelques minutes seulement venaient de s’écouler depuis l’explosion, et Alaël parvint au prix de quelques blessures légères à traverser le cercle d’ennemis qui l’entourait. Elle devait désormais localiser ses deux compagnons, et plus précisément Ren, pour qu’ensemble, ils parviennent à se débarrasser de ces combattants de seconde zone. Ce qu’elle vit alors la sidéra proprement, lui faisant même oublier un instant la motivation qui venait de lui permettre de retrouver un second souffle de vie. Akiro était allongé sur le sol, inerte bien que sans blessures apparentes, et debout, à côté de lui, sans aucun adversaires l’affrontant, une épée à la main alors qu’elle ne l’avait jamais vu s’en servir auparavant, se tenait Ren, une expression sauvage sur le visage, qui contrastait avec la bonté qu’il avait affiché jusque-là. Était-ce vraiment le même homme ? On l’aurait dit totalement métamorphosé, telle une bête déchaînée. Elle vit au ralenti le bras de Ren qui tenait l’épée se lever. Elle n’en croyait pas ses yeux : Ren était sur le point de tuer Akiro ! Son corps bougea à sa place. Sans prendre la précaution de vérifier si le danger derrière elle était suffisamment écarter pour s’élancer ainsi, elle fonça droit sur Ren, et alors qu’il abaissait son bras pour arracher à Akiro son existence, elle parvint à s’interposer et à stopper le bras du jeune homme en l’attrapant de ses deux mains. La force que Ren avait mis dans son bras était telle qu’elle ne put s’empêcher de fléchir les genoux, à moitié aveuglée par la douleur de ses côtes qu’elle avait jusque-là réussit à ignorer. Elle vit une expression de surprise passée sur le visage de son compagnon, une surprise presque aussitôt remplacée par un agacement agressif, et elle le vit lever son autre bras, dans le but manifeste de lui offrir un bon coup bien douloureux. Mais elle se montra plus rapide, et lui asséna une gifle dont le claquement resta suspendu dans les airs comme s’il se répétait à l’infini. En guise d’accompagnement, elle lui cria :



« Ren ! Mais qu’est ce qui te prend ! »


Le visage du jeune homme sembla hésiter entre afficher de la colère ou du soulagement. Mais aucun autre coup ne semblait vouloir tomber, et la scène resta figée un instant, comme si le temps avait arrêté de s’écouler. Même les hommes de Gyaku semblaient pétrifiés sur place, comme s’ils attendaient la suite des évènements. Alaël reprit alors la parole :


« Ren, je ne sais pas ce qui t’arrive, je ne comprends rien alors qu’habituellement, ce n’est pas le cas ! Mais ce dont je suis sure, c’est que ce n’est pas quelque chose que tu veux ! Le Ren que j’ai appris à connaître, même si cela ne fait que quelques heures que je l’ai rencontré, ne ferait jamais cela de son plein gré ! Alors, quelle que soit la force qui dicte tes actes, que ce soit ta colère ou une autre chose que je ne connais pas, je t’en supplie, combat la ! Maîtrise-la ! Libère toi de ce mal ! »


Elle lâcha le bras de Ren que sa main gauche tenait encore, et étendit les bras sur les côtés, en signe de protection pour Akiro. Une larme coula le long de sa joue, assaillit par toute une série d’émotions dont elle ne maîtrisait pas le flux. Elle montrait là une faiblesse à laquelle seul Maître Yurik avait alors assisté, une faiblesse qu’elle dissimulait toujours habilement derrière un sourire plein de joie. Mais elle ne pouvait faire autrement. Elle fixa les yeux de celui qui pouvait à tout instant lui ôter la vie, à laquelle elle venait de décider de s’accrocher coûte que coûte. Elle tenta de percevoir les émotions qui les parcouraient, mais n’y parvint pas. Elle s’exclama alors :


« Ren… Je te considère comme un ami. Tout comme Akiro ! Alors que jusqu’à présent, je n’ai jamais rencontré quelqu’un que je puisse considérer comme tel ! Certes, nous ne nous connaissons presque pas, mais je pense que quelque chose nous lie, une chose que peu de gens partage : la solitude. Nous avons beau être entourés, la personne que l’on souhaite le plus voir à nos côtés n’y est pas, et cela régente toute notre vie ! Je ne souhaite pas mourir, encore moins de la main d’un ami, car je n’ai pas encore retrouver celui que je recherche. Mais je préfère donner ma vie que de voir celle d’un proche prendre fin ! Alors, Ren, il ne te reste que deux possibilités : soit tu poses cette épée qui ne te sied vraiment pas, soit tu mets un terme à mon existence, car dans mon état, je ne parviendrais pas à vaincre le puissant mage que tu es, même si tu penses être le contraire. Je ne peux rien faire d'autre pour protéger mon ami entendu sur le sol. Alors, c’est à toi de choisir, toi et seulement toi ! Ne laisse rien ni personne t’influencer ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 80686
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Sam 8 Oct - 21:53

Où suis-je? Je n'ai plus mal... Je me sens... léger. Apaisé. Qui suis-je? Je ne me souviens plus. Je ne me souviens que d'une explosion, puis... plus rien. Que s'est-il passé? Pourquoi suis-je en train de flotter dans ce vide? Ce vide? Non... Cet espace indéfini n'est pas vide, mais plein. Plein de lumières. Ces lumières... ce sont... des esprits! Des esprits? Des morts? Alors... Je suis mort, moi aussi? C'est donc ça, la mort. Le calme. L'absence de soucis.. Le repos... C'est... agréable... Mais il reste une question importante pour la suite du voyage. Car il y a forcément une suite... Qui suis-je? Je tente de fouiller ce qui me sert de mémoire. Des images sans queue ni tête se succèdent. Une jeune fille. Un clown. Un jeune homme. Deux mots : Dragon Slayer. Puis un son : "Renn". Renn? Qu'est-ce que c'est? Un nom. Je sais que c'est important mais... le calme de la mort est si puissant... Je n'ai plus envie de me rappeler. Je n'y gagnerais rien... Gagner? Gain? Victoire? Affrontement? Intellects? Gyaku? Gyaku! Ren! Alaël!Tout me revient, à présent. Je m'appelle Akiro Pathfinder, j'ai 19 ans et je possède des ailes. J'ai apparemment été tué dans l'explosion. Ren se retrouve à la merci de l'esprit de Gyaku. Bizarre. Je croyais n'être qu'évanoui... Alors pourquoi suis-je mort? Je l'ignore... Mais je sais une chose : j'aurais sans doute des réponses en allant jusqu'au bout. Jusqu'au bout de la mort. Il doit bien y avoir un moyen de revenir après, pas vrai? Je me retourne et j'aperçois une corde qui semble s'étirer à l'infini reliée à mon dos... Mon lien avec le monde réel n'est pas encore brisé. J'étends mes ailes et j'accélère l'allure. Je dois me dépêcher!..

...Son lien avec le monde réel n'était pas encore brisé. Akiro étendit ses ailes et accéléra l'allure. Il devait se dépêcher. Il n'avait pas le temps de flâner et se laisser porter, comme les autres esprits. Il ne fallait pas que son corps meure. C'était ça, cette corde : la corde qui attachait encore son âme à son corps. Si elle se rompait, Akiro serait réellement mort. Et il ne pourrait plus venir en aide à ses amis. Ce qu'il ne se pardonnerait jamais. Il n'allait pas mourir pour rien! S'il devait réellement mourir, autant que ce soit pour aider ces deux jeunes gens qu'il ne connaissait peut-être que depuis quelques heures mais qui étaient devenus ses amis. Il confierait à chacun sa vie sans aucunement s'inquiéter. Et il savait que la réciproque était vraie. Il ne pouvait donc pas les laisser tomber comme cela! Impossible et totalement exclu!

Tout à ces pensées qui tourbillonnaient dans sa tête aussi rapidement qu'Akiro se déplaçait -ou bien était-ce Akiro qui se déplaçait à la vitesse de la pensée? Bonne question-, l'ange -et il en était cette fois réellement devenu un!- arriva devant ce qui semblait être une sorte de temple, ou peut-être de tribunal. Un tribunal? Pour juger les âmes et décider qui devait aller au paradis et à l'enfer, peut-être? Bonne question! Et la réponse ne serait pas pour tout de suite, puisqu'il comptait repartir vite fait là d'où il venait! En se retournant, Akiro constata que sa corde d'âme était en train de se déléter. Elle disparaissait. Cela ne pouvait signifier qu'une seule chose. Son corps était en train de mourir. Il avait été sérieusement blessé par l'explosion, puisqu'il se tenait à à peine un mètre de Gyaku quand celui-ci avait déclenché l'explosion. Cela tenait déjà du miracle que son corps aie tenu si longtemps (remarquez, Akiro n'avait aucune idée du temps qui s'était écoulé entre l'explosion et son arrivée ici!)! Mais alors qu'il en était encore à s'inquiéter de la mort probable de son corps, une voix le fit sursauter :

-Tu n'as rien à faire ici!

Akiro se tourna vers l'endroit d'où venait la voix et observa avec curiosité les lieux. Devant lui se tenaient trois vieilles femmes sans âge qui le toisaient d'un air sévère. Comme un intrus. Ce qu'il était, techniquement. En réponse au commentaire de la femme du milieu, il se contenta de hocher la tête. Il savait qu'il n'avait rien à faire ici. Mais le problème, c'était bien sûr de repartir. Il avait essayé d'utiliser sa "corde" pour retourner dans son corps mais cela n'avait rien donné. Mais alors qu'il courbait la tête pour montrer que leur affirmation était inutile, les vieilles femmes virent ses ailes, et leur attitude changea du tout au tout. Elles se mirent à se concilier à voix basse, comme si elles ne voulaient pas qu'Akiro entende quoi que ce soit. Néanmoins, l'ange perçut les mots "Cataclysme" et "Prophétie". En entendant ce dernier, l'illusionniste se renfrogna. Il détestait les prophéties, surtout quand elles semblaient le concerner directement. Il n'avait pas que ça à faire. Mais alors qu'il s'apprêtait à les interrompre, les trois... gardiennes? juges? passeuses? Bon, on va dire gardiennes. Les trois gardiennes lui demandèrent, d'une seule et même voix :

-Tu es Akiro Pathfinder, n'est-ce pas?
-En effet... Qui êtes-vous?
-Notre identité n'a aucune importance. Ce qui importe, c'est qui tu es, toi. Sais-tu pourquoi tu te nommes "Pathfinder"?
-J'ai choisi ce nom. Je trouve toujours le chemin qu'il faut suivre pour aller quelque part, ou à ne pas suivre s'il faut en éviter un.
-Exact! Et ta capacité à trouver le bon ou le mauvais chemin va grandement influer!

Sur ces mots, l'air se brouilla et une image apparut, qui prit vie aussitôt. Alaël se tenait au milieu des défenseurs du labo de Gyaku. L'ange comprit instantanément qu'il s'agissait d'une projection de ce qui était en train de se dérouler. Tout à coup, Alaël lança La mort n'est pas une option! Akiro sourit. Alaël venait clairement de définir qu'elle ne comptait pas mourir ici. Cependant, elle ne tiendrait pas longtemps. Raison de plus pour vite aller les aider. Puis la vue changea et il vit Ren tenant l'épée de Gyaku dans sa main. Non, pas Ren. Gyaku, qui s'apprêtait à tuer le corps de l'ange! Cependant, il n'eut même pas le temps de s'inquiéter pour son corps que l'image changeait. Il se vit marchant dans une plaine immense, désertique, où il était seul. Il semblait marcher depuis très longtemps et être très désespéré. Son regard était comme celui d'une bête traquée. Mais avant qu'il ne put en voir davantage, l'image disparut et les trois gardiennes reposèrent une question à Akiro, inquisitrice :

-Qu'as-tu vu, à ton avis?
-Ce qui concerne mes amis est ce qui se déroule actuellement. Quant au reste, il s'agit sans doute d'un futur possible, dans lequel j'aurais survécu à un "Cataclysme", sans doute celui dont Gyaku m'a touché deux mots tout à l'heure...
-Bien... Très bien... Vois-tu...

Tout à coup, le temps s'arrêta. Les gardiennes expliquèrent de quoi il retournait à Akiro. Heureusement que le temps était arrêté, car l'explication prit beaucoup de temps. Puis l'ange fut renvoyé là d'où il venait, investi d'une nouvelle mission...

Il errait à nouveau, simple esprit, mais cette fois, il disposait de la liberté de mouvement interdite aux esprits des morts. Il se dépêcha de rejoindre le labo de Gyaku. Il devait vite retrouver son corps pour mettre Gyaku momentanément hors-jeu. Cependant, ce ne fut pas son corps qu'il retrouva, mais le corps de Ren. Apparemment, sa corde passait au-travers du corps de son ami. Très vite, il se retrouva à la lisière de l'esprit du Dragon Slayer. Il ne pouvait guère aller plus loin, car, contrairement à Gyaku, il ne disposait pas d'une magie lui permettant de pénétrer l'esprit des autres, sauf peut-être à un niveau très élevé qu'il était loin de posséder. Cependant, rester à la lisière de l'esprit de Ren lui permit tout de même de constater la situation. L'esprit de Ren était pris au piège d'un étau tandis que Gyaku le narguait en annonçant que bientôt, le Dragon Slayer deviendrait son pantin. Par chance, il se trouvait près de la frontière. Akiro imagina avoir son épée en main et attaqua son Némésis, qui fut surpris, il n'avait pas vu Akiro. De toute la force de son esprit, Akiro hurla :

-REN! JE SAIS QUE TU PEUX L'EMPRISONNER ET L'ANEANTIR! FAIS-LE, TU DISPOSES DE RESSOURCES CACHEES AU FOND DE TOI! SERS-T-EN!
-Tiens tiens, RX-23, que me vaut le déplaisir de ta visite dans mon nouveau logis? Je ne veux pas de toi ici, dégage!

Disant cela, le savant fou éjecta littéralement Akiro de l'esprit de Ren pour le faire atterrir dans son corps. L'ange commença alors à reprendre conscience. Il entendit les paroles d'Alaël, qui l'avait sauvé d'une mort certaine. Et surtout, il vit qu'un des yeux de Ren pleurait alors que l'autre restait sec et goguenard. Ren l'avait entendue! Et surtout, il possédait encore un contrôle minimal sur son corps! Il fallait absolument l'aider à récupérer le contrôle! Akiro commença alors à se relever en disant :

-Merci Alaël. Mais la mort n'est pas une option. Nous sommes arrivés jusqu'ici tous ensemble, nous en repartirons de même. Gyaku possède le corps de Ren, mais je sais qu'il nous entend et qu'il lutte. Nous devons lui fournir le temps. ça me fait mal de devoir m'en prendre à un ami, c'est pourquoi je ne blesserai pas ton corps, Ren. Les amis, je vous jure sur ma vie que nous sortirons tous d'ici, sans parasite dans la tête de quiconque.

Pendant qu'il disait cela, il plaça son épée dans son fourreau sur son dos et commença à détacher à gestes lents le baudrier. Il combattrait certes à l'épée, mais l'épée au fourreau. Gyaku, cynique et narquois, déclara alors :

-Comme c'est touchant! Pour ne pas blesser le corps de ton compagnon, tu vas protéger tes coups! Ainsi, tu comptes te sacrifier pour que je prenne le contrôle de son corps?C'est vraiment...
-Contrairement à vous,l'interrompit froidement Akiro, je connais la signification du mot "amitié". Ren et Alaël ne sont pas juste des compagnons. Ce sont des amis, ce qu'il y a de plus cher dans ce monde. Je leur confierai ma vie sans hésiter et je sais qu'il en feraient autant. Si je dois me sacrifier pour que mes amis soient libres, soit. Cependant, comme je l'ai dit, la mort n'est pas une option! Nous repartirons d'ici tous les trois, que vous le vouliez ou non! Je crois en mes amis. Pour ça, je combattrai le corps de Ren. Pas pour vous battre, mais pour lui permettre de vous battre. Vous ne savez donc pas que 1+1=3? Alors...1+1+1, cela fera... 5... Nous sommes donc cinq contre vous seul, vous êtes destiné à perdre. Alaël, as-tu encore assez de forces pour m'aider dans cet affrontement sans blesser grièvement le corps de Ren?

Sa dernière phrase s'adressait bien évidemment à Alaël. Cependant, il n'attendit pas la réponse de son amie pour s’élancer à l'assaut du corps de Ren. Même si ce dernier ne savait pas manier l'épée, apparemment, l'esprit de Gyaku, lui, savait, ce qui le rendait à la fois agile et maladroit, si bien qu'il était tout aussi dangereux pour le corps de Ren que pour les deux autres. Akiro s'arrangeait pour parer chaque coup de Gyaku et porter parfois quelques coups de fourreau qui ne blessaient pas le corps de Ren. En même temps qu'il l'affrontait, Akiro tentait de se faire entendre de Ren en haletant :

-Ren! Je sais... que tu.. m'entends! Lutte! Toi seul... peut... le battre! Tu possèdes... la puissance des dragons! Toi seul... peut... nous sauver... Alaël et moi! Tu vas nous sauver, je le sais, mon ami! C'est ta seule option... GAGNE!

Akiro s'épuisait cependant rapidement. Il avait été blessé par l'explosion. Son corps avait déjà atteint ses limites. Désormais, il n'était plus que volonté. Une unique volonté pure. Cependant, son corps était déjà affaibli, et la volonté ne suffit pas à maintenir un corps en mouvement pendant très longtemps. Akiro savait qu'il s'écroulerait bientôt. Il espérait juste avoir le temps de gagner. Pour faire diminuer le contrôle de Gyaku, l'ange lança une ultime provocation avant de reprendre le combat :

-Gyaku! Vous croyez avoir gagné, cependant, les vrais gagnants, ce sont nous trois. Moi, Alaël, et surtout Ren! Vous vous leurrez en permanence et ainsi, vous perdrez! Vous croyez gagner mais vous êtes le dernier des perdants! Un survivant, un créateur, vous? Une pauvre loque qui se cache derrière des expériences et qui tremble dès qu'un de ses "meilleurs résultats" qui est aussi intelligent que lui vient et le menace! Vous ne gagnerez jamais contre quiconque, sauf en trichant et en ne faisant commencer l'adversaire qu'avec trois tours de retard! Lorsque nous nous reverrons, n'oubliez pas que nous avons gagné contre vous cette fois!

Puis il relança ses assauts pour permettre à Ren de reprendre le contrôle de son corps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 102437
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Dim 9 Oct - 19:27

Tout se passa trop vite, même pour Gyaku qui avait pris possession de mon corps. Alaël arriva dans notre champ de vision et bloqua le coup d’épée à deux mains, mais elle eut du mal à tenir ce qui montrait que la force qu’utilisait Gyaku n’était pas des moindres. Ma deuxième main se leva, mais Alaël me gifla et même Gyaku était surpris, il ne s’attendait sûrement pas à une réaction aussi imprévisible que celle-ci. Alaël me demanda ce qui n’allait pas, elle déclara que ce comportement ne me ressemblait pas et quel que soit le mal qui s’emparait de moi, il fallait que je le combatte. Alaël abandonna et se plaça entre mon corps et celui d’Akiro, mais ce qui était le plus surprenant, c’était qu’elle pleurait, une larme était en train de glisser le long de sa joue, ce n’était pas une réaction normale chez Alaël qui avait toujours le sourire.

_ Ren… Je te considère comme un ami. Tout comme Akiro ! Alors que jusqu’à présent, je n’ai jamais rencontré quelqu’un que je puisse considérer comme tel ! Certes, nous ne nous connaissons presque pas, mais je pense que quelque chose nous lie, une chose que peu de gens partage : la solitude. Nous avons beau être entourés, la personne que l’on souhaite le plus voir à nos côtés n’y est pas, et cela régente toute notre vie ! Je ne souhaite pas mourir, encore moins de la main d’un ami, car je n’ai pas encore retrouver celui que je recherche. Mais je préfère donner ma vie que de voir celle d’un proche prendre fin ! Alors, Ren, il ne te reste que deux possibilités : soit tu poses cette épée qui ne te sied vraiment pas, soit tu mets un terme à mon existence, car dans mon état, je ne parviendrais pas à vaincre le puissant mage que tu es, même si tu penses être le contraire. Je ne peux rien faire d'autre pour protéger mon ami entendu sur le sol. Alors, c’est à toi de choisir, toi et seulement toi ! Ne laisse rien ni personne t’influencer !

Je ne savais plus quoi penser, je ne voulais pas la blesser, mais Gyaku allait certainement abattre l’épée et lui ôter la vie sans que je puisse faire quelque chose. Non, Alaël avait tort, je n’étais pas le puissant mage qu’elle décrivait, elle l’était plus que moi, elle avait de grandes connaissances qui lui permettait de renverser n’importe quelle situation. Elle était une grande mage, plus que moi en fait… Soudain, j’entendis une voix que je reconnus rapidement: Akiro:

_ REN! JE SAIS QUE TU PEUX L'EMPRISONNER ET L'ANEANTIR! FAIS-LE, TU DISPOSES DE RESSOURCES CACHEES AU FOND DE TOI! SERS-T-EN!

Je fus surpris de l’entendre, je le sentais près de moi, mais je ne le voyais pas et je ne le verrai sans doute pas puisque Gyaku le renvoya rapidement, sa présence à mes côtés disparut. J’étais de nouveau seul face à ce monstre qui manipulait mon corps, alors que mes amis attendaient que je réagisse, je sentis les larmes couler le long de mes joues, mais je n’étais qu’un esprit, mon corps ne devait pas réagir de la même manière. Quoique, il ne bougeait même plus, pourquoi Gyaku ne se jetait pas sur Alaël et Akiro ? Se pourrait-il que je l’en empêche malgré l’entrave dans laquelle j’étais bloqué ? Impossible, Gyaku se remit à se mouvoir et Akiro s’engagea dans un duel d’épée soutenu par Alaël, il avait intentionnellement laissé le fourreau pour éviter de me blesser. Alors que notre visage était proche de celui d’Akiro, ce dernier me souffla:

_ Ren! Je sais... que tu.. m'entends! Lutte! Toi seul... peut... le battre! Tu possèdes... la puissance des dragons! Toi seul... peut... nous sauver... Alaël et moi! Tu vas nous sauver, je le sais, mon ami! C'est ta seule option... GAGNE!

Que devais-je faire ? Mes amis attendaient tellement de moi, ils savaient que j’étais capable de lutter face à l’emprise de Gyaku, en effet, j’étais le seul à ne pas voir la réalité en face, je me sentais toujours faible, mais au fond… En plus, j’avais remarqué qu’ils étaient blessés, mais cela ne les empêchais pas de se battre pour moi, pour me sauver. J’eus de nouveau cette sensation et ma vision, celle de Grandine et cette fois-ci, le son accompagnait l’image.

_ Que fais-tu Ren ? Tu abandonnes encore, tu ne veux donc pas te relever ?
_ Je ne suis pas capable de le renvoyer.
_ Qu’en sais-tu ? Tu n’as même pas essayé.

Je ne savais pas quoi lui répondre, je sentais dans sa voix qu’elle n’était pas fière de moi et je tentais de lui répondre avec un ton d’excuse, mais elle m’interrompit:

_ Je sais que tu as maîtrisé une autre technique de Dragon, mais tu es capable de bien plus, tu dois croire en tes capacités, elles sont illimitées. Seul ton cœur le sait alors écoute-le. Tu es mon fils, laisse le vent souffler dans tes ailes pour prendre ton envol.

C’est vrai. J’étais le fils de Grandine la dragonne des cieux, j’étais Ren Miryu le Dragon Slayer des cieux, le vent était mon allié mais mes amis formaient ma puissance, je devais me battre pour eux. Je sentis le vent souffler faisant danser mes cheveux bruns et une force naissait au fond de moi, en réalité, elle ne faisait que prendre la place qui lui était due. Les liens invisibles qui me retenaient commençaient à se faire faibles et je finis par les rompre, j’utilisai la sensation qui m’enveloppait pour prendre Gyaku dans cet espace si bien qu’il dut se concentrer de nouveau sur moi, cependant je n’allais pas le laisser faire. Je tendis mon bras droit sur le côté puis le rabattis brusquement sur mon torse et, comme si c’était une aile, un vent violent se créa projetant Gyaku qui se releva rapidement pour me faire face. Sentant toujours l’énergie de Grandine en moi, je m’élançai:

_ Personne ne peut emprisonner un dragon ! Vous vouliez sa force ? Vous allez y goûter. TENRYUU NO HOUKOU !

Je n’eus pas besoin d’inspirer grandement pour le faire, la puissance qui était en moi fut relâchée en un seul coup avec cette technique. Gyaku se prit la tornade de plein fouet et son image fut expulsée de mon esprit qui reprit la forme d’un ciel accompagné de quelques nuages.

_ Voilà ce que tu attendais maman, je vais devenir un véritable dragon maintenant.
_ Je le sais Ren et je t’attendrai.

Je repris pleine possession de mon corps et je lâchai l’épée qui avait menacé mes amis pendant un bon moment. Trop heureux d’avoir réussi à renvoyer ce monstre de Gyaku, j’étreignis Alaël et Akiro sans me soucier de ce qu’ils pensaient, c’était grâce à eux si j’avais pu me tirer d’affaire, si j’avais pu libérer la puissance qui dormait en moi, si Grandine m’était apparue pour m’aider. Je leur devais tout cela et je profitai du contact que j’avais avec eux pour les soigner tous les deux, puis ma vision se fit plus floue et je chancelai un peu, mais pas au point de ne plus tenir sur mes jambes. Même si c’était sous l’état d’esprit, j’avais quand même utilisé mon souffle du dragon, l’effort était toujours le même et j’allais avoir besoin de temps pour m’en remettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 97240
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Lun 17 Oct - 19:38

Alaël n’eut pas à attendre une réaction très longtemps. Sauf qu’elle ne s’attendait pas à celle-ci. Une larme unique coulait le long de la joue de Ren, d’un œil à travers lequel elle retrouvait son compagnon d’arme, celui avec lequel elle avait parcouru tout ce chemin, alors que l’autre semblait se moquer de son acte désespéré. Mais que diable pouvait-il bien se passer dans la tête de Ren !? Mais là encore, elle n’eut pas à attendre longtemps pour découvrir la réponse à sa question. Akiro se releva, et lui dit que Gyaku possédait le corps de Ren. Cette nouvelle lui donna l’impression d’avaler un glaçon, et un frisson lui parcourut toute l’échine. Quelle était donc cette effroyable magie ? Maître Yurik ne lui en avait jamais parlé. Enfin, elle ne pouvait pas prétendre connaître toutes les magies de ce monde, elle était loin du niveau de son maître à ce niveau-là. Alors que le désespoir commençait à la gagner, Akiro précisa que Ren était en train de lutter pour reprendre le contrôle de son propre corps, et que c’était à eux deux de l’aider à y parvenir. Sur ce, il replaça son épée dans son fourreau, avant de prendre le tout, prêt à en découdre contre son ami. Cette précaution ne manqua pas d’arracher une remarque moqueuse de la part de Gyaku, à travers la voix de Ren, même si celle-ci avait perdu sa chaleur, remplacée par un timbre froid et cynique. La colère commença à monter en elle. Ce résidu d’être humain osait manipuler son compagnon. De tous les crimes abjects qu’il avait pu commettre dans sa misérable existence, celui-ci était haut placé dans le classement ! Alaël serra les poings, prête à faire tout ce que son corps meurtri lui permettrait de faire pour sauver son ami. Akiro lui demanda alors :

« Alaël, as-tu encore assez de forces pour m'aider dans cet affrontement sans blesser grièvement le corps de Ren? »

Et sans plus attendre, il se jeta sur Ren, tentant sans relâche de lui asséner un coup, le forçant à parer chacun d’eux pour éviter de se faire blesser. Alaël lui répondit dans un murmure qu’elle n’était pas sure qu’il ait entendu :

« Bah, aurais-je voulu faire autrement, je n’y serais pas parvenue… »

Sur ce, elle se joignit à Akiro dans son assaut de secours. Rapidement, elle se rendit compte que Gyaku devait être un bon bretteur, alors que Ren ne l’était pas, donnant un résultat imprévisible, et donc, dangereux. Heureusement, elle savait comment se battre face aux armes blanches, ce qui lui permit de n’écoper que de légères coupures. Elle-même tentait d’asséner des coups réfrénés à son nouvel adversaire, pour éviter de lui briser des côtes ou de lui fracturer la mâchoire. Elle ne pouvait s’empêcher de jeter des regards furtifs en direction des hommes de main de Gyaku qui était toujours sur leurs jambes, mais qui n’osaient apparemment pas se joindre à la mêlée, soit parce qu’ils n’envisageaient pas la défaite de leur chef, soit parce qu’ils craignaient de se prendre un coup mal placé. Dans tous les cas, cela ne pouvait qu’être qu’un avantage pour eux, car ils n’avaient pas besoin d’adversaires supplémentaires.

Au fil du combat, les coups d’Alaël et d’Akiro se firent moins puissants, moins précis. La fatigue et leurs blessures respectives avaient largement entamé leur endurance, et bientôt, ils risquaient de s’effondrer, épuisés. Alors qu’Akiro tentait de ramener Ren par ses paroles, Alaël préférait garder le silence afin d’économiser ses forces, qui avaient depuis longtemps atteint leur limite. Son respiration commençait à se faire difficile, son corps était de plus en plus lourd, et par instant, elle avait l’impression que son cœur ratait quelques battements. Néanmoins, elle ne voulait pas relâcher son assaut, elle voulait à tout prix permettre à Ren de l’emporter sur Gyaku. Mais son corps semblait décidé à en faire autrement. Soudain, alors qu’elle était sur le point de chanceler, Ren se figea sur place, et son regard se fit vide, comme si pendant un instant, la vie venait de quitter son corps. Mais rapidement, une lueur de vie jaillit dans ses yeux, et l’épée qu’il tenait tomba sur le sol avec un bruit métallique caractéristique. Et alors, Ren se jeta sur eux, non pour les massacrer cette fois, mais pour les étreindre. Surprise, Alaël se crispa, incertaine de l’identité de la personne qui venait de commander à ce corps d’accomplir ce geste. Mais en sentant la chaleur qu’il dégageait, tellement différente de ce que Gyaku laissait ressentir, elle n’eut plus aucun doute. Elle le laissa alors faire, profitant de l’occasion pour laisser ses jambes flageolantes se reposer. D’ailleurs, celles-ci semblaient devenir de plus en plus stables, et bientôt Alaël sentit que celles-ci pouvaient à nouveau soutenir son poids. Lorsque Ren les lâcha et qu’elle le vit légèrement chancelé, elle devina que c’était grâce à lui qu’elle se sentait en meilleure forme. Elle lui dit alors :


« Contente de te revoir parmi nous Ren. J’étais sure que tu parviendrais à écraser ce pseudo savant fou ! Tu peux voir ainsi que tu n’es pas le faible mage que tu croyais ! »

Elle jeta un œil vers le groupe de mages qui avait observé l’affrontement durant tout ce temps, et qui à présent, semblait incrédule face à la victoire du trio. Alaël soupira et dit :

« Je me demande s’ils vont nous laisser partir tranquillement maintenant que Gyaku n’est plus… »

Prise d’un doute, ou plutôt, soumise à une intuition, elle se tourna vers Akiro et lui demanda :

« Est-ce qu’il est vraiment mort ? Je veux dire, son esprit ? Ca me paraît tellement simple… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 80686
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Sam 22 Oct - 21:35

Son corps ne tenait plus. Et sa volonté commençait à s'affaiblir. Il avait vraiment atteint ses limites, cette fois. Il se donnait encore une minute, peut-être deux si sa volonté tenait encore le coup. Mais il y a une limite à la volonté pure. Une limite physique qu'elle ne peut pas transcender : l'épuisement presque mortel. Lorsque le corps était épuisé à ce point là, même la volonté ne pouvait plus rien faire, sous peine de mourir. Akiro n'avait jamais atteint cette extrême limite infranchissable, mais là, il savait ne pas en être loin, puisque son corps était déjà épuisé... Cependant, il devait tenir. Chaque seconde tenue était une seconde qui permettait à Ren de lutter contre l'emprise de Gyaku. Alors, ces secondes arrachées valaient le coup d'être sacrifiées. Elles permettraient à un ami de se libérer. C'était suffisant pour donner à Akiro la volonté de continuer encore, jusqu'à épuisement complet. Il se battait contre le corps de son ami pour permettre à son esprit de le réhabiter entièrement. Paradoxal? Situation très "Akiroesque" et aussi très "Gyakuesque". Enfin bref, toujours est-il que l'ange était sur le point de tomber littéralement d'épuisement. Il espérait vraiment que Ren allait réussir à reprendre le contrôle de son corps, sinon, tout était perdu. Cependant, il ne s'en faisait pas trop. Il avait confiance en Ren. Le Dragon Slayer allait réussir, ça, c'était certain. La seule chose qu'il lui fallait, c'était un peu de temps, la seule chose que pouvaient lui accorder Akiro et Alaël, qui fatiguait aussi pas mal... Là, ça allait se corser si Ren ne réussissait pas dans la minute à reprendre le contrôle de son corps.

Heureusement, tout à coup, Ren/Gyaku se figea et son regard s'éteignit, comme si la vie y disparaissait, mais cela ne dura qu'une seconde. Très vite, les yeux de Ren récupérèrent la vie qui les habitait en temps normal. Le corps du Dragon Slayer lâcha l'épée de Gyaku et se jeta sur les deux compères, qui ne surent pas très bien si c'était pour les attaquer ou autre chose. Autre chose, finalement, puisqu'il les enlaça. Akiro se permit alors de respirer à nouveau. C'était fini. Gyaku avait perdu. Il allait pouvoir se reposer. Reposer? Mais alors pourquoi se sentait-il tout à coup mieux et avec plus d'énergie? Il eut très vite la réponse lorsque Ren se sépara d'eux. Ah OK. Il les avait soigné. Parfait, ces soins allaient être utiles pour quitter cet endroit en un seul morceau, sans doute. Enfin, pour l'instant, c'était retrouvailles. Akiro confirma les paroles d'Alaël en déclarant avec un sourire amusé :

-Bienvenu parmi nous, Ren. Tu nous as manqué, si je puis dire.

Puis ils se tournèrent vers la bande de scientifiques qui avait assisté, médusés, à la victoire improbable du trio. Alaël demanda s'ils allaient les laisser partir tranquillement maintenant que Gyaku était défait. Puis, prise d'un doute, elle demanda à Akiro s'il était bien mort. Enfin, son esprit. Akiro détestait être un porteur de mauvaises nouvelles, cependant, il devait lui répondre. Il secoua lentement la tête en déclarant, juste assez fort pour qu'eux trois l'entendent :

-Malheureusement, il est encore vivant. Sa magie le rend quasiment immortel, et son autre corps a réussi à fuir. Je crains donc que l'on se soit fait de sérieux ennemis... Primo, Gyaku va tenter de se venger, c'est évident. Et secundo, je crains que la Triade Perdue n'apprécie guère qu'on ait anéanti un de leurs projets à nous trois... Il n'est pas impossible qu'on se retrouve bientôt pourchassé par des chasseurs de primes intéressés par la quantité de Jewels qu'on pourrait lui rapporter. Quant à comment je sais que la Triade perdue ne va pas apprécier, regardez par là. Il tendit un bras vers le fond du labo, où s'affichait en gros le logo de la Triade.Désolé de vous avoir entraînés là-dedans...

Pendant ce temps, les scientifiques s'étaient ressaisis et commençaient à vouloir attaquer le trio. Pris d'une brusque colère, Akiro s'avança légèrement par rapport aux deux autres. Il marmonna un "Cette fois, ça suffit! Fermez les yeux." et lança sa magie à pleine puissance. Il était loin d'avoir épuisé sa magie, alors autant se défouler un peu. Il visa le premier groupe de dix et lança sa magie. Il n'était plus temps de faire dans la dentelle, mais dans l'efficace. Le premier groupe fut soudainement blessé et hors de combat. Le deuxième groupe de dix connut le même sort. Par contre, les autres détalèrent sans demander leur reste. L'ange se tourna alors vers ses amis et leur lança :

-Et si on s'en allait? Je pense qu'on s'est suffisamment amusés pour aujourd'hui, pas vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 102437
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Jeu 27 Oct - 22:15

Des sourires emplis de joie, des paroles de réconfort, rien ne pouvait être plus beau que ce moment à mes yeux. Alaël m’affirma que je n’étais pas le mage faible que je pensais être et Akiro me dit que je leur avais manqué, enfin, ma façon d’être. Je les écoutais tout en souriant, mais je sentais que je ne tiendrais plus très longtemps, j’avais été irresponsable, ou plutôt téméraire, en pensant que je pouvais les soigner après avoir utilisé ma plus puissante technique. Le contre coup était en train de m’affaiblir de plus en plus, mais je tentais du mieux que je pouvais de leur montrer que tout allait bien. Leur attention fut ensuite détournée par le groupe de mages qui restaient et ne semblaient pas savoir quoi faire, Alaël demande si Gyaku était encore en vie, je voulais lui répondre mais je n’avais pas assez de forces, si bien que je laissais Akiro répondre à ma place et il semblait en savoir plus sur le sujet que moi. Je l’entendis parler de la Triade, mais je n’avais aucune idée de quoi il parlait et je n’eus pas le temps d’y penser parce que les mages décidèrent enfin de passer à l’action pensant que nous étions trop fatigués pour contre-attaquer. C’était sans compter Akiro qui n’eut aucun mal à les neutraliser et les faire fuir à l’aide de ses illusions, juste après nous avoir crié de fermer les yeux ce que nous fîmes.

Pendant le court instant où je fermais les yeux, je sentis mon cerveau s’activer sans en comprendre la raison, je me rappelais de paroles que je n’avais jamais entendues ou prononcées, de scènes que je n’avais vues ou imaginées. Je rouvris les yeux et l’impression disparut, me laissant encore plus perdu que je ne l’étais avant.

_ Et si on s'en allait? Je pense qu'on s'est suffisamment amusés pour aujourd'hui, pas vous?
_ Excellente idée, cet endroit est loin d’être accueillant.

Sortir d’ici nous prit bien moins de temps qu’à aller et une fois à l’extérieur, je me sentis tellement fatigué que je préférai m’asseoir, plutôt durement quand même, sur une pierre et j’en profitai pour me reposer tout en gardant les yeux fermés. Encore une fois, j’entendis de nouveau ces paroles, je revis ces scènes, et je pris le temps de les détailler cette fois-ci, ce qui me permit de comprendre un peu plus ce qui m’arrivait et pourquoi j’avais ces visions. Il s’agissait de souvenirs venant de Gyaku, sa présence dans mon esprit avait dû me permettre de récolter des informations sans que l’un de nous deux ne s’en rende compte. De plus, je remarquais que ces informations étaient d’une importance capitale pour moi… enfin, pas pour moi, mais pour Alaël, elle allait avoir une sacrée surprise. J’ouvris les yeux et, sans faire attention si je coupais la conversation ou non, je déclarai:

_ Alaël, j’ai quelque chose à te dire. Il semblerait que j’ai, par accident, récupéré des souvenirs de Gyaku, il fait référence à un mage capable de modifier la mémoire des gens, le docteur Dan. D’après ce que Gyaku sait, il semblerait qu’il soit dans les recoins de Mulfass, je n’arrive pas à en savoir plus et je suis incapable de te dire où c’est puisque je ne connais pas la géographie du monde.

Alaël m’observa avec un regard qui semblait de rien exprimer, je la comprenais, avec cette information, elle avait une piste pour retrouver sa mémoire perdue. Cette aventure nous avait beaucoup apporté, j’avais pu revoir Grandine, Alaël était repartie sur la trace de son passé et Akiro avait donné une bonne leçon à Gyaku, son créateur. Malheureusement, nous allions très probablement être pris pour cible par la… c’était quoi le nom déjà ? Ah oui Triade ! Je ne m’en faisais pas trop pour le moment, j’étais plus dans un état d’euphorie puisque j’avais vu Grandine et rien ne gâcherait ma joie en ce moment.

Ayant soudainement senti que j’avais les lèvres sèches, je les humidifiai avec ma langue et je remarquai quelque chose de nouveau, je me trompais peut-être, mais mes canines étaient plus longues et plus pointues. Il s’agissait de l’une des transformations physiques du corps d’un Dragon Slayer: yeux bridés, canines semblables à des crocs, etc… Ce qui signifiait que je devenais de plus en plus un Dragon Slayer, je me rapprochais donc de mon idéal pour enfin retrouver Grandine qui m’attendait. Finalement, cette journée m’avait beaucoup apporté, pas comme je le pensais, mais en bien mieux, je m’étais fait deux bons amis, j’avais appris une nouvelle technique et j’avais encore plus regagné l’espoir de revoir un jour Grandine. Que pouvait-il y avoir de mieux dans ma situation ? C’était une question à laquelle je ne voulais absolument pas trouver de réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 97240
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Mer 2 Nov - 17:09

Avant même qu’il ne réponde, Alaël devina la réponse. L’expression qu’affichait Akiro était suffisamment éloquente. Il confirma alors les craintes de la jeune fille, précisant que la magie de Gyaku le rendait quasiment immortel. « Les mauvaises herbes sont les plus coriaces », pensa-t’elle. Mais les mauvaises nouvelles ne s’arrêtaient pas là. Akiro ajouta que Gyaku allait chercher à se venger, et que la Triade Perdue risquait de les faire rechercher en échange d’une jolie somme. « Chouette, encore un peu plus de chasseur de primes ! », ne put-elle s’empêcher de penser. Mais ce qui l’inquiétait surtout, c’était les membres de la Triade. Elle n’ignorait pas la réputation de cette organisation, et à la simple pensée de se retrouver face à elle, un long frisson lui parcourut l’échine. Mais ses pensées furent interrompues par un Akiro qui s’excusait de les avoir entraînés avec lui. Elle aurait volontiers précisé qu’il n’avait rien à se reprocher, mais c’est à ce moment-là que les ennemis restants décidèrent de tenter leur chance de les éliminer. Akiro leur somma de fermer les yeux, ce qu’ils n’hésitèrent pas à faire tous les deux. Alaël ne vit pas ce qui suivit, mais entendit le bruit caractéristique de corps tombant à même le sol, elle n’eut donc pas de mal à deviner ce qui se passait. Au bout d’un moment, jugeant le danger écarté, elle ouvrit les yeux pour découvrir un amoncellement de corps, et un groupe de mages en fuite après avoir vu une vingtaine des leurs s’effondrer hors combat en quelques secondes à peine. Akiro proposa alors :

« Et si on s’en allait ? Je pense qu’on s’est suffisamment amusés pour aujourd’hui, pas vous ? »

Ren approuva, et Alaël n’allait surement pas refuser. Malgré les soins de Ren, elle était vannée, à tel point qu’elle se sentait prête à faire un somme de plusieurs jours. Ils se dirigèrent donc tous les trois vers la sortie, guidés une fois encore par Akiro, et atteignirent bientôt l’air libre, ne rencontrant plus aucun obstacle sur leur chemin. Alaël inspira profondément, laissant l’air frais remplir ses poumons. La lumière du soleil était aveuglante après avoir passé tout ce temps dans un éclairage artificiel. Ren alla s’asseoir sur une pierre des environs, exténué lui aussi, et les yeux fermés, se laissa aller à un peu de repos. Alaël en profita pour regarder Akiro, se demandant à quoi il pouvait bien penser. Certes, ils avaient remporté une victoire contre le savant fou, mais il en avait tout de même réchappé, et une lourde épée de Damoclès pendait désormais au-dessus de leur tête à tous les trois. Elle demanda :

« Ça va Akiro, pas trop déçu qu’il ait réussi à s’échapper ? La prochaine fois, on l’aura pour de bon ! Et ne t’inquiètes pas pour la Triade, on va gérer comme on peut ! »

Akiro posa son regard sur elle, et elle lui sourit, mais avant que ce dernier n’ait pu répondre, Ren vint s’insérer dans la discussion, prononçant des mots qui la perturbèrent quelque peu :

« Alaël, j’ai quelque chose à te dire. Il semblerait que j’ai, par accident, récupéré des souvenirs de Gyaku, il fait référence à un mage capable de modifier la mémoire des gens, le docteur Dan. D’après ce que Gyaku sait, il semblerait qu’il soit dans les recoins de Mulfass, je n’arrive pas à en savoir plus et je suis incapable de te dire où c’est puisque je ne connais pas la géographie du monde. »

Alors, Akiro avait raison en disant que Gyaku connaissait un tel mage. Ce dernier avait en sa possession les moyens de lui faire retrouver tous ses souvenirs… Ou bien d’en inventer de faux ! Elle se perdit dans ses pensées, oubliant un instant qu’elle n’était pas seule dans un quelconque recoin de ce monde. Elle pesait le pour et le contre de cette opportunité. Ses souvenirs valaient-ils la peine de prendre le risque de perdre ceux qu’elle avait réussi à se faire depuis que Maître Yurik l’avait recueilli ? Elle aurait peut-être pu rester ainsi pendant des heures, à retourner encore et encore tout ce qui lui passait par la tête, mais préféra revenir à l’instant présent. Après tout, ce qu’elle avait devant elle avait suffisamment de valeur que pour qu’elle n’ait pas à se soucier du futur ! Elle laissa alors la joie l’envahir. Elle se dirigea vers Akiro et lui passa un bras autour des épaules, et s’exclama d’un ton claironnant :

« Bon les gars, faudrait peut-être qu’on arrête de prendre racine non ? Imaginez un instant que les renforts débarquent ! Du nerf voyons ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 80686
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Mer 2 Nov - 19:29

Ils avaient vaincu Gyaku, le créateur d'Akiro. Cependant, aucun d'eux trois n'en était ressorti indemne. Akiro avait été bien blessé par l'explosion un peu plus tôt. Ren avait affronté Gyaku sur le territoire sacré de son esprit. Et Alaël avait affronté un bon paquet de mages et avait récolté quelques blessures. Certes, Ren venait de les soigner lorsqu'il les avait enlacés. Mais cela n'effaçait pas la fatigue. Chacun avait lutté jusqu'aux ultimes limites de son être au seul nom de l'amitié. Tous étaient littéralement morts de fatigue. Y compris Akiro, qui venait d'épuiser sa magie pour leur permettre de partir. Plus aucun ne pouvait vraiment utiliser quelque magie que ce soit. Mais peu importait. Il ne restait plus personne dans ce maudit laboratoire, de toute manière, donc ils n'avaient plus besoin d'utiliser leur magie. Le labo était déserté. Aussi Akiro avait-il proposé à ses amis de quitter cet endroit cent fois maudit pour retrouver l'air libre. Il en avait assez de ce lieu. Heureusement, ses amis avaient tout aussi hâte que lui de quitter ce lieu.

Bizarrement, le retour était environ mille fois plus facile que l'aller, allez savoir pourquoi! Bon, peut-être parce qu'il n'y avait plus aucun obstacle, pas vrai?... Enfin bref, toujours est-il que les trois compères avaient réussi à franchir la porte du labo sans. Ils s'en étaient un peu éloignés puis s'étaient arrêtés, vidés de toute énergie, complétement exténués. Ils avaient besoin de faire une pause et de récupérer un peu d'énergie pour continuer. Ils n'étaient plus mus par la volonté : ils n'en avaient plus... Tout leur stock avait été épuisé. Ren s'assit sur une pierre et Alaël laissa entrer l'air dans ses poumons. Akiro fit de même et ferma les yeux un instants pour profiter de la caresse du soleil. Pour être honnête avec lui-même, il avait bien cru qu'il ne reverrait jamais l'astre de vie, qu'ils ne ressortiraient pas vivants du labo de Gyaku. Mais c'était terminé. Ils avaient gagné et vaincu Gyaku dans cette manche. Le savant fou avait gagné la première près de vingt ans auparavant, lorsqu'il avait modifié le génome d'Akiro. Mais cette fois-ci, c'était la création qui avait surpassé le créateur dans cette manche. Un partout, la balle au centre. Sauf que maintenant, l'ange savait qu'il pouvait gagner. Gyaku n'était plus inaccessible ou invincible. C'était un adversaire fort et sans scrupules, mais qui pouvait être vaincu. La preuve en était là. Oui, il pouvait être vaincu. Et la prochaine fois qu'ils se rencontreraient serait la dernière et se solderait par la victoire complète d'Akiro. Cette pensée serait son leitmotiv jusqu'à ce qu'ils se rencontrent à nouveau. Il rouvrit les yeux et se dit que ce moment était le meilleur des derniers jours...

Apparemment, Alaël avait plus ou moins suivi un raisonnement identique à celui d'Akiro puisqu'elle lui demanda si tout allait bien, en ajoutant que Gyaku avait peut-être réussi à fuir, mais qu'ils l'auraient la prochaine fois. L'ange tourna son regard vers elle, un regard conscient des difficultés, mais amusé. Non il n'était pas déçu. La jeune fille dut le deviner puisqu'elle lui sourit. Cependant, il n'eut pas le temps de lui répondre verbalement car Ren intervint à ce moment-là, en déclarant :

-Alaël, j’ai quelque chose à te dire. Il semblerait que j’ai, par accident, récupéré des souvenirs de Gyaku, il fait référence à un mage capable de modifier la mémoire des gens, le docteur Dan. D’après ce que Gyaku sait, il semblerait qu’il soit dans les recoins de Mulfass, je n’arrive pas à en savoir plus et je suis incapable de te dire où c’est puisque je ne connais pas la géographie du monde.

Dan... Oui, Gyaku lui en avait touché deux mots lors de leur affrontement, mais il l'avait provoqué en déclarant que tout renseignement le concernant lui serait à jamais scellé... Encore une fois, il avait tort. Le savant fou était peut-être un bon stratège, mais il n'avait pas pris en compte la puissance des sentiments qui liaient Akiro, Ren et Alaël... Ainsi qu'une bonne part de chance! Lors du partage d'âme, Gyaku avait involontairement partagé quelques uns de ses souvenirs avec le Dragon Slayer, tant mieux!

Finalement, ils sortaient tous trois de cette aventure grandis. Akiro avait donné une raclée à son créateur, Alaël avait peut-être retrouvé une trace de son passé et Ren semblait avoir accepté sa puissance... Tout était pour le mieux, finalement. Alaël, qui avait semblé s'être perdue dans ses pensées quelques instants auparavant, se dirigea vers l'ange et lui passa un bras autour des épaules en déclarant :

|color=green]-Bon les gars, faudrait peut-être qu’on arrête de prendre racine non ? Imaginez un instant que les renforts débarquent ! Du nerf voyons ![/color]

Akiro éclata de rire et déclara, sur le ton de la plaisanterie :

-J'ai une idée! Si on faisait une petite course avec nos dernières forces? Juste un petit cent mètres, sans magie. Le premier arrivé a gagné!

Mais bien sûr, l'histoire est loin d'être terminée pour Akiro...

FIN DU RP!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☁--Contenu sponsorisé--☁


Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ville en ruine-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Autres Mangas (RPG)