Forum RPG Fairy Tail - 20 Lignes ( soit 360 mots ) Minimum demandées - Bon Roleplayers exigés
 

Partagez | 
 

 Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 78500
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 27

Click ♥
MessageSujet: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Ven 26 Aoû - 18:48

Ah, Nightown. Ses casinos, ses machines à sou, sa fièvre du jeu, ses magouilles derrière le comptoir, sa blanchisserie d'argent, ses tueurs à gage, ses putes...Vraiment quel endroit magnifique, véritable petit condensé de corruption et de vices en une seule et unique ville ayant foutu à poil bien des hommes ces dernières années. Que ce soit littéralement alors qu'un riche dignitaire n'aille s'offrir un peu de plaisir ou qu'un pauvre bougre fasse une banqueroute ou non comme quand vous vous faites raquer la totalité de vos économies à la roulette. Charmant, autant dire que dans le coin les agents de recouvrement avaient le vent en poupe. Paraitrait même que certain on gagner une véritable petite fortune! Avant de tout perdre à leur tour aux casino. Il s'agissait là d'un genre de cycle pervers sans fin ne servant qu'à en foutre plein les poches des patrons de ces établissement. Amusant de voir une ville ainsi précipiter vers l'oubli et le chaos ses habitants sédentaires à grands coups de crimes, d'alcool et de prostitution. Les casinos ça n'apporte que des emmerdes si vous êtes externe à la petite communauté fourmillant à l'intérieur de ces organismes goinfres. Et pourtant la populace continuait d'affluer, emplie de rêves de richesse et de faux espoirs pour les plus nobles d'entre eux. Les plus lubriques et tordus venaient juste pour prendre leur pied d'une façon ou d'une autre. Une minorité, quand à elle, cherchait juste à oublier. Souvenirs, tracas, boulot les raisons sont nombreuses et diffèrent d'un individu à l'autre. Bien entendu tout n'était pas si noir à Nightown, seulement la partie claire de l'île ne servait qu'à leurrer les idiots et les inconscients avant de les prendre à cul pour sucer toute trace de richesse hors des veines de la désormais infortunée victime. Image poétique pour dire que le pécore de base avait toute les chances de se faire mettre à poil et de finir endetter comme pas deux. Mais bon, en se cantonnant aux installations purement enfantine et divertissante telles les parcs d'attractions avec leurs Rollercoaster majestueux pas de problème. Certes, se ramener là-bas avec des gosses est du suicide à cause de tous ce merchandising appétissant qui provoque une forte envie de chouiner et de chiner chez tout bambin normalement constitué. Bien entendu on pouvait trouver d'autres sources de divertissement bien plus perverses pour qui avait assez de pognon, les matchs officieux de fullcontact étaient monnaies courantes et là encore les paris se révélaient être le nerfs de la guerre. Vraiment, cette île était comme une grenouille posée sur une poile à vif: Prête à exploser à tout moment. Pas étonnant dans ces conditions catastrophiques de voir les mages avoir le vent en poupe dans la région. Au premier signe d'emmerdements, qui c'est qu'on appelle? Non, pas les ghostbusters trouduc!

Et nous retrouvions enfin le personnage central de notre petit conte, Kefka. Un grand blond vêtu comme une fraise radioactive myope doté d'un sourire et d'un rire singuliers. Toujours aussi prompt à faire étalage de sa trop grande joie ou folie potentiellement très meurtrière, l'homme déambulait dans les rues de la ville une bouteille à la main. Dansant, chantant, buvant, il venait de signer un contrat en or avec l'un des dirigeants de la ville qui s'était engager à faire appel aux services de la guilde de Kefka, Les Bone Collectors, pour régler toute situation délicate se trouvant en dehors du cadre des missions tolérées par le conseil. Parfait, ça s'annonçait bien cette histoire. La guilde s'agrandissait, les missions se multipliaient sur le tableau et le pognon rentrait dans les caisses par un apport constant des camarades assidus et allumé du casque que possédait le clown. Ne restait plus qu'à établir un réseau d'information assez efficace pour rabattre tout racontar juteux ou informations susceptible de mener notre fou furieux à l'un des fragments de ce cristal noir. Il aimait les cailloux le Kefka, ça se voyait pas mal sur son propre corps avec toutes ces roches brillantes pendant à droite et à gauche de son ensemble vestimentaire favoris. Mais celui là, ce machin il le voulait plus que tout. Pourquoi? Pour faire exploser la moitié du pays pardi! Oh oui, il en jubilait d'avance de voir tous ces morts et toute cette destruction à ses pieds. Il voyait déjà la scène, en partie à cause du petit apport hallucinogène de l'absinthe qu'il se siphonnait comme du petit vin. Pourquoi avait-il toucher à ça déjà? Bah, maintenant qu'il avait commencé à descendre la bouteille il ne pouvait plus s'arrêter. C'était bon ce machin quand même! Ils mettaient quoi dedans? Kefka sentait son cerveau s'alléger à vue d'œil, alors que le peu de conscience restant dans son petit crâne ne s'envolait par la fenêtre grande ouverte.

Le soleil brillait, c'était le matin. Un coq chantait son légendaire cocorico à tout va, réveillant une bonne partie des dormeurs situés à proximité de lui. Tiré hors de son sommeil par cet animal de malheur, un gout de rat mort dans la bouche, Kefka s'extirpa du lit où il était installé, une paire de valises sous les yeux, avant de n'ouvrir la fenêtre et de n'envoyer le premier objet lui étant passé sous la main. Ce fut donc une godasse, simple et commune qui vola jusqu'au bec du volatile. Les Hirondelles c'était sympa, les pigeons c'était potable, mais les coqs. A mort cette engeance démoniaque qui s'évertue à faire chier le monde tout le long de l'année! Ce droit est réservé à Kefka après tout. Purée, qu'est-ce qu'il s'était mis dans le gosier quand même. A se demander comment il avait fait pour revenir à sa chambre. D'ailleurs maintenant que j'y pense, était-ce réellement la sienne de chambre? Et cette grole qu'il venait de jeter, ça c'était sûr et certain que c'était pas la sienne. Encore dans le coltard et s'interrogeant activement sur le pourquoi du comment d'une telle situation, Kefka tourna la tête en direction du lit constatant alors l'horrible vérité. Pour quelqu'un de normal du moins. Bon résumons, il ne se souviens de rien concernant la soirée précédente, il venait de se lever dans cette chambre qu'il savait désormais étrangère, en slip rose à pois blancs qui plus est, et maintenant il se rendait compte qu'un mec était étaler à pioncer dans le lit où lui même avait fait un séjour. Bon dieu! Que s'était il passer?! Pourquoi avait-il mal au cul? Et que faisait une tortue à trainer ici au beau milieu des fringues de Kefka et de l'inconnu? Tant de questions qui resteraient probablement sans réponse, mais pour l'instant une seule obsédait le clown alors qu'il ne soulevait lentement la couverture qui recouvrait le belle aux bois qui dort dans un rapide examen de la partie inférieur de l'homme. Car oui c'était bien avec un mec qu'il venait de se réveiller et avait probablement passé une bonne partie de la nuit. Bon au moins il était rassuré maintenant: Il avait potentiellement pris son pieds hier et avec un mec qui en avait. Bon c'était pas tout ça mais où était passé le froc du clown? Dans la salle de bain peut....la vache!

Bon dieu, mais quel bordel dans une si petit salle de bain. On avait un peu de tout là dedans: Substances illicites, un poil de binouze, une trace de sang adjacente à un trace de vomi, un canard nageant dans la cuvette des chiottes et le reste de la famille dans la baignoire à deux doigts de déborder. Le pantalon gisait sur le porte serviette, une trentaine de paquets de ketchup s'échappant des poches accompagnés d'une fine poudre blanche alors que Kefka ne l'enlevait de là. Remettant enfin le bas en entier, le clown toujours aussi dépassé, et amusé, par ses multiples découvertes fit tout son possible pour ne pas réveiller l'autre personne affalée dans le lit, enfilant ses fringues flashy à la mode ninja alors que le "canard Wc" ne se rapprochait lentement mais surement du lit. D'un petit bond la créature vint se poser sur la couverture, battant de ses petites ailes pour disperser l'eau imbibant ses plumes. Puis, se rapprochant de la silhouette gisant sous ladite couverture, l'ovipare palmé vint pincer le nez du mystérieux inconnu de son bec jaune tout en émettant un large "COUAK!". De son côté, Kefka était rendu à remettre son épaulière à pois droite, encore entortillé et saucissonné par sa 5ème écharpe. Le réveil allait être rude pour le pauvre bougre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 80746
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Mar 30 Aoû - 17:57

Nightown, la ville qui ne dort jamais. Des casinos à foison, tout autant de bars, un bon milliard d'arnaques possibles à chaque coin de rue, des emmerdes accessibles à peu près partout et surtout, une mission parfaitement adaptée à Akiro. Apparemment, un casino se faisait arnaquer comme jamais. Oui, et quel rapport avec Akiro? Le rapport était simple : l'arnaqueur était, apparemment, un vulgaire petit mage utilisant la plus basique des magies d'illusions, juste assez pour tromper tout le monde, quoi. Et, surtout, Akiro avait besoin d'un peu d'argent et il s'ennuyait. Il avait donc pris cette mission, en précisant bien qu'il la prenait en solitaire, alors qu'en temps normal, jamais il ne l'aurait prise : Nightown était une ville d'emmerdes, que les gérants se débrouillent avec leurs nids à problèmes.

L'émissaire de l'au-delà s'était donc rendu dans la ville de toutes les débauches et s'était rendu directement au casino mentionné dans l'ordre de mission. Quelque chose lui disait qu'il n'aurait pas à attendre très très longtemps avant de trouver sa cible. Il ne prit pas la peine de se signaler au gérant du casino, cela aurait juste été une perte de temps. Il irait le voir quand il aurait attrapé sa cible pour toucher sa récompense. Oui Akiro était -très légèrement, cela va sans dire- un peu vénal. Bref, l'ange s'installa tranquillement dans un coin du casino, qui apparemment faisait aussi bar et hôtel -bien sûr, pourquoi refuser de s'en faire encore plus les poches? - et attendit que l'autre illusionniste se manifeste...

Comme prévu, il n'eut pas à attendre longtemps. Il vit tout à coup un homme d'apparence banale, d'environ 25 ans, se transformer en une femme âgé de la quarantaine bien tassée. Puis la quadra se transforma en un jeune trentenaire. Celui-ci s'avança vers les machines à sous et -mais cela, seul Akiro le vit puisqu'il ne s'agissait que d'illusions- fit semblant d'en activer une. Quelques secondes plus tard, il clama qu'il venait de décocher le triple "7", autrement, le Jackpot. Sans doute les gens virent-ils ce fameux triple 7 sur la machine, car ceux qui pouvaient tout observer de la scène se mirent tantôt à l'applaudir pour le féliciter, tantôt à le huer en le jalousant. Une -fausse, évidemment- pluie de jetons se déversa de la machine pour prouver les dires de l'arnaqueur. Notre jeune ami décida à ce moment-là d'intervenir. Il s'avança calmement vers l'autre illusionniste et le regarda droit dans les yeux tout en agitant l'index. Cela signifiait clairement : "Malheureusement pour toi je ne suis pas dupe et je vois la vérité... C'est pas beau de mentir!" L'autre eut une réaction intéressante : il commença à créer une illusion d'incendie, sans doute pour faire fuir l'importun nommé Akiro, qui ne se démonta nullement. Sur un simple petit soupir, il annula l'illusion de son vis-à-vis. Puis, ripostant immédiatement, il plongea à nouveau son regard dans les yeux de l'autre et devint invisible, du moins aux yeux de son adversaire qui sursauta de surprise. Akiro choisit de ne pas prolonger cette mascarades et s'avança vers l'autre, qu'il assomma d'un unique coup du manche de son épée asséner dans la nuque. Puis il demanda une corde à un des gardes qui virent, médusés, le trentenaire se transformer en jeune homme K.O. Finalement, l'un d'entre eux se ressaisit et apporta une corde à notre ami l'illusionniste, qui ligota sa cible et l'amena, ficelée comme un saucisson, chez le directeur du casino, qui fut soulagé de voir que toute sa fortune n'allait pas s'évaporer entre les mains de l'homme-saucisson. Akiro toucha sa récompense et, en petit surplus, il gagna une soirée de consommation ainsi qu'une nuit d'hôtel gratuites. Quelques verres de vodka, de sangria, de whisky et de tequila plus tard, il alla se coucher, enfin, logiquement...

Un gros "COUAK" réveilla Akiro en sursaut. Son premier réflexe fut de se prendre la tête entre les mains. Quelle sacrée gueule de bois il tenait! Il n'aurait vraiment pas du boire autant hier soir. Il détailla un instant les lieux en se demandant où il était, puis il conclut qu'il se trouvait dans la chambre que lui avait offerte le patron du casino. Ah, tiens, il se souvenait de ça! Il se souvenait aussi avoir pas mal bu... Par contre, après, c'était vraiment le trou noir... Enfin, puisqu'il était réveillé, autant rentrer à la guilde. Enfin, après avoir éclairci certains points, peut-être? Parce qu'apparemment, il n'était pas seul dans cette chambre... Bon, là, fallait vraiment qu'il arrête de boire... Il s'habilla rapidement et se mit dans l'expectative de la suite des événements...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 78500
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 27

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Sam 10 Sep - 12:26

Il venait de se réveiller! Normal avec un canard qui tente de se taper votre nez en magret. En tout cas il avait émis une belle note bien aigüe lors de son réveil notre bellâtre sortit de nulle part. Il avait un peu scier l'oreille de Kefka mais ça allait, notre clown avait vu largement pire dans sa vie. Et puis quand on comparait ça à la gueule de bois magnifique qu'il se coltinait à l'heure actuelle, un bruit encore plus irritant que celui d'une fourchette griffant allègrement une assiette propre faisait vraiment petit joueur. Au moins certaines choses chez lui étaient digne d'intérêt, on passera cette partie sous silence cependant pour éviter de venir heurter la sensibilité des plus jeunes lecteurs de cette grande aventure qu'était un lendemain de cuite d'un psychopathe en puissance. La volaille venait de s'échapper de la salle de bain, emplissant la pièce de leurs caquetages incessants alors que Kefka ne bougeait plus d'un millimètre, bloqué dans son dernier geste par cette paire d'yeux s'étant poser sur lui. Il se disait surement que l'autre était aussi dans un salle état, et qu'avec un peu de bol il passerait pour une hallucination ou une statue extrêmement moc...je veux dire belle, magnifique et sans aucun doute taillée à même le plus noble des rochers existant par une main experte. Pfiou, c'est pas passé loin cette fois. Bon reprenons, Kefka resta donc comme ceci quelques instants alors que le mec ne se rhabillait récupérant son futal auprès de la mère poule et des canetons. La chemise quand à elle trônait au sommet de ce qui semblait être....un cactus rose à poids? Mais what the fuck?! Je préfère même pas savoir d'où vient ce machin. D'ailleurs maintenant qu'il y pensait, Kefka sentait un truc lui picoter le jambe à travers l'une de ses poches. Alors que l'homme avait le dos tourné, il sortit l'engin de là dedans pour trouver un collier de dents ensanglantées accompagnées de petite vignettes avec des noms inscrits dessus, désignant sans aucun doute les propriétaire de cet émail jaunit par un manque d'entretiens et un abus de tabac flagrant. Ooooooooook, de mieux en mieux. Du papier....tiens d'ailleurs maintenant qu'il y pensait il était où son putain de contrat?

C'est à cet instant que Kefka choisit de quitter son rôle et de paniquer un peu et ceci pour plusieurs raisons alors qu'il ne commençait à retourner tous les tiroirs et conteneurs potentiels de la chambre. Premièrement, le contrat qu'il avait signé dans la journée avait complètement disparu. Deuxièmement et plus important, sa plume préférée était introuvable. Ajoutez à cela une écharpe aux abonnés absent, quelques colliers et pierres ayant pris la poudre d'escampette en emportant au passage sa patte de lapin porte bonheur sensé avoir été enchanté par un grand mage pour porter chance à son propriétaire. Sans doute une arnaque mais notre maître de guilde aimait l'odeur faisandée qui s'en échappait sans oublier le charme désuet de l'objet. Il était vraiment en pétard ET dans la merde jusqu'au coup. Trébuchant sur un pavé arraché à même le sol délicatement posé en plein milieu de la pièce et dégoulinant d'une bouillasse infâme, Kefka accompagnait ses recherches du doux couinement de ses chaussures battant le rythme de la coucaracha. Il finit par fouiller le seul endroit qu'il n'avait pas encore palpé et exploré, dans ses souvenirs du moins. Il se mit donc à farfouiller dans les poches du jeunes homme, sans sa permission bien entendu, à une vitesse tout bonnement incroyable le tout animé d'une étrange dextérité alors qu'il ne trouva, et consomma d'une bouchée, une cacahouète solitaire trouvée lors de ses investigations des vêtements de l'inconnu. Les mains vides, l'oeil humides, les mains pendantes et tremblant sous le coup de la colère il ne lâcha que cette simple et unique gueulante avant de taper le mur de son poing.

"C'EST PAS VRAIIIIIIIIIIIIIIIIII !"

On précisera la présence d'un vaste "Yaouch!" à la suite de ce cri horrifique pour la simple et bonne raison que le mur qui venait d'encaisser le coup de Kefka était plus résistant que la main du clown qui sautillait désormais en se tenant le membre abimé tout en soufflant à sa surface dans l'espoir de calmer la douleur. Pas très malin de faire ça mon grand, enfin c'est à peu de choses prête compréhensible et excusable. Reprenant progressivement son calme, il tenta de se souvenir de n'importe quel détail de la soirée dans l'espoir de démêler ce sac de nœud qu'était cette situation et, qui sait, retrouver le fameux contrat. Malgré toutes ses tentatives rien ne lui revenait. Il dut donc se résoudre à demander à l'autre ahuri des détails. Bouarf, c'était pas des plus agréable mais on devait bien passer par là certaines fois. Sur un ton étrangement mielleux, le dos arqué et les mains liées l'une à l'autre, il vint sur la pointe des pieds se rapprocher de l'homme avant de lui tapoter sur l'épaule pour attirer son attention.

"Ahem! Hey toi, aurais tu le moindre souvenir de la java d'hier? Remue toi bien le cerveau je te prie car c'est vital pour mes affaires. De toute façon si tu le fait pas toi même je m'en occuperais de ramener de l'ordre dans tes méninges. Alors?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 80746
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Sam 10 Sep - 18:00

Mais bordel, qu'est-ce qu'il s'était passé cette nuit? Voilà ce que se disait Akiro, immobile dans la chambre, alors qu'apparemment, l'autre s'agitait en s'habillant. Peut-être cherchait-il quelque chose? En tout cas, ce n'étaient pas les problèmes de l'ange. La seule chose qu'il voulait savoir était ce qu'il s'était passé. Une première pensée lui vint à l'esprit : il avait dû boire au moins cinq ou six fois plus que ce dont il se souvenait, puisqu'en général, il tenait bien l'alcool. Et cette gueule de bois ne venait pas d'une intervention divine, donc il ne restait qu'une seule solution, évidente.

En même temps qu'il tentait de percer la muraille d'alcool qui entourait une partie de sa mémoire, il observait la pièce. Ouais, bah la chambre était peut-être gratuite, mais certainement pas tout ce qui s'y trouvait... Et vu le bordel, toute la récompense qu'il avait touché pour la mission qui avait amené à tout ça allait y passer... Pas grave, il ferait une autre mission pour regagner ce qu'il avait perdu cette nuit... Et parmi cet étalage d'objets divers et variés, il repéra une simple feuille de papier. Chapeau, quand même, être attiré par une feuille de papier avec tout le bordel qu'il y avait autour! Discrètement, faisant mine d'explorer la chambre, il s'approcha de la feuille en question et s'en saisit subrepticement. Il la garda dans son poing fermé puis alla se mettre du côté de la fenêtre et parcourut du regard la feuille qu'il avait déniché. Apparemment, c'était un contrat. Un contrat du genre de ceux qu'accepte volontiers un mage noir. Il fourra rapidement ce contrat dans sa mitaine droite. Sans doute cela servirait-il dans un moment ou un autre...

Tout à coup, il entendit con "coloc forcé" pousser un cri de rage très violent, accompagné du bruit caractéristique d'un coup de poing dans le mur. Évidemment, le cri de douleur ne tarda pas à suivre. Par empathie, Akiro grimaça. Ben oui, un mur, c'est plus résistant qu'un vulgaire poing humain, à moins que le mur ne soit que du plaquo... Mais bon, vu l'hôtel-casino, c'était évidemment exclus. Et tout de suite après, Akiro se dit que l'autre devait vraiment être très énervé. Peut-être parce qu'il ne retrouvait pas quelque chose, comme un certain document, par exemple?...

Mais alors qu'Akiro en était encore à additionner tout (c'est à dire environ deux secondes plus tard), son coloc lui tapota l'épaule et lui demanda s'il se souvenait de la "java" de la veille, car c'était vital pour ses affaires. Akiro sourit légèrement. Il avait vu juste. Peut-être n'était-il qu'à 50% de ses capacités intellectuelles normales, mais il réfléchissait toujours aussi bien. Cependant, il ne le montra pas. Il préféra se retourner et, légèrement narquois, répondit à son coloc mystérieux, qui ne l'était peut-être plus, puisqu'il pouvait finalement le voir :

-Tu n'es pas très poli, tu sais? Tu pourrais au moins te présenter avant d'agresser quelqu'un. Quelqu'un qui, j’ajouterai, ne se souviens pas vraiment de quoique ce soit... Et avant de vouloir agresser mes méninges, ne crois-tu pas que tu pourrais commencer par ... les... tiennes?

Il ralentit son débit sur la fin, car un souvenir venait de la frapper de plein fouet. Cette nuit, il avait littéralement senti sa main se déboîter. Il venait de s'en souvenir vu que l'autre venait de cogner bêtement le mur. Il regarda sa main, mais elle n'avait rien. Ce qui signifiait forcément...

-KAIRO!

Un seul mot, facilement compréhensible pour qui sait que Kairo n'est autre que CRX-23, le "clone maléfique" d'Akiro. D'ailleurs, sur ce simple mot, il s'élança hors de la chambre à une vitesse incroyable, poussé par la colère, laissant sans doute l'autre stupéfait. Mais peu importait. Kairo était dans le coin, sinon, il n'aurait pas pu sentir avec autant de précision la douleur que son double s'était faite! Alors, c'était le moment de se venger... L'émissaire de l'au-delà puisait dans sa rage l'énergie qui lui manquait à cause de sa gueule de bois.

Alors qu'il allait sortir de l'hôtel, un groom lui demanda de payer pour son séjour. Akiro lui répliqua rapidement qu'il avait profité d'une nuit offerte par le patron de l'hôtel, mais le groom lui demanda le numéro de la chambre. Ne l'ayant pas regardé, il ne pouvait pas répondre. Le groom crut alors que l'ange voulait partir sans payer. Il se jeta sur Akiro, qui n'eut que le temps de l'esquiver. Il n'avait pas de temps à perdre. Il ne préférait pas jouer sur la force car le groom aurait sans mal pu se faire passer pour un gorille de la sécurité. Ainsi, bien qu'il n'aimât pas particulier se montrer en spectacle comme ça, il sauta. Haut. Puis, alors qu'il retombait, il ouvrit son manteau et étendit ses ailes. Il sortit ainsi de l'hôtel-casino en volant. Il continua un peu son chemin en volant, puis réatterrit pour repartir à pied. Là, il pourrait trouver Kairo plus facilement, sans doute...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 78500
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 27

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Sam 17 Sep - 13:44

Nom d'un prépuce de bonobo fris à l'huile de je-sais-pas-trop-quoi qui rend la machin encore plus gerbant qu'avant, il était où ce papelard à la con?! S'il y avait bien une chose qu'il se devait de ne pas perdre c'était bien ce contrat! Avoir du boulot dans les guildes noires c'est déjà pas simple, mais si on paume en plus le peu de preuves administratives qui peuvent vous allouer quelques avantages fiscaux ou tout simplement monétaires par le biais d'un apport non négligeable d'un bon paquet de flouze dans les poches de la guilde. La chambre avait été complètement retournée, seul restait la question de Kefka en suspend dans les airs alors qu'il ne fixait l'homme d'un air rageur. Sa colère et son excitation dépassaient de loin la gueule de bois qu'il se mangeait actuellement, une petite partie de sa mémoire lui était revenue alors qu'il se souvenait clairement, ou presque, du fameux papier qu'il avait laissé bien en évidence sur l'une des commodes désormais en vrac dans le capharnaüm ambiant de la chambre. Il s'impatientait le bougre, son pied tapotait par terre à un rythme effréné alors que sa mine ne reflettait cette pensée chaotiquement brutale qui l'habitait, à savoir:"Si c'est ce jeune Apollon qui m'a piqué mon papier je vais lui apprendre qu'on ne vole pas Kefka sans avoir de graves conséquences derrière, malgré qu'il ait un joli petit cul". D'ailleurs il venait de lui répondre le petit freluquet, et Kefka n'était vraiment mais alors là vraiment pas satisfait de la réponse de l'autre gars. Il le prenait vraiment pour un con Hein? C'était pas parce qu'il se fringuait comme un clown que Kefka en était forcément un....bon en un sens il l'était, certes, mais c'est pas la peine d'en rajouter! Et puis il se prenait pour qui ce jeunot? Comment pouvait ne serait-ce oser de refuser l'éventualité que Kefka lui offre une mort lente et douloureuse? Surtout qu'il n'avait même pas commencé à balancer de véritables menaces ou à partir totalement en live, comme il en avait l'habitude durant de telles situations. Et puis regarde au moins ton interlocuteur dans les yeux quand il te poignarde du regard et est sur le point de se révulser les mirettes tant sa paupière droite remontait et appliquait une forte pression sur son globe oculaire. Un large "Pfffffffff" de cocotte minute s'échappant d'entre les lèvres du psychopathe, les maintenant fermement en place à l'aide de ses dents carnassières, pour rester dans le ton de la situation. Il allait exploser, et faire exploser pas mal de choses aussi.

Soudain, quelque chose le frappa aussi efficacement qu'un coup de boulet séculaire, et souriant de surcroit, dans les parties génitales. Il s'agissait là d'une image bien entendu, c'est Kefka qui vous brise les noix en vrai et non l'inverse. Le papelard, il était là! Dépassant de l'une des poches arrière du mec qui venait de beugler un truc sans importances. Kefka tenta de lui sauter dessus, mais ce mec était rapide et le clown se ramassa lamentablement sur un caneton qui n'était plus qu'une bouillasse infâme et dégoulinante comme on les aime tant chez les Bones Collectors. L'enfoiré venait de se casser, suivit de près par Kefka qui avait toutes les peines du monde à maintenir une vitesse constante qui lui permettrait de rattraper ce voleur à la tire. Avait il bouffé du léopard cet inconnu? Possible car bordel il était insaisissable et plus rapide qu'une flèche. Non mais quelle célérité! Kefka n'en pouvait plus, il était au troisième étage et reprenait son souffle. "Pourquoi ya pas d'ascenseur quand t'en a besoin bordel" se dit-il alors. Persuader de l'avoir dans le cul bien profond et d'avoir perdu toute possibilité de revoir un jour son cher contrat, il resta muet et un peu bête devant le spectacle qui s'étalait devant lui à travers la fenêtre la plus proche. Le con à la belle trogne venait de s'envoler. C'était sa chance, ce gaillard était à peu près au même niveau que Kefka et encore assez proche pour tenter le tout pour le tout. Arrachant le haut d'un porte manteau et piquant une vaste longueur de couverture et autre draperies soyeuses, le clown bricola un grappin in extremis ouvrant la fenêtre et envoyant son projectile en direction du fuyard. Il réussit à trouver une prise sur le bellâtre et se mit à tirer dans l'espoir de le ramener ici ou d'emporter au moins son falzard durant son entreprise qui se révéla plus qu'infructueuse alors qu'il ne fut emporter à l'extérieur par la force des ailes de ce pseudo-ange au look émo-gothique digne de l'une des plus grosses tafioles de l'histoire mouvementé des shonens modernes. Lâchant un vaste cri de fillette alors qu'il ne pendait au dessus du sol comme un ver au bout d'un hameçon, le maître de guilde proféra nombre d'insultes et de jurons à l'encontre de l'individu qui lui offrait une vue aérienne de Nightown jusqu'au moment fatidique où la prise lâcha. Faut dire que c'était étonnant qu'un poche tienne si longtemps une telle masse sans craquer.

La bombe était lâchée, elle finit sa course dans un conteneur rempli de divers condiments et restes alimentaires formant une sorte de composte idéal pour amortir une telle chute. Recouvert de détritus en tout genre, tout en emportant quelques souvenirs avec lui, Kefka ne perdit pas une seconde et reprit la poursuite immédiatement suivant à l'œil le gaillard jusqu'au point où décida d'atterrir. Purée il allait manger celui là, s'il rendait pas le papier du moins. Bon, autant essayer de le prendre de vitesse et préparer quelque chose pour lui. Pas de magie, non. Juste un des plus vieux gag de la création, réalisable à l'aide de la peau d'un seul fruit. Oui, la peau de banane! Il en avait une justement qui trônait sur ses cheveux depuis quelques instants déjà, autant la mettre à contribution si elle s'était autoriser d'elle même à prendre le clown-express. Devançant l'avancée de sa cible, Kefka plaça donc astucieusement le petit piège sur la route du jeune homme tout en empoignant une barre de fer qui trainait elle aussi dans les rues, à moins que ce ne soit un morceau de tuyau. En tout cas Kefka était prêt à cueillir le petit gars, du moins jusqu'à ce qu'il décide de prendre un chemin alternatif. Putain de merde, Kefka en balançant à terre son arme improvisée sous le coup combiné de la colère et de la déception. Bon, adieu les plans foireux on va y aller à l'ancienne. Reprenant une nouvelle fois de vitesse le jeune homme en empruntant quelques raccourcis ça et là, notre héros sadique arriva enfin en face de lui, coupant sa route de sa silhouette majestueuse ses froufrous portés par le vent comme la cape d'un super héros.

"Vous avez quelque chose qui m'appartient très cher, veuillez me le rendre je vous prie....Oh et pourquoi je parle comme ça moi? Bon en bref: Rends moi mon contrat trouduc ou je t'en perce un nouveau à coup de talon aiguille taille 42 avant de t'y enfourner un suppositoire maison qui te fera regretter de ne pas pouvoir serrer les fesses à l'endroit où je l'enfoncerais!"




Dernière édition par Palazzo Kefka le Lun 19 Sep - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 80746
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Sam 17 Sep - 14:51

Bon, mieux valait pour Akiro qu'il évite de revenir dans le coin pendant quelques temps. S'enfuir d'un hôtel casino en volant n'est pas forcément le meilleur moyen de passer inaperçu sans trop foutre le bordel. Mais bon, il avait une excuse! Le groom était débile, il lui faisait perdre son temps, et Kairo traînait dans le coin. Donc, bien entendu, Akiro voulait régler ses comptes. Non, pas avec le premier, avec le deuxième, vous comprenez rien ou quoi?! Bref, toujours est-il qu'Akiro volait en utilisant le "tatouage" que Kairo lui avait infligé d'une manière qu'il ignorait : il s'en servait comme GPS. Apparemment, en se concentrant sur le lien qui l'unissait à Kairo, chose qu'il ne faisait jamais puisqu'il tentait plutôt de l'étouffer, l'illusionniste pouvait percevoir la présence de son clone. Et plus il se rapprochait, plus la douleur de son tatouage croissait, bien qu'elle restât toujours largement supportable. Moyen efficace pour le retrouver pour régler de vieux comptes...

Toujours est-il qu'Akiro avait quitté l'hôtel où il avait passé la nuit en volant. Il avait au début senti un drôle de poids qui le ralentissait, puis plus rien. Il avait peut-être accroché quelque chose? Peut-être... Il n'allait pas s'inquiéter pour des broutilles comme ça, non plus. Le quelque chose avait lâché, c'était tout ce qui comptait. L'ange se décida alors à atterrir : ça lui éviterait d'accrocher encore des poids morts et ça serait plus facile de se rapprocher de Kairo en arpentant Nightown à pied. Et en plus, le "Pathfinder" se débrouillait mieux pour trouver un chemin pédestre qu'une voie aérienne. Akiro se mit donc à courir. Il était pressé de régler les impayés...

Droite. Encore à droite. Tout droit. A gauche, puis tout de suite après, à droite. A gauche sur cinq cents mètres. Tout droit, ah non, à gauche! A droite. A gauche. Tout droit. A gauche. Tout dr... STOP! C'était qui ce type qui osait se mettre sur le chemin d'Akiro? Ah oui, le mec qu'il avait laissé en plan dans la chambre. Il avait réussi à le suivre? Chapeau... Sans doute tenait-il beaucoup au papier qu'Akiro avait glissé dans sa poche avant de quitter la chambre, c'était la seule possibilité. Hé bah bingo, dans le mille! Cet espèce de clown voulait bien récupérer son papier. Et en plus, il osait le menacer! Hé bien dîtes donc... Malheureusement pour lui, Akiro était pressé. Aussi lui cracha-t-il, violemment :

-Dégage de mon chemin, j'ai pas le temps de jouer avec toi!

Dans le même temps, il fonça sur l'autre et le regarda droit dans les yeux. Il utilisa alors sa magie. Il plaça sa main gauche sur son cœur, sa main droite tirant son épée de son fourreau. Il voulait passer en force. Sa main gauche s'entoura, aux yeux du clown, d'un halo rougeâtre, comme le feu. Akiro plaça cette main au niveau de son épaule, bras tendu, puis donna l'impression qu'il faisait jaillir une langue de feu de ses mains. C'était l'Art de la Tromperie, sa technique la plus couramment utilisée. Soit le clown agissait comme quelqu'un de normal et il évitait le faux feu, et Akiro en profiterait pour passer, soit il ne fuyait pas devant le feu et serait brûlé. Ainsi, Akiro pourrait-il profiter du temps de distraction de son "adversaire" pour l'attaquer à l'épée et le finir...

Hors-jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 78500
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 27

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Sam 24 Sep - 10:28

Kefka fulminait, plein de rage et d'une furieuse envie d'enfoncer la tête de ce freluquet dans son propre séant comme punition pour l'avoir fait autant courir dans la ville. Pour ce qui était du châtiment lié à son larcin, le clown n'avait pas encore décidé. Il hésitait entre lui briser les jambes et le trainer à l'arrière d'une carriole après lui avoir remplis le slip de verre pilé ou tout simplement de le saucissonner et de le ramener à la guilde pour le confier à Treyla. La demoiselle avait besoin de s'entrainer après tout, avec des cibles consentantes ou non. Et puis un nonos de plus dans les catacombes ça fait toujours classe. Dans tous les cas ce connard allait morfler, une fois que le papelard serait revenu entre les mains de son propriétaire légitime bien entendu. Et il était prêt à résister en plus l'enfoiré! Il commençait déjà à sortir la grosse artillerie avec sa magie, du feu on dirait. Peuh! Petit mage de pacotille, tu vas voir ce qu'il en coute de menacer un maître de guilde siphonné après avoir emporter une de ses précieuses possessions. Comme s'il allait fuir devant un truc pareil, mais il le prenait vraiment pour un pauvre pécore? Ca se voyait qu'il ne connaissait aucunement Kefka qui n'avait clairement aucune intention de s'écarter de là. Doigt levé en direction du ciel, langue pendant avec classe des rebords de sa bouche, paupière cachant la moitié inférieure de son œil gauche, le fou furieux s'exprima sur un ton totalement irrespectueux et coupé à la hache qui voulait tout dire.

"Ta gueule pitoyable excuse d'organisme pensant! Je TE fait perdre du temps?! Tu es juste con ou tu me prends pour un jambon? De toute façon ça revient au même, tu m'a vraiment foutu de travers. Je déteste, déteste, DÉTESTE, DÉTESTE les personnes dans ton genre. Je ne te laisserais qu'une chance, une seule, de me rendre ce qui m'appartiens....Oh et puis merde t'es même pas digne d'être épargné par ma personne, tu vas crever petit con."


Il pensait profondément chacune de ses paroles, cet enfoiré allait manger sévère. *Oh tu vas prendre ~ Oh tu vas preeeeeeeeendre ~* pensa alors le clown. Enfin, il allait prendre certes, mais il lui fallait avant tout un plan. Heureusement que son cerveau réagissait vite et que ses méninges étaient efficace pour mettre en place des plans tous plus tordus les uns que les autres. Il voyait déjà quoi faire, un sourire moqueur aux lèvre il s'étira les muscles avant d'empoigner une protection de fortune sous la forme d'un couvercle de poubelle en acier. Tirant une écharpe en dehors de sa place d'origine, il se l'enroula autour de la main empoignant le bouclier improvisé en tant que protection thermique de fortune. C'était étrange, il pouvait sentir d'ici la chaleur qui se dégageait de cette main. Bizarre, quelque chose puait sérieusement là dessous. Entamant une nouvelle gueulante magnifique, Kefka fonça, bouclier en avant tout en insultant un peu plus le gaillard entre chaque pas le séparant de lui. Le feu partit, le frappant de plein fouet et passant à travers sa protection venant ainsi gouter sa chaire. Il morflait, la douleur était terriblement intense mais il tenait le coup. Son cerveau, toujours alerte, détectait quelque incohérence dans cette manœuvre. Non pas le fait qu'il fonce comme un malade sur le voleur, des trucs plus subtils, métaphysiques. Genre la poignée en métal qui restait froide comme de la glace malgré que Kefka sentait sa chaire fondre sous la chaleur, d'ailleurs le métal n'était même pas entamé par ce sort! Et puis il devrait pas sentir une sorte de résistance avec le flux de plasma brulant qui le frappait de plein fouet? Putain de petit con arrogant, une illusion, il venait d'utiliser une illusion. L'enflure, le petit jeunot vicelard. Kefka devait certes saluer cette performance mais il se devait d'abord de faire vite pour sortir de cette transe. Jetant au loin son bouclier, le mage noir tenta de mettre un terme à l'illusion par une douleur physique réelle en venant se briser une phalange. C'était pas parfait, mais une partie de la douleur mentale s'était envolée, libérant les mouvements du clown dont le regard s'était assombris.

"T'as vraiment cru m'avoir avec ça? Idiot, idiot, idiot!"

Sortant son Cimeterre il se lança corps et âme sur l'homme malgré la douleur qui parcourait encore son corps, envoyant sa lame sur lui avec toute la rage qui l'habitait. Elle fut facilement parée, mais qu'à cela ne tienne sa véritable attaque venait de partir et de toucher son duo de cible dans un fracas de tous les diables à vous donner mal pour le pauvre bougre. Brisées, anéanties, annihilées, l'homme venait de devenir un eunuque sous l'effet du magnifique coup de pied qui venait d'atteindre son entrejambe. On ajoute à cela un coup de boule sur le front et vous aurez la parfaite combinaison pour faire très mal à quelqu'un. Une main dans la poche arrière de l'autre et bam! Le papelard était enfin de nouveau entre les mains de Kefka, quel soulagement. S'écartant nonchalamment de quelques pas il vérifia le contenu du précieux document avant de le ranger bien à l'abri sous l'épaisse couche de vêtement qu'il portait. Sa peau le brulait, il avait encore un peu de mal à trouver son souffle mais au moins ses muscles réagissait en temps et en heure malgré qu'il ne voit encore sa peau à vif sous l'effet du tour de magie du connard qu'il venait d'émasculer. Il n'allait pas s'arrêter là, ça non. Il devait montrer qu'on ne se moquait pas impunément d'un mage noir, et maître de guilde de surcroit, sans en affronter les tristes conséquences. Prit d'une violente envie de meurtre, il ne rigolait aucunement. Sa voix, grave et violente raisonnait au loin comme le fracas de la hache d'un bourreau contre un cou innocent.

"Toi, je n'en ai pas finis avec toi. Que le show commence, petit, tu vas comprendre pourquoi les clowns effrayent autant la jeunesse ces dernières années. Oh et au cas où ton cerveau de Néandertal n'aurait pas intégré ça petit con, tu vas mourir ici et maintenant...enfin presque mais tu sera trop occupé à hurler pour t'occuper de ce genre de détails."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 80746
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Sam 24 Sep - 18:51

Bordel, Akiro était pressé. Bon, pressé n'est pas le bon terme... Impatient. Oui, voilà, c'est mieux. Impatient de régler les vieilles dettes avec Kairo, son double maléfique, qui, apparemment, traînait dans le coin. Bon, où j'en étais, moi? Ah oui! Bordel, Akiro était pressé et impatient de régler ses comptes, mais l'espèce de clown avec qui il avait, semble-t-il, partagé sa chambre d'hôtel cette nuit voulait se mettre sur son chemin. Et tout ça pour quoi? Pour un stupide papelard! Bon, ok, Akiro l'avait et l'avait lu, en effet, mieux valait ne pas le perdre. Mais bon, toute la faute revenait au clown qui lui faisait face, il n'avait qu'à pas le paumer, son foutu papier. Mais même alors qu'il se disait ça, Akiro avait l'impression d'utiliser une excuse complétement puérile. Mais il était énervé, non mais! L'autre l'empêchait de régler ses comptes avec Kairo juste pour son vulgaire papier. Il ne pouvait donc pas comprendre?! Non, évidemment, il ne pouvait pas comprendre, puisqu'il était loin d'avoir toutes les données. Mais Akiro n'avait nulle envie de perdre une partie de son précieux temps à lui expliquer. D'autant plus que l'autre semblait assez remonté... Et puis... Un mage noir n'aurait sans doute que faire de son histoire. Non, le meilleur moyen de se débarrasser de lui restait de le combattre et de le finir.

Aussi avait-il foncé sur son adversaire en utilisant directement sa magie. En l'utilisant d'une bonne façon, et en atténuant juste un peu sa magie pour la dissiper et tisser trois illusions en même temps, il planta son regard dans celui du clown, porta sa main gauche à son cœur, l'entourant de l'habituel halo rougeâtre, empoignant son épée de sa main droite. Puis, en utilisant une seule fois L'Art de La Tromperie, la technique qu'il utilisait le plus souvent, il relâcha trois illusions imbriquées l'une dans l'autre pour n'en faire qu'une seule. Ce n'était que récemment qu'il avait appris à entretisser les illusions pour n'en faire qu'une seule et éviter de s'épuiser. Car au final, ce n'était qu'une seule illusion, mais tridimensionnelle, si l'on peut dire.

Ainsi, il fonça sur son adversaire et lui fit croire qu'il lui balançait une salve de feu droit sur lui, tout en lançant les deux autres parties de son illusion. Il créa en même temps un double illusoire, qu'il plaça de façon à ce qu'il le remplace, et se rendit invisible et s'envola, grâce à ses ailes. De là-haut, il put tout observer. Apparemment, l'autre avait pris un bouclier qui serait complétement inutile face au déluge de flammes qui s'avançait vers lui : un couvercle de poubelle! Cela confirmait ce que pensait Akiro : ce type était fou. Mais alors, complétement atteint! Évidemment, les flammes illusoires traversèrent le métal sans lui nuire en rien et le frappèrent. Cependant, il continua d'avancer. Il voulait vraiment récupérer son papier, ce type. Et, de son point de vue, Akiro eut une grande surprise : apparemment, le clown avait compris que ce n'étaient que des illusions, il choisit donc de s'infliger une douleur physique bien réelle pour limiter les dégâts. Bien entendu! Les fous sont toujours complétement imprévisibles! Et, s'approchant du clone d'Akiro, il lui écrasa les parties et lui donna un bon coup de boule. Akiro grimaça. Heureusement qu'il avait eu la bonne idée de créer un double. Alors que ce double en question semblait à moitié K.O, le clown plaça sa main dans sa poche. Pas besoin d'être Einstein pour comprendre qu'il voulait s'emparer du papier qui était la source de tout ce bordel. Alors Akiro modifia légèrement son illusion, créant un papier en tous points identique à celui qu'il avait encore dans la poche. Et alors que l'autre pétait vraiment un câble, Akiro annula son double et se rendit à nouveau visible. Dans le but de le provoquer et de le faire commettre des erreurs, l'ange l'interpella :

-Tu crois vraiment que tu as obtenu ce que tu voulais?

Ce disant, il exhiba le véritable papier, qu'il replaça dans sa poche, puis il l'attaqua à l'épée, directement. Il voulait en finir avec ce type et conserver assez d'énergie magique pour affronter Kairo juste après. Et le meilleur moyen restait le corps-à-corps. Alors Akiro commença à asséner une série de coups d'épées, sans vraiment viser. Alors qu'il en était à son cinquième coup, un coup vertical du haut vers le bas, Akiro entendit une voix honnie qui le fit instantanément changer de cible...

-Tu ne t'es toujours pas amélioré, apparemment...
-KAIRO!

Plus qu'un cri, un rugissement. Plus qu'un rugissement, un grondement plus proche de l'animal que de l'humain. Alors que la voix emplie de cynisme n'avait pas encore finie de retentir, Akiro pivota sur un pied et s'élança vers son clone. Il abattit son épée en diagonale vers une lame entièrement noire pas encore entièrement sortie de son fourreau bloqua la sienne. En une volte, l'opposé de l'ange termina de dégainer et lança un coup remontant sur Akiro, qui l'esquiva comme il put. Dans sa rage, il avait complétement oublié son autre adversaire. Quand il s'en souvint -assez rapidement quand même- il sauta en arrière et atterrit de façon à ce que les trois forment un triangle.

-Que fais-tu ici?
-Disons que j'ai eu l'appel du Soleil Noir...

A ces mots, Akiro eut l'impression de recevoir une gifle. Il recula involontairement d'un pas. Pour qui ne sait pas que le Soleil Noir était un projet complétement diabolique visant à détruire la totalité du monde pour le reformer à son image, la réaction d'Akiro était incompréhensible. Pour les autres, on le comprend... Surtout que... il craignait d'imaginer à quoi pouvait ressembler un monde à l'image de Kairo. La crainte. Oui, c'était exactement ça. Plus que de la rage, il ressentait une certaine crainte envers Kairo. Cependant, il ne se l'avouait pas et ne voulait pas se l'avouer... Cependant, sa réaction amusa grandement Kairo.

-La Guilde du Soleil Noir sera bientôt créée. Et à ce moment-là, la recherche du Soleil Noir sera beaucoup plus active... Je crois que la première chose que j'éradiquerais de ce monde sera ta guilde... Silver Dragon, n'est-ce pas, mon cher double?

Si la perspective d'un monde à l'image de Kairo le terrifiait, la perspective de perdre sa guilde surpassait sa crainte et l'emplissait à nouveau de rage. Glacial, Akiro répliqua :

-N'oublie pas que l'original possède une force que son double ne possède pas... Tu ignores la force des sentiments comme la fraternité et la solidarité. Le jour où tu tenteras de t'en prendre à ces valeurs sera aussi le dernier de ton existence, si par miracle tu arrives à m'échapper maintenant...

La menace perçait dans son ton. Akiro reporta alors son regard vers le clown, qui n'avait toujours pas réagi à l'apparition de Kairo, à moins qu'il ne manigançât quelque chose? Et son regard disait que ses paroles s'adressaient aussi à lui, à peu de choses près...

Bon, maintenant, le vrai problème était qu'il se trouvait à un contre deux... Malgré ses précédentes paroles, il doutait grandement de ses chances...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 78500
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 27

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Jeu 29 Sep - 14:56

L'espace d'un instant, Kefka avait sentit une joie presque divine l'envahir. Récupérer son du, voir son ennemi à terre se tenir les parties en chialant ou presque purée quel pied! Lui qui avait limite déprimé devant cet enchainement d'évènements décourageants au possible se trouvait à présent avec une petite gâterie qu'il se dépêcherait d'engloutir goulument et la plus salissante possible. Il allait y avoir des taches, ça pour sûr. Cimeterre levé bien haut, il s'apprêtait à donner le coup de grâce un large sourire aux lèvres, laissant presque un vaste éclat de rire s'échapper d'entre ses lèvres alors que l'épée ne s'abattait violemment sur le sol traversant le petit corps fébrile comme une cuillère sur une île flottante. Diantre! Aussi peu de résistance de la part des Os, l'absence de ces magnifiques sonorités organiques de la chaire à vif, quelque chose clochait à nouveau. *Non, ne me dites pas que....* pensa Kefka alors que l'illusion ne s'évaporait. Le sale petit fi...*PEGI 18* de traine patin de mage voleur à la noix. Il était doué pour se cacher et fuir ses responsabilité l'enflure, sans doute faisait il pareil avec ses conquêtes nécrophiles aux dents taillés en pointe pour ressembler à leur, *ahem*, grand amour. Il était capable de leur laisser un polichinelle dans le tiroir et de se barrer aussi sec ce petit couard. En tout cas il venait de mettre encore plus de travers Kefka qui se doutait désormais que le papier qu'il venait de ramasser était un faux. Il n'avait plus aucunement envie de le tuer, la mort se révèlerait être un châtiment insuffisant pour réparer de telles offenses répétées à un rythme si exhaustif. Il allait commencer par lui refaire le portrait à sa façon, puis il l'emmènerait voir son vieux pote Klauss pour un examen plus approfondit de son anatomie. Une petite dissection sans anesthésie devrait être un bon début, ce vieux docteur serait sans aucun doute ravit d'une telle proposition. Il allait devoir se montrer inventif pour la suite, selon certaines de ses relations il existerait des sorts sur le marché noir pour faire chier des cactus à des être vivants. Ça plus le régime pain + pichet de flotte dans les geôles de la guilde pendant une douzaine d'années devrait être amusant.

Le mage inconnu venait d'attiser le feu ardent d'intense haine carbonisant l'intérieur de Kefka en le provoquant à haute voix alors qu'il ne redevenait visible. *Ça va? Tu voudrait pas un café avec deux sucres et un morceau de mon cul tant que t'y es?* se dit alors notre clown tueur. Entropique, imprévisible et perturbé, a posture courbée ainsi que sa façon de tenir son sabre n'avaient rien d'académique. Il marchait à l'instant, laissant sa grande folie guider la moindre entaille qu'il n'infligeait avec son coupe choux. Sa garde était très loin d'être parfaite, mais il se moquait de broutilles comme la douleur ou la perte de sang, surtout quand on venait de lui agiter sous le nez l'objet qu'il recherchait tant. Il voulait vraiment crevé ce zigoto hein? Et bien soit il allait manger, foi de Kefka! Les coups commencèrent à partir, mais c'était malheureusement l'autre crevar qui venait de prendre l'initiative. Essayait il de mener timidement le jeu? Possible, en tout cas ses compétence à l'épée n'avait rien de très impressionnant, la preuve en était que Kefka suivait son rythme sans le moindre problème, réussissant à parer ou dévier ses 5 attaques tout en plaçant deux des siennes au passage en faisant quelques compromis à droite et à gauche. Deux trois très légère coupures plus tard, ben ouais il avait volontairement affaiblit sa parade pour pouvoir réussir à au moins lui coller une légère blessure quasiment à coup sûr, le mec s'arrêta net de cogner. Gné? C'était quoi encore cette arnaque? Oh putain en voilà un autre! Le même mais en....même?! Bon, là Kefka commençait à se demander s'il n'était pas encore un poil déchiré de la veille, du moins jusqu'à ce que la chose se mette à parler. Allez savoir pourquoi, le voleur se mit dans tous ses états à la suite de cela se jetant comme une bête sauvage sur son sosie. Ooooooooooook, je veux même pas savoir quel genre d'histoire il peut bien y avoir entre ces deux là. En tout cas ils faisaient leur petite tambouille dans leur coin, parlant de choses et d'autres dont Kefka n'en avait strictement rien à faire alors que le plus *normal* des deux semblait se sentir à l'étroit entre deux forces hostiles voulant clairement le crever au plus vite. A mesure que la conversation n'avançait, on pouvait entendre une longue inspiration se faisant de plus en plus forte et audible jusqu'au moment fatidique où le souffle accumulé fut relâché en une seule plainte à l'instant exact où la cible de Kefka finit son petit speech en même temps que son poing sur sa face de cul.

"NON MAIS TU VAS LA FERMER TA GUEULE?!"


Poing encore intact serré, son doigt cassé pendant lamentablement en direction du sol sur l'autre, ses yeux étaient exorbités alors qu'il ne serrait fortement des dents. Il haletait pas mal, profitant cependant de la surprise probable que venait de se manger le pauvre bougre pour récupérer, ENFIN, son précieux papelard dans la poche du mec qui devait encore se tenir la mâchoire. Ce ne fut pas hyper malin de sa part de montrer où il avait rangé ce précieux article, seule chose qui poussait Kefka à se modérer et à ne pas utiliser sa magie destructrice. Le rangeant bien au fond de ses fringues dans un endroit où il n'oserait jamais mettre sa main, notre maître de guilde était enfin soulagé et libéré d'un poids très lourd qui le faisait tourner en bourrique depuis presque deux heures désormais. Il en aurait presque dansé sur place de joie, ça oui mais il avait encore du boulot malheureusement: Refaire complètement le portrait de ce petit connard. Il n'allait pas se contenter d'une mandale! Surtout un truc passé avec un peu de bol alors qu'il n'avait concentré toute son attention sur l'autre morceau durant quelques brefs instants. Il n'allait pas se gêner le moins du monde. Crachant dans une de ses mains puis dans l'autre avant de les coller l'une à l'autre dans une pose pour le moins esthétique qui ne présageait rien de bon pour le futur immédiat de nombre de personne dans la zone. Mais avant un léger point sur la situation s'imposait, le tout sur un ton étrangement calme et respectueux en apparence.

"Bon, à la suite de ce léger écart de conduite de ma part je me vois dans l'obligation de devoir réitéré ce genre de débordement excessivement violent à votre égard, sale petit ver de terre ridicule pas foutu de savoir pisser sans s'en foutre plein le pantalon. Pour ce qui est de ton petit ami ici présent, je me moque de ses projets ou de son interférence du moment qu'il me laisse l'occasion de t'exprimer toute ma *gratitude*. En résumé, crève la gueule ouverte espèce de paramécie."

Sitôt terminé, Kefka balança une bombinette maison sur l'homme qu'il détestait tant, lui envoyait un vaste doigt d'honneur avec toute la classe et la distinction possiblement enfermée dans le corps du clown qui venait de surcroit de cracher dans sa direction générale alors que la détonation ne venait de retentir. Le cul bien en évidence, il narguait l'homme en tapotant son postérieur et en riant comme un maniaque alors qu'il ne s'éloignait de quelque mètre pour préparer la suite des réjouissances qu'il désirait organiser. Et si le "clone", comme l'avait si bien qualifié l'autre microbe, désirait se joindre à la fête et bien soit!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 80746
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Ven 30 Sep - 20:03

Un contre deux. La pire situation envisageable, sachant que l'un des "deux" n'était autre que Kairo, qu'Akiro n'avait jamais réellement blessé avec ses illusions, et que l'autre était un clown dingo obsédé par un vulgaire papelard qui semblait vouloir à tout prix le dépecer et lui faire bouffer ses intestins et qui, en plus, savait que l'ange utilisait des illusions et était prêt à s'infliger des douleurs physiques immédiates pour contrer la blessure causée par l'illusion de l'émissaire de l'au-delà, comme par exemple se briser un doigt pour éviter une illusion causant de graves brûlures... Comme je l'ai déjà dit, les fous sont toujours tellement imprévisibles et incompréhensibles! Celui-là ne faisait pas exception à la règle. Enfin bref! Toujours est-il qu'Akiro se trouvait embarqué dans ce qui s'annonçait évidemment comme un combat à deux contre lui. Il était certes relativement fort, mais il y avait tout de même des limites! Surtout quand l'un des deux était plus fort que lui et que l'autre semblait à peu près aussi fort que lui... Apparemment, ce n'était pas son jour. Quelle galère! Pourquoi avait-il fallu qu'il prenne cette fichue mission à cette foutue Nightown qui ne lui avait finalement rapporté que des ennuis? Bon, ok, parce qu'il était un peu fauché et que la mission s'annonçait facile. Il ne s'était pas trompé à propos de la mission, il ne lui avait fallu que moins d'une minute pour la réussir et gagner un petit paquet de Jewels. Mais... C'était après que les ennuis avaient commencé, puisque Kairo était lui aussi à Nightown. Quand les deux boivent un peu, le lien se brouille et promet une belle gueule de bois le lendemain. Ce qui était arrivé. Et le pire était arrivé par la suite quand, dans le bordel de sa chambre d'hôtel, il avait trouvé un contrat appartenant au type avec qui il avait partagé sa chambre, toujours le problème de la gueule de bois. Et, maudite curiosité, il avait fallu qu'Akiro prenne de foutu papier! Résultat, deux mages noirs et un mage blanc se trouvaient situés en triangle, les deux mages noirs voulant faire disparaître définitivement le mage blanc, celui-ci en ayant autant au sujet d'au moins un des deux. Quant à l'autre, il n'était pas encore totalement décidé.

En tout cas, alors qu'Akiro venait de terminer une tirade sur un ton menaçant, qui s'adressait autant à Kairo qu'au clown, celui-ci lui avait lancé un magnifique coup de poing en pleine mâchoire en lui ordonnant de la fermer, à la fin! Dans le même temps, il lui piquait le papier. Bon, bah il l'avait enfin récupéré, son stupide papier! Vache! Il avait tapé fort le salaud! Ouille... ça faisait mal, ce truc, à la fin! Alors que l'autre était visiblement heureux d'avoir récupéré son papier -décidément, ces idiots, un rien les rend heureux!- Akiro ne put s'empêcher de lancer une ultime provocation :

-C'est bon, t'es content, t'as récupéré ton papier?

Le clown se mit ensuite à parler dans un langage très imagé. Kairo émit un sifflement admiratif :

-Waouh! Quel poésie dans ce langage! Quel art! Je pourrais avoir des leçons?

Plus tard, les leçons, puisque là, tout a pété. C'est quoi ce bordel? Ah ok, l'autre clown dingo utilisait des explosifs... Génial! Soufflé par l'explosion, Akiro fut projeté contre la baraque à une dizaine de mètres de là. Ouch! Une explosion par devant et un mur par derrière. Franchement, je vous le déconseille. C'est très douloureux. Là, Akiro n'avait rien prévu. Ce n'était pas bon. Mais alors pas bon du tout! Et, en plus, alors que l'ange était encore sonné par le choc, Kairo, qui avait sans doute utilisé sa magie pour se protéger de l'impact de l'explosion, en profita pour asséner un coup d'épée à Akiro. De douleur, celui-ci gémit. Il ne l'avait pas raté. L'ange sentait le sang couler le long de sa hanche avec une douleur sourde. Rapidement, Akiro s'éloigna de Kairo pour que celui-ci ne puisse pas modifier sa blessure comme il avait modifié celle qu'il lui avait infligé à l'épaule pour créer le lien qui les unissait. Une blessure de la taille de celle-là serait trop dangereuse s'il la modifiait. Mieux valait s'éloigner du mage noir...

Alors qu'il s'éloignait de Kairo, il eut une idée pour se débarrasser du clown, même si c'était un pari risqué. Il s'approcha du clown et, alors qu'il était prêt de lui à le toucher, il lui demanda simplement, sur un ton calme qui ne collait pas du tout avec l'image de lui blessé :

-Dis-moi... Quel est ton pire cauchemar?

Souvent, ces mots réveillent la terreur la plus profondément enfouie au cœur de chacun. Et, à ce moment-là, Akiro pouvait en profita, ce qu'il fit ici : il croisa la regard du clown et lança la plus puissante illusion qu'il fut capable de créer à l'heure actuelle, une illusion qui variait selon la cible de la magie de l'ange. La seule chose commune fut qu'elle commençait toujours par une obscurité totale... Après, c'était l'autre qui créait son illusion. En matérialisant le pire cauchemar d'un adversaire, il pouvait s'en débarrasser, mais c'était risqué. Très risqué, surtout qu'il n'avait pas qu'un seul adversaire... C'était un coup de poker. Et comme la plupart des coups de poker, il pouvait se terminer par la victoire de l'ange ou par sa défaite...

HRP : Note à Muzai (pour quand tu liras mon post Wink ) : il est vrai que dans ma fiche technique, la technique du cauchemar n'est pas encore acquise, mais si on compte toute l'exp que j'ai gagné, j'ai gagné assez de niveaux et donc de PTs pour maîtriser cette technique. J'ai donc compté cette technique comme gagnée par l'exp...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 78500
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 27

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Dim 16 Oct - 16:53

La rage, Kefka était habité par cette émotion chaotique et dévastatrice. Sa profonde colère et haine envers Akiro ne connaissait plus de limite à l'heure actuelle, il ne pensait qu'à deux choses: Lui coller une raclée classique mais efficace et une part de clafoutis. Oui, il avait faim. C'est comme ça quand on est réduit à l'état d'australopithèque dans une soirée bien arrosée ou le lendemain, quand t'as encore un gout de rat mort au fond de la gorge. D'ailleurs il avait une sorte de machin qui lui grattait la trachée depuis un moment. Une boule de poil? Allait-il nous la cracher sur le gugus complètement neuneu d'en face? L'autre il s'en moquait à vrai dire, quoique il devait avouer que ce genre d'individu était tout à fait le type même de personne avec lesquelles aimait sympathiser Kefka. Et puis cette délicieuse aura ténébreuse, oui il avait un certain charme maléfique ce fier je-ne-sais quoi. Et en plus il appréciait le franc parlé du clown, il a du gout ce mec. Bon trêve d'extase et de fantasmes exquis du maître de guilde psychotique sur la puissance enfermée dans le corps de ce gaillard inconnu au bataillon, c'était pas vraiment le moment pour ça. Allez une baffe pour se remettre les idées en place! Parfois se mettre soit même une mandale, ça fait du bien. L'explosion avait donc fait son petit effet, envoyant valdinguer au loin le nabot alors que l'homme maquillé façon Joker n'observait la scène de façon tout à fait satisfaite. Purée que c'était bon d'enfin pouvoir le faire morflé ce petit con. Le fou 1, le gosse 0. Et en plus le collègue venait mettre sa petite touche personnelle dans l'histoire. Que c'était beau, quel panache, quelle expertise dans le geste. Kefka ne put se retenir d'applaudir cette performance hors norme, une petite larme à l'œil qu'il essuya avec attention du bout de son petit doigts.

Le petit fils de *PEGI 18* était encore en vie et capable de se déplacer. C'est que c'est résistant un cafard, enfin bon avec un coup de godasse bien placé en général même le plus irritant des cancrelats finissait par crever à son tour. Allez, on était repartit pour un tour! Notre ami commun préparait déjà de nouvelles idées sublimes qui feraient de merveilleux crimes, le meurtre étant son but actuel. En plus sa proie venait droit sur lui comme un grand! Oh? T'as vraiment tellement envie de crever comme un con mon grand? Des envies suicidaires peut-être? Dans ce cas autant ne pas le décevoir! Plus beau pas de danse de sortit, Kefka avançait lui aussi en direction de l'homme nommé Akiro d'un pas on ne peut plus nonchalant. Se la jouant limite façon ballerine sur les dernière enjambées, du moins jusqu'à ce que l'autre s'immobilise pour lui balancer la question à un million de Jewels: De quoi avait peur Kefka. Ce dernier, n'en ayant littéralement rien à carré et ne s'étant jamais ne serait-ce poser la question, mit un coup de boule magnifique au gamin juste avant que ça devienne le noir complet pour notre sadique de service. Qui avait éteint la lumière bordel?! Nondidju c'était encore un des machins tordus et chiant de ce trouduc royal. Il en aurait bouffer une babouche sous le coup de la colère et de la rage de s'être encore fait avoir par un tour de ce genre. Pestant encore et encore dans divers langages et patois paysans incompréhensibles, il avançait à taton, se cognant le pied contre un machin dur qui le fit se le tenir en l'air tout en sautillant sur celui qui était encore intact, tel un personnage de cartoon venant de se manger un coup de marteau en plein sur les orteils. Qu'il l'agaçait ce sale.....tiens yavais pas un bruit bizarre là? Et puis ça sentait les pâquerettes depuis pas longtemps.

L'obscurité laissa place à une vaste plaine ensoleillée, couverte de fleurs en tout genre et embrumant les environs de leur senteurs délicates qui ressemblaient à du jus de chaussette pour les narines exigeantes de Kefka. Quel étrange décors, tout semblait bien calme et serin ici. C'était quoi déjà ce qu'il avait dit ce mec avant le début de ce badtrip? "Dis-moi... Quel est ton pire cauchemar?", non? Et bien, pour arriver à un tel résultat avec un sort qui devait à l'origine plonger l'adversaire dans un tourment incommensurable de peur et de cris de fillette c'était rappé. On aurait plutôt dit une vision de fin de Bad trip, genre une couverture de disque des Beatles. Bon fallait avoué que le ciel violet et le reste de l'ambiance générale qui se dégageait de ce petit cottage idyllique se rapprochait de plus en plus du Mindfuck mais fallait quand même pas exagérer. Raaaaaaaagh! C'était quoi ce bruit qu'on entendait dans le fond depuis tout à l'heure? Ça grésillait et c'était pas hyper clair certes, comme si le machin sortait d'un vieux Phono ayant pas mal morflé, mais ça commençait sérieux à courir sur le haricot de Kefka. On entendait un poil mieux cependant, assez pour discerner un très net "Nya". Un terrible frisson parcourut alors le dos du mage qui commençait enfin à tilter. Ce cadre, cette musique entrainante, ces couleurs gerbantes, cette tartine de groseille volante suivit d'un arc-en-ciel......minute WTF?!

"NyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNyaNya"

Oh...mon....dieu.....Ils étaient là, une armée de Nyan cat en furie venait d'envahir le ciel embrumant la voute céleste de leurs flatulences multicolores. Volant dans tous les sens, emplissant cette fausse réalité de leur miaulements frénétiques de piètre qualité sonore le cauchemar commença. Comment une telle chose pourrait elle faire peur à un être aussi maléfique que notre ami Kefka? Et bien, imaginez vous obligé de contempler et d'entendre cette scène, seul, pendant 4 JOURS avec des grésillements et une qualités sonore dégueulasse à vous scier l'oreille en 5 secondes! Oui, 4 journées logé a cette enseigne! Tel fut le laps de temps qui sembla s'écouler pour le pauvre bougre au bord de la rupture. Hurlant intérieurement, ayant essayé de s'assommer sur le sol ou de se suicider, l'illusion s'évapora enfin. Kefka, dont l'esprit était désormais tourné sur Off, resta debout quelques instants, immobile, un long filin de bave coulant de puis sa bouche alors que l'un de ses yeux ne s'était révulsé. Pas vraiment au courant de ce qui s'était passé durant son blackout, et de toute façon désormais incapable d'aligner le moindre raisonnement logique, il n'était plus qu'une coquille vide réagissant à l'instinct. Réflexe de survis qui s'activèrent automatiquement au simple retentissement du miaulement d'un chat de gouttière qui se fit prendre par le cou et décapiter à main nue en quelques secondes. Ainsi commença la furie dévastatrice du fou furieux, pourtant aux abonnés absent dans son propre cerveau. Hurlant sur la note la plus aigüe et stridente jamais émise par un être humain. Cimeterre en main, écume aux lèvres et cheveux en vrac il agitait son coupe choux dans tous les sens comme un pauvre malade jusqu'à ce qu'il ne repère un visage familier qu'il avait réussi à garder en mémoire durant son incommensurable tourment. Émettant un nouveau cri en postillonnant comme un mal élevé, il sprinta en direction du petit enfoiré dans cet état faisant pleuvoir une myriade de coups durant son avancée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
L'émissaire de l'au-delà...
 L'émissaire de l'au-delà...
Masculin
Messages : 135
Jewels : 80746
Date d'inscription : 03/08/2011
Age : 24

Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   Dim 16 Oct - 18:03

Utiliser le pire cauchemar d'une personne est généralement le meilleur moyen d'éliminer cette personne, ou du moins de la mettre hors de combat... plus ou moins définitivement. Même quand ce cauchemar n'est pas réel, l'important est qu'il se passe dans l'esprit de la victime. Avec une seule illusion, Akiro était ainsi capable d'éliminer un adversaire. L'esprit humain est vraiment chose magnifique... Même si l'on ignore quel est son pire cauchemar, lorsqu'un nous demande ce qui nous fait littéralement mourir de peur ou d'horreur, la question entrouvre une minuscule porte par laquelle un cauchemar avisé peut se faufiler... Lorsqu'Akiro lance sa magie après avoir posé cette question, les illusions se faufilent par cette porte auparavant close et en ressortent en traînant derrière eux le cauchemar que l'esprit s'est inventé, plongeant alors la victime dans un black-out total. Oui, vraiment, l'esprit humain est fantastique.

Ainsi, Akiro avait inventé cette technique pour pouvoir inspiré la peur. Avec cette technique, Akrio avait rapidement élaboré une stratégie pour éliminer au moins un des deux adversaires qu'il devait affronter, Kefka Palazzo, maître de la guilde noire Bones Collectors, et Kairo Redpath, "clone" de notre ami l'ange et créateur de la guilde noire Black Sun. Kairo étant, bizarrement, fortement immunisé contre les illusions d'Akiro, ce dernier décida de mettre HS le clown bizarre, là, qui l'avait saoûlé avec son foutu papelard qui annonçait une mission très juteuse. Aussi s'était-il avancé vers le clown en question, bien qu'il fût blessé précédemment par Kairo, il pouvait toujours se déplacer. Son vis-à-vis s'avança lui aussi vers lui, avec la volonté manifeste de l'achever. Tant mieux, ça tombait bien, Akiro aussi voulait l'achever! Comme on dit, les grands esprit se rencontrent! Aussi Akiro demanda-t-il au clown quel était son pire cauchemar tout en lançant un peu sa magie, plus ou moins dans le vide. L'ange connaissait parfaitement ses limites et il savait qu'après cette illusion, il aurait épuisé sa magie. Il devrait donc en finir à l'épée. Pas grave.Toujours est-il que pour l'instant, Akiro venait de recevoir un magnifique coup de boule juste avant que la magie n'agisse, puis il se figea. Se tâtant un instant le front, Akiro marmonna un "Bonne chance, si je puis dire! et, tout en assurance, s'évanouit. C'était vraiment chiant de s'évanouir quelques secondes quand il utilisait cette magie!

Moins de trois secondes plus tard, Akiro se réveilla. Heureusement que son micro-coma n'avait pas duré plus longtemps car Kairo tenait son épée juste au dessus de lui et commençait à l'abattre. L'ange roula sur lui-même et évita de justesse ce coup qui lui aurait sans doute été fatal. Il se releva aussi sec et s'éloigna rapidement de son double. En même temps, il jeta un œil au clown. Celui-ci se tenait debout comme un con, épée baissée, les yeux dans le vague, un filet de bave coulant de ses lèvres. Ouais, il était réellement hors-service. Puis, tout à coup, alors que retentit le miaulement d'un chat de gouttière, le clown réagit, mais de façon bizarre, comme si son esprit était déconnecté et qu'il n'agissait plus que par un bizarre instinct de survie. Et pour réagir comme il l'avait fait en entendant le chat, son pire cauchemar devait tourner autour des chats. Pas forcément très étonnant, il est très rare que les psychopathes aient peur de la Grande Faucheuse, par exemple... Ainsi le chat finit décapité à main nues. Le pauvre... Puis, tout à coup, le clown se mit à agiter son cimeterre dans tous les sens. Incroyable. Ce type devrait plus n'être qu'une loque, mais son instinct de survie le gouvernait à fond! Incroyable! Il avait un esprit très fort, c'était sûr. Puis, lorsque son regard vide tomba sur Akiro, la haine sembla en partie gouverner ses choix, puisqu'il fonça sur lui en agitant toujours son cimeterre dans tous les sens. Et merde! Il avait réussi à éliminer son esprit mais le corps restait là! Vraiment pire qu'un cafard, ce type! Résultat, Akiro était toujours attaqué par deux adversaires en même temps. Décidément, aujourd'hui, il n'avait vraiment pas de chance! Aussi l'ange dut-il à nouveau éviter deux assauts menés en même temps, d'autant plus que l'un des deux était encore plus imprévisible qu'avant. Il se baissa et évita une attaque de Kairo tout en balafrant légèrement Kefka. Mais ça ne suffirait pas, bordel! Il réussit ensuite à éviter deux coups en un seul mouvement, mais impossible de contre-attaquer. Le pire était que sa blessure précédemment infligée le lançait et le gênait pour vraiment combattre.

Mais le pire survint finalement. Un faux pas, un dérapage, un coup de taille qui tranche une bonne partie du torse tout en recevant, en plus, un coup d'estoc à la taille. Cette fois, c'était sûr, il était foutu. A moins que... S'il ne se trompait pas, il se trouvait à moins d'une rue de l'endroit où il s'était téléporté la veille. Ce qui voulait dire qu'il était en plein dans la zone d'activité des téléporteurs de la guilde. Tentant de fouiller rapidement sa poche de la main gauche -la main droite tenant l'épée- bien que ses blessures le ralentissâssent grandement, il finit par sortir un petit truc bien utile. Sa glyphe de téléportation. Il referma la main dessus et activa le rapatriement d'urgence. Cependant, avant d'être complétement attiré par l'aspiration, tout en luttant pour rester conscient, il lança une ultime provocation :

-Désolé les gars, ça sera pour une prochaine fois... Au plaisir de ne pas vous revoir!

Puis il disparut, pour réapparaître aussitôt du côté des téléporteurs de la guilde. Décidément bien pratiques, ces téléporteurs. Cependant, la vitesse et l'aspiration avaient sapé les dernières forces d'Akiro. Il perdit complétement conscience. Quelques minutes plus tard, un membre de la guilde qui partait en mission tomba sur le presque-cadavre de l'ange. Il alerta aussitôt les autres membres de sa guilde. C'est ainsi qu'Akiro fut finalement sauvé...

De son côté, tandis que son original venait de disparaître, Kairo haussa les épaules et repartit lui aussi, sans saluer le clown. Il avait terminé ce qu'il avait à faire ici, de toute façon. Un jour où l'autre, le Soleil Noir connaîtrait son avénement...


FIN du RP pour moi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☁--Contenu sponsorisé--☁


Click ♥
MessageSujet: Re: Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bad Trip à Nightown [Pv Akiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nightown-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit