Forum RPG Fairy Tail - 20 Lignes ( soit 360 mots ) Minimum demandées - Bon Roleplayers exigés
 

Partagez | 
 

 Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 101197
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Jeu 8 Sep - 19:46

Me voilà encore dans un lieu qui m’était totalement inconnu, après tout, pour moi, le monde ne se résumait qu’au trajet que j’avais fait jusqu’à maintenant, à savoir: la demeure familiale, quelques villages et enfin la zone montagneuse dans laquelle j’ai vécu avec Grandine. Pff… À chaque fois que je prononçais ou pensais le nom de la dragonne des cieux, je ne pouvais m’empêcher de me sentir coupable, de penser que c’était ma faute si elle était partie et que je faisais tout pour la retrouver. Encore maintenant d’ailleurs, grâce à des informations venant de la guilde dans laquelle j’étais à présent, Silver Dragon, j’avais pu réunir plusieurs témoignages disant que des personnes possédaient une vitesse semblable à la mienne qu’ils activaient selon leurs besoins. Au début, j’étais surpris, puis ensuite, je m’étais dit que je m’en fichais que d’autres partagent le même pouvoir que moi jusqu’à ce que j’en vienne à la conclusion que Gran… la dragonne des cieux pouvait être liée à tout cela. Après tout, j’avais acquis mes pouvoirs d’elle, c’était elle qui m’avait formé et m’avait montré la voie de la magie du ciel: guérison, vitesse et technique de Dragon Slayer.

C’était avec cet état d’esprit que je partis en direction du pays d’Ettinsmoor pour atteindre l’endroit le plus reculé de la région: la ville en ruines. Le voyage ne fut pas long puisqu’avec la rune de téléportation, je pus arriver immédiatement sur les lieux, mais, j’avais quand même réussi à rater mon coup et j’avais dû marcher pour arriver jusqu’à ma destination finale. Les restes de la ville étaient à une dizaine de kilomètres de toute autre habitation, même de la plus simpliste, à croire que les gens craignaient cet endroit. En réalité, après avoir demandé mon chemin, j’avais compris que cette ville était, d’après les rumeurs, infestée de fantômes, mais je n’y croyais pas et j’étais tout de même parti. Au fur et à mesure que je m’en approchais, je sentis les temps se rafraichir, mais je n’avais pas vraiment froid malgré les vêtements que je portais: chemise et pantalon bleus. J‘arrivai finalement aux premières ruines de la ville et je sentais que l’atmosphère de cette région était plus que sinistre, j’en avais froid dans le dos, mes poils se hérissèrent sur ma nuque, ce qui n’était pourtant pas mon genre…

J’avais beau regardé partout autour de moi, à part l’atmosphère, mes sens ne ressentirent rien d’anormal. Je n’utilisais jamais ma vue pour observer un endroit, j’utilisais mon ouïe qui était fine ainsi que mon odorat, héritage de mon entrainement de Dragon Slayer. Pourtant, rien ne perturbait le calme plat de la ville qui n’était plus. Ma curiosité me poussa à me poser certaines questions. Comment cette ville était-elle devenue ruines ? Quel était le phénomène qui avait rayé cette ville de la surface de la terre ne laissant que désolation ? Oui, j’étais bien curieux de le savoir et j’espérais connaître la réponse même si ce problème remontait à des années en arrière.

Soudain, un bruit attira mon attention. Ce n’était pas un bruit isolé, mais plutôt une sorte de galop, comme lorsque je courrai aidé de ma magie et il n’y avait pas qu’une personne, mais plusieurs, un tel vacarme ne pouvait pas être créé par une seule personne tout de même ? Je me mis à courir dans cette direction tout en entendant les sons devenir plus audibles, plus proches et je finis par arriver sur un champ de bataille. Une dizaine de personnes environ, j’étais incapable d’en savoir le nombre exact, courraient dans une même direction, comme s’ils avaient remarqué quelque chose de particulièrement intéressant, mais qu’ils me virent, ils s‘arrêtèrent pour me faire face. J’étais conscient du danger qui planait sur moi, mais d’un autre côté, je ne pouvais pas fuir, j’étais venu jusqu’ici pour en savoir plus sur eux et leurs pouvoirs semblables aux miens. Alors que j’allais commencer la conversation avec eux, dans l’espoir d’avoir une réponse, je vis un cercle de magie identique se former sous chacun d’eux et ils foncèrent droit sur moi. J’activai, à mon tour, ma magie de vitesse pour pouvoir les semer, et heureusement pour moi, ils n’étaient pas plus rapides, je pus ainsi leur faire face et les assommer d’un coup rapide à la nuque ou à l’estomac. Je n’avais pas remarqué que les deux derniers étaient dans mon dos et étaient sur le point de fondre sur moi, armés d’une épée, j’eus juste le temps de me retourner pour les voir lorsque je vis deux objets volants non identifiés extrêmement rapides me dépasser et les frapper de plein fouet pour leur faire perdre connaissance. Stupéfait, je cherchai alors l’origine de ces objets pour remercier mon sauveur et mon regard tomba sur une jeune adolescente. Silhouette fine et élancée avec des formes bien placées, elle avait les cheveux bruns et elle était plus petite que moi d'au moins trente centimètres, pourtant, elle était ma sauveuse.

_ Je te remercie de m’avoir tiré de ce mauvais pas. Je m’appelle Ren. Miryu Ren… Et toi ? Ah oui, j’appartiens à la guilde Silver Dragon, rajoutai-je précipitamment.

J’ouvris les premiers boutons de ma chemise pour lui montrer le tatouage de la guilde avant de la refermer après m‘être assuré qu‘elle l‘ait bien vu. Bien évidemment, je devais, à présent, rajouter à chaque fois le fait que j’appartenais à une guilde. L’appartenance à une guilde allait de paire avec le nom lorsqu’un mage se présentait, cela permettait de savoir d’où il venait, quelles étaient ses intentions principales et qu’il ne devait pas être pris à la légère. J’attendis qu’elle réponde tout en l’observant sans qu’elle s’en aperçoive, quelle était sa magie ? Cela devait sûrement être une force surhumaine pour pouvoir envoyer des objets à une telle vitesse, mais elle répondrait probablement à ma question lorsque nous commencerons à discuter de notre venue ici, sauf si elle ne veut pas discuter et préfère rester seule.


Dernière édition par Ren Miryu le Sam 10 Sep - 21:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 96000
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Sam 10 Sep - 17:07

Alaël était de très mauvaise humeur. En général, cela ne lui déplaisait pas qu'on lui court après, mais pas au sens littéral du terme ! Or, depuis qu'elle avait eu le malheur de mettre les pieds à Ettinsmoor, il ne se passait pas un jour sans que des chasseurs de primes essayent de l'attraper. C'était pourtant la première fois qu'elle venait dans ce pays, elle ne pouvait donc pas avoir commis d'acte justifiant cette conduite.


Enfin, elle savait pour quelle raison on la pourchassait ainsi, même si celle-ci était injustifiée. Le jour même où elle était arrivée dans ce pays, elle avait décidé de participer à une fête d'un petit village où elle s'était arrêtée dans le but d'y passer la nuit. Durant celle-ci, une grande course était organisée, avec une récompense de 10 000 jewels pour le vainqueur. Bien qu'Alaël réussissait à chaque fois à marchander le prix de ses dépenses, un peu d'argent supplémentaire ne pouvait pas faire de mal à sa bourse. Et la course, s'était sa spécialité ! Aucun risque donc de prime abord. Oui mais seulement voilà, elle avait utilisé sa magie pour s'assurer la victoire, et à peine la ligne d'arrivée franchie, les habitants commencèrent à l'insulter et à vouloir la capturer. Elle n'eut d'autre choix que de s'enfuir, sans la récompense qui plus est. Mais les problèmes ne s'arrêtèrent pas là, puisque dès le lendemain, les chasseurs de primes entrèrent dans la danse.


En premier lieu, elle pensa que l'utilisation de sa magie avait été considérée comme de la triche, bien que les autres participants ne s'étaient pas gênés d'en faire de même. Mais elle ne découvrit la véritable raison que le troisième jour. Excédée d'être prise en chasse, elle avait assommé ses assaillants et exigé de savoir ce qu'on lui reprochait. Elle apprit alors l'existence d'un groupe de criminels utilisant une magie de vitesse semblable à la sienne qui faisait des ravages dans les environs, et qui semblait se baser dans les alentours de la ville en ruine.



"Et pourquoi vous n'allez pas là-bas pour les attraper alors ?"


"Bin, c'est qu'ils sont plutôt costaud, on s'est dit qu'on aurait plus de chance avec une fille... Mais c'est encore pire qu'avec eux !"


Après lui avoir asséné un bon direct du droit, elle décida de se mettre en route pour cette fameuse ville en ruine. Principalement pour régler ses comptes avec ceux qui lui causaient tous ces problèmes. Mais aussi, devait-elle se l'avouer, parce qu'elle était curieuse. C'était la première fois qu'elle entendait parler de personnes ayant le même pouvoir qu'elle. Certes, il s'agissait peut-être d'une magie dérivée, mais il n'en restait pas moins que c'était là une information qui pourrait la guider vers son passé oublié. Après tout, les seuls indices qu'elle possédait à ce propos étaient sa magie et son rêve. Trouverait-elle des réponses à ses questions ? Il n'y a qu'en se rendant sur place qu'elle le saurait. Mais avoir un quelconque lien avec ces criminels était-il vraiment ce qu'elle désirait ?


C'est avec toutes ces appréhensions qu'elle arriva aux alentours de cette fameuse ville. L'endroit était pour le moins glauque. Il n'y avait pas le moindre signe de vie, même pas animal. Même les plantes semblaient à moitié mortes. Elle se souvenait avoir entendu des rumeurs sur l'existence de fantômes en ce lieu, et en cet instant, elle se demandait si elles pouvaient s'avérer exactes. Bah, fantômes ou humain, c'était la même chose. Un bon coup bien placé, et l'affaire était réglée ! Encore qu'avec les fantômes, ce n’était pas sur...


Elle continua son chemin, l'atmosphère devenant de plus en plus pesante au fur et à mesure qu'elle se rapprochait de son but. Tout était calme. Trop calme. Vraiment ? N'était-ce pas du bruit qu'elle entendait au loin ? Enfin un peu d'animation ! Et elle ne pensait pas si bien dire ! Après avoir parcouru quelques mètres au pas de course, elle découvrit une scène pour le moins inattendue. Des silhouettes se mouvaient à grande vitesse, dans ce qui semblait être un combat acharné. Celle du centre semblait plus rapide que les autres, ce qui ne pouvait lui faire du tort étant donné que toutes les autres lui fonçaient dessus, dans le but évident de la mettre hors combat. Après quelques secondes, la vue d'Alaël s'habitua aux mouvements, et elle put distinguer de façon claire les combattants : un jeune homme entouré d'environ une dizaine d'adversaires masculins d'âge mûr. Il était clairement désavantagé, mais réussissait malgré tout à mettre ses adversaires au tapis l'un après l'autre.


C'est alors que deux des agresseurs foncèrent dans son dos, brandissant chacun une épée apparemment bien affutée. Et le jeune homme ne semblait pas s'en être rendu compte. "Bon sang, fait gaffe !" cria-t'elle intérieurement. Alaël était trop loin pour rejoindre le groupe, et quand bien même, elle n'arriverait surement pas à les neutraliser tout les deux avant qu'ils n'aient abattu leur victime. Elle plongea la main dans une petite sacoche qu'elle portait à la taille pour en ressortir deux billes de plombs. Son aptitude à calculer les trajectoires était fort heureusement l'un de ses atouts majeurs, et elle put ainsi anticiper où se situeraient ses deux cibles au moment opportun. Les billes s'entourèrent d'un halo verdâtre, et fusèrent droit vers les deux bretteurs. Même de là où elle se trouvait, elle entendu le bruit des impacts qui renversèrent les deux hommes, qui ne se relevèrent plus. Le jeune homme, qui n'avait pu que se retourner au moment où ses projectiles lui sauvèrent la vie, cherchait à présent d'où provenaient ces derniers. Et ses yeux tombèrent sur Alaël. Alors, il la contempla un instant d'un air incrédule. Était-ce à ce point improbable qu'une jeune fille soit en mesure de se battre ? Mais rapidement, l'expression du jeune homme sembla exprimer une profonde gratitude. Elle l'observa plus attentivement, et se rendit compte qu'il était bien plus grand que ce qu'elle avait pensé. "Je lui arrive à peine aux épaules" pensa-t'elle. Elle constata également qu'il ne manquait pas d'un certain charme, et qu'il était plutôt séduisant. Il lui dit alors :



"Je te remercie de m'avoir tiré de ce mauvais pas. Je m'appelle Ren, Miryu Ren... Et toi ? Ah oui, j'appartiens à la guilde Silver Dragon !"


Et sur ce, il commença à déboutonner sa chemise. "Il ne perd pas son temps lui", pensa-t'elle, mais lorsqu'il lui montra son tatouage, elle comprit qu'elle s'était méprise sur ses intentions. C'était la première fois qu'elle rencontrait un mage membre d'une guilde, excepté bien sûr ceux qui avait emmené Maître Yurik. Elle l'observa quelques instants, sans se rendre compte qu'il en faisait de même. Il pratiquait une magie qui augmentait sa vitesse. Avait-il un quelconque rapport avec son passé ? Si c'était le cas, elle ne se souvenait pas de lui. Sortant de ses rêveries, elle lui répondit :


"Je m'appelle Alaël Von Yurik, et je t'en prie, il n'y a pas de quoi. Pardonne ma franchise, mais qu'est ce que tu fais ici ?"


Sans lui laisser le temps de répondre, elle enchaîna avec une question qui lui brûlait les lèvres :


"Tu appartiens à une guilde c'est ça ? Silver Dragon si j'ai bien compris... Je n'en ai jamais entendu parlé. Rassure-moi, ces hommes n'en font pas également partis ? J'ai cru comprendre qu'un groupe de malfrat utilisant une magie de vitesse se trouvait dans le coin, il ne s'agit quand même pas d'une guilde noire ?"


Alors qu'elle observait son interlocuteur, qui semblait par ailleurs amusé de son discours, Alaël sentit une présence sur sa gauche, et entendit une voix suave dire :


"Non, Silver Dragon n'est pas une guilde noire, et ces hommes n'en font pas partie."


Elle tourna la tête en direction de la voix et découvrit un jeune homme aux cheveux roux, tout de noir vêtu et portant une épée sur son dos. Qui pouvait-il bien être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 79446
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Sam 10 Sep - 19:44

Voler. Simplement pour le plaisir de la vitesse. Sentir le vent sous ses ailes. Caresser les nuages. Voler. Tout simplement. Être libre. La chose qu'appréciait le plus le jeune homme dans le fait d'avoir été victime de manipulations magico-génétiques avant même sa naissance. Oui, avoir des ailes et pouvoir voler, c'était vraiment génial, selon notre cher ami Akiro. Mais que faisait-il donc là?

La dernière fois que nous nous étions penché sur le cas d'Akiro Pathfinder, aussi surnommé L'émissaire de l'Au-Delà, il sortait tout droit d'une confrontation avec son cher clone maléfique qui se donnait le nom de Kairo, mais qu'on identifiait plus facilement sous le matricule CRX-23... Et, bien étrangement, Akiro avait, comme la fois d'avant, manqué se faire tuer par son clone. Il s'était donc téléporté tant bien que mal à la guilde, où il été arrivé plus mort que vif. Là, il avait été soigné et avait vite repris des forces. Cependant, il n'était pas censé quitter Deep Blue Palace. Chose qu'il détestait, bien évidemment, puisqu'il détestait l'inactivité s'il ne la choisissait pas. Il avait donc quitté Deep Blue, non pas en utilisant les télé-porteurs, mais en sortant à l'ancienne. Il s'était donc jeté dans le vide et avait volé, sans but, pour le simple plaisir de voler et d'errer à l'infini, parce qu'il n'en pouvait plus d'être cloué à Deep Blue, même si le lieu où résidait la guilde était magnifique.

Et maintenant, il était là, au niveau de la ville en ruine d'Ettinsmoor. Ettinsmoor. Là où il avait vécu pendant 16 ans. Là où il soupçonnait être né. Là où il avait appris la magie. Là où il avait trouvé un frère. Là où il avait trouvé un père et un mentor. Là où il avait appris une partie de ce qu'il était. Là où...

*Tu peux pas arrêter avec ta liste pseudo mélancolique? Tu peux me dire pourquoi je t'ai embauché pour raconter mon histoire si t'en fais toujours des tonnes?*
Bon, Akiro, t'es gentil, mais tu me laisses raconter, oui ou merde? J'arrête seulement si je veux. Et, pour répondre à ta question, dois-je te rappeler que je suis le seul assez fou pour entendre causer les fantômes venant de je ne sais où qui veulent que leur histoire soit connue? Et le seul type assez con qui raconter ces histoires, justement? Bon, maintenant, si tu le permets, je vais reprendre!

Bon, j'en étais où, moi? Ah oui, à ma liste que monsieur Akiro voulait que j'abrège... Bon, bah je vais abréger, comme ça il sera content!

Bref, Akiro se trouvait à Ettinsmoor, et il volait autour de la ville en ruine. Le paysage de la ville en question n'était pas forcément très agréable, mais bon, l'ange se fatiguait quand même encore relativement vite -bon, ok, il avait volé une heure, mais c'était peu comparé à d'habitude...- et il valait mieux se poser pour se reposer au sol plutôt que de perdre le contrôle du vol. Finalement, il n'était pas encore remis.

Alors qu'il se reposait un peu, pour peut-être entamer le chemin du retour -quoique pour le retour, il pouvait toujours se téléporter- dans l'atmosphère très calme du lieu, il entendit un peu d'agitation pas très loin de là où il était. Il alla voir, apparemment, des malfrats s'en prenaient à quelqu'un. Il s'en sortait plutôt bien pour quelqu'un combattant seul contre une dizaine! L'ange se dit qu'il valait peut-être mieux l'aider, mais le temps qu'il arrive, une jeune fille avait achevé les deux derniers qui attaquaient le jeune homme, qui n'était pas inconnu à Akiro. Il arriva cependant à temps pour entendre les présentations. Oui, Ren Miryu, c'était ça! Il se souvenait de l'avoir croisé peut-être une ou deux fois. Apparemment, d'après ce qu'Akiro avait vu, Ren utilisait une magie augmentant sa vitesse...

Et la jeune fille semblait dans le même cas. Elle déclara s'appeler Alaël von Yurik, puis énonça quelques remarques sur les guildes. Quand elle fit une remarque interrogative sur le fait que Silver Dragon fût une guilde noire, l'émissaire de l'au-delà décida d'intervenir :

-Non, Silver Dragon n'est pas une guilde noire, et ces hommes n'en font pas partie.

A ce moment-là, la jeune fille se retourna et observa Akiro. Celui-ci se laissa détailler sans rien dire pendant quelques instants, puis il se présenta :

-Akiro Pathfinder, de la guilde des Silver Dragon, comme Ren. Enchanté.

Se faisant, il enleva sa mitaine gauche et exhiba son avant-bras où se trouvait son tatouage, puis il remit sa mitaine et attendit la suite des événements...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 101197
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Sam 10 Sep - 21:06

_ Je m’appelle Alaël Von Yurik, et je t’en prie, il n’y a pas de quoi. Pardonnes ma franchise, mais qu’est ce que tu fais ici ?

Alaël. Que voilà un joli prénom pour une charmante demoiselle ! J’avais remarqué que son regard avait changé lorsque j’avais commencé à enlever ma chemise, mais n’ayant pas assez d’expériences sociables, je ne pus reconnaître l’expression de son visage. Son élocution était remarquable pour une jeune fille, elle devait venir d’un milieu aisé pour parler de cette manière. Je voulus répondre à sa question lorsqu’elle reprit la parole et enchaina presque immédiatement:

_ Tu appartiens à une guilde c'est ça ? Silver Dragon si j'ai bien compris... Je n'en ai jamais entendu parlé. Rassure-moi, ces hommes n'en font pas également partis ? J'ai cru comprendre qu'un groupe de malfrat utilisant une magie de vitesse se trouvait dans le coin, il ne s'agit quand même pas d'une guilde noire ?

Elle n’en avait pas entendu parler, pourtant, d’après ce que j’avais compris, la guilde était connue comme étant l’une des plus grandes guildes blanches, elle ne devait pas habiter dans un endroit proche de la civilisation, ce qui expliquait aussi sa façon de s‘exprimer. Bref, j’allai répliquer en affirmant que Silver Dragon n’était en aucun cas une guilde noire et que ces hommes n’en étaient pas membres, mais je fus une nouvelle fois coupé dans mon élan par une autre voix cette fois-ci. Décidemment aujourd’hui, ce n’était pas mon jour, tout le monde avait décidé que je devais garder le silence ou quoi ?!

_ Non, Silver Dragon n'est pas une guilde noire, et ces hommes n'en font pas partie.

Je commençai un peu à être irrité, sentant mes émotions changer comme elles le font d’habitude, une brise se mit alors à souffler. Je repris rapidement mon calme avant qu’ils ne s’aperçoivent que j’en étais la source, surtout qu’il ne devait pas y avoir beaucoup de vent dans cette région désertique. Je me tournai vers le nouvel arrivant, tout comme Alaël. Nouvel, puisque la voix était de loin masculine et non féminine, elle avait même un petit côté suave. Son propriétaire était un homme habillé entièrement de noir avec des cheveux roux qui faisaient un contraste étonnant. Il portait dans son dos une épée, et surtout, une paire d’ailes aussi noires que ces vêtements. Je reconnus immédiatement cette silhouette, il s’agissait d’un membre de la guide également, il m’avait marqué à cause de ses ailes, détail que j’avais gardé en mémoire et sur lequel j’étais jaloux. Lui, pouvait se sentir libre et voler dans le ciel infini qui faisait ma force, lui, avait la chance de porter des ailes. Enfin chance… c’était vite dit, qui sait ce que cachait son passé ? Il pouvait être aussi troublant que le mien, voire pire, c‘était possible. En tout cas, je pus me détendre, il ne s’agissait pas d’un ennemi, mais d’un allié puisqu’il appartenait dans la même guilde que moi, mais je n’avais pas le souvenir de connaître son nom. Il se présenta et je pus enfin connaître son nom: Akiro Pathfinder et il possédait son tatouage sur son avant-bras gauche.

_ Enchanté de faire ta connaissance, même si nous nous sommes déjà croisés, je m’appelle Ren Miryu si tu ne connais pas mon nom ou que tu ne l'as pas entendu.

Avec ces derniers mots, je fis comprendre que je me demandais s'il était présent depuis le début de la scène ou s'il venait d'arriver. Je me tournai ensuite vers Alaël qui le détaillait encore du regard:

_ Je vais répondre à ta question. Je suis ici parce que ces gens sont peut-être liés à mon passé, ils possèdent en commun une partie de ma magie, qui n’est pas enseignée à tout le monde. Il n’y a qu’Elle qui le fait c’est sûr…, finis-je par murmurer pour moi-même.

Je replongeai dans mes pensées mais je devais vite en sortir, j’avais tendance à créer un vent tournant autour de moi quand j’étais trop dans mes pensées et je ne voulais pas qu’ils sachent qui j’étais en réalité. Les gens accordaient trop d’importance aux rumeurs et ces dernières disaient que les Dragon Slayers étaient de puissants mages, mais je n’en étais pas un et c’était pour cela que je cachais mon identité jusqu’à ce que cela devienne nécessaire. M’ébrouant mentalement, je ne fis même pas attention aux réactions des deux autres et je rebondis sur quelque chose qu’avait dit Alaël.

_ Tu as dit que les gens du coin étaient des malfrats utilisant une magie de vitesse ? Je ne sais pas si c’est une guilde noire ou de simples mages errants, mais comment le sais-tu ? Il s’agit de ta mission ? Tu es dans une guilde ? Pardonnes mes questions, mais j’aime savoir à qui je m’adresse. J’aimerais aussi savoir pourquoi tu es là Akiro, y a-t-il une mission qui t’a envoyé ici ou alors est-ce une simple coïncidence ? Je suis désolé, je ne devrais pas me méfier de vous alors que nous sommes du même bord mais je ne fais pas confiance à tous les humains, surtout depuis que… Enfin, laissez tomber.

Pourquoi fallait-il toujours que je pense à Grandine ? Dès que quelque chose m’arrivait, je revenais toujours à cette époque où tout me souriait après avoir refait ma vie avec elle. Je n’étais pas capable de tourner la page, je m’accrochais toujours à ces moments de bonheur et je ne pouvais plus démarrer un nouveau mode de vie. Des mages m’avaient forcé à utiliser la puissance qui dormait en moi pour sauver la dragonne des cieux, mais même si elle m’avait permis de me prouver que j’étais un véritable Dragon Slayer en maîtrisant une technique de dragon, elle m’avait séparé de l’être qui comptait le plus à mes yeux, me replongeant encore plus dans la solitude. Néanmoins, j’avais retrouvé un semblant de frère en la personne de Kazuma, le Dragon Slayer des mers, membre de Silver Dragon également, uniquement parce que nous partagions un passé triste et insupportable. Cela montrait que je pouvais de nouveau accorder ma confiance à des humains, alors pourquoi ne pas le faire avec ces deux là ? J’attendis d’avoir les réponses et une meilleure impression d’eux avant de me décider, je verrai bien après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 96000
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Dim 11 Sep - 14:48

Le nouvel arrivant resta silencieux quelques instants, probablement pour laisser à Alaël le loisir de l'observer dans son intégralité. Elle put ainsi découvrir que sous le manteau se cachait une paire d'ailes noires comme la nuit. "Un ange ! J'aurais vraiment tout vu dans ce pays..." ne put-elle s'empêcher de penser. Bin quoi, ce n’est pas tous les jours qu'on croise le chemin d'une créature divine quand même. C'est alors que l'ange en question lui dit :


"Akiro Pathfinder, de la guilde des Silver Dragon, comme Ren. Enchanté."


Sur ce, il retira la mitaine de sa main gauche pour montrer le tatouage qu'il avait sur l'avant-bras, identique à celui que Ren venait de lui montrer précédemment. Un ange dans une guilde de mage ? Bon, à la réflexion, il était peu probable qu'il s'agisse réellement d'un ange. En plus, il n'avait pas d'auréole, donc... Elle jeta un regard furtif en direction de Ren, et fut surprise d'y apercevoir une fugace expression de jalousie. Il y aurait-il une quelconque discorde entre les deux jeunes hommes ? Elle se rendit soudain compte avec effroi qu'elle était seule avec deux mages de guilde, qui avait peut-être pour mission d'arrêter cette bande. Et comme on la soupçonnait d'en faire partie... Ren s'adressa alors au dénommé Akiro, d'un ton qui trahissait une légère irritation :


"Enchanté de faire ta connaissance, même si nous nous sommes déjà croisés. Je m'appelle Ren Miryu si tu ne connais pas mon nom ou si tu ne l'as pas entendu."


Il se tourna alors vers Alaël et lui dit :


"Je vais répondre à ta question. Je suis ici parce que ces gens sont peut-être liés à mon passé. Ils possèdent en commun une partie de ma magie, qui n'est pas enseignée à tout le monde. Il n'y a qu'Elle qui le fait, c'est sûr..."


Il prononça les derniers mots dans un murmure à peine audible, ce qui laissait penser qu'il se parlait plus à lui-même qu'à ses deux interlocuteurs. Pendant ce temps, les pensées d'Alaël se bousculaient dans sa tête. La magie de Ren était donc rarement pratiquée ? Il semblait pourtant que ce soit le cas d'Alaël et des corps gisants sur le sol... Avaient-ils donc tous un lien qui les unissaient ? Pourtant, dans ce cas là, Ren ne devrait-il pas la connaître ? Et qui pouvait bien être ce "Elle" ? Une connaissance qu'ils avaient en commun ? Tant de questions affluaient qu'Alaël en eut presque le tournis, et qu'elle manque de peu de ne pas entendre la suite des propos de Ren :


"Tu as dit que les gens du coin étaient des malfrats utilisant une magie de vitesse ? Je ne sais pas si c’est une guilde noire ou de simples mages errants, mais comment le sais-tu ? Il s’agit de ta mission ? Tu es dans une guilde ? Pardonnes mes questions, mais j’aime savoir à qui je m’adresse. J’aimerais aussi savoir pourquoi tu es là Akiro, y a-t-il une mission qui t’a envoyé ici ou alors est-ce une simple coïncidence ? Je suis désolé, je ne devrais pas me méfier de vous alors que nous sommes du même bord mais je ne fais pas confiance à tous les humains, surtout depuis que… Enfin, laissez tomber."


Bon, au moins, Ren n'était pas là pour la mettre derrière les verrous, c'était déjà ça. Quant à Akiro, il ne semblait pas enclin à se jeter sur elle pour la ficeler comme un saucisson et la traîner tel un sac de pommes de terre jusqu'à la prison du coin, donc, elle pouvait probablement se détendre un peu. Il y avait un bon paquet de questions auxquelles elle devait répondre. Après tout, Maître Yurik lui avait toujours dit que si l'on voulait des réponses à ses questions, il fallait d'abord répondre à celles qu'on lui posait. Et elle avait elle-même quelques questions en réserve. Elle s'éclaircit la gorge et commença sa réponse :


"Hé bien Ren, pour commencer, je ne fais pas partie d'une guilde, disons que je suis autonome... Et si je suis ici, c'est pour des raisons personnelles, même si je ne dirais pas non à une éventuelle récompense."


Elle s'arrêta un instant, cherchant au mieux comment elle allait pouvoir exposer la suite de ces propos. Elle prit une profonde inspiration avant de poursuivre :


"Si j'ai découvert qu'il s'agissait de criminels, c'est parce que des chasseurs de primes pensent que je fais parti de leur bande, à tort je précise. Et après avoir passé dix jours à se faire injustement poursuivre, ce n'est pas le genre d'information que l'on oublie."


Elle sentit une bouffée de colère l'envahir, mais essaya de la maîtriser. Ce n'était vraiment pas le moment de laisser ses états d'âme prendre le dessus. Elle continua :


"En réalité, c'est à cause de ma magie que je suis suspectée. Je possède une magie qui me permet d'augmenter ma vitesse, et je suppose que cela suffit à faire de moi une suspecte potentielle. Pour tous vous dire, je ne peux pas vous affirmer que ces hommes et moi sommes étrangers. Je... je ne possède pas de souvenirs de plus de six ans, et j'espérais pouvoir peut-être découvrir quelque chose en venant ici, en plus de prouver mon innocence. Pour peu que je le sois vraiment..."


À sa grande surprise, une autre émotion vint remplacer la colère : la tristesse. Elle sentit sa gorge se nouer, et ses yeux picoter, signe que les larmes n'étaient pas très loin. Cela était très étrange, car elle ne ressentait jamais cela lorsqu'elle était entourée d'autres personnes. Où était donc passé son éternel sourire dont les gens du visage disaient qu'il ne la quittait jamais ? En cet instant, il était cruellement chassé par les pensées négatives qui l'assaillaient. Était-elle une criminelle ? Ou bien sa famille ? Qui était-elle vraiment ? Au prix d'un gros effort sur elle-même, Alaël parvint à ravaler toutes ces questions, ainsi que ses larmes, et poursuivit sa discussion :


"Tout ce que je connais de mon passé, c'est mon prénom, Alaël. Mon nom m'a été donné par l'homme qui m'a recueilli, Maître Yurik. Je me souviens bien de quelques images, mais elles sont floues et je ne suis même pas sure qu'il s'agisse réellement de souvenirs... Il y a également ma magie, que je semblais déjà maîtriser avant mon amnésie. Je l'appelle Célérité, car elle me permet de maîtriser la vitesse et les mouvements de nombreuses choses. Est-ce la même que tu maîtrises Ren ? Ah oui, il y a aussi cela, que je semblais déjà posséder avant..."


Elle sortit alors son pendentif de sous ses vêtements, exposant à la lumière du jour la magnifique pierre d'orichalque qui l'ornait. Elle prenait un risque en le faisant, ne connaissant rien des deux jeunes hommes auxquels elle s'adressait. Mais ils ne semblaient pas dotés de mauvaises intentions à son égard, et elle décida qu'elle pouvait leur montrer cet objet. Elle se souvint alors des derniers mots de Ren et dit:


"Désolée Akiro, je monopolise la conversation, pourrais-tu nous dire ce que tu fais ici ? Cela m'intrigue aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 79446
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Dim 11 Sep - 17:57

Akiro écouta les diverses répliques de ses deux interlocuteurs sans rien dire, pendant un petit moment. Quand il était arrivé, il avait remarqué l'air jaloux qu'avait arboré Ren en le voyant pendant moins d'une seconde. Il n'avait pourtant pas souvenir de lui avoir causé quelque préjudice que ce soit. Puis, immédiatement après, Ren parut rassuré. Pour la deuxième partie, c'était logique, puisqu'ils étaient de la même guilde. Mais la première partie était plus intrigante... Sans doute fallait-il creuser un peu. Mais ce n'était qu'une simple curiosité. En attendant, autant continuer à écouter la conversation.

Apparemment, Ren était là parce qu'il était possible que ceux qui profitaient encore du goût du sol aient un rapport avec son passé. On sentait dans le "elle" à la fin de sa déclaration la présence d'une majuscule. Sans doute quelqu'un d'important pour lui. Peut-être même quelqu'un qu'il recherchait ardemment au point d'en faire le but de sa vie. Comme Akiro, il recherchait quelqu'un de proche, apparemment. L'ange ressentit une bouffée de compassion pour lui : il partageait un but apparemment semblable et lui souhaitait de tout son cœur de trouver celle qu'il recherchait.

Alors que Ren se taisait en un murmure adressé plus à lui-même qu'aux deux autres, un léger vent tournant souffla tout à coup, agitant le manteau d'Akiro. Puis il cessa tout aussi rapidement qu'il était apparu. Bizarre, vu qu'il n'y avait pas beaucoup de vent dans cette région, normalement... Bizarre... Serait-il possible que Ren fût à l'origine de ce léger souffle de vent? L'ange relégua cette information avec les faibles qu'il possédait déjà, dans un coin de son cerveau qui pouvait tout additionner sans que cela ne perturbe le suivi de la conversation.

En attendant, c'était au tour de la jeune fille prénommé Alaël de parler, apparemment. Elle était là pour prouver qu'elle ne faisait pas partie de la bande, puisqu'elle en avait été accusé à tort, puisqu'elle possédait une magie lui permettant d'accroître sa vitesse. Et, d'après ses dires, elle cherchait aussi des traces de son passé, puisqu'elle ne s'en souvenait pas. Encore une bouffée de compassion de la part de l'ange. Le passé caractérise chaque individu... Le perdre équivaudrait à se perdre soi-même...

Puis, finalement, elle s'adressa à Akiro en s'excusant de monopoliser la conversation. Elle aussi était intéressée par la raison de sa venue ici. Alors, pourquoi les décevoir?

-Une mission? Non, c'est une grosse coïncidence. En fait, il y a peu, j'étais été gravement blessé par ... on va dire, mon ennemi mortel, et je m'en suis sorti de justesse. J'étais censé resté en convalescence à la guilde, mais... Deep Blue Palace est peut-être magnifique, cependant, je n'aime ni l'inactivité forcée, ni l'enfermement trop prolongé. Je suis donc allé voler un peu. J'avais besoin de me sentir à nouveau libre et de réfléchir un peu. J'étais atterri pas loin quand j'ai vu qu'il y avait du grabuge par ici. Le temps que j'arrive, ils étaient tous hors de combat. Au fait, Alaël, joli lancer! Et du coup, me voilà...

Des lapsus? Où ça? Premièrement, la mention de Deep Blue n'avait aucune incidence réelle : Ren connaissait évidemment le nom, et peut-être que ces mots pourraient effectuer un stimulus chez la mémoire de la jeune fille, bien que l'illusionniste n'y crût guère. Ensuite, il avait dit "voler". Pas de problème, Ren savait déjà qu'il avait des ailes et Alaël devait les avoir vues quelques minutes plus tôt. Et enfin, par ses dernière phrases, il répondait en même temps implicitement à la question tout aussi implicite de Ren : il était là depuis le début.

Après qu'il se fût tu, il s'avança vers les malfrats qui étaient encore K.O pour le compte. Il se pencha sur un et chercha au niveau de l'épaule : généralement, les plus faibles membres d'une guilde se tatouaient au niveau de la main ou de l'épaule, surtout dans les guildes noires. Allez savoir pourquoi, c'était comme ça. Et là, il repéra aussitôt quelque chose qu'il avait déjà vu il y avait deux ans environ. Quand? Quand il avait trouvé le labo où Gyaku avait fait ses expériences, là où il avait rencontré Kairo pour la première fois...

Sous le choc, il s'attendait à tout sauf à ça, il recula précipitamment. Il était livide. Il secoua plusieurs la tête et lâcha d'une voix atone :

-Gyaku... Eux!

Le tatouage représentait une sorte d'astrolabe stylisé accompagné de ce qui semblait être un miroir. L'emblème du docteur Gyaku. Très vite, Akiro se ressaisit et se réavança vers le malfrat dont il avait affiché le tatouage. Il saisit au collet et commença à lui foutre une paire de baffe, pour qu'il se réveille. Il n'avait pas encore de faire dans la dentelle... Alors que l'autre se réveillait à peine, Akiro lança, impatient d'en finir :

-Où... est... Gyaku?!

Maintenant, l'autre n'avait plus qu'à répondre, maintenant... Akiro se tourna vers les autres pour leur fournir une explication sommaire :

-Je ne sais pas si vos passés sont en jeu ici, mais apparemment, le mien l'est... Ce type... Il a l'emblème de quelqu'un que ...

Il n'acheva pas sa phrase à l'aide de mots, mais en secouant la tête. C'était suffisant. Il attendit la réaction des deux autres, ainsi que de la réponse du sbire de Gyaku. C'était son sbire, puisqu'il arborait son tatouage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 101197
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Dim 11 Sep - 20:29

Ainsi, Alaël avait été victime d’un malentendu et on pensait qu’elle avait un lien avec les personnes qui gisaient encore sur le sol. Malheureusement, elle ne pouvait savoir ce qu’elle était en réalité puisqu’elle avait perdu la mémoire et ne possédait que les six dernières années de sa vie. Sa magie ainsi que la magnifique pierre qu’elle portait à son cou étaient les deux seules choses qui la liaient encore à son passé oublié. J’eus de la pitié pour elle, elle réussissait à nous faire partager ces informations alors que nous étions des inconnus à ses yeux, tout simplement pour tenter d’en savoir un peu plus sur son passé. Mais avec un passé comme le mien, fallait-il mieux l’oublier ou le garder et se former avec ? En voilà une bonne question ! Mais il était évident de préférer se rappeler ce qu’on était avant pour savoir comment réagir et ne pas devenir quelqu’un d’autre que notre nature profonde. Néanmoins, je compris comment elle avait réussi à me tirer d’affaire quelques instants plus tôt, elle avait utilisé sa magie sur deux objets pour les envoyer à une vitesse telle que le choc était puissant.
Quant à Akiro, il était bien présent depuis le début, il me le fit comprendre de manière indirecte, tout comme moi, je pensais que j’allai bien m’entendre avec lui. Mais sa présence ici n’était que le fruit d’une coïncidence. Il devait rester au Deep Blue Palace, le quartier général de notre guilde, ce dernier ressemblait un château volant dans les cieux pour mon plus grand plaisir. Les membres de la guilde ne pouvaient y accéder qu’en possédant la rune de téléportation distribuée lors de notre entrée, mais elle devenait quelque peu inutile quand on possédait des ailes comme Akiro. Des ailes… Une pure merveille de la nature que j’avais toujours rêvé de posséder. Je devais me ressaisir, ce n’était parce que je voyais des ailes que je devais immédiatement me plonger dans mes pensées et rêver de pouvoir voler avec. Je pensais finalement à ce qu’Akiro avait dit, il était blessé et il n’avait pas encore totalement récupéré.

_ Tu es blessé ? Je…

Je ne pus finir ma phrase, alors que je voulais proposer mes services de guérison, puisqu’Akiro eut une réaction pour le moins surprenante. Il s’était penché sur mes adversaires pour vérifier quelque chose, sûrement s’ils n’appartenaient pas à une guilde noire et ce qu’il y vit le fit réagir. Il prononça un mot que je compris à peine. Yaku ? Gyako ? Qu’est-ce que c’était ? Je vis le symbole déclencheur de tout ceci, il s’agissait du tatouage de la guide des agresseurs, ça ressemblait à un astrolabe, il s’agissait d’un engin pour prendre l’angle entre deux points situés à l’horizon, le plus souvent des étoiles. Akiro repartit immédiatement vers l’homme qui avait la marque, le leva d’une main et le gifla de l’autre pour le réveiller, puis une fois fait, il demanda d’un ton qui n’acceptait aucune réplique:

_ Où… est… Gyaku ?

Cette fois, je pus comprendre le nom complet de la personne dont parlait Akiro. Ce dernier se tourna vers Alaël et moi pour nous fournir une explication, qui nous plongea plutôt dans les questions sans réponses, enfin pour ma part en tout cas. Qui était ce Gyaku ? Quel était le rapport entre ces hommes, l’homme mystère et Akiro ? Trop de questions me venaient à l’esprit et je décidai de les chasser le temps que j’obtienne les réponses plus tard, de la bouche d’Akiro ou autrement.

_ Je ne suis pas sûr que mon passé soit en jeu en tout cas, je crois que tu parles d’un homme, or je cherche une dr…

Je ne pus terminer ma phrase, et heureusement d’ailleurs, j’avais failli leur révéler que je cherchais une dragonne et donc, indirectement, que j’étais un Dragon Slayer. Je devais faire plus attention si je voulais éviter de révéler mon secret, je ne voulais qu’ils aient la même réaction que tous. Waouh ! Un Dragon Slayer ! Tu dois être puissant alors. Je ne voyais pas pourquoi les gens réagissaient ainsi, être dans mon cas, impliquait le fait d’avoir été confronté à des situations douloureuses pour que le dragon vienne à notre rencontre dans le but de nous endurcir avec les capacités que nous possédions déjà et qui étaient requises pour le dragon. La puissance de cette magie s’accompagnait d’une tristesse que je ne pourrais jamais oublier, sans compter la séparation brutale avec Grandine. Bref, si je n’avais pas pu terminé ma phrase, en espérant que mes compagnons du moment n’aient rien remarqué, c’était parce que l’homme que tenait Akiro s’était mis à parler. Surtout que, après avoir croisé le regard terrifiant qu’affichait l’ange, je doutais que quelqu’un puisse lui résister dans cette situation.

_ Gyaku est… dans son labo… planqué dans les montagnes… L'est pas dur à trouver, suffit de suivre le sentier… mais personne vient jamais ici. Pitié, laissez-moi…

Il n’eut pas le temps de finir sa demande qu’Akiro l’assomma proprement et se dirigea immédiatement vers le sentier, suivi par Alaël et moi. J’en profitai alors pour répondre à Alaël.

_ Tu m’as demandé si je maîtrisais la même magie que toi, n’est-ce pas ? Et bien, j’en doute, ma magie ne peut pas affecter les objets inanimés comme tu le fais.

Et surtout, j’avais appris cette magie de Grandine et je doutais fort qu’Alaël l’ait apprise de cette manière également. Surtout que ce genre de magie était, au départ, faite pour combattre les dragons, mais je n’avais développé que les parties non combattives de la magie du ciel.

_ Je ne pense donc pas être lié à ton passé. Désolé…

Je l’étais sincèrement, je comprenais la douleur qu’elle cachait de ne pas avoir une véritable identité, de ne pas savoir qui elle était, comment elle devrait réagir. Mais rien ne pouvait empêcher le fait qu’elle ait un lien avec cette histoire, malgré le fait que j’en avais aucun. D’ailleurs, je savais que j’en avais aucun, je le sentais, alors pourquoi continuais-je la route avec eux ? Par esprit de camaraderie ? De curiosité ? Ou simplement à cause de ce petit espoir qui brillait en moi en me disant que j’allai sûrement revoir Grandine ? Il y avait de nombreuses raisons possibles, mais quoi qu’il en soit, toutes étaient valables pour je continue cette aventure qui prenait une tournure bien mystérieuse. Et puis, ils pourraient peut-être avoir besoin de mon aide, vu que ma magie se spécialisait dans le
soutien.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 96000
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Mar 13 Sep - 7:54

Akiro avait écouté en silence les divers propos échangés par Alaël et Ren, sans manifester la volonté d'intervenir. Il n'avait pas réagi en entendant les raisons de leur présence, si ce n'est une légère modification dans son regard au moment où les passages les plus tragiques de leur existence avaient été évoqués. Il ne parla que lorsqu'Alaël lui demanda d'exposer à son tour la raison de sa présence :


"Une mission? Non, c'est une grosse coïncidence. En fait, il y a peu, j'étais été gravement blessé par ... on va dire, mon ennemi mortel, et je m'en suis sorti de justesse. J'étais censé resté en convalescence à la guilde, mais... Deep Blue Palace est peut-être magnifique, cependant, je n'aime ni l'inactivité forcée, ni l'enfermement trop prolongé. Je suis donc allé voler un peu. J'avais besoin de me sentir à nouveau libre et de réfléchir un peu. J'étais atterri pas loin quand j'ai vu qu'il y avait du grabuge par ici. Le temps que j'arrive, ils étaient tous hors de combat. Au fait, Alaël, joli lancer! Et du coup, me voilà..."


Et oui, Alaël était une pro pour tout ce qui concernait les lancers. D'ailleurs, elle était une championne au jeu de fléchettes ! Elle analysa plus en détails les propos qu'Akiro venait de prononcer alors que celui-ci allait inspecter les corps inertes des assaillants de Ren. Il avait parlé d'un lieu, Deep Blue Palace, qui était si elle avait bien compris le lieu où se trouvait leur guilde. Un lieu magnifique selon ses dires, qui piquait la curiosité d'Alaël. Elle se souvint ensuite qu'il avait été blessé par son ennemi mortel, et que ses blessures n'avaient pas totalement cicatrisées. Était-il vraiment en état de se déplacer ainsi ? Elle savait prodiguer les premiers soins, mais ses compétences médicales se limitaient à cela. Il avait aussi évoqué un ennemi mortel. Elle se demandait si elle avait quelqu'un dans sa vie qu'elle pouvait considérer comme tel. Aussitôt, une image s'imposa à elle. Deux yeux bleus ciel étincelants encadrés par des flammes. Elle fut prise d'un frisson qui lui parcourut toute l'échine. Quel que fut cet homme, il était celui qui correspondait le plus à cette définition. Mais elle ne put s'attarder plus longtemps dans ses pensées, car elle sentit un changement dans le comportement d'Akiro. Il contemplait d'un regard incrédule un tatouage sur le bras d'un des hommes au sol, et eut un mouvement de recul.


"Gyaku... Eux !"


Giakoueut ? Était-ce le nom de l'homme ? Ou bien celui du symbole représenté ? Non, d'après ce qu'elle pouvait voir, il s'agissait d'un astrolabe, accompagné... d'un miroir ? Elle n'eut pas besoin de réfléchir plus longtemps à ce que pouvait signifier cet étrange mot qu'Akiro se mit à gifler sans ménagements l'homme afin de le réveiller. Et lorsqu'il ouvrit les yeux, il lui demanda :


"Où... est... Gyaku ?!


Aaaaah. Elle venait de comprendre ce qu'Akiro avait dit précédemment. Maintenant, qui était ce "Gyaku", elle n'en avait aucune idée. Akiro reprit la parole, afin d'expliquer son comportement :


"Je ne sais pas si vos passés sont en jeu ici, mais apparemment, le mien l'est... Ce type... Il a l'emblème de quelqu'un que ..."


Il ne termina pas sa phrase, se contentant de secouer la tête. Mais nul doute que ce Gyaku n'était pas étranger à Akiro, et qu'il ne le portait pas dans son cœur. Pendant ce temps, l'humeur d'Alaël qui n'était déjà pas au beau fixe descendit encore d'un cran. Si elle avait un quelconque rapport avec ces hommes qui utilisait une magie de vitesse, elle devait sûrement en avoir un avec ce Gyaku, et à voir l'expression d'Akiro, cet homme ne devait pas être des plus fréquentables. Elle commençait vraiment à avoir peur de se découvrir un lien avec toute cette affaire. Heureusement, Ren choisit à ce moment-là de prendre la parole, ce qui eut pour effet positif d'accaparer l'attention d'Alaël :


"Je ne suis pas sûr que mon passé soit en jeu en tout cas, je crois que tu parles d’un homme, or je cherche une dr…"


Une dr quoi ? Une dragueuse ? Une dragée ? Une dryade ? Mouais, tout cela semblait peu probable... Mais il ne semblait pas décider à en dire davantage, au grand regret d'Alaël. Elle n'était donc pas la seule à posséder un passé trouble, et à avoir des mystères pour compagnons de route. Dans un sens, cela la rassurait, bien qu'elle compatisse aux souffrances des deux jeunes hommes. Cet à cet instant que l'homme passé à tabac se décida à répondre à la question d'Akiro :


"Gyaku est… dans son labo… planqué dans les montagnes… L'est pas dur à trouver, suffit de suivre le sentier… mais personne vient jamais ici. Pitié, laissez-moi…"


Quel sentier ? Elle vit alors le sentier en question, qui justement se dirigeait vers les montagnes. Alaël entendit un bruit sourd, et vit que l'homme était de nouveau plonger dans un profond sommeil, provoqué probablement par un coup bien placé d'Akiro. Il avait eu de la chance qu'il ce ne soit pas servi de son épée. Akiro emprunta alors le sentier, dans le but évident d'aller à la rencontre de Gyaku. Elle le suivit instinctivement, bientôt imitée par Ren qui marcha à sa hauteur, et lui dit :


"Tu m’as demandé si je maîtrisais la même magie que toi, n’est-ce pas ? Eh bien, j’en doute, ma magie ne peut pas affecter les objets inanimés comme tu le fais."


Rien de bien étonnant en soi, elle s'en était doutée. Bien sûr, cela aurait été une grande satisfaction pour elle, car elle aurait pu d'office écarter l'hypothèse d'appartenir au groupe dont ils étaient en train de s'éloigner. Mais bon, c'était ainsi. Ren conclut en lui disant :


"Je ne pense donc pas être lié à ton passé. Désolé…"


Il semblait sincèrement désolé de ne pouvoir lui apporter de réconfort. Alaël se demandait qu'elle expression elle pouvait arborer en cet instant. Mais quoi qu'il en soit, elle devait se ressaisir, car elle avait l'impression que ce qui les attendait au bout de ce sentier n'était sûrement pas un accueil chaleureux. Elle prit néanmoins la peine de répondre à Ren :


"Ne t'inquiète pas pour moi, je me suis habituée à ne plus avoir de souvenir. Ce n'est pas agréable, certes, mais je préfère me focaliser sur le présent. J'ai une tâche que je considère comme plus importante que la recherche de mes souvenirs. En tout cas, il semblerait que l'on soit tous les trois à la recherche de quelque chose."


Elle sourit en prononçant ses derniers mots, un sourire empreint de chaleur, accompagné d'un clin d'œil amical. Elle commençait à se reprendre en main, et peut être que la présence des deux jeunes hommes n'y était pas étrangère. Elle s'autorisa même à ajouter :


"Si jamais je peux t'aider à retrouver la personne... La chose... Enfin, ce que tu cherches, n'hésites pas à me demander. Si je peux être utile..."


Elle accéléra alors légèrement sa marche, afin de se tenir à la hauteur d'Akiro, qui regardait fixement devant lui, observant une destination encore invisible pour l'instant. Il ne semblait même pas avoir remarqué qu'elle se tenait à ses côtés. Elle s'éclaircit la gorge pour attirer son attention, et lorsqu'il tourna les yeux dans sa direction, elle lui dit :


"Akiro, je tenais à te dire que... Je... Enfin, même si je venais à avoir la confirmation d'être liée à ces hommes et à ce Gyaku, je t'aiderai à les affronter, si c'est ce que tu désires... Quel que soit le lien qui pourrait nous unir, je n'accepte pas les actes qu'ils commettent, en blessant des innocents et en semant la terreur derrière eux. Je sais que cela n'enlève rien à ce que je pourrais avoir fait par le passé, mais si tu veux bien de mon aide, et bien je te l'offre."


Akiro la regardait sans répondre. Son expression était indéchiffrable, ou peut être Alaël craignait-elle d'y découvrir une hostilité à son égard. Elle décida cependant de lui poser une question, dont elle n'était pas sure d'obtenir une réponse :


"Est-ce que tu pourrais me parler un peu de Gyaku ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 79446
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Ven 16 Sep - 19:18

Akiro avait saisi le malfrat au colbac et lui avait foutu de belles baffes pour le faire émerger. L'autre devait se demander ce qu'il lui arrivait, puisqu'il n'avait même pas eu le temps de reprendre ses esprits qu'Akiro lui demandait d'un ton qui ne laissait aucune place à une quelconque tergiversation où se trouvait Gyaku. Gyaku... L'homme qui était responsable de tout ça. Qui était responsable du fait que l'ange ne connaissait pas sa famille et qu'il avait des ailes. Qu'il passait parfois pour un monstre, puisqu'il différait du commun des mortels. Et qui était aussi responsable de l'existence de Kairo, qui n'était après tout pas censé exister, n'étant à l'origine que le clone d'Akiro, et donc de tous les désagréments que son double lui avait causés...

Alors qu'Akiro venait d'expliquer son comportement, Ren répondit qu'il n'était sans doute pas concerné, puisqu'il ne cherchait pas un humain, mais une dr... et il s'interrompit. La faible partie d'Akiro qui n'était pas obnubilée par la colère enregistra ceci avec les autres "données" qu'il avait glanées jusque là sur Ren. Cependant, il n'eut pas le temps d'analyser ces paroles que le malfrat lui répondit :

-Gyaku est… dans son labo… planqué dans les montagnes… L'est pas dur à trouver, suffit de suivre le sentier… mais personne vient jamais ici. Pitié, laissez-moi...

Pitié? Jamais pour les chiens de Gyaku. Akiro ne le laissa pas finir et l'assomma proprement -un double coup sur les tempes est efficace sur à peu près n'importe qui- . Finalement, peut-être avait-il eu pitié, puisqu'il ne l'avait pas tué? C'est surtout qu'il n'était pas un tueur et qu'il préférait reporter toute sa colère sur Gyaku, pas sur ses pions... L'autre n'avait même pas fini de s'effondrer qu'Akiro empruntait rageusement le sentier en question. Cette fois, il trouverait Gyaku et lui ferait payer! Il ne trouverait pas qu'un labo vide, il se le promettait! Cette fois, il pourrait se venger.

Tout à ses ruminations rageuses, l'ange ne remarqua pas tout de suite que ses deux "camarades d'aventure", dirons-nous, l'avaient suivi. Quand il s'en aperçut, la partie de lui qui était encore lucide s'en amusa. Le suivaient-ils parce qu'ils étaient curieux ou pour une autre raison? Bonne question... Bien que ce fût sans doute par curiosité. De même qu'ils ne s'était pas aperçu que les deux autres le suivaient, il ne remarqua pas tout de suite qu'Alaël s'était mise à son niveau. En réalité, il ne s'en aperçut que lorsqu'elle toussota pour attirer son attention. Juste après, elle lui dit qu'il était possible qu'elle fût liée à Gyaku, mais que même si c'était le cas, il pouvait compter sur son soutien. L'illusionniste la regarda. L'éventualité qu'elle fût autrefois un sbire de Gyaku ne l'avait même pas effleuré. Il se morigéna. Il n'utilisait pas son intelligence. Il n'analysait pas les choses comme il le fallait. Il se concentrait trop sur sa rage. Ce n'était pas bon. Lorsqu'Alaël lui demanda qui était Gyaku, Akiro inspira profondément pour se calmer, puis il s'arrêta. Il préférait être immobile pour raconter cette histoire.

-Gyaku... C'est un scientifique retors. Il a le projet de créer une race de mages supérieurs, en les dotant de divers attributs en modifiant leurs génomes. Il a à son actif, en plus de l'expérimentation illégales sur des cobayes humains, des enlèvements, des meurtres, des vols et tant d'autres choses que je ne peux pas en faire toute la liste. Il dirigea une sorte de guilde, si on peut dire, dans laquelle les plus hauts membres sont des scientifiques mages qui ont chacun leur spécialité. Gyaku a enlevé ma mère environ deux ans avant ma naissance et lui a fait subir beaucoup d'expérimentations, dont une modification profonde du génome et une puissant apport magique. Puis il lui a fait modifié la mémoire pour qu'elle le prenne pour son médecin. Il a ainsi pu suivre son expérience en toute impunité, jusqu'au jour où je suis né. Là, il a compris que son expérience était un succès, puisque j'avais des ailes. Il a juste eu le temps de me prélever un peu d'ADN, car un de ses scientifiques a eu pitié de moi et m'a amené dans un orphelinat de la région. J'ai grandi à Ettinsmoor... L'histoire pourrait s'arrêter là, avec mon ADN, Gyaku a réussi à me cloner. J'étais le sujet RX-23. Mon clone est devenu CRX-23. Pendant seize ans, il a été le cobaye de Gyaku pour diverses expériences. Un jour, je l'ai libéré du labo où il était, croyant y trouver Gyaku. Malheureusement, il était déjà parti, et mon clone est mon complet opposé. Il vit désormais pour le mal et se fait appeler "Kairo Redpath".. C'est lui le responsable de la blessure qui m'a immobilisé un peu à Deep Blue.... Voilà, tu sais tout. Cependant, je ne pense pas que tu aies pu faire partie de sa guilde. Mais il y a un mage qui manipule les mémoires dans cette guilde... S'il est là, peut-être pourrons-nous le persuader de permettre d'accéder à mémoire perdue...

Il termina sa tirade sur un ton à moitié interrogatif, puisque cet aspect des choses ne résultait au final que de la volonté d'Alaël. Pendant qu'il parlait, Ren les avait rejoints et avait donc entendu ce que l'illusionniste disait. Akiro, justement, s'étonnait d'avoir partagé son passé avec deux quasi-inconnus, lui qui avait l'habitude de rester assez secret sur lui-même... Décidément, avoir eu des "nouvelles" de Gyaku l'avait changé du tout au tout... Il se giflea mentalement et se recentra. Il était temps d'utiliser ce qui lui permettait d'utiliser sa magie : son cerveau.

Presque immédiatement, il eut une petite réponse à une question qu'il s'était posé auparavant. Avec tous les éléments qu'il avait glané depuis le début de cette histoire, il était presque sûr d'avoir deviné la magie de Ren, et, partant, d'avoir deviné, du moins en partie, son passé et qui il cherchait. A première vue, ce n'était qu'un mage de vitesse, mais du vent s'était manifesté un peu après et semblait venir de Ren. Par la suite, il avait proposé -Akiro s'en rendait compte maintenant- de le guérir. Ou du moins, il semblait en avoir eu l'intention avant qu'Akiro s'énerve sur le sbire de Gyaku. Et enfin, ce "dr". "Dr" comme "Dragon", ou "Dragonne", bien sûr! Un Dragon Slayer! Et sans doute un Dragon Slayer des Cieux, au vu des éléments dont il disposait. Restait à en avoir la vérification... Il se mit à réfléchir tout haut, comme élaborant un plan d'intrusion dans le labo de Gyaku. Il ne foncerait pas tête baissée. Sa colère serait froide, dure et lucide.

-Alors... Nous sommes trois pour prendre d'assaut un labo avec je ne sais combien de mages. Nous ne pouvons pas vraiment foncer sans réfléchir. Bien sûr, si nous disposions avec nous d'un mage aux capacités offensives ultra-boostées, comme un Dragon Slayer, par exemple, ça serait différent, mais là, on n'en a pas, donc on va faire autrement... Voilà ce que je propose : Alaël, tu possèdes une magie proche de celle de ces types, là-bas, pas la peine de te le rappeler -mais je viens de te dire que tu n'as sans doute aucun lien avec eux, donc bon,... - ça peut peut-être servir. Tu vas te faire passer pour un des leurs et nous ouvrir l'accès, d'accord? Ren, j'aimerais que tu reste en soutien, au cas où quelque chose se passerait mal. Quant à moi, j'ai déjà pu observer un de leurs labos. Je ne pense pas que le plan ait changé. Et dès que je veux aller quelque part, je sais où aller... Je crois que c'est une conséquence des expériences de Gyaku. Je sais où est le coeur, là où j'ai plus de chances de trouver celui que je cherche. Donc, Alaël, tu nous offres l'accès, je m'occupe des scientifiques qu'on croisera et je nous amène au coeur et Ren, tu nous sers de soutien et tu couvres nos arrières. Vous acceptez de faire comme je dis?

En parlant des Dragon Slayer, il s'était arrangé pour pouvoir assister à la réaction de Ren. En même temps, il venait de bricoler une pseduo-stratégie d'approche en quelques secondes. Pas mal pour quelqu'un qui avait perdu toute lucidité à peine quelques minutes plus tôt, non? Une fois qu'il eu reçu les réponses de ses camarades, il repartit sur le sentier et ne tarda pas à atteindre une zone donnant droit sur une porte blindée. Au-dessus se trouvait une sorte de fenêtre qui devait offrir une excellente vue sur la zone. Très vite, Akiro se rabattit derrière la paroi à côté de laquelle il se trouvait, entraînant ses camarades avec lui. Puis il se tourna vers Alaël et hocha simplement la tête : à elle de jouer, maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 101197
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Sam 17 Sep - 13:48

Alaël semblait plongée dans ses pensées, mais cette impression ne dura pas et à la vue de son sourire chaleureux et son clin d‘œil, je me disais qu’elle devait peut-être cacher ses sentiments ou alors elle était vraiment sincère et se sentait mieux. Je ne savais pas quoi penser, mais lorsqu’elle proposa son aide pour retrouver Grandine, cela me fit chaud au cœur, elle ne me connaissait pas plus que cela, elle était à la recherche de son passé, et pourtant, elle pensait encore à m’aider dans mes recherches: Alaël avait un cœur généreux. Elle accéléra pour être à la même hauteur qu’Akiro qui fonçait tête baissée, tel un taureau en pleine charge, mais elle réussit à se faire entendre et lorsqu’elle finit de parler, Akiro s’arrêta et lui répondit, ce qui me permit de les rejoindre. Bien que j’aurais pu le faire avec mon sort de vitesse, je ne voulais pas trop utiliser ma magie au cas où j’en aurais besoin plus tard…
Akiro s’était lancé dans un monologue et nous pûmes comprendre qui était Gyaku, une personne qui ne pouvait plus s’appeler humain, il était tellement plongé dans ses recherches qu’il était capable de tout, il était un scientifique aveuglé par des résultats qu’il voulait obtenir et qu’il obtiendrait par tous les moyens. Ce fut ce que je retins de Gyaku. Akiro expliqua également comment il avait eu cette blessure, à cause de son clone totalement opposé à lui qui préférait les ténèbres à la lumière. La seule bonne note de cette histoire, c’était qu’Alaël avait très peu de chances de faire partie de cette guilde et qu’il existait un mage qui devrait être capable de l’aider. Elle devait en être heureuse.
Akiro se tut et semblait de nouveau se plonger dans ses pensées, il m’avait l’air de quelqu’un qui était capable d’utiliser pleinement son cerveau et cela me faisait un peu peur, mais il ne pouvait découvrir ma véritable identité, c’était impossible. Pourtant, lorsqu’il reprit la parole, il résuma la situation: trois mages face à un nombre de mages inconnu mais sûrement supérieur au nôtre; et ajouta qu’un Dragon Slayer ne serait pas de trop. Je déglutis difficilement, mais je me forçais de garder une expression naturelle pour ne pas me dévoiler. Avait-il des soupçons envers moi ou pensait-il à la puissance du maître de notre guilde qui était tout comme moi ? Voilà une question dont j’aurais aimé avoir la réponse. Il nous proposa un plan d’attaque qui tenait la route: Alaël allait se faire passer pour l’un des leurs afin de pouvoir pénétrer dans le labo, puis Akiro foncerait et je les soutiendrais du mieux que je puisse. Un instant…

_ Comment sais-tu que j’utilise une magie de soutien ? Peu importe, ce plan me convient et je suis capable de vous venir en aide. Alaël, tu n’utiliseras que ta magie offensive, je peux augmenter vos vitesses avec ma magie, cela vous évite de le faire de vous-mêmes. Mais je vous préviens, ma magie offensive ne sera à utiliser qu’en dernier recours, je ne le ferai que s’il a un réel danger.

Je sentis leurs regards lourds de questions, mais je fis comme si de rien n’était. Il était évident que je leur cachais ce que j’étais réellement, Akiro s’en doutais déjà, il venait de me piéger tout en m’observant et malgré mes précautions, il avait dû remarquer ma gêne. Quant à Alaël, je ne savais pas trop ce qu’elle pensait, mais j’étais certain qu’elle devait se demander pourquoi tant de secrets sur ma magie. Nous finîmes par repartir en direction du labo, qui ne tarda pas à être sur notre chemin. Comme prévu, Alaël devait entrer en scène, mais je devais tout d’abord faire une chose:

_ Attends, je… je… je dois vous avouer quelque chose. Je ne suis pas qu’un simple mage de vitesse comme je veux le faire croire. Akiro, tu es brillant, j’ai très bien compris que tu avais découvert ce que j’étais. Je ne voulais pas vous le dire, mais vous m’avez révélé vos secrets, il est normal que j’en fasse autant. Je ne suis pas à la recherche d’un humain, mais d’une dragonne puisque… je suis le Dragon Slayer du ciel.

Je marquai une pause pour observer leurs réactions, mais en voyant que leurs expressions étaient toujours les mêmes, je continuai:

_ Malheureusement, je ne suis pas aussi puissant que les autres, je suis incapable de maîtriser les cieux, alors je n’utilise que la magie du ciel qui est une magie de soutien: vitesse et soins. Je pourrai utiliser mon souffle du dragon, mais soit je l’utilise à une petite intensité et je suis capable de poursuivre, soit j’y vais à pleine puissance et je reste épuisé par l’effort. Voilà pourquoi je vous disais que je ne l’utiliserais qu’en dernier recours. Vous savez tout maintenant…

Quelles allaient être leurs réactions ? Fascination de voir le fils d’un dragon devant eux, mépris parce que je ne savais pas maîtriser la puissance qui me tendait les bras. Ce n’était que deux des innombrables réactions qu’ils pourraient avoir, mais j’espérais qu’ils ne me verraient pas d’un autre œil, j’étais et je resterai Ren, un jeune homme qui cache la puissance qui dort en lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 96000
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Sam 17 Sep - 19:09

Alaël regrettait d’avoir posé cette question. Elle craignait de faire ressurgir de douloureux souvenirs à Akiro, chose dont il ne semblait pas avoir besoin en ce moment. Elle s’était montrée indiscrète en le faisant, Akiro aurait probablement donné davantage de détails s’il l’avait souhaité. Elle fut donc surprise lorsqu’il s’arrêta pour raconter son histoire.


Gyaku était un scientifique qui faisait des expériences humaines. Charmant… Et Akiro était l’une de ses victimes, qui avait subi les répercussions des nombreuses expérimentations que sa mère avait subie après son enlèvement. D’où l’origine de ses ailes. Mais Gyaku ne s’était pas limité à cela, il avait poussé le vice jusqu’à le cloner, et désormais, son clone était devenu son ennemi juré. Alaël n’avait que rarement entendu parler d’autant de cruauté. De toute évidence, Gyaku était pire que le plus abominable des monstres. Quant à ce clone… Elle ne savait pas si elle devait le plaindre ou bien le rajouter à sa liste noire. Elle décida d’opter pour la seconde option. Akiro lui révéla alors ses doutes quant aux éventuels liens qu’elle pourrait avoir avec cette organisation. Elle faillit pousser un hurlement de joie, mais au vu des circonstances préféra s’en abstenir. Après tout, la vérité pouvait être bien pire… Enfin, Akiro conclut en lui parlant d’un mage capable de manipuler la mémoire des gens, et donc de la possibilité qu’il puisse lui permettre de retrouver ses souvenirs. Elle rangea cette information dans un coin de sa tête. D’une certaine façon, c’était assez tentant. Mais elle craignait en même temps ce que ce mage pourrait faire à son cerveau, s’il lui rendrait ses vrais souvenirs et non des fabriqués comme pour la mère d’Akiro. Elle décida d’aviser le moment venu. Pour le moment, il y avait plus important à faire. Un dur combat les attendait, et elle devait se concentrer sur ce fait.


Le problème, c’est qu’Alaël ne connaissait que sa magie, elle ignorait celle de ses deux compagnons. Pour Akiro, c’était le blanc total. Pour Ren, elle n’avait que quelques indices. Elle savait que sa magie lui permettait d’augmenter sa propre vitesse, et probablement celle d’autres êtres vivants, étant donné qu’il lui avait précisé ne pas pouvoir modifier celle des objets inanimés. Une magie de soutien donc ? Après mure réflexion, elle se souvint également l’avoir vu concerné lorsqu’Akiro avait dit être blessé. Avait-il des capacités de guérison ? Cela confirmait ses pensées sur la magie de soutien. Mais de quelle nature pouvait-elle être ? Elle essaya de se souvenir de ce que Maître Yurik lui avait enseigné sur les différentes magies de ce monde. Elle avait l’impression de connaître la réponse à ses questions, mais elle n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. Ses réflexions furent interrompues par la voix d’Akiro.


Il ne tarda pas à faire connaître son plan d’assaut. Ses connaissances sur l’ennemi se révélaient un atout précieux pour les trois mages, et Dieu seul sait combien ils en avaient besoin ! En effet, lorsque la situation fut exposée, celle-ci ne se montrait pas fort brillante. Ils étaient peu nombreux, face à un nombre inconnu d’ennemis. Et quelque chose disait à Alaël qu’il n’y avait pas que Gyaku dans ce labo.



« Bien sûr, si nous disposions avec nous d'un mage aux capacités offensives ultra-boostées, comme un Dragon Slayer, par exemple, ça serait différent, mais là, on n'en a pas, donc on va faire autrement... »


Dragon Slayer ! Le terme lui fit l’effet d’une décharge. Maître Yurik lui avait parlé de ces mages auxquels les dragons avaient appris leur magie. Tout s’éclairait maintenant. Le mystérieux mot inachevé devait être « dragon » ! Donc Ren devait être l’un d’eux ! Et plus précisément le Dragon Slayer du ciel, qui était spécialisé dans la magie du ciel, capable de fournir soin et vitesse ! Comment avait-elle pu ne pas faire le rapprochement ? Maître Yurik lui offrirait surement un sermon de son cru s’il venait à l’apprendre… Et elle espérait de tout cœur en avoir un jour l’occasion… Quoiqu’il en soit, Akiro avait dû deviner bien avant elle quelle type de magie utilisait Ren, d’où ses allusions aux Dragon Slayer. Son attention fut brusquement attirée lorsqu’elle entendit son nom. Akiro était en train de suggérer qu’elle utilise sa magie pour se faire passer pour l’ennemi. Elle devrait ouvrir le chemin, afin de berner les gardes de l’entrée. Puis Akiro ferait le ménage, et les guiderait dans le laboratoire. Quant à Ren, il servirait de soutien. Ainsi, tout le monde avait son propre rôle à jouer dans la bataille qui les attendait.


Ren prit alors la parole. Il demandait à Akiro comment il savait que sa magie était spécialisée dans le soutien. Ce faisant, il tombait droit dans le piège tendu par Akiro pour confirmer sa magie. Il sembla s’en rendre compte, et enchaîna directement en proposant d’augmenter par lui-même leur vitesse. Il précisa que sa magie offensive ne serait utilisée qu’en dernier recours. Puis le silence retomba, et au bout d’un moment, le trio reprit la route. Arrivé à destination, Alaël eu juste le temps d’apercevoir la façade d’entrée du laboratoire qu’Akiro lui faisait signe de se cacher derrière une paroi afin de se dissimuler de la vue de la fenêtre surplombant la porte d’acier. Il fit un hochement de tête à Alaël, qui inspira un bon coup et se prépara à s’élancer vers l’entrée. L’heure était venue pour elle de bluffer ses adversaires… Ou peut-être pas… Car Ren lui attrapa le bras. Il semblait décider à révéler quelque chose de difficile à avouer. Contre toute attente, il révéla le fait qu’il était le Dragon Slayer du ciel. Il rajouta qu’il ne maîtrisait que le souffle du dragon des cieux en plus de la magie du ciel, et qu’il ne disposait donc pas d’une puissance offensive poussée. Lorsqu’il eut fini de parler, il regarda ses deux interlocuteurs, arborant l’expression familière de celui qui s’inquiétait de ce qu’on allait penser de lui.


Il ne lui avait toujours pas lâché le bras. Alaël posa alors sa main libre sur celle de Ren qui maintenait son bras et lui dit :



« Eh bien, retrouver un dragon ne doit pas être une mince affaire, mais mon aide tient toujours ! »


Elle espérait ainsi le rassurer sur ce qu’elle pensait de lui. Elle rajouta rapidement :


« J’accepte volontiers ton aide, cependant, je préfèrerais que tu attendes que j’ai berné les gardes avant. Jusque-là, j’utiliserai ma magie afin de ne pas éveiller leurs soupçons. »


Sur ce, elle dégagea gentiment son bras, et sourit à nouveau à Ren. Il pouvait se vanter d’être l’un des rares hommes à avoir eu droit à plus d’un sourire de la belle. Alors, elle s’élança, laissant aux deux hommes tout le loisir de s’entretenir entre eux. Elle courut sans utiliser sa magie jusqu’à ce qu’elle atteigne la porte en acier. Elle aperçut rapidement des signes magiques qui la couvraient. « Des runes ! » comprit-elle. Impossible pour elle d’ouvrir la porte dans ce cas. Mais elle n’eut pas le loisir de réfléchir à comment contourner cette difficulté, car déjà une voix grave retentissait :


« Qui va là !? »


Ca y est, elle n’avait plus le choix, il lui fallait se montrer convaincante.


« À ton avis ? Ouvre vite, j’ai des nouvelles importantes à communiquer ! »

« Qui es-tu ? Je ne me rappelle pas avoir déjà vu de femmes dans ce laboratoire ! »

« Je suis une des combattantes de Gyaku tiens ! Tu en veux la preuve ? »


Sur ce, elle activa son sort de vitesse, et entreprit de faire une petite démonstration de course. Lorsqu’elle s’arrêta, elle interpella le garde :


« Convaincu ? Ou bien faut que je fasse un spectacle ? Viens vite m’ouvrir ! »

« Ça va, ça va, j’arrive, je vérifiais c’est tout… »


Quelques instants plus tard, la porte s’ouvrit, et Alaël pénétra le bâtiment. Juste avant que la porte ne se referme, elle envoya une petite bille se fiche entre les deux battants pour l’empêcher de se fermer complètement. Elle avait été suffisamment discrète pour que le garde ne remarque rien. Elle marcha lentement derrière le garde pour regarder par où il passait, et lorsqu’il s’engouffra dans un escalier, elle lui laissa prendre un peu d’avance avant de le suivre. Une fois arrivée à destination, elle comprit qu’elle se trouvait dans la pièce par laquelle on pouvait observer tout ce qui s’approchait de la porte d’entrée. Trois gardes, dont celui qui était venu lui ouvrir, se trouvait dans cette pièce. Elle plongea rapidement la main dans sa sacoche, et saisit trois autres billes. À cet instant, l’homme qui était venait lui ouvrir remarqua sa présence et lui demanda :


« Qu’est-ce que tu fous là ? T’as perdue quelque chose peut-être ? »

« Pas encore, mais je pense que ça ne va pas tarder ! »


Elle lança alors les trois billes qui assommèrent les gardes qui ne s’attendaient pas à cette attaque. Elle se dirigea alors à grand pas vers la fenêtre et fit de grands signes dans la direction vers laquelle Ren et Akiro étaient cachés. Elle repéra les deux jeunes hommes approcher à grands pas vers la porte, à laquelle Alaël se dépêcha de se rendre. Lorsqu’elle s’ouvrit, Alaël leur dit fièrement :


« Eh bien, voilà une bonne chose de faite ! Heureusement qu’ils n’étaient pas très futés ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 79446
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Dim 18 Sep - 18:07

Akiro avait exposé sa pseudo stratégie à ses deux camarades et attendait leurs réactions, cependant, s'ils l'avaient suivi, il y avait peu de chance qu'ils se désistent maintenant. Et comme Akiro était le seul à connaître un tant soit peu ceux qu'ils allaient infiltrer, il ne restait plus énormément de possibilités... Et en énonçant sa stratégie, il avait également préparé une sorte de "piège" pour Ren, pour voir si ce dernier se trahirait sur sa magie, qu'Akiro soupçonnait être la magie de Dragon Slayer du Ciel. Akiro comprenait que Ren puisse vouloir cacher quelle était sa magie puisque des centaines de rumeurs, sans doute complétement erronées pour la plupart, couraient sur ces humains ayant été élevés par des dragons et ayant appris leur magie. La révélation de cette magie aux mauvaises personnes équivaudrait à dire adieu à sa tranquillité et à sa paix. Le pouvoir attire toujours les hommes, malheureusement...

La réaction de Ren dépassa toutes les espérances de l'ange. Lorsqu'Akiro mentionna les Dragon Slayers, l'autre membre des Silver Dragon déglutit vaguement tout en essayant de conserver un air normal. Il y parvint tant bien que mal et Akiro s'en amusa, sans toutefois rien laisser paraître. Ren tenait vraiment à garder le secret. Si Akiro n'avait pas été vigilant, il ne s'en serait bien sûr pas rendu compte. Mais c'était suffisant. Akiro sut qu'il avait deviné juste, comme d'habitude. Mais, mieux encore, immédiatement après, son camarade répliqua presque violemment en demandant à Akiro comment ce dernier savait qu'il utilisait une magie de soutien. Puis il précisa qu'il se chargerait en effet du soutien, mais que ses capacités offensives ne seraient utilisées qu'en dernier recours. Incroyable! Akiro avait lancé la canne et Ren avait gobé l'hameçon entier et la canne! Au moins, Akiro avait deviné juste. Que c'est gratifiant de savoir que son cerveau fonctionne parfaitement! Cependant, il n'en manifesta rien, à peine une petite lueur de triomphe dans son regard pendant un très court instant. Maintenant, il était temps de reprendre la route pour régler les comptes avec Gyaku...

La bande des trois repartit donc en direction du laboratoire du Docteur Gyaku. Lorsqu'ils arrivèrent, ils se plaquèrent contre une paroi pour ne pas être repérés par les vigiles. Alors qu'Alaël s'apprêtait à aller se faire passer pour une des leurs, Ren la retint par le bras en lui disant d'attendre. Finalement, il se décida à avouer qu'il était le Dragon Slayer du Ciel. Il ajouta qu'il se révélait incapable de canaliser pleinement les cieux, ne disposant que du rugissement du dragon du ciel comme technique offensive. Puis il se tut, attendant visiblement le jugement d'Akiro et Alaël. Cette dernière déclara en souriant qu'un dragon était assez spécial à chercher, mais que son offre de l'aider à la chercher tenait toujours. Akiro arbora un sourire amusé pendant qu'Alaël partait remplir sa partie du plan. Finalement, l'ange décida de ne pas faire attendre Ren plus longtemps et parla :

-Je comprends que tu veuilles taire le fait que tu es un Dragon Slayer : pour beaucoup, tu risquerais d'apparaître comme un monstre. Mais bon, vu que je suis une étrangeté de la nature, je sais que la magie qu'emploient les gens ne fait pas d'eux des monstres... C'est l'utilisation qu'en on fait. Et, même si on ne se connaît pas beaucoup, là, j'ai appris que tu es Ren Miryu, un collègue de Silver Dragon, et que tu possèdes un pouvoir latent capable d'aider beaucoup de monde. Et... Il sourit franchement puis reprit : Alaël dit peut-être qu'un dragon n'est pas compliqué à trouver, mais d'après moi, c'est sûr qu'on n'aura pas à le chercher dans des trous de souris. Je vais moi aussi t'aider à retrouver Grandine... Puisque telle est le nom de la Dragonne des Cieux, n'est-ce pas? Je sais trop ce qu'on ressens quand on est seul... Heureusement, je me suis trouvé un frère...

Repensant à Kyo, Akiro se tut sur un air songeur. Cependant, il se reprit bien vite et s'aperçut qu'Alaël en avait fini avec les vigiles/gardes de la porte. Alors, il s'avança vers la porte et la poussa tout simplement. Bravo Alaël! Alors qu'il franchissait la porte, il eut une idée supplémentaire. Il ôta son manteau et le tendit à Ren en s'expliquant :

-Ren, mets mon manteau, je pense qu'il devrait t'aller. Je vais me faire passer pour mon clone. Ça fait plus de deux ans qu'ils ne l'ont pas vu, et je sais sa façon de penser. Quant à toi, mon manteau peut t'assurer une certaine protection si on dit que tu travailles pour moi. Je crains ce qu'il pourrait arriver s'il entrait en possession d'un utilisateur d'une magie aussi puissante que la magie de Dragon Slayer du Ciel... Et, si je dois combattre des groupes, méfiez-vous. Ma magie est une magie d'illusions ultra-réalistes à dommages réels. Et quand je dois faire face à des groupes, je n'arrive pas forcément à empêcher mes illusions d'affecter au moins un peu mes coéquipiers... Et je n'ai pas envie qu'il vous arrive quelque chose. Donc... soyez prudents si on doit combattre des groupes...

Puis il entra. Il sourit quand Alaël déclara qu'heureusement que les gardes étaient bêtes. Oui, heureusement. Au moment où il posait un pas dans le labo immense, le plan en 3D se matérialisait dans son esprit. Être le Pathfinder était vraiment utile. Mais heureusement qu'il y était habitué car la matérialisation du plan avait de quoi déstabiliser n'importe qui... Il avança donc d'un pas assuré, comme s'il rentrait chez lui après deux ans d'absence. Cependant, au bout de quelques pas, la blessure que lui avait infligé Kairo quelques jours plus tôt se rappela à son bon souvenir et lui infligea une douleur cuisante. Il vacilla, faillit tomber et reprit son équilibre de justesse. Il marmonna :

-Non. Je ne flancherais pas. Je dois tenir pour l'instant.

Au même moment, un scientifique qui passait par là aperçut les trois intrus qui se tenaient encore à côté de la porte ouverte. Pas la peine d'être Einstein pour comprendre ce qui risquait de suivre. Alors Akiro lança une illusion sur le scientifique, qui eut l'impression de tomber dans un puits sans fond ultra obscur. Pendant que l'illusion le paralysais momentanément, Akiro chancela jusqu'à lui et l'assomma du pommeau de son épée. Maintenant, la partie commençait réellement...

Hors-jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 101197
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Dim 18 Sep - 21:33

Ils n’avaient pas l’air surpris, donc soit ils s’en doutaient, soit ils le savaient déjà. Akiro m’avait piégé avec ses paroles et en guettant mes réactions, quant à Alaël, elle semblait posséder des connaissances assez poussées, peut-être s’étendaient-elles jusqu’aux Dragon Slayers ? Je sentis une main se poser sur la mienne, dans le feu de l’action, je n’avais même pas fait attention que j’avais agrippé Alaël qui me certifia que son aide tenait toujours. Elle m’adressa un sourire qui me fit chaud au cœur, il était sincère et plein de promesse, je savais que si Alaël arrivait à obtenir des informations, elle ferait tout pour me les donner. Elle partit accomplir sa tâche après m’avoir fait lâché son bras et précisé qu’elle préférait attendre que nous soyons à l’intérieur pour activer ma magie de soutien, ce que je compris parfaitement. Comme elle le disait, il ne fallait éveiller de quelconques soupçons.
Alors que nous regardions Alaël s’avancer en terrain ennemi, Akiro finit par se tourner vers moi:

_ Je comprends que tu veuilles taire le fait que tu es un Dragon Slayer : pour beaucoup, tu risquerais d'apparaître comme un monstre. Mais bon, vu que je suis une étrangeté de la nature, je sais que la magie qu'emploient les gens ne fait pas d'eux des monstres... C'est l'utilisation qu'en on fait. Et, même si on ne se connaît pas beaucoup, là, j'ai appris que tu es Ren Miryu, un collègue de Silver Dragon, et que tu possèdes un pouvoir latent capable d'aider beaucoup de monde. Et... Alaël dit peut-être qu'un dragon n'est pas compliqué à trouver, mais d'après moi, c'est sûr qu'on n'aura pas à le chercher dans des trous de souris. Je vais moi aussi t'aider à retrouver Grandine... Puisque telle est le nom de la Dragonne des Cieux, n'est-ce pas? Je sais trop ce qu'on ressens quand on est seul... Heureusement, je me suis trouvé un frère...

Je ne savais pas quoi dire, il était vrai qu’Akiro était, lui aussi, différent des autres et il ne pouvait pas le cacher tout le temps, alors que j’en avais la possibilité jusqu’à ce que j’utilise mes pouvoirs, quoique… il semblerait que certaines personnes arrivaient à sentir mon pouvoir différent. Mais pour lui, j’étais un membre de la guilde nommé Ren Miryu, rien d’autre. Je m’interrogeai sur ses paroles, en particulier le fait qu’il parle de mon pouvoir comme latent, serait-il capable de voir en moi ce que je ne voyais pas ? Autre chose aussi:

_ Comment connais-tu le nom de Grandine ? Peu de gens sont capables de nommer les dragons sans avoir croisé leur route…

Il ne put me répondre puisque nous vîmes Alaël nous faire signe pour nous signaler qu’elle en avait terminé avec les gardes. Nous traversâmes alors la porte et la réflexion d'Alaël me fit sourire, mais aussitôt Akiro reprit la parole pour expliquer ce qu’il avait en tête tout en me tendant son manteau. La première pensée que j’eus était de refuser, certes, je n’avais pas de pouvoir offensif, mais j’étais capable de me défendre, puis lorsqu’il arriva au fait que les scientifiques pourraient être grandement intéressés par un sujet tel qu’un Dragon Slayer, je préférais m’assurer une sécurité supplémentaire. De plus, Akiro semblait être une personne qui réfléchissait toujours avant d’agir, peut-être avait-il prévu quelque chose en plus en me donnant son manteau ?
Il ajouta que sa magie était celle des illusions, mais qu’elle affectait les personnes visées comme si elles étaient réelles. C’était un pouvoir puissant, mais le défaut arriva, lorsqu’il combattait face à un groupe avec des coéquipiers, ces derniers pouvaient être atteints, nous devions donc nous méfier de tout ce que nous verrons d’irréel et ne pas y faire attention. Une fois les mises en garde données, Alaël et moi suivîmes Akiro qui semblait parfaitement à l’aise dans ces couloirs. Si je ne le connaissais pas, j’aurais dit qu’il était de leur côté et qu’il nous menait droit dans un piège, mais j’écartais rapidement cette hypothèse. Akiro était un membre de la guilde Silver Dragon, je savais qu’il ne ferait jamais une chose pareille, surtout qu’en plus, il semblait vraiment très remonté contre ce Gyaku, donc je n’avais aucune raison de craindre une trahison de sa part.
Soudainement, Akiro vacilla et récupéra son équilibre, mais je me demandais ce qu’il lui arrivait et je rappelais qu’il était blessé. À peine ce moment de faiblesse arrivait qu’un scientifique nous fit face, il nous détailla rapidement du regard puis se figea quand il croisa le regard d’Akiro. Ce dernier l’approcha et l’assomma, je compris alors, Akiro avait utilisé sa magie d’illusion, ce qui expliquait l’inactivité du scientifique. Impressionnant. Mais j’avais autre chose à penser, Akiro était blessé et je pouvais peut-être lui venir en aide.

_ Ne force pas trop et montre-moi ta blessure.

Il semblait ne pas vouloir coopérer, mais lorsque mon regard se fit plus… persuasif, dirons-nous, il leva ses vêtements pour me montrer sa blessure. Vilaine d’ailleurs. Il avait de la chance d’avoir pu faire autant de chemin sans être arrêté avant, mais aussi que la douleur l’ait arrêté maintenant et pas plus tard. Je demandais à Alaël de monter la garde puisque je serais sans défense pendant le traitement, même si Akiro pourrait toujours se servir de ses illusions. Je respirais profondément, puis j’imposai ma main sur sa blessure qui s’illumina d’une lumière blanche, je sentis l’énergie couler en lui et l’opération se termina en quelques dizaines de secondes.

_ Tu as eu de la chance, je peux te le dire, ta peau ne s’était pas encore totalement refermée, j’ai pu donc traiter la totalité de la plaie. Si je ne peux pas atteindre ce que je dois guérir, je suis incapable de le faire, c’est le défaut de cette magie. Ou alors le mien, encore…

Il me remercia et nous pûmes continuer notre route sans être gêné par autre chose. Quoique. J’avais encore parlé trop vite, un autre scientifique nous croisa et, encore une fois, nous observa longuement avant de tomber sur l’épée d’Akiro et s’exclamer:

_ CRX-23 ?! Que fais-tu ici et qui sont-ils ?

Je reconnus le nom de code du clone d’Akiro, ce qui signifiait que sa couverture n’était pas grillée. Mais comment allions-nous réagir ? Nous ne pouvions pas le laisser continuer, sinon il finirait par tomber sur le premier scientifique qui lui dira que nous étions ceux qui l’avaient assommé. D’ailleurs, j’avais une forte envie de le rendre hors d’état de nuire lui aussi, mais il pouvait nous renseigner sur la présence de Gyaku dans ce laboratoire. J’avais deux choix, soit je laissais Akiro poursuivre la conversation pour tenter d’en apprendre plus, soit je réagissais de moi-même et lui régler son compte vite fait bien fait. Que faire ?


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 96000
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Lun 19 Sep - 16:17

Akiro et Ren franchirent rapidement la porte d’entrée, qui n’avait plus besoin d’être ouverte. Vraiment ? Pourraient-ils la rouvrir au moment opportun ? Alaël n’en avait aucune idée, mais laisser le premier système de sécurité de ce laboratoire désactivé risquait fort de les faire repérer. Elle n’eut cependant pas le temps d’aller fermer la dite porte qu’Akiro retira son manteau pour le tendre à Ren. Avait-il trop chaud ? Ou bien Ren avait-il dit avoir froid ? Un grand gaillard comme lui ne semblait pourtant pas du genre frileux… Le mystère fut rapidement éclairci lorsqu’Akiro révéla son idée, brillante de surcroît :


« Ren, mets mon manteau, je pense qu'il devrait t'aller. Je vais me faire passer pour mon clone. Ça fait plus de deux ans qu'ils ne l'ont pas vu, et je sais sa façon de penser. Quant à toi, mon manteau peut t'assurer une certaine protection si on dit que tu travailles pour moi. Je crains ce qu'il pourrait arriver s'il entrait en possession d'un utilisateur d'une magie aussi puissante que la magie de Dragon Slayer du Ciel... Et, si je dois combattre des groupes, méfiez-vous. Ma magie est une magie d'illusions ultra-réalistes à dommages réels. Et quand je dois faire face à des groupes, je n'arrive pas forcément à empêcher mes illusions d'affecter au moins un peu mes coéquipiers... Et je n'ai pas envie qu'il vous arrive quelque chose. Donc... soyez prudents si on doit combattre des groupes... »


Voilà un nouvel atout qu’Akiro sortait de sa manche ! Il semblait bénéficier d’une bonne réflexion et apte à établir des stratégies efficaces. Quant à sa magie, Alaël trouvait qu’elle avait quelque chose d’inquiétante. Dieu seul sait ce que pouvait nous faire voir Akiro s’il le désirait ! En tout cas, elle prit au sérieux sa mise en garde quant à la possibilité qu’elle et Ren soient touchés par sa magie, et se promit de faire en sorte d’éviter de se retrouver dans cette situation. Ils repartirent donc en vue de trouver l’abomination appelé Gyaku. Enfin, c’est ce qu’il aurait fait si Akiro ne fut pas soudain pris d’une violente douleur qui faillit le faire s’effondrer sur le sol. Que le arrivait-il ? Elle se rappela alors le fait qu’il avait été récemment blessé et qu’il n’avait pas encore récupéré. Et bien sûr, il fallait que ce soit à ce moment qu’un scientifique de Gyaku choisisse de se montrer ! Mais Akiro disposait encore de ressources, malgré la douleur qu’il ressentait. Il fixa intensément le nouvel arrivant qui se figea sur place, comme paralysé. Il s’approcha alors aussi rapidement que son état lui permettait afin d’asséner un bon coup de pommeau sur le crâne de l’infortuné, qui ne put qu’entamer une sieste imposée. Ce dernier effort sembla lui coûter cher, suffisamment en tout cas pour qu’il soit incapable de se déplacer normalement. Ren s’approcha alors et lui dit :


« Ne force pas trop et montre-moi ta blessure. »


Akiro sembla ne pas vouloir accepter son aide de prime abord. Les hommes et leur fierté ! Bon, si elle devait être honnête avec elle-même, peut-être aurait-elle agit de la même façon… Quoiqu’il en soit, Ren lui lança un regard sévère, et Akiro exposa docilement sa plaie. Mazette ! Dire qu’il se baladait avec une plaie de ce genre ! Une belle cicatrice en perspective… Mais c’était sans compter sur les talents de guérisseurs de Ren. Il demanda à Alaël de surveiller les environs pendant qu’il s’occupait d’Akiro. Elle s’avança un peu dans le couloir, juste assez pour avoir une bonne vue sur l’ensemble des entrées de couloirs présents à l’intersection où elle se trouvait. Elle pouvait ainsi surveiller l’arrivée d’un éventuel ennemi depuis cette position. Mais cela ne s’avéra pas nécessaire, car peu de temps après, Ren avait déjà fini de soigner Akiro, qui ne semblait pas avoir encore totalement récupéré. Elle ne doutait pas cependant que d’ici peu, il serait en pleine mesure de ses capacités. Ils poursuivirent alors leur route, sous la guidance de ce dernier, qui semblait savoir comment se diriger dans ce dédale de couloirs. Mais rapidement, un nouvel élément perturbateur arriva. Un vieux scientifique, la soixantaine environ, croisa notre route. Il se figea, observant longuement le trio, avant de poser son regard sur l’épée d’Akiro. Il s’exclama alors :


« CRX-23 ?! Que fais-tu ici et qui sont-ils ? »


Je sentis Ren se mettre sur le qui-vive, prêt à lui sauter dessus si la nécessité s’en faisait ressentir. Alaël fit rapidement tourner ses méninges, dans le but de tirer un maximum profit de la situation. Akiro semblait pouvoir se repérer sans difficultés dans ce lieu, mais peut-être ignorait-il où se trouvait Gyaku ? Était-il seulement ici ? Il fallait s’en assurer, et s’il était bien là, se diriger le plus vite possible là où il se trouvait. Leurs victimes pouvaient rapidement se réveiller, ou bien un autre sbire pouvait bien tomber sur un des corps laissé en arrière. Le scientifique avait mordu à l’hameçon, il confondait Akiro avec son clone, Kairo. Elle décida de tenter le tout pour le tout.


« Oh ! Ce doit être vous ! »


Le scientifique posa rapidement ses yeux sur elle, de même que ses compagnons qui semblaient se demander ce qu’elle pouvait bien être en train de faire.


« Moi ? De quoi parlez-vous jeune fille ? Et qui êtes-vous d’abord ? »

« Vous êtes ce scientifique dont cet homme m’a parlé ! Vous savez, un grand brun à l’air patibulaire, avec l’astrolabe sur l’épaule ? Celui qui ravage les villes environnantes avec son groupe ! Raah, je n’arrive pas à me souvenir de son nom… »

« Aldebert ? Vous l’avez croisé ? C’est lui qui vous a dit de venir ici ? »

« Oui ! C’est comme ça qu’il s’appelle ! Et en effet, c’est lui qui m’a indiqué le chemin jusqu’ici. »

« Et pourquoi diable a-t-il fait cela ? »

« Eh bien, il m’a dit qu’une communauté scientifique s’était réunie ici, et je lui ai demandé si je pouvais la rejoindre ! Il se trouve que j’ai mis en pratique la théorie d’absorption de magie individuelle pour la transformer en énergie vitale, avec pour effet un rajeunissement efficient. »

Lors des cours que Maître Yurik lui donnait, il lui avait parlé d’une théorie exposant cette possibilité, mais personne n’avait jamais trouvé le procédé nécessaire pour y parvenir. Elle ne doutait pas qu’une bande de scientifiques véreux soit intéressée par une telle mise au point. Il s’agissait là d’un pari osé, mais rien ne l’empêchait d’envoyer un direct dans le menton de l’homme si nécessaire. Mais cela ne fut pas nécessaire, car le résultat obtenu dépassa ses espérances.

« Vraiment ?! Vous êtes sérieuse ?! Mais… c’est une découverte scientifique majeure ! La solution à un problème pour lequel nous avons sacrifié tant de vies ! Mais attendez… Quel âge pouvez-vous bien avoir ? »

« Voyons, on ne demande pas son âge à une dame, jeune sot ! Sachez que je suis suffisamment âgée pour être votre mère ! Alors, montrez-moi un peu de respect je vous prie ! »


Une lueur de démence fiévreuse brillait dans les yeux de l’homme à présent. Son engouement était des plus évidents, il ne restait plus qu’à porter le coup de grâce.


« Cet homme, Aldebert, m’a affirmé qu’un grand scientifique se trouvait ici, et qu’il m’aiderait à améliorer mon procédé. Je suis sure qu’il doit s’agir de vous ! Ce visage qui respire le savoir, vous êtes probablement le plus grand savant que j’ai rencontré ! Et pourtant, que la science m’en soit témoin, j’en ai rencontré des tas dans ma longue vie. »


La flatterie semblait avoir fait effet, et le scientifique semblait sur le point de révéler l’information qu’elle attendait.


« Oui, c’est vrai ! Enfin, je veux dire, il n’a pas dû parler de moi, mais du Docteur Gyaku, mais vous êtes évidemment la bienvenue ici ! Suivez-moi ! On va de suite voir ce procédé dont vous parlez ! Je suis sûr que mes éminents collègues seront ravis de le voir également ! »

« Veuillez me pardonner, mais ne faudrait-il pas que je rencontre d’abord le Docteur Gyaku ? »

« Oui, bien sûr, où avais-je la tête ? Venez, je vais vous menez à lui, il se trouve dans le grand laboratoire du 3ème niveau… »


Il ne put baratiner davantage, car Alaël lui asséna un coup à la nuque, et il s’effondra sur le sol. Elle se retourna vers ses partenaires qui semblaient un peu décontenancés par sa conduite, et leur expliqua, un peu gênée et craignant qu'ils lui reprochent son culot :


« Désolée, j’ai improvisé… J’ai pensé qu’il valait mieux savoir où se trouvait Gyaku, pour pouvoir s’échapper d’ici le plus rapidement possible… C’est mon Maître qui m’a parlé de ce truc de rajeunissement, je pensais gagner sa confiance avec. Mais je ne pensais pas que ça marcherait aussi bien… »


Elle se retourna vers l’homme qui gisait au sol et lui donna un petit coup de pied dans une jambe.


« Franchement, est-ce que j’ai vraiment l’air d’avoir vécu aussi longtemps ? C’est limite insultant ! Enfin, au moins, on sait maintenant où se diriger. »


Elle posa son regard quelque part au niveau de l’épaule d’Akiro, n’osant pas croiser son regard et lui dit :


« Le reste dépend de toi… Je pense que le nom de ton clone nous ouvrira le chemin jusque-là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 79446
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Lun 19 Sep - 18:12

Alors qu'il n'y avait pas longtemps qu'ils avaient pénétré le laboratoire, Akiro chancela, assailli par la douleur de sa blessure. Et, comme par hasard, un scientifique été apparu à ce moment précis où Akiro était le plus diminué. Malheureusement pour le scientifique, "le plus diminué" ne signifie pas "complétement hors-jeu". Akiro restait un mage, et, heureusement pour lui, sa magie ne nécessitait pas de mouvement. Alors, il plongea son regard dans celui du scientifique et lança la première illusion qu'il avait appris à créer, il y avait de cela neuf ans... Oui, neuf ans! Maintenant qu'il comptait, il allait avoir dix-neuf ans dans deux jours à peine... Incroyable. Et comme cadeau, il recevait la possibilité de régler ses comptes avec Gyaku, C'était fantastique! Bref, toujours est-il qu'Akiro immobilisa rapidement le scientifique et, chancelant jusqu'à lui, le força à dormir d'un sublime coup de pommeau sur le crâne. Déjà deux de K.O, en comptant le malfrat qu'il avait renvoyé dans son sommeil un peu plus tôt. Mais bon, l'effort qu'il avait fait pour parvenir jusqu'au scientifique l'avait achevé. Il n'était maintenant presque plus capable de se déplacer seul. Ren intervint alors en proposant d'utiliser sa magie pour le guérir. La première idée de l'ange fut de refuser : mieux valait économiser la magie du Dragon Slayer pour des cas importants... Mais quand il croisa son regard, il soupira et convint intérieurement qu'il faisait peut-être en effet partie de ces cas importants. Une chose était sûre, Akiro était loin d'avoir une opinion surélevée de lui-même. L'illusionniste leva ses vêtements pour montrer la blessure à son collègue, qui la lui soigna rapidement. Une fois cela fait, Ren déclara qu'Akiro avait de la chance que la blessure ne fût pas entièrement refermée car il avait ainsi réussi à tout guérir. Il ajouta que c'était encore une limite de sa magie... Ou de lui-même... Akiro le remercia et ajouta en lui murmurant :

-Apparemment, tu es incapable de croire en tes capacités... Mais je sais que tu possèdes de grands pouvoirs... Quand ils seront complétement développés, peut-être cesseras-tu de croire que tu possèdes toutes les limites et ta magie aucune... Toute magie possède ses limites pré-établies. Mais repousser ces limites prouve qu'en réalité, ni toi ni ta magie n'avez de réelles limites...

Il se tut et laissa ses paroles pénétrer Ren, puis reprit le chemin, continuant sans hésitation vers le cœur du laboratoire. Comme il l'avait deviné, le plan de ce labo et de celui qu'il avait visité trois ans plus tôt étaient rigoureusement identique. En même temps, tant mieux, c'était plus pratique pour le Pathfinder... Après tout, même si, si le plan avait été différent, Akiro aurait réussi à s'orienter en quelques secondes mais là, il n'hésitait pas, il gagnait de précieuses secondes.

Cependant, ils ne purent aller bien loin puisqu'un autre scientifique, largement plus vieux que le premier, fit à son tour son apparition. Son regard passa sur chacun des membres du trio avant de s'arrêter sur l'épée qu'Akiro tenait à la main, l'épée qui avait auparavant appartenu à Kairo et que ce dernier lui avait laissé à la fin de leur première confrontation pour rendre les choses plus amusantes... Et, comme prévu, les gens ne se souvenaient plus de l'apparence du double de l'illusionniste, mais son épée avait marqué les mémoires. Ainsi, il pouvait en toute impunité se faire passer pour son double maléfique, comme c'était le cas ici. Akiro sentit Ren se raidir, prêt à l'attaquer. Akiro en éprouvait lui aussi le besoin et l'envie, cependant, laisser un sillage de scientifique K.O derrière soi n'était pas forcément le meilleur moyen d'être discret... Et surtout, il était possible que Gyaku fût ailleurs...

Cependant, il n'eut pas le temps de prendre une décision puisqu'Alaël commença à jouer la comédie en faisant comme si elle était elle aussi scientifique et avait réussie à extraire l'essence de la magie individuelle pour la transformer en énergie vitale et rajeunir de façon conséquente. La toute première seconde, Akiro fut quelque peu abasourdi, cependant, il réussit à ne pas le montrer et se ressaisit bien vite. Il se retint cependant difficilement de sourire en voyant à quel point le scientifique se faisait avoir par cette théorie dont il avait déjà entendu parler. Le scientifique était subjugué, au point d'en avoir complétement oublié la présence d'Akiro et Ren... Grossière erreur. Cependant, aucun des Silver Dragon n'eut le temps de réagir qu'Alaël le finissait en l'assommant d'un coup sec à la nuque juste après avoir eu confirmation de l'endroit où se trouvait Gyaku... et de sa présence dans ce labo. Génial! Akiro allait enfin pouvoir régler ses comptes! Cependant, Alaël semblait gênée de sa ruse et ne voulait pas regarder Akiro dans les yeux. Alors Akiro commenta, plaisantant :

-T'as déjà pensé à faire actrice de théâtre? Tu es vraiment douée pour la comédie. puis, plus sérieusement, il reprit : Mais franchement, merci. Tu as pris de gros risques... Par exemple s'ils avaient déjà trouvé le moyen d'appliquer cette fameuse théorie... Merci. Je t'aiderai quoi qu'il arrive à retrouver des traces de ton passé, quel qu'il soit.

Puis il se tut. Gyaku se trouvait bien au cœur du laboratoire. C'était le moment d'y aller. Cependant, juste comme il y allait, une pensée lui vint à l'esprit. Il la formula pour détendre l'atmosphère :

-J'y pense... Si on compte, depuis tout à l'heure, on en est à... 9 K.O pour Ren, 3 plus les gardes de la porte pour Alaël et 2 pour moi... Faut vraiment que j'améliore le score!

Ce faisant, il repartit. Direction : le troisième étage et Gyaku!

Hors-jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 101197
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Mar 20 Sep - 15:59

Que faire ? Voilà la question que je posais à présent, mais surtout les paroles d’Akiro ne cessaient de me hanter l’esprit, après que je l’avais soigné, il m’avait dit que j’étais incapable de croire en moi, que toutes les limites que j’avais étaient celles que je m’imposais moi-même. Quelle était la vérité ? Mes limites étaient-elles réellement le fruit de mon manque de confiance en moi ? Quoiqu’il en soit, ce n’était ni le lieu, ni le moment de penser à cela, un ennemi était face à nous et nous ne pouvions même pas décider de ce que nous allions faire de lui. Alors que je voulais me précipiter sur lui, Alaël fit la seule à laquelle je ne m’attendais pas, elle engagea la conversation avec lui, se faisant passer pour une mage ayant réussi à trouver le secret de l’absorption de magie individuelle transformée en énergie vitale. Le regard du vieux scientifique semblait s’illuminer et il demanda immédiatement à Alaël de le suivre, mais rusée, elle préféra demander où était Gyaku et une fois la réponse obtenue, Akiro et moi nous préparâmes à lui sauter dessus, mais elle nous prit de vitesse, une nouvelle fois. La remarque qu’elle lâcha sur son apparence m’arracha un sourire, il fallait avouer que le scientifique n’avait regardé que le côté merveilleux de ce mensonge et la manière de parler d’Alaël lui avait permis de se plonger encore plus dans son rôle. Akiro la félicita de ses talents d’actrice, puis il fit le compte des personnes assommées pour le moment en disant augmenter son score comme si nous jouions à un jeu.

_ Akiro n’a pas tort, tu es admirable, tu ne t’es pas sentie mal à l’aise une seule seconde dans ton rôle, tu pourrais songer à faire carrière. Moi aussi, je ferai tout pour t’aider à retrouver la mémoire, nous pourrions tous nous entraider, j’en suis certain. Et je suis quand même sur la première marche du podium, dis-je en faisant un clin d’œil.

Il était vrai que j’avais mis à terre neuf personnes, mais elles n’étaient pas si impressionnantes que ça, j’avais ma vitesse qui était supérieure à la leur et j’avais pu les prendre par surprise ainsi. Bref, il était temps de nous rendre au troisième étage pour rejoindre ce cher Gyaku qui semblait traiter l’espèce humaine comme un jouet qu’il pouvait utiliser à volonté. Akiro nous ouvrait la voie comme d’habitude, puisqu’il semblait savoir où aller, la traversée mit moins de temps que prévu et nous trouvâmes rapidement l’accès au premier étage. Bien évidemment, il fallait passer par chaque étage pour accéder au suivant, mais je me demandais le nombre de personnes que nous allions croiser. Nous n’avions fait à peine un pas que quelqu’un arriva, il ne portait pas de blouse comme les deux autres, mais son visage respirait l’intelligence, bonne ou mauvaise, je dirais le deuxième choix sans hésiter.

_ On ne peut pas être tranquille deux secondes ici !, m’exclamai-je.

Le nouvel arrivant se figea en m’entendant, j’avais parlé si fort que ça ? Je faisais en sorte de ne pas me sentir gêné, je devais jouer le rôle du bras droit de Kairo, le manteau en était une preuve assez irréfutable et, même si le côté méchant garçon n’était pas mon fort, je devais bien m’y forcer.

_ Kairo-sama, je ne pensais pas vous revoir de sitôt. Je ne pense pas me tromper en disant que ces jeunes gens font partie de la guilde que vous vouliez former. Je suis ravi de voir que ce que vous entreprenez arrive à ses fins…

Je l’aurais bien laissé parler encore, mais mon rôle m’interdisais de le laisser poursuivre et je lui fis face avant de lui dire calmement, comme si je ne retenais de le cogner.

_ On est pressés, Maître Kairo doit voir le docteur Gyaku rapidement.

Il me dévisagea et je dus me retenir de ne pas me sentir gêné, puis il s’excusa de nous importuner et partit dans le dédale de couloirs. Je m’autorisais un soupir et je sentis la pression se dégager de mes épaules, jouer un rôle était d’une complexité impressionnante, la moindre faute pouvait être directement interprétée, mais je devais réussir sur ce coup-là. Un bruit finit par se faire entendre, il avait l’intensité d’un murmure et j’étais certain d’être le seul à l’entendre grâce à mon ouïe plus développée, à moins qu’il ne s’agisse de mes pouvoirs liés au ciel. Bref, je m’avançai pour écouter et savoir ce que c’était, ma curiosité me fit avancer sans que je le veuille réellement. Les cris commencèrent à être plus distincts, oui, des cris puisque c’était les bruits que j’avais entendus, des hurlements de souffrance qui en disaient long sur les expériences qui se déroulaient à cet étage. Ils se servaient de l’espèce humaine comme des objets de test, tout cela pour satisfaire leur besoin de toujours tout connaître et tout inventer dans le monde de la magie. Je sentais la colère monter en moi et ce n’était que lorsque je sentis le vent tourner autour de moi que je me forçai au calme. Je me tournais vers mes deux compagnons avant de leur dire:

_ Désolé, vous l’entendez vous aussi, j’imagine ? Je trouve ça… horrible ! Nous ferions mieux de poursuivre notre route avant que quelqu’un d’autre nous trouve.

Une chose était sûre, je n’étais peut-être pas fait pour jouer le rôle que je devais jouer, mais en entendant et en devinant ce qu’ils fabriquaient ici, la colère que je ressentais allait devenir la base de mon nouveau rôle. Je serais aussi abject que Kairo s’il le fallait et je ne voulais qu’une seule chose, que nous soyons déjà arrivés au troisième étage, face à l’homme responsable de tout ceci: Gyaku. Il ne perdait rien pour attendre. Pourtant quelque chose me perturba, j'avais l'impression que quelqu'un m'observait alors que personne n'était derrière nous et même mon ouïe ne détectait pas une présence. Étrange ? Étions-nous observés, suivis ou alors était-ce une impression de ma part ? Quoiqu'il en soit, je préférai ne pas les inquiéter pour rien et je fis comme si de rien n'était tout en jetant de petits coups d'oeil derrière moi de temps à autre.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 96000
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Jeu 22 Sep - 19:50

Alaël attendait une réaction de la part d’Akiro, qui finit par la complimenter sur ses talents d’actrices. Elle avait réagi en vitesse, pour que Ren ne saute pas sur une potentielle source d’informations. Ren ne tarda pas à en faire de même. Il faut dire qu’elle avait déjà eu l’occasion de jouer la comédie afin de séduire des jeunes filles un peu réfractaires à ses avances. Comme quoi, tout peut servir un jour. Mais elle était surtout contente que tout se soit bien passé et que ses compagnons ne lui reprochent pas cette initiative risquée. Après tout, le nom de Kairo aurait pu être suffisant ! Mais bon, les résultats étaient là, ils ne leur restaient plus qu’à atteindre le troisième niveau pour débusquer leur cible.


Alaël gardait néanmoins une certaine appréhension, vu que le fait qu’après quelques mètres seulement, ils étaient déjà tombés sur deux ennemis. Et surtout, aucun moyen de dissimuler leurs corps ! Si quelqu’un venait à les trouver, il ne faisait aucun doute que la présence de nos trois comparses serait découverte. Ils ne devaient donc pas traîner dans les environs, car il leur serait difficile de sortir si l’alarme était donnée. Akiro dit alors une remarque qui eut l’avantage de détendre l’atmosphère :



« J'y pense... Si on compte, depuis tout à l'heure, on en est à... 9 K.O pour Ren, 3 plus les gardes de la porte pour Alaël et 2 pour moi... Faut vraiment que j'améliore le score! »


Les deux jeunes hommes ajoutèrent qu’ils étaient prêts à l’aider à retrouver ses souvenirs, ce qui l’émut beaucoup, ce qui était assez rare. Elle fit cependant en sorte de ne rien laisser transparaître, et tout trois repartir en quête du savant maléfique, sous la guidance d’Akiro. Ils atteignirent le premier étage sans autres encombres, même si cela ne faisait guère que quelques mètres supplémentaires. Et bien sûr, ils tombèrent sur un nouvel obstacle. Un homme d’âge mûr, ne portant pas de blouse, mais qui semblait plus intelligent que les deux scientifiques rencontrés plus tôt. Cela devenait franchement agaçant, et un peu angoissant également. Combien d’adversaires allaient-ils encore croiser jusqu’à Gyaku ? Mais Alaël se rendit rapidement compte qu’elle n’était pas la seule agacée par cette rencontre. En effet, Ren ne put s’empêcher de s’exclamer :


« On ne peut pas être tranquille deux secondes ici ! »


Malheureusement, elle n’était pas la seule à l’avoir entendu. Le nouvel arrivant se figea en entendant ces propos, et se rapprocha du trio. Ren prit une expression fermée et arrogante, qui convenait parfaitement à son rôle de bras droit du diabolique Kairo. Cependant, Alaël avait une très mauvaise impression sur cet homme. Quelque chose lui disait qu’il ne serait pas aussi facile à berner. Malgré tout, l’homme leur parla :


« Kairo-sama, je ne pensais pas vous revoir de sitôt. Je ne pense pas me tromper en disant que ces jeunes gens font partie de la guilde que vous vouliez former. Je suis ravi de voir que ce que vous entreprenez arrive à ses fins… »


Ren vint alors se poster devant lui, et lui dit de manière agressive :


« On est pressés. Maître Kairo doit voir le Docteur Gyaku rapidement. »


L’homme dévisagea Ren d’un regard insondable. Était-ce Alaël qui se faisait des idées ou bien celui-ci avait affiché une expression suspicieuse pendant un bref instant ? Peut-être Ren avait-il été trop direct ? Elle l’ignorait, mais la lueur qui brillait dans les yeux de l’homme ne lui inspirait pas confiance. Elle se tenait sur le qui-vive, prête à intervenir si jamais il se montrait agressif. Il finit cependant par s’excuser pour la gêne occasionnée et s’éloigna. Ren poussa alors un soupir de soulagement, sentiment qu’Alaël aurait bien aimé partager. Elle avait un mauvais pressentiment en ce qui concerne cet homme. Mais elle ne fit pas part de son impression, se disant qu’elle devait être trop suspicieuse, et ils continuèrent ainsi leur chemin, se rapprochant doucement du chemin menant au deuxième étage. Mais soudain, Ren eut un comportement étrange. Il prit la tête du peloton, comme attiré par une chose que lui seul connaissait. Mais au fur et à mesure qu’ils avançaient, Akiro et elle commencèrent à comprendre l’origine de l’attraction de Ren. Des cris retentissaient plus loin dans le couloir. Des cris humains. Le sang d’Alaël se glaça. Que pouvaient-ils bien être en train de faire subir à cette pauvre victime ? Son cœur lui intimait d’aller sauver cette personne, mais sa raison lui souffla que cela était une mauvaise idée, que cela compromettrait leur mission. Avec un horrible pincement au cœur, elle décida d’ignorer les cris autant qu’elle le pouvait. Ce qui lui permit de se rendre compte que du vent s’était formé autour de Ren. Elle se rendit compte qu’elle avait déjà assisté à cette scène, mais qu’elle n’y avait pas prêté plus d’attention que cela. Ren finit cependant par se calmer, et ils reprirent leur route.


Le problème, c’était qu’à présent, les nerfs d’Alaël étaient à fleur de peau. Bien qu’en apparence, elle restait calme, à l’intérieur, tout se bousculait. Elle avait même l’impression d’être suivie, alors qu’il n’y avait personne d’autre de ce couloir à par eux trois. Elle essaya de se calmer, y parvint un peu, sans pour autant se débarrasser de cette impression. Toujours est-il qu’ils poursuivirent leur chemin. Elle espérait qu’ils arriveraient bientôt à destination, mais elle doutait fort que cela soit le cas. Qui plus est, elle commençait à se sentir fatiguée. Elle avait déjà utilisé beaucoup de magie, et espérait pouvoir économiser ce qui lui restait pour l’affrontement avec Gyaku. Ils arrivèrent bientôt face à un obstacle imprévu : une porte métallique, verrouillée selon toutes vraisemblances. Mais s’il n’y avait eu que cela, il aurait suffi de la défoncer, et le problème était réglé ! Mais non, il fallait bien sûr qu’il y ait un petit quelque chose en plus, histoire de tout compliqué. Sur les arcades, des runes étaient dessinées. Même sans les avoir déchiffrées, Alaël sentait que rien de bon n’était écrit. Elle accéléra un peu pour pouvoir les lire. Comment ? Eh bien, grâce à Maître Yurik, elle avait des notions dans le déchiffrage de celle-ci. Elle dit à haute voix :



« Je n’ai pas tout compris, mais en gros, il est écrit que seul ceux qui connaissent le mot de passe peuvent passer sans y laisser la peau… »


Génial ! Il ne manquait plus que ça ! Si elle avait su, elle aurait trimballé l’une des victimes de leur passage pour qu’il puisse servir en pareil occasion, mais bon, on ne peut pas tout savoir ! Elle se tourna vers Akiro et lui demanda d’une voix un peu hésitante :


« Akiro, est-ce que par hasard, tu sais faire quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 79446
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Ven 23 Sep - 18:59

Alors qu'ils s'apprêtaient à continuer leur route pour rejoindre l'étage supérieur, ils tombèrent, encore une fois, sur un membre de la guilde de Kairo. Ce n'était pas une blouse blanche, cependant, il semblait supérieur aux scientifiques qu'ils avaient croisés précédemment. Comme on peut s'en douter, cela irrita profondément Akiro. Cependant, il n'eut pas vraiment le temps de réagir, n'était apparemment pas le seul que cela agaçât, au vu de la réaction immédiate de Ren. Le Dragon Slayer jouait plutôt bien le rôle de Kairo. Cependant, l'intrus -bon, ok, techniquement, les intrus étaient Akiro, Ren et Alaël, mais passons- lui jeta un drôle de regard et s'adressa à Akiro, le prenant évidemment pour Kairo. L'ange eut un sourire cynique, qui, en plus, collait parfaitementau personnage qu'il jouait. Et Ren le dispensa en plus d'avoir à répondre puisqu'il congédia l'auter en arguant qu'ils étaient pressés, ce qui n'était pas faux, et qu'il devait voir le docteur Gyaku rapidement, ce qui n'était pas faux non plus... L'autre s'écarta après leur avoir jeté un coup d’œil soupçonneux. Peut-être Ren avait-il été un peu trop direct... Mieux valait maintenant être plus prudent, sait-on jamais. Ils reprirent alors leur chemin., en direction de l'étage suivant. Cependant, quelques mètres plus loin, Ren commença à agir bizarrement, comme s'il entendait quelque chose d'étrange. Très vite, Akiro l'entendit à son tour. Des cris humains. Ils avaient encore tellement de cobayes... S'il pouvait tous les aider, il en serait heureux. Et pour ça, le moyen le plus court restait d'en finir avec Gyaku. Si on coupe la tête du serpent, il devient hors d'état de nuire... L'illusionniste avait ainsi acquis une motivation supplémentaire et moins personnelle de détruire Gyaku... Il accéléra, pressé d'en finir.

Mais alors qu'ils se dirigeaient vers le deuxième étage, ils furent bloqués par une porte verrouillée parcourue de runes. Alaël fut la première à s'approcher de la porte en question et effectua une traduction approximative du texte runique. Arrivé en deuxième, Akiro se fit en lui-même une traduction un peu plus poussée : il avait lui aussi appris les runes, auprès de Katashi, et se débrouillait plutôt bien pour la version... En lisant le texte rapidement, il préféra ne pas ajouter de précisions à la traduction d'Alaël, pour ne pas trop effrayer ses coéquipiers, cependant, ce qu'il en lisant lui glaça les sangs, même s'il n'en laissa rien paraître. Ce texte était bien plus sadique et horrible que ce qu'annonçaient la traduction d'Alaël... Oui, ceux qui ne connaissaient pas le mot de passe y laisseraient la peau... mais après avoir servi de cobaye aux pires expériences possibles. Et encore, ça restait très édulcoré... Quand Alaël lui demanda s'il avait une astuce, il sourit légèrement et saisit son épée, dont il exhiba le pommeau : sur le pommeau se trouvait le symbole de Gyaku, l'astrolabe avec le miroir apposé, en miniature. L'ange expliqua son idée :

-Ca fait presque trois ans que j'ai cette épée, et je me suis toujours demandé pourquoi elle arborait le symbole sur le pommeau... Mais là, j'en viens à me dire que c'est parce que Kairo n'a jamais daigné se faire tatouer... Sa magie lui aurait de toute manière permis de s'en débarrasser. Donc ils lui ont donné cette épée avec le symbole important gravé dessus. Et Gyaku ne fait jamais rien au hasard... J'en conclus donc que le mot de passer est ce symbole... Ou du moins l'interprétation du symbole. Gyaku a pour objectif d'utiliser tous les dons de la science -l'astrolabe- pour passer de l'autre côté du miroir, où les choses sont inversées, là où les savants démoniaques criminels sont adulés de tous. Oui, Gyaku est complétement mégalom...

Akiro s'interrompit en plein "mégalomane" puisque la porte s'ouvrait. Apparemment, pendant sa tirade, il avait énoncé le mot de passe. Il s'avança donc avec prudence au delà du pas de la porte. Et si c'était un piège? Mais apparemment, il n'y avait personne. Akiro s'avança donc dans le couloir qui s'offrait à eux. Un couloir blanc, uni, qui semblait s'étendre à l'infini, ce qui n'était bien entendu qu'une impression puisque le couloir ne faisait en réalité que quelques dizaines de mètres. Il s'avança vers une porte dérobée et l'ouvrit. Une fois que les deux autres l'eurent rejoint, ils repartirent, Akiro les guidant toujours en se fiant à un plan mental vieux de plus de deux ans.

Cependant, encore une fois, ils n'allèrent pas bien loin puisqu'ils tombèrent, cette fois, sur un groupe de scientifiques. L'ange s'arrangea pour que leur regard tombe d'abord sur ses ailes, qu'il maintenait entre-ouvertes pour qu'elles soient visibles, puis sur son épée. Ils se détendirent un peu mais, quand ils virent son visage, ils se raidirent à nouveau. Intérieurement, Akiro jura et se demanda instantanément pourquoi celui qu'il appelait son "clone" ne lui ressemblait physiquement pas plus que très vaguement. Ces blouses blanches devaient se souvenir du visage de Kairo et s'être aperçus que celui d'Akiro ne correspondait pas... L'ange ne tergiversa même pas une seconde et utilisa sa magie. Il s'arrangea pour affaiblir le plus possible son illusion pour Ren et Alaël et imagina une pseudo pluie de boule de feu. Très rapidement, les scientifiques s'évanouirent, brûlés, terrassés par la douleur. Il se tourna vers les deux autres, inquiet de ce qu'il avait pu leur faire, mais soupira de soulagement en voyant qu'ils n'avaient rien. Il devait avoir réussi à atténuer suffisamment sa magie dans sa projection derrière lui pour épargner Alaël et Ren. Il sourit, d'un sourire mi-figue mi-raisin, et déclara :

-Je suis content que vous n'ayez rien... J'ai eu peur de ne pas avoir assez atténué la projection arrière de ma magie...

Peu après, ils repartirent... Akiro savait qu'ils allaient bientôt arriver au troisième étage. Là, il ne leur resterait que peu de temps et de possibilités. Aussi s'arrêta-t-il et déclara :

-On va bientôt arriver au troisième étage... J'ignore ce qu'on risque d'affronter, mais une chose est sûre, ça ne sera pas une promenade de santé. J'ai un grief personnel contre Gyaku et je ne reculerais pas, mais rien ne vous y oblige. Je ne veux pas qu'il vous arrive malheur. Si vous voulez partir, c'est maintenant ou jamais, parce qu'après il sera trop tard... Les scientifiques qu'ont croisera... Ceux qu'on a croisés tout à l'heure ne m'ont pas pris pour Kairo. Même si je dis qu'il est mon "clone", car nous avons les mêmes gènes, nous ne nous ressemblons pas physiquement. Les scientifiques vont se souvenir du visage de Kairo et verront que je ne le suis pas. Donc il faudra être prudent...

Il termina sa phrase sur un ton à moitié interrogatif, laissant à ses coéquipiers le temps de murement réfléchir à leur décision : s'ils voulaient repartir, ils n'aurait après ça plus aucun choix... Ce qu'ignorait Akiro, c'était qu'à quelques mètres de là, la seule personne qu'ils avaient croisées ne gisant pas à terre, qui les avait suivis, écoutait attentivement toute cette discussion. Alors qu'Akiro terminait sa déclaration, il s'éclipsa très discrètement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 101197
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Sam 24 Sep - 10:55

Avais-je fait une erreur en répondant de la sorte ? C'était ce que je me demandais depuis que ce gars nous avait quitté, j'étais certain qu'il avait lu entre les mailles de mon interprétation, loin de pouvoir égaler celle d'Alaël. Et si je venais me mettre en danger mes amis ? C'était une hypothèse à ne pas réfuter, elle était d'ailleurs fortement probable et si c'était réellement le cas, je devais tout faire pour les aider. J'avais donc tout fait pour tenter d'entendre tout bruit suspect derrière nous, mais je n'arrivais à rien et je ne vis même pas où nous étions arrivés. La porte qui nous faisait face semblait solide, mais j'étais certain que nous pourrions la défoncer facilement. Néanmoins, des écritures la parcourraient, il s'agissait de runes, mais j'étais incapable de les lire, j'en connaissais juste l'existence. Heureusement pour moi, Alaël et Akiro savaient les lire puisque la première nous donna une traduction primaire et le deuxième semblait certifier ses paroles, mais il semblait plutôt inquiet. J'avais appris à voir qu'Akiro était une véritable muraille pour enfermer ses réactions, mais de très légers changements se faisaient voir et je commençais à cerner ce langage plutôt complexe à comprendre. La menace était bien pire que ce qu'avait annoncé Alaël, d'accord, alors je ne toucherai pas cette porte, c'était sûr et certain.
Alaël demanda si Akiro pouvait faire quelque chose et ce dernier se lança dans une explication comme quoi l'épée possédait le tatouage de la guilde de Gyaku et que, vraisemblablement, ce n'était pas le cas de Kairo. Il en déduisit rapidement le fait que le mot de passe était ce symbole, l'astrolabe et dès qu'il prononça ce mot, les runes s'effacèrent et la porte s'ouvrit, le coupant en plein milieu de sa phrase. Akiro s'y engouffra le premier, mais prit ses précautions, après tout, l'ennemi était rusé alors pour ne pas mettre un piège derrière un autre piège... Finalement, rien n'était à déclarer et nous continuâmes notre route dans le labyrinthe de couloirs blancs qui commençait à se faire infini à mes yeux.
Quelques mètres plus loin, nous croisâmes une bande de scientifiques qui semblaient reconnaître Kairo, mais, une fois leurs regards posés sur son visage, ils se raidirent. Mince, la couverture d'Akiro venait d'être grillée et, après avoir ressenti comme une vague de chaleur, je les vis tous tomber l'un après l'autre. Qu'était-il arrivé ? Akiro se tourna vers nous, l'air inquiet puis soulagé, il nous expliqua en souriant un peu qu'il avait réussi à empêcher la propagation arrière de son illusion. C'était donc cela que j'avais ressenti, ses illusions étaient donc vraiment réelles pour le cerveau de sa victime, c'était tout simplement impressionnant, et en plus, il semblait totalement les contrôler.
Peu après avoir repris la route, Akiro s'arrêta et je demandai bien pourquoi, le troisième étage n'était plus très loin à présent, je le sentais moi-même et c'était pour cette raison qu'il nous arrêta.

_ On va bientôt arriver au troisième étage... J'ignore ce qu'on risque d'affronter, mais une chose est sûre, ça ne sera pas une promenade de santé. J'ai un grief personnel contre Gyaku et je ne reculerais pas, mais rien ne vous y oblige. Je ne veux pas qu'il vous arrive malheur. Si vous voulez partir, c'est maintenant ou jamais, parce qu'après il sera trop tard... Les scientifiques qu'ont croisera... Ceux qu'on a croisés tout à l'heure ne m'ont pas pris pour Kairo. Même si je dis qu'il est mon "clone", car nous avons les mêmes gènes, nous ne nous ressemblons pas physiquement. Les scientifiques vont se souvenir du visage de Kairo et verront que je ne le suis pas. Donc il faudra être prudent...

Je sentais quand même que j'avais un peu peur, l'ennemi m'était totalement inconnu, mais pratiquait des opérations qui menaient les sujets jusqu'à la mort ou une réussite. Je ne savais pas quoi penser, après tout, Akiro avait raison, je n'avais rien à voir là dedans, je pouvais très bien partir. Un souvenir me figea, je revis mon père et ma mère se faire tuer sous mes yeux, puis le visage de leur meurtrier se pencher sur moi, prêt à me tuer. La peur, la solitude, l'envie d'être ailleurs, le besoin de fuir, le besoin d'être sauvé... Étais-je toujours ce petit enfant qui fuyait lors des situations trop complexes ? Mon entrainement avec Grandine dans le but de devenir un Dragon Slayer était-il vain finalement ? Je pris la manteau d'Akiro pour le lui redonner et il dut prendre ce geste comme un au revoir de ma part, pourtant, je restai face à lui:

_ Je n'ai pas besoin de ce manteau, il me tient trop chaud et m'empêchera de bouger comme je le veux. Je resterai avec toi, j'irai jusqu'au bout, je l'ai dit plus tôt, nous pourrions tous nous entraider et c'est le moment de le faire pour toi.

Ma réponse était donnée, aussi bien pour Akiro que pour moi-même. Le petit enfant que j'étais faisait toujours partie de moi et il m'aidait à me forger un futur bien plus heureux que mon passé. Je ne devais plus fuir, je devais me battre, sinon je ne pourrais jamais retrouver Grandine, je ne pourrais jamais venger mes parents en retrouver ce mage noir qui les avait froidement tués. C'était un nouveau départ que je prenais.
Une fois la réponse d'Alaël donnée, nous pûmes repartir en direction du deuxième étage qui commença, pour changer, par un long couloir blanc et sans réfléchir, nous nous y engagions. Je finis par penser que ce couloir était infini puisque nous n'arrivions pas à voir la fin, je remarquai que nos pas semblaient résonner au loin, ce qui était impossible puisque nous étions là, à moins que... Je me retournai brusquement pour voir que l'entrée du couloir n'était plus, nous venions de tomber dans un autre piège.

_ Arrêtez-vous, ça ne sert à rien d'avancer plus loin. Nous sommes bloqués dans un couloir infini sûrement créé par une magie d'espace-temps, expliquai-je en voyant leur expression de surprise.

Je me mis à réfléchir, comment faire pour nous sortir de là ? Akiro et Alaël semblaient faire de même, mais aucun de nous n'arrivait à trouver quelque chose de faisable. La force brute ne servait à rien, la magie d'illusions d'Akiro pourrait peut-être nous sortir de là, mais il fallait qu'il soit en contact visuel avec le mage pour y arriver, le fait d'avancer ou de reculer n'était pas envisageable non plus, puisque la magie nous bloquait dans la même zone d'action. Même zone d'action ! Et si... ? C'était peut-être réalisable. En fait, sûrement. Un mage possédant une telle magie ne pouvait pas contrôler deux zones différentes, donc si les personnes bloquées à l'intérieur se séparaient, un des deux groupes sortiraient automatiquement de la zone de magie.

_ Je pense avoir trouvé la solution, tout réside dans la capacité d'action de la magie d'espace-temps, si jamais nous nous séparons et que nous finissons par être trop loin des uns des autres, le mage devra être obligé de se concentrer uniquement sur un groupe. Pour cela, je vais courir dans une direction pour qu'il se concentre sur moi, vous allez être libéré et vous allez pouvoir vous occuper de lui.

C'était la meilleure chose à faire selon moi, je ne pourrais pas affronter ce mage puisque ma seule technique offensive consommait trop de ma magie. Pour aller plus vite, j'utilisai mon sort de vitesse, sans me préoccuper des conséquences, et je fonçai vers un but infini qui ne se rapprochait pas d'un poil.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 96000
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Dim 25 Sep - 14:46

Akiro s’approcha à son tour de la porte, et inspecta également les runes qui étaient inscrites. Son expression changea de façon infime, à peine perceptible pour les yeux non entraînés. Cela ne présageait rien de bon, si ce n’est qu’Akiro semblait également être capable de déchiffrer ces écritures. Il ne dit cependant pas ce qu’il avait traduit, probablement pour leur épargner une petite dose d’effroi supplémentaire. Finalement, il sourit et attrapa son épée, dont il exhiba le pommeau, surmonté du symbole de Gyaku. Il entreprit alors d’exposer sa signification, en rapport avec les desseins du savant fou, qui semblait-il, voulais rejoindre une dimension parallèle ou sa folie serait considérée comme une bénédiction. Mais Akiro ne put terminer sa phrase car la porte s’ouvrit avec un léger grincement. Le mot de passe avait dû être prononcé pendant la tirade d’Akiro, mais de là à savoir quel mot avait permis cela, le mystère restait entier. Alaël se promit de graver chaque mot prononcé par Akiro au cas où une autre porte viendrait à leur barrer la route. Charmante perspective au passage…


Akiro reprit la tête du petit groupe, les entraînant inexorablement vers leur destination, du moins, c’était ce qu’espérait Alaël. L’idée de se perdre dans ces dédales de couloirs ne l’enchantait guère, et s’assura que tout le monde reste groupé. Cependant, pour changer, ils tombèrent à nouveau sur des résidents, des scientifiques à nouveaux, pour peu que l’on puisse les appeler ainsi.


«Bon sang, ils savent pas rester dans leur labo à faire leurs expériences malsaines, le temps qu’on aille s’occuper de Gyaku non ? C’est une manie, c’est pas possible ! »


Alaël s’exhorta au calme, après tout, s’énerver ne ferait qu’empirer les choses, et ils n’avaient vraiment pas besoin de ça. Akiro entreprit alors de se faire passer pour Kairo, en affichant ses ailes, ainsi que son épée. Au départ, cela semblait fonctionner à merveille, ils étaient royalement tombés dans le panneau, exprimant même un profond soulagement. Mais ensuite, allez savoir pourquoi, ils se raidirent, et les prémices d’un appel à l’aide se lisaient sur le visage de certains. La fausse identité d’Akiro n’avait pas tenue, alors que jusqu’à présent, tout c’était bien passé. Même s’il est vrai que la plupart des personnes rencontrées avaient finis par embrasser le sol… Alors, une chose étrange se passa. Alaël ressentit une vague de chaleur l’atteindre, alors qu’il n’y avait aucune source à proximité. Plus étrange encore, des brûlures apparurent sur le corps des scientifiques, les terrassant sous la douleur infligée. Akiro se retourna alors dans leur direction, l’air inquiet, et lorsqu’il sembla constater que tous les deux se portaient à merveille, il parut soulagé. Alaël comprit alors que c’était lui qui était responsable de ce qui venait de se passer. Ses illusions étaient vraiment redoutables, mieux valait ne pas se retrouver prisonnière de l’une d’entre elles. Il leur dit alors avoir restreint la portée arrière de sa magie pour les épargner, chose dont Alaël lui fut reconnaissant. Elle n’était pas contre de bronzer un peu, mais là, c’était un peu plus que souhaitable. Ils reprirent leur chemin mais alors qu’ils allaient bientôt gagner l’étage supérieur, Akiro s’arrêta et prit la parole :



« On va bientôt arriver au troisième étage... J'ignore ce qu'on risque d'affronter, mais une chose est sûre, ça ne sera pas une promenade de santé. J'ai un grief personnel contre Gyaku et je ne reculerais pas, mais rien ne vous y oblige. Je ne veux pas qu'il vous arrive malheur. Si vous voulez partir, c'est maintenant ou jamais, parce qu'après il sera trop tard... Les scientifiques qu'on croisera... Ceux qu'on a croisés tout à l'heure ne m'ont pas pris pour Kairo. Même si je dis qu'il est mon "clone", car nous avons les mêmes gènes, nous ne nous ressemblons pas physiquement. Les scientifiques vont se souvenir du visage de Kairo et verront que je ne le suis pas. Donc il faudra être prudent... »


La première chose qui interpella Alaël fut la différence physique entre Akiro et son clone. Elle avait toujours été persuadée qu’un clone devait scrupuleusement ressembler à son original, mais si elle n’en avait jamais croisé à ce jour. Elle fut alors prise d’une crainte assez vicieuse. L’homme qu’il avait croisé plus tôt avait-il vraiment été dupe ? Alaël sentait le poids d’une épée de Damoclès qui flottait au-dessus de leur tête. En voulant éviter d’allonger la trainée de corps qu’ils laissaient derrière eux, ils venaient peut être de commettre un impair qui leur coûterait cher. Elle leva les yeux pour constater que les regards de ses deux compagnons étaient fixés sur eux. Elle se demanda pourquoi, mais après une rapide analyse des paroles d’Akiro, elle en comprit la raison. Ils attendaient de savoir si elle allait poursuivre l’aventure ou non. Et d’après l’expression compréhensive d’Akiro, elle devait manifestement afficher l’envie de faire demi-tour. Elle s’empressa de répondre :


« Bah, j’ai rien à faire pour le moment, et je risque de m’ennuyer si je repars maintenant, alors, autant rester et profiter de la fête ! »


Elle avait adopté un ton joyeux et plein d’entrain, qui n’était pas vraiment conforme à son état d’esprit, mais elle était décidée à aller jusqu’au bout. Non seulement elle voulait mettre un terme aux agissements du savant fou, mais elle voulait également venir en aide à ses compagnons qui s’étaient montrés aimables envers elle sans qu’elle ait à faire quoi que ce soit pour ce faire. L’entraide était une valeur importante à ses yeux, chose que Maître Yurik lui avait inculquée. Elle avait tellement été prise dans ses pensées qu’elle n’avait pas entendu la réponse de Ren, mais son air déterminé et le fait qu’il avait rendu à Akiro son manteau semblait indiquer qu’il avait pris la même résolution qu’elle. Le trio restait donc entier. Ils repartirent donc, et atteignirent finalement l’étage supérieur. Un long, long couloir blanc qui s’étendait à l’infini. Du moins était-ce l’impression qu’il donnait à la jeune fille, qui sentit une certaine appréhension à s’engager dans ce dernier. Elle suivit cependant les deux jeunes hommes, et entama la traversée du couloir à leur côté. L’uniformité de celui-ci donnait l’impression qu’il n’avait pas de fin, et au bout d’un moment, Alaël commença à se sentir franchement agacée de ne pas en voir le bout. Jusqu’à ce que Ren dise qu’ils devaient s’arrêter. Le ton qu’il avait employé n’augurait rien de bon, aussi posa t’elle son regard sur lui en attente d’explication. Après tout, ils avaient déjà perdu pas mal de temps, il fallait avancer. Mais lorsqu’il annonça qu’ils devaient être pris dans une magie d’espace-temps, tout s’éclaira pour Alaël. Voilà pourquoi elle avait l’impression de ne pas avancer ! Puis, elle fut forcée de constater qu’ils étaient mal barrés… Elle avait toujours craint ce genre de magie, qui permettait au mage de vider ses ennemis de leur énergie tout en restant bien gentiment caché derrière son illusion. Elle avait bien une solution pur y remédier… Mais elle serait probablement complètement vidée de sa magie, et préférait donc y recourir en dernier recours. Heureusement pour elle, Ren eut une idée. Il leur dit :


« Je pense avoir trouvé la solution, tout réside dans la capacité d'action de la magie d'espace-temps, si jamais nous nous séparons et que nous finissons par être trop loin des uns des autres, le mage devra être obligé de se concentrer uniquement sur un groupe. Pour cela, je vais courir dans une direction pour qu'il se concentre sur moi, vous allez être libéré et vous allez pouvoir vous occuper de lui. »


Sur ce, ne laissant même pas à ses compagnons le temps de réagir, il fonça dans une direction, en ayant activé sa magie de vitesse. Alaël n’aimait pas trop ce plan. L’idée qu’il se sépare n’avait rien de séduisant, mais il était vrai que c’était la meilleure solution. Elle s’adressa alors à Akiro :


« Peut-être devrions-nous avancer dans la direction opposée ? On gagnerait du temps ainsi, qui nous fait malheureusement cruellement défaut… »


Akiro opina du chef, et ils se mirent à courir dans le sens opposé de Ren. Au bout de quelques minutes, le décor changea. Le long couloir blanc fit place à un couloir en pierre brute, semblable à ceux qu’ils avaient déjà pu observer depuis leur arrivée. Machinalement, Alaël jeta un œil derrière elle dans l’espoir d’apercevoir Ren, mais il n’était pas là. Par contre, elle sentit un peu plus loin la présence d’un mage en train d’utiliser sa magie. Elle se mit immédiatement sur le qui-vive, tout comme Akiro. Alors qu’il s’apprêtait à avancer dans sa direction, elle prit une importante décision :


« Akiro, je vais m’occuper de ce mage. Toi, avance vers Gyaku. Si ce mage nous a repérés, il est probable que l’alerte a été donnée, ou du moins que Gyaku a été prévenu. Or, si l’on traîne tous les deux ici, il aura le temps de s’échapper. Je verrai pour te rattraper avec Ren le plus vite possible, hors de question de te laisser seul avec ce monstre. »


Elle prit une poignée de billes colorées dans sa sacoche qu’elle mit dans les mains d’Akiro. Elle lui dit :


« Laisse tomber une de ces billes à chaque fois que tu as le choix entre plusieurs direction. Elles sont empreintes de ma magie, je pourrais donc les repérer, et ainsi je saurais quel chemin prendre. Maintenant, va et empêche ce monstre de s’enfuir ! »


Et elle se dirigea vers son adversaire.


HRP ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 79446
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Dim 25 Sep - 18:25

Quand Ren tendit son manteau à Akiro, celui-ci le prit machinalement et fut soulagé : au moins un écoutait la voix de la raison. Mais juste après, il déclara que le manteau lui tiendrait chaud et le gênerait. Il comptait rester jusqu'au bout! Le véritable soulage envahit Akiro et le submergea. Au-delà des mots, il ne put exprimer sa reconnaissance qu'avec son regard, qui fut largement assez éloquent. Et les deux camarades se tournèrent vers Alaël, qui affichait une mine disant qu'elle voulait faire demi-tour. Cependant, elle déclara d'un ton enjoué qu'elle allait participer à la fête jusqu'au bout. Une fois encore, Akiro fut reconnaissant au-delà des mots. C'est rare que quelque chose prive Akiro de ses mots... Mais parfois, les mots sont inutiles...

Le trio reprit alors son chemin et s'engagea dans un long couloir blanc qui semblait s'étirer à l'infini. Le chemin était vraiment l... Attendez un peu! Qui semblait s'étirer à l'infini? C'était exactement ça! Akiro eut la révélation à peu près une micro-seconde après Ren, qui les fit s'arrêter en déclarant qu'ils avaient à faire à une magie d'espace-temps qui les confinait pour l'éternité dans une portion de salle... Malheureusement, même si Akiro était immunisé contre les illusions, ce type de magie était d'un rang supérieur à la plupart des illusions, et Akiro y était par conséquent sensible. Que faire, que faire pour se débarrasser du mage qui les piégeait?.. Encore une fois, Ren surclassa Akiro d'environ une demi-seconde en annonçant qu'il fallait se séparer pour briser le champ d'action de la magie. Ren proposa alors de faire l'appât pour qu'Alaël et l'ange puissent s'occuper du mage. L'illusionniste faillit s'insurger contre cette idée : se séparer était la dernière chose à faire si ils voulaient tous s'en sortir. Mais c'était aussi la seule chose possible s'ils voulaient avoir la possibilité de poursuivre leur chemin. Il le laissa alors partir, le cœur lourd. Alaël lui proposa alors de courir dans la direction opposée pour qu'ils puissent s'occuper du mage d'espace-temps. Akiro acquiesça de la tête et ils s'éloignèrent de Ren. Très vite, les murs impeccables se transformèrent en murs de briques, comme avant. Ils étaient sortis du champ d'action. Akiro jeta un œil par dessus son épaule, dans l'espoir de voir Ren. Mais il ne vit rien. Ils continuèrent alors...

Très rapidement, il sentit la présence d'un mage pas très loin. Alors que l'ange s'apprêtait à s'élancer pour régler le compte de ce mage, Alaël l'interrompit en déclarant qu'elle irait seule à la rencontre du mage et qu'il devait aller s'occuper de Gyaku, sans quoi, il allait s'enfuir. Même s'il préférait accompagner Alaël, Akiro dut se résoudre à admettre que plus il tardait, plus Gyaku avait de chances de s'échapper. Il devait se séparer de ses amis. Et il n'aimait pas ça, oh que non! Gyaku allait payer encore plus cher! Alors qu'il acquiesçait à la déclaration d'Alaël, celle-ci lui tendit une poignée de billes en métal en disant qu'elles serviraient de traceurs lorsqu'ils le rejoindraient. Serrant le poing sur les billes, Akiro lança :

-Mais si tu ne m'as pas rejoint d'ici 20 minutes, je viens te chercher! Mais bon, vu ta vitesse, ça devrait être torché, non?

Il sourit en disant cela puis se détourna et se dirigea en courant vers le troisième étage, le labyrinthe qui l'attendait et enfin... le laboratoire de Gyaku et la vengeance. Il partit dans le couloir et monta l'escalier. En haut l'attendait un couloir qui mena très vite à une bifurcation. Sans hésiter, Akiro emprunta le chemin de gauche, en n'oubliant pas de placer la bille de métal de façon à ce qu'elle ne soit visible que par quelqu'un la cherchant. En continuant son chemin, l'ange arriva dans une sorte de carrefour donnant sur quatre directions, dont celle d'où il venait. Alors qu'il s'avançait dans le couloir sur sa droite en saisissant une autre bille-balise, il entendit des pas venir de là vers où il voulait aller. Il laissa aussitôt tomber la bille, bien en évidence, repartit au centre du carrefour, plaça une bille du côté du chemin allant à gauche et se réfugia dans l'ombre du couloir du haut. Rapidement, une troupe de scientifiques arriva au pas de course, ayant visiblement pour but de s'emparer des intrus pour permettre à Gyaku d'augmenter son nombre de cobayes. Après tout, on n'en a jamais assez! Ils tombèrent à ce moment-là sur la bille qu'Akiro avait laissée tomber au milieu du chemin, cette bille qui confirmait qu'au moins un des intrus n'était pas très loin d'eux. Ils s'avancèrent jusqu'au "carrefour" et Akiro se renfonça dans l'ombre.

Un des scientifiques tournait la tête en tout sens, comme ses camarades, pour repérer une possible trace de l'intrus. Tout à coup, de façon à ce que personne ne s'en rende compte, il tourna la tête et son regard tomba sur une forme tapie dans l'ombre. Akiro. Le scientifique eut un semblant de sourire satisfait et continua de rechercher. De son côté, Akiro avait été surpris en voyant les yeux de ce type... Deux yeux rouges, avec de drôles de marques noires dans l'iris... Instinctivement, l'ange renforça ses barrières mentales, ces barrières qui le préservaient des illusions ainsi que celle qu'il avait créé de lui-même pour bloquer un contact télépathique ou pour effacer environ la moitié de son aura en se concentrant totalement. Alors, il renforça ses barrières en espérant de toutes ses forces que les scientifiques tombent sur la bille qu'il avait placées en fausse piste. Et bingo! Un des scientifiques trouva la bille et en conclut que l'intrus était parti par là. Ils le suivirent au pas de course.

Quand l'écho de leurs pas eut disparu, Akiro récupéra la fausse piste et la rangea avec les autres billes d'Alaël, mais il ne pouvait s'empêcher de trembler. Il n'avait pas réellement croisé le regard de ce type, cependant, il en restait effrayé... Mais c'était qui ce type?! Son aura était horrible, et complétement indescriptible. Cependant, il résoudrait ce mystère plus tard. Pour l'instant, il devait reprendre sa route vers sa vengeance. Il plaça la bille-repère à destination d'Alaël et emprunta le chemin de droite...

Pendant ce temps-là, parmi quelques scientifiques de bas-étage, une partie du docteur Gyaku empruntait un téléporteur vers une destination inconnue tandis qu'une autre jubilait : finalement, il avait la possibilité de récupérer RX-23... Seul dans son labo, l'homme éclata de rire et attendit la rencontre inévitable... Mais cela, Akiro l'ignorait, car il n'avait jamais vu le docteur Gyaku. Sans cela, il aurait pu le comprendre beaucoup mieux que maintenant... Malheureusement, il l'ignorait, et il ne l'apprendrait sans doute que bien trop tard...

Hors-jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 101197
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Mer 28 Sep - 20:06

La course que j’avais entreprise semblait ne jamais s’arrêter, les limites de ce mage étaient donc si lointaines ? Impossible, Alaël et Akiro devaient déjà le combattre, j’en étais certain, et pour économiser ma magie, j’arrêtai mon kaze subayai pour reprendre une vitesse normale. Immédiatement, je sentis la fatigue couler en moi, je m’étais pourtant stoppé à temps, plus et j’aurais fini à genoux, toutefois, je me forçai à continuer à parcourir ce couloir infini et je me rendis compte que le fond commençait à se rapprocher. Était-ce la fatigue ou mes sens me jouaient-ils des tours ? Non, je pus approcher le fond et je fis demi-tour le plus rapidement possible pour apercevoir Alaël qui était face à une personne inconsciente, le mage qui devait être le responsable de tout ceci. En même temps, un bruit sourd résonna à l’étage du dessus.

_ Pourquoi es-tu seule face à lui ? Où est Akiro ? Et que se passe-t-il ?

Une fois les réponses obtenues, je sus qu’Akiro avait pris le devant sous sa demande et qu’il avait dû semer des billes qui nous permettraient de retrouver son chemin. À l’aide de notre vitesse, nous pûmes partir rejoindre Akiro qui devait sûrement être arrivé à son but, vu les sons qui nous parvenaient. Dès qu’un embranchement se trouvait face à nous, nous cherchâmes la bille qu’Akiro avait laissé pour nous guider et poursuivre la route qu’il avait empruntée. Je fus tout de même surpris de voir qu’il n’y avait personne pour se dresser contre nous, avec le boucan qu’il y avait au troisième étage, des mages devaient se diriger vers la même destination pour assurer la sécurité des scientifiques et surtout, celle de Gyaku. Toutefois, cela faisait des ennemis en moins et du temps de récupéré, alors je n’allais pas m’en plaindre, surtout pas moi et ma faible force physique. Nous finîmes par retrouver Akiro qui allait pénétrer dans une pièce où se trouvait très certainement son but final, vu l’expression de son visage. Il paraissait calme et à la fois tendu, patient mais pressé, comme si une part de lui, qui n’attendait que ce moment, faisait enfin surface, je trouvais ça effrayant.
La porte s’ouvrit d’elle-même et, une fois entrés à l’intérieur de la pièce, nous étions face à un homme qui semblait âgé d’une soixantaine d’années et qui portait sur lui toutes les caractéristiques du scientifique fou, prêt à tout pour réaliser son idéal. Avant même que nous ayons la possibilité de le détailler, Akiro s‘exclama:

_ Ne le regardez pas dans les yeux !

Pour appuyer ses dires, il nous recouvrit Alaël et moi avec ses ailes au niveau de la tête pour nous bloquer la vue. Même si la curiosité était forte, je me doutais bien que la magie de cet homme devait se trouver dans ses yeux et qu’elle était redoutable. Je remarquai qu’Akiro ne se couvrait pas la vue, il semblait même observer Gyaku droit dans les yeux, alors sa magie devait être liée à l’illusion, ce qui permettait à Akiro de le bloquer.

_ Je suis étonné de voir que tu es capable de détecter rapidement ma puissance magique, mais je suis ravi de voir que le produit de mes expériences me revienne après autant de temps, et surtout, entouré de personnes fort intéressantes.

Je fus stupéfait de l’entendre parler, sa voix était déjà de loin la plus désagréable que j’avais pu écouté, mais son odeur me parvint enfin et elle était tout aussi infecte, mélangeant le sang de différentes personnes qui devaient être ses précédents cobayes. De plus, il ne considérait même pas Akiro comme un humain, mais comme une chose qui lui appartenait et qui revenait voir son maître: un tel comportement ne faisait que renforcer l’idée que je me faisais de lui. Mon nez de dragon me permit de savoir qu’il n’était pas le seul présent dans cette pièce, ou alors, je sentais les présences de personnes qui étaient parties il n’y avait pas longtemps.

_ Une jeune demoiselle charmante avec un potentiel magique qu’il me semble connaître et le rêve de tout chercheur digne de ce nom: un Dragon Slayer.

Un coup d’œil à Alaël me permit de savoir qu’elle n’avait pas apprécié le compliment, venant d’un être aussi abject, il devait résonner comme une insulte; je me demandais comment elle allait réagir. Par contre, je savais que la magie des Dragon Slayer était différente des autres, elle dégageait quelque chose de plus sauvage, plus indomptable que les autres magies, mais je ne pensais pas à ce point.

_ Je suis au Paradis d’avoir d’aussi beaux spécimens. Surtout que les Dragons n’étant plus de ce monde, il ne reste que leurs enfants pour étudier leur puissance, quel dommage…

Mon sang ne fit qu’un tour dans mon corps, le sous-entendu était clair, il se contentait d’un produit dérivé en l’absence du véritable produit, mais je m’en fichais. Ce qui me mettait hors de moi, c’était le fait qu’il insinuait… non, qu’il affirmait que les Dragons étaient morts. Je ne pouvais accepter cela, mon poing se serra, prêt à cogner la première cible qui se mettrait sur mon passage, ma fatigue s’envola remplacée par la plus féroce des colères que je n’avais jamais ressentie. Puis, d’un bond, je sortis de l’abri que procurait les ailes d’Akiro et je visais Gyaku, en plongeant mon regard dans le sien, il avait l'air content de lui comme si je venais de tomber dans un piège qu'il tendait, mais son expression passa à la surprise et il s'esquiva en arrière. Je finis par frapper le sol et je retirai vivement mon poing pour recommencer mais ce que je remarquai me figea littéralement. Le coup que je venais de donner avait troué le sol et, en plus des fissures provoquées par le choc, on pouvait voir des incisions tout autour de l’impact. Comment était-ce possible ? Un regard vers mon poing me permit de connaître la réponse: il était enveloppé par de multiples vents dont je pouvais entendre le sifflement m’indiquant qu’ils étaient tranchants et donc, responsables. Mon cœur se fit plus léger d’un coup, j’avais réussi à maîtriser une autre technique de dragon:

_ Tenryuu no tekken…, murmurai-je.

Je restais en admiration devant ces vents dansant autour de ma main et je pensais que Grandine serait fière d’apprendre que je progressais, que je devenais un véritable Dragon Slayer comme elle aurait voulu que je le sois. À la pensée de Grandine, mon visage se ferma une fois de plus pour se diriger vers l’homme responsable malgré lui de mon bonheur passager. J’étais prêt à lui bondir une nouvelle fois dessus quand je vis un bras se lever pour m’en empêcher, il s’agissait d’Akiro qui pointa les mages qui étaient apparus alors que j‘étais aveuglé par la haine. Je me rappelai le but de notre visite et je me disais que c’était lui qui avait le plus à faire payer à cet homme, enfin, si on pouvait l’appeler encore être humain.

_ Je te laisse t’occuper de ça alors…

Je rejoignis Alaël pour faire face à nos nouveaux adversaires qui devaient être d’un tout autre niveau que les précédents. Tout en inspirant à fond pour avaler la plus grande quantité d’air afin de refaire mes forces, malgré le fait que je n’avais pas de lien direct avec le ciel, je remarquai autre chose. Le regard de Gyaku et le mien s’étaient croisés, pourtant, rien ne m’était arrivé, n’avait-il pas activé sa magie pour se défendre ? Ou alors l’avait-il fait et je n’avais rien ressenti à cause de l’état dans lequel j’étais ? Une fois rassasié, je fonçai sur les ennemis, mes mains toujours armées de ces vents tranchants et dévastateurs, sans même me soucier si les autres s’en sortaient, j’avais juste besoin de me défouler et ces hommes étaient les mieux placés pour recevoir mon trop plein d’émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
!§ Fêtarde invétérée §!
!§  Fêtarde invétérée  §!
Masculin
Messages : 74
Jewels : 96000
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 28

Localisation : Quelque part

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Sam 1 Oct - 20:56

Alaël venait tout juste de faire demi-tour lorsqu’Akiro lui dit qu’il lui accordait vingt minutes pour neutraliser le mage avant qu’il ne vienne la rechercher. Il lui sourit, et se dirigea en courant vers sa destination. Alaël contempla un instant l’ouverture par laquelle Akiro venait de disparaître. Elle ne l’aurait jamais dit devant lui, mais elle n’était même pas sure d’être toujours en vie dans vingt minutes… Elle poussa un profond soupir, puis se remit en marche. Après quelques mètres seulement, elle parvint devant celui qu’elle redoutait : l’homme qu’ils avaient rencontré un peu plus tôt. Et il ne semblait pas surpris de voir que quelqu’un avait réussi à échapper à son piège :


« Tiens tiens, mais qui voilà ? Je ne pensais pas que ce serait toi qui viendrais… Certes, RX-23 doit probablement être parti affronté le Docteur Gyaku, mais je ne pensais pas qu’il enverrait le plus frêle combattant, tout seul qui plus est ! Les jeunes de nos jours, ils ne savent plus réfléchir, bien que cela m’étonne de RX-23 qui… »


Alaël fit craquer ses jointures, ce qui interrompit le mage dans son monologue. Elle lui jeta un regard acide avant de répliquer :


« Tout d’abord, arrête de l’appeler RX-23. Il s’appelle Akiro, alors cesse donc de le traiter comme une chose ! Ensuite, qui te dit que je suis la plus faible ? »


L’homme l’observa un instant d’un air incrédule avant d’éclater de rire, un rire froid et cruel.


« Je suis assez doué pour juger la valeur des gens tu sais ? Et je suis sûr que des trois, tu es non seulement la moins évoluée, mais également la plus inexpérimentée. Alors… »


Cela lui faisait du mal de l’avouer, mais il n’avait pas tout à fait tort. Mais elle n’allait pas lui donner la satisfaction d’avoir raison, surtout qu’elle bénéficiait d’un atout. Elle possédait une chose que Ren et Akiro n’avait pas… Le savoir de Maître Yurik !


« Space distorsion… »


Á peine eut-elle prononcé ces deux mots que le mage se figea, comme s’il avait reçu un choc électrique. Il fixa intensément la jeune fille, comme s’il ne l’avait pas encore vu. En bégayant légèrement, il lui demanda :


« Co…comment tu connais ça ? Comment connais-tu le nom de ma magie ? Elle n’est pourtant que rarement pratiquée ! Réponds-moi ! »

« Et alors ? On panique ? Et si je te disais que je savais également que tu ne pouvais générer qu’une seule distorsion à la fois ? Et que tu as besoin d’avoir un contact visuel pour la lancer ? Ou bien… »

« Silence ! Tu en sais trop ! Je vais te réduire au silence une bonne fois pour toute ! »


Sur ce, il sortit un long sabre du néant, et chargea Alaël. Elle fut prise au dépourvu, mais parvint tout de même à esquiver le coup grâce à sa vitesse augmentée par magie, mais percuta de plein fouet le mur. Elle sentit une douleur lancinante sur son flanc, ce qui lui laissa penser qu’elle s’était probablement briser une ou deux côtes. Suffoquant sous la douleur, elle eut du mal à garder le contrôle de ses déplacements, toujours magiquement accélérés. Heureusement, lorsque le mage lança un nouvel assaut, elle réussit à se reprendre et esquiva à nouveau cette attaque. Elle prit du recul, et fonça à toute vitesse sur ce dernier, et avant qu’il n’ait pu tenter d’asséner un nouveau, elle le percuta violemment d’un coup de pied dans la cage thoracique. L’homme fut projeté sur plusieurs mètres, avant de s’affaler sur le sol. Alaël s’en approcha, une main posée sur son flanc douloureux. Mais elle eut à peine le temps de contempler le visage amorphe de son adversaire qu’elle entendit une voix familière résonner derrière elle :


« Pourquoi es-tu seule face à lui ? Où est Akiro ? Et que se passe-t-il ? »


Curieusement, elle se sentait soulagée de le revoir, même si cela ne faisait pas si longtemps que leurs chemins s’étaient séparés. Elle sourit, et malgré la douleur qu’elle ressentait elle lui répondit avec engouement :


« On s’est séparé pour éviter que Gyaku ne s’échappe. Mais il a laissé des indices pour que l’on puisse trouver le bon chemin, des billes que j’arriverai à retrouver même dans l’obscurité. Alors, hâtons-nous de le rejoindre ! »


Et ils reprirent leur route, suivant les indications d’Akiro lorsque le doute subsistait. Et enfin, ils finirent par rejoindre leur compagnon, devant une porte qui devait donner sur l’endroit où se trouvait Gyaku. L’expression de son visage en disait long sur sa détermination. La porte s’ouvrit alors, comme s’ils étaient des invités vivement attendus. Et c’est à ce moment qu’Alaël vit pour la première fois le savant fou. En aucun cas elle n’aurait douté qu’il s’agissait de lui, tout dans ces traits et son attitude en témoignait. Akiro leur donna alors un avertissement :


« Ne le regardez pas dans les yeux ! »


Gyaku prit alors la parole, exprimant son plaisir à revoir « le produit de ses expériences » lui revenir, et en bonne compagnie qui plus est. Le compliment qu’il fit à Alaël sur son potentiel magique ne lui fit vraiment pas plaisir, cela ressemblait davantage à une insulte à ses oreilles. Surtout avec cette horrible voix ! Quant au ravissement qu’il ressentait à disposer d’un dragon slayer, cela faisait froid dans le dos. Et lorsqu’il eut le malheur d’insinuer que les dragons avait disparu à jamais, la colère de Ren atteint son paroxysme. Il fonça sur Gyaku, sans prendre en considération les précédents avertissements d’Akiro. Mais de toute évidence, sa magie n’eut aucun effet sur Ren, et il dû esquiver son attaque, qui laissa une profonde trace dans le sol. Pour quelqu’un qui disait manquer de puissance… Ren observait ses poings avec ravissement, et fut à nouveau sur le point de s’attaquer à Gyaku. Mais Akiro leva un bras devant lui pour l’empêcher de réitérer son acte. Gyaku était à lui, et à lui seul. Ce qui n’était que justice en fin de compte. Alors Ren s’éloigna, et rejoint Alaël qui faisait à présent face un nombre d’ennemis assez impressionnant. Chacun avait son combat à mener à présent. Et au vu du probable niveau de ceux qui lui faisait face, Alaël aurait presque préférée se retrouver face à Gyaku…


Toujours est-il qu’elle devait se concentrer sur ses adversaires, et non sur ceux des autres. Alors, elle activa son dôme d’immobilité afin de préparer son assaut. Une fois déployé, elle attrapa deux poignées de clous dans sa sacoche, et leur définit une trajectoire les uns après les autres. Mais ceux-ci restèrent immobilisés dans le dôme, et lorsqu’elle eut finit sa tâche, elle désactiva son dôme. Les clous foncèrent alors dans les directions imposées, transperçant nombre des adversaires présents. Mais cela lui coûta cher, et elle ne put s’empêcher de poser un genou au sol. Elle porta une main à ses côtes, et jeta un œil aux nombreux opposants restants. Les blessures qu’elle avait infligées avec sa précédente attaque n’avaient réussi qu’à affaiblir la plupart des adversaires, et déjà certains se relevaient. Alors, elle lança son ultime assaut…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 79446
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Dim 2 Oct - 17:09

La frayeur habitait encore le cœur et l'esprit d'Akiro alors qu'il continuait à se rapprocher inexorablement de son but final, le laboratoire de Gyaku. Les yeux de ce scientifique qu'il avait croisé un peu plus tôt... Des yeux de frayeur à l'état pur. Des yeux emplis d'une magie sombre... Très sombre. Quand le regard du jeune mage avait parcouru les environs un peu avant, Akiro s'était renfoncé dans son coin sombre dans le couloir où il s'était réfugié. Akiro était sûr que le mage ne l'avait pas vu. Enfin, presque sûr. Bon, ok, absolument pas sûr, d'autant plus que le mage avait souri quand son regard était passé en un éclair devant la pseudo-cachette de l'ange. Mais s'il l'avait vu, pourquoi n'avait-il pas donné l'alerte? Et qui savait s'il ne l'avait pas fait, au final? Pourquoi, pourquoi, pourquoi?! Le mot tournait sans cesse dans son esprit, l'empêchant de se concentrer à cent pour-cents. L'ange pressentait une manœuvre environ mille plus subtile que ce qu'il pouvait percevoir en ce moment, mais il n'arrivait pas à deviner de quoi il s'agissait. Il détestait ne pas comprendre, cela l'énervait. Et plus il s'énervait, plus il était effrayé par cet inconnu. Et plus il était effrayé, moins il comprenait. Et moins il comprenait, plus il s'énervait, et ainsi de suite. Il avait certes eu le réflexe de dresser le plus de barrières mentales possibles, dont celles qu'il maintenait en permanence pour s'immuniser contre les illusions et pour dissimuler à peu près la moitié de son aura dans les cas nécessaires. Mais c'était un réflexe presque animal, due à la peur, pas à la raison...

La même question tournait encore dans ta tête quand il parvint encore à un croisement. Il piocha une des billes d'Alaël dans sa poche et la cacha dans un recoin pour que la jeune fille soit la seule à la repérer, puis s'engouffra dans le couloir qu'il venait d'indiquer. La marche systématique était un exercice parfait pour calmer les peurs et se recentrer sur soi-même. C'est ce qui arriva à Akiro. Il n'était plus très loin du labo principal du troisième étage lorsqu'il avait repris entièrement ses esprits. Et, puisqu'il avait retrouvé tous ses esprits, il avait aussi regagné toute sa capacité de réflexion. Alors, en continuant de marcher, il fit ce qu'il savait faire de mieux : il réfléchit. Il réfléchit à toutes les possibilités qu'il pût envisager, même les plus farfelues, concernant Gyaku. Et à force de se triturer les méninges, l'ange finit par trouver les liens entre tout ce qu'il avait vu depuis son arrivée ici. Deux doutes terribles l'assaillirent en même temps. Il en repoussa immédiatement un tout au fond de son intellect pour ne pas devenir fou et analysa le deuxième qui s'était présenté à lui... Oui, c'était logique... Depuis tout à l'heure... Non, impossible! Il se serait donc fait posséder entièrement depuis le début? Non, ça, ça ne collait pas. Mais un peu plus tard, là... C'était plus que probable... Plus que possible. Largement. Ainsi, l'affrontement se transformait en affrontement de stratèges... Akiro semblait perdre cette partie, mais sans doute pouvait-il utiliser le jeu à son avantage... Peut-être ne gagnerait-il pas cette manche, mais la victoire finale lui appartiendrait. Il en était désormais entièrement certain. Et avec la certitude revenait la détermination.

Tout à coup, il arrêta de marcher. Il se tenait devant une porte en apparence tout ce qu'il y a de plus banal, mais dans son esprit, le Pathfinder faisait clignoter le plan avec un gros "C'EST ICI, C'EST ICI!" beuglant à pleins poumons, si on peut dire. Alors, le moment était arrivé. La confrontation entre le créateur et la créature. La... STOP! Depuis quand se traitait-il lui-même de créature? Faut pas abuser dans l'autodérision, non plus! Bon, la confrontation entre le savant fou et sa victime. Voilààààà! C'est mieux! Faut quand même pas abuser, hein! Tout à coup, il entendit un léger bruit de pas. Il se retourna et aperçut Ren et Alaël qui arrivaient vers lui. Ainsi, la jeune fille avait réussi à en finir avec le mage d'espace-temps. L'ange sourit et laissa échapper un soupir soulagé. Intérieur, le soupir. Le sourire était suffisant. Puis il se retourna à nouveau vers la porte et vers son destin. Une main dans la poche gauche de son manteau, il tourna et retourna un simple petit objet qui pouvait peut-être changer le cours des choses... Il avait bien fait d'acheter ce petit truc en se disant qu'il pouvait bien finir par lui servir un jour ou l'autre... Il pénétra ensuite dans l'arène. Comme il s'en doutait, Gyaku les attendait. Âgé d'une soixantaine d'années en apparence, il leur tournait pour le moment le dos, mais on distinguait tout de même tout l'attirail du parfait savant fou fier de l'être. Et son aura... Le simple fait de la ressentir confirmait ce qu'avait envisagé Akiro. Immédiatement, le scientifique se retourna. Tout de suite, Akiro réagit. Ca, il s'en était doutait, il réagit donc en conséquence. Il étendit ses ailes en hurlant :

-Ne le regardez pas dans les yeux!

Il s'était placé de façon à pouvoir boucher le champ de vision de Ren et d'Alaël avec chacune de ses ailes. Ses deux amis étaient donc, pour l'instant, du moins, hors de danger. Ironique, le scientifique termina de se retourner et félicita l'ange de la vitesse à laquelle il avait détecté son potentiel magique et de finalement lui revenir, surtout en compagnie fort intéressante. L'ange n'était plus que rage froide, mais contenue. Gyaku continua en déclarant que puisque les dragons n'étaient plus, il utiliserait un de leurs enfants. Ces mots, prononcés bien évidemment exprès, eurent l'effet escompté puisqu'ils mirent Ren hors de lui. Le Dragon Slayer s'écarta de l'abri des ailes d'Akiro avant que celui-ci pût réagir et fonça sur le savant fou en le regardant droit dans les yeux, chose à ne faire dans aucun cas, sauf si on s'appelle Akiro Pathfinder, qu'on est est doté d'ailes de la part du type juste en face de vous, qu'on est intelligent et qu'on sait établir quelques barrières mentales, ce qui n'était pas le cas de Ren, qui était certes intelligent mais ne possédait aucune des autres caractéristiques citées ci-dessus. Toujours est-il qu'il fonça sur le savant fou en plongeant son regard dans ses yeux, ses yeux qui, comme l'ange s'en était douté, étaient jaunes et noirs, comme les yeux du jeune mage de tout à l'heure. Gyaku sourit, mais il changea vite d'expression en voyant la puissance destructrice du coup de poing que lui lançait Ren, qu'il esquiva de justesse. Il avait -bon, ça va peut-être paraître bizarre mais on va dire ça quand même- bien fait, vu la puissance du coup de poing sur le sol. A part ça, il était faible et ne connaissait qu'une seule technique offensive?! Apparemment, il progressait en permanence. Tant mieux pour lui, cela augmentait ses chances de retrouver la dragonne des Cieux. Mais l'heure n'était pas aux réjouissances. Alors que Ren allait donner un second Tenryuu no Tekken à Gyaku, Akiro s'avança rapidement, de façon à toujours protéger Alaël, et tendit un bras devant son ami, l'arrêtant. De l'autre bras, il désigna la troupe de scientifiques qui venait d'arriver. Il le regarda, lui demandant silencieusement de lui faire gagner un peu de temps. Son ami se dirigea vers les blouses blanches, accompagné d'Alaël, et commença le carnage. De son côté, l'ange se tourna vers celui qu'il s'était de faire payer un jour. Sans doute ce jour était-il venu.

-Darkness Soul... Une magie de partage d'âme, de possession et d'attaques mentales qui habite les yeux de son propriétaire. Contrairement aux autres magies, elle est liée à l'âme du propriétaire, pas à son corps. Pour la victime, les yeux paraissent normaux...

Son vis-à-vis sourit franchement, ironique, et félicita Akiro :

-Bravo, RX-23! Je n'en attendais pas moins de mon meilleur sujet. Quel dommage que Hato ait eu pitié d'un bébé au lieu de l'exaltation envers un sujet idéal...
-IDEAL? Vous n'avez donc véritablement aucun sentiment humain... Et je me nomme Akiro Pathfinder, mage de Silver Dragon, la plus puissante guilde blanche de tout Acarya! Recommencez une fois, une seule fois, avec votre "RX-23" et je vous le fais avaler pour l'éternité!
-Tu crois pouvoir me vaincre, RX-23? Tu connais ma magie, tu sais que tu ne m'as pas vaincu, même si tu tues ce corps, tu as vu tout à l'heure mon nouveau corps!

L'exaltation dans la voix du scientifique ne laissait aucun doute quant à sa folie... Agacé, Akiro, qui n'en utilisait pas moins son cerveau, répliqua :

-Ainsi, j'avais vu juste. Depuis que nous sommes entrés dans ce laboratoire, vous avez planifié ce piège. Vous avez entendu certaines de nos conversations, c'est pour cela que vous savez que Ren est un Dragon Slayer. Vous avez monté ce piège en moins d'une heure... Car il s'agit bien d'un piège, n'est-ce-pas?

L'ange cracha ses derniers mots, rageur. Depuis tout à l'heure, ils se faisaient manipuler par ce soi-disant docteur qui était à l'origine de toute la vie d'Akiro. Ce mage manipulait le monde entier depuis énormément longtemps... Celui-ci se contenta d'accentuer son sourire pour agacer encore plus Akiro. L'ange décida que le temps des parlotes étaient presque terminé. Cependant, avant de le terminer, il lui restait deux-trois petites choses à demander...

-Une telle intelligence... Au service du mal... Pourquoi n'avez-vous pas choisi de faire le bien?
-Mais je FAIS le bien!*au ton de sa voix, on devinait parfaitement qu'il était sincèrement étonné et convaincu de ce qu'il disai*Mon projet a pour objectif de créer des surhommes pouvant résister à tout! Ce monde risque d'être bientôt la victime d'un grand cataclysme. Si je crée des hommes capables de survivre à cette catastrophe, je serais un héros!
-Tous ces morts. Toute cette souffrance... Vous croyez que ça en vaut le coup? Regardez-moi! Ai-je l'air d'un surhomme pouvant survivre à cette "catastrophe" que vous énoncez? Vous êtes juste un monstre qui veut le pouvoir!
-Evidemment que cela en vaut le coup! Les sacrifices sont nécessaires pour avancer! Ainsi, tu pourras survivre! J'espère qu'à ce moment-là, tu seras reconnaissant envers ton créateur!

Akiro s'étrangla de rage :

-Les sacrifices? Nécessaires pour avancer? Non, ce qui permet d'avancer, c'est la solidarité, l'amitié, la confiance! Si pour survivre, je dois sacrifier tout ce qui compte pour moi, je préfère mourir! Et jamais je ne serais reconnaissant envers une ordure comme vous!

Gyaku commençait à s'énerver. Il s'écria :

-Alors soit! Tu mourras, puis je te ressusciterai et ferai de toi une marionnette! Tu serviras le plus grand bien, que tu le veuilles ou non!

Akiro sourit. Les menaces ne l'impressionnait guère, car il se savait protégé de sa magie. Restait le combat physique. Alors que le docteur, toujours alerte et agile, fonçait sur lui en brandissant une épée qu'Akiro n'avait jusque là pas vu, l'ange prit la parole, sarcastique :

-Je n'ai pas fini... Je suis entré en possession de vos rapports me concernant.Prudent, il ne mentionna pas comment il en était entré en possession.Il y est fait mention d'un mage ayant le pouvoir de modifier les souvenirs d'une personne... Ce mage... Est-il encore vivant? Peut-il rendre sa mémoire à une personne amnésique? Où est-il?
-Oh, tu t'intéresses au docteur Dan, sans doute pour ton amie là-bas! Je vais te le dire, puisque tu ne seras pas en mesure de le lui signaler. Oui, il est encore vivant et oui, il peut rendre sa mémoire à ton amie. Mais je te souhaite bonne chance pour le trouver, car ce renseignement te demeura toujours scellé!

Il s'était arrêté le temps qu'Akiro lui parle, surpris, et de lui répondre, puis il repartit à l'assaut avec son épée dentelée brandie sur Akiro. L'ange para et répliqua dans un même mouvement. Le scientifique tenta de parer, mais sa technique était largement inférieure à celle de l'ange, déjà pas excellente, certes, mais suffisante. Ainsi, l'ange fut-il celui qui versa le premier sang. Un instant, il se prit à croire qu'il pouvait remporter la victoire. Il sentit un frôlement mental s'insinuer devant ses barrières et le repoussa par automatisme. Il était tout entier concentré sur son combat à l'épée avec son pire cauchemar, la lutte mentale était directement repoussée. Le savant fou tenta de porter un coup de taille à Akiro, mais celui-ci para et, en enroulant sa lame autour de l'épée dentelée de son adversaire, le désarma. L'épée vola en direction de la mêlée confuse où étaient Ren et Alaël. Akiro n'alla pas la ramasser. Il n'avait pas le temps. Le plus important était de mettre Gyaku hors d'état de nuire. Alors qu'il le menaçait de la pointe de sa lame, son adversaire sourit et exhiba l'arme secrète d'Akiro dans sa main. Celui-ci jura. Et merde! Alors là, ils étaient mal. Comme pour confirmer ses pensées, Gyaku sourit :

-C'est sympa ce petit truc... Tu voulais me tuer avec ça, n'est-ce pas? Un explosif au contact... Astucieux. Très astucieux. Mais pas ingénieux. Ce n'est pas avec ça que tu me vaincras... Mais qui sait?... Essayons tout de même... De toute manière, tu ne détruirais que ce corps, pas mon âme... Mon autre corps a été mis à l'abri dans un endroit vraiment fantastique! Je te parie que tu ne me trouveras jamais... Mais si c'est le cas, sache que je t'attends! J'ai hâte de voir ce que donnera notre deuxième rencontre... Il semblerait que le score soit de 1 à 0 pour moi, actuellement...

Sur un sourire, il déclencha son arme secrète. Elle détruisit bien évidemment le corps du scientifique mais, comme il l'avait dit, son âme restait intacte... Et elle souffla tout aussi évidemment Akiro, qui fut sonné. Il lutta un moment pour rester conscient. Il avait l'impression d'oublier un détail important. Un détail qui n'en était pas un. Ren! Il avait croisé le regard de Gyaku tout à l'heure! Il était... en danger! L'ange se tourna vers le Dragon Slayer. Merde! Il était juste à côté... Pas bon, ça, pas bon du tout! L'ange puisa dans sa volonté pour trouver la force de crier :

-REN! Affronte-le!

Puis il s'évanouit, complétement sonné par l'explosion... Il devait refaire un peu ses forces...

Hors-jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Ren Miryu--☁

Rang C
Rang C
Masculin
Messages : 161
Jewels : 101197
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   Mar 4 Oct - 21:17

Je ne me sentais pas moi-même, je sentais une puissance couler en moi, une puissance qui n’avait jamais fait partie de moi, ou alors, je ne l’avais ressentie avant ce jour. Était-ce le fait que j’avais découvert une nouvelle technique de Dragon ? Ou bien était-ce dû à la rage que cet homme avait fait naître en moi ? Chaque Dragon Slayer était attaché au dragon ou à la dragonne qui lui avait appris son art, nous les considérions comme des pères et des mères et nos cœurs avaient été brisés lors de leur départ. Il était donc normal que je réagisse de cette manière en entendant le fait que la disparition des Dragons devienne leur mort… Je ne pouvais pas le supporter, Grandine était encore en vie, les autres dragons aussi, ils devaient être encore en vie, que ferions-nous, Dragon Slayers, s’ils n’étaient plus ? C’était avec ces pensées que je combattis mes adversaires qui semblaient ne pas chercher véritablement le combat, à moins que je faisais des idées…

Le fait que j’étais préoccupé ne semblait pas empêcher mes sens de fonctionner correctement, si bien que j’entendis la conversation entre Akiro et Gyaku. Et rien que la première phrase me stupéfia, Gyaku maîtrisait une magie si puissante ?! Et il avait un autre corps, ce qui signifiait qu’ils ne le tueraient pas même si ce corps partait en lambeaux. Et en plus, il avait prévu tout cela depuis le début, sachant très bien qui j’étais réellement, il s’était servi de nous pour finalement mieux nous atteindre, c’était un monstre et dans la pire des catégories: monstres intelligents. Et le pire, c’était qu’il ne se rendait pas compte du mal qu’il faisait, pour lui, tout n’était que bien du moment que cela lui permettait de faire avancer les recherches scientifiques. La colère bouillonnait en moi si bien que je n’entendis pas la suite, les vents se firent plus violents, plus sauvages, je finissais par n’avoir autant contrôle sur eux. Mes émotions étaient changeantes comme le ciel et pourtant, ce dernier devait ressembler à une tempête apocalyptique, puisque je ne ressentais que de la rage envers ce monstre qui ne méritait pas de vivre.

Ces mots me firent rappeler un souvenir, enfoui en moi. Je me revis, enfant, je venais de rencontrer Grandine et cette dernière m’avait emmené dans un endroit calme et serein ou le vent soufflait sans arrêt. Mais ce n’était pas un vent désagréable, il était doux et caressait tout ce qui se trouvait sur son passage, c’était ce vent-là que j’aimais le plus. Un insecte avait fini par me monter sur la jambe, il s’agissait d’une araignée et je détestais ça, alors je l’avait chassé d’un revers de main, puis je m’étais levé, prêt à l’écraser avec mon pied. Ensuite, la queue de Grandine avait fouetté l’air et m’avait percuté avant que je ne commette mon acte et j’étais tombé durement sur le dos sans comprendre pourquoi. Je m’étais relevé pour faire face au regard du dragon qui m’avait demandé:

_ Pourquoi veux-tu enlever la vie à cet insecte ?
_ Parce que… je ne les aime pas, j‘en ai peur.
_ Alors tous les êtres qui te feront face et que tu n’aimeras pas, les tueras-tu ?

J’avais baissé la tête, honteux, j’avais senti que j’avais failli faire une bêtise, mais ce n’était pas pour autant que mon envie d’écraser cette horreur avait diminué.

_ Ren, chaque être vivant sur la Terre est né pour une bonne raison, il a quelque chose à accomplir. Que son destin soit bon ou mauvais, il doit le faire puisqu’il en est ainsi. Pourtant, les hommes s’entretuent et terminent la voie du destin, le monde est alors contraint de trouver un autre moyen pour accomplir ce qu’il devait être fait. Chaque vie est précieuse, aussi petite soit-elle, tu dois le comprendre Ren, c’est très important, la vie n’est pas quelque chose à prendre à la légère.

Bien sûr, Grandine avait raison, je ne pouvais pas vouloir la mort d’un être tout simplement parce qu’il était mauvais. Pourtant, certains personnes étaient destinées à supprimer la vie d’autres personnes, mais pour Gyaku, je sentais et je savais que cela devait être Akiro. Je ne pourrais rien faire pour changer cela, je devais juste me plier aux règles ancestrales qui me dépassent, aux règles de la vie.

J’entendis un bruit métallique tout proche de moi, mais je ne pouvais pas savoir ce que c’était, j’étais trop occupé à repousser mes adversaires. Puis, une explosion se fit entendre venant de l’endroit où Akiro et Gyaku combattaient et je pus sentir son souffle me contourner, mais que s’était-il passé ? Qu’était-il arrivé à Akiro ? Je me tournai vers l’origine pour voir qu’Akiro était à terre, à la limite de l’inconscience et il cria ses derniers mots avant de sombrer:

_ REN! Affronte-le!

Affronte-le ?! Qui ? Quoi ? Comment voulait-il que je devine ce que je devais affronter ? J’étais plus préoccupé de son état que d’autre chose, surtout que Gyaku semblait avoir disparu. Avait-il perdu la vie dans cette explosion ? Impossible, Gyaku avait un corps de rechange quelque part, alors il était toujours en vie. Mon soulagement avait remplacé la colère et je voulus faire un pas pour rejoindre Akiro et voir s’il était blessé, mais mon corps ne réagissait plus. Que se passait-il ? Je tentais de bouger, mais rien ne se produisait, j’étais figé sans que j’en comprenne la raison. Alors que je forçai mes membres à réagir sous les ordres répétés de mes pensées, je sentis un étau se refermer sur mon esprit, et puissant en plus. Je tentai de lutter, mais l’étau se resserrait, jusqu’à me faire hurler à la mort, enfin, seulement en pensées puisque mon corps ne faisait plus rien de ce que je lui disais.

_ Enfin, une des puissances les plus convoitées de ce monde est à présent mienne.
_ Qui êtes-vous ?
_ Aies un peu de jugeote.
_ Impossible, vous ne pouvez pas être Gyaku, votre corps n’est plus ici.
_ Pourtant, ma magie t’a atteint, à retardement, je dois l’avouer, mais j’ai fini par m’infiltrer dans ton âme et je vais en profiter pour régler une dernière petite chose.

Je vis mon corps se déplacer de lui-même, mes adversaires ne m’attaquèrent plus, comme s’ils savaient ce qui se passait en ce moment même. Je vis Alaël dans une situation désavantageuse, je voulais aller l’aider mais je ne parvins pas à me faire obéir de mon corps. Je sentis alors que Gyaku inspirait à fond, comme s’il voulait utiliser mon souffle du dragon et je priai pour que rien n’arrive.

_ Comment est-ce possible ? Tu as bloqué ta propre puissance !

J’avais déjà entendu cela quelque part, mais je me demandais une nouvelle fois comment ils faisaient pour savoir l’état de ma magie, je ne pouvais que sentir son flux en moi et rien de plus. Pourtant, Akiro, Gyaku et d’autres sûrement étaient capables de connaître les détails sur la magie d’une personne. Ainsi, ma puissance était bloquée par ma propre volonté, et bien, pour le moment, je m’en félicitais, Gyaku ne pouvait plus agir avec mon corps comme il le voulait.

_ Je t’entends, n’oublies pas que je suis dans ton corps moi aussi et j’ai d’autres moyens d’en finir avec tes amis.

Il attrapa l’épée à mes pieds, puis il se déplaça jusqu’à Akiro, et je devinai ce qu’il allait faire. Je devais faire quelque chose, je devais trouver un moyen de le chasser de mon esprit.

_ Tu peux toujours essayer, tu n’as pas l’entrainement nécessaire pour contrôler des attaques mentales. Après avoir tué tes amis avec ton propre corps, tu seras tellement abattu que tu deviendras ma marionnette.

Non, impossible ! Je refusai de devenir le pantin d’une telle personne, d’un tel monstre. Le meilleur moyen pour réussir à le bloquer était de trouver quelque chose de suffisamment puissant pour le repousser et le renvoyer si j’en avais la force. Néanmoins, je n’avais pas le choix, je devais réussir ou Akiro allait perdre la vie et cette vie ne devait en aucun cas être perdue. Je me concentrai pour le renvoyer de mon esprit et il me semblait que mes attaques étaient vaines, ce qui signifiait que je ne pouvais pas le chasser, mais pouvais-je le bloquer à l’intérieur même de mon esprit ? Après tout, il l’avait fait pour moi, je pourrais peut-être en être capable, il me suffisait de trouver quelque chose de puissant et vaste pour l’englober, mais quoi ? La réponse me vint quasiment après la question, bien évidement, il s’agissait de mon élément: le ciel et je ne perdis pas mon temps pour me concentrer intensément. Je devais fixer cette image dans tout mon esprit, jusqu’à ce que je n’ais que celle-là présente dans mes pensées et que tous les autres. Un ciel bleu parsemé de nuages et de vents doux s’installa lentement mais sûrement tout autour de l’étau que je ressentais et je sus que j’allai réussir. Mon bras tenant l’épée se leva et j’entendis Gyaku s’exclamer:

_ C’est terminé RX-23 !
_ NON !!!

Mon ultime cri résonna dans ma tête et mon esprit matérialisa l‘image que j‘avais gardée de Grandine: je sentais la puissance, la grandeur et aussi la douceur qui m‘enveloppait tendrement. En même temps que cette image, l’épée s’abattit sur Akiro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☁--Contenu sponsorisé--☁


Click ♥
MessageSujet: Re: Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le premier arrivé a gagné ! [Alaël, Akiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ville en ruine-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit