Forum RPG Fairy Tail - 20 Lignes ( soit 360 mots ) Minimum demandées - Bon Roleplayers exigés
 

Partagez | 
 

 Retour et Bavardage? [Pv: Muzai Ryuuketsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
☁--Invité--☁

Invité
Click ♥
MessageSujet: Retour et Bavardage? [Pv: Muzai Ryuuketsu]   Mar 23 Aoû - 0:14

Nan, mais…NAN MAIS JE RÊVE ! Elle viens de me foutre une gifle la hein, j’ai pas rêvé elle m’a giflé ? Cette petite garce ma giflé ! Je recule un peu, plus surpris que blessé, j’ai pas senti grand-chose…C’est rien comparé à ce que Waya peut me faire subir. Tu t’es cru ou petite ? Chez la vierge ?

Elle avance. Inconsciente tu vas crever pour le geste que tu viens d’avoir, oui tu vas crever. Oui je me vois déjà t’éventrer alors que tu es encore vivante, écarter les morceaux de chère et la faire mourir dans d’atroce souffrance. Que puis-je lui faire, voyons voir…Éclater son cœur de sa main ? Déchiqueté chacun de ses organes ? Les faire fondre ? Ah non c’est vrais je peux que lui bruler les entrailles, quoi que…C’est fragile ses choses là peut être que... Bref elle commence à ouvrir la bouche, mais mon regard change, il n’est plus joueur non c’est le regard d’un tueur, un regard vide de toutes émotions. Elle a en face d’elle le vrais Kakuu, la bête, la chose qui n’a d’humain que l’apparence. Quoi ne me dite pas que vous découvrez mes simulations ? Ouh ouh on se réveil mes chéris je suis une psychopathe, je ne ressens pas les émotions, je ne sais pas se que c’est, comment je devrais réagir.

Un sourire malsain sur les lèvres et mon aura se met à vaciller, s’échappant de plus en plus, déjà que je ne peux en caché que la moitié avec beaucoup de concentration. Espérons qu’elle ne tombe pas dans les pommes la petite, c’est une aura noire…Malsaine, corrompue ? Je ne sais pas vraiment enfaite. Doucement je sors un couteau à manche, l’un des rares de mon arsenal. Mais situation spécial, arme spécial, puis il faut un bon couteau quand on veut faire une boucherie. Je n’ai pas le temps de faire quoi que se soit que deux hommes apparaissent.

Ohoh, je suis dans la merde profonde, c’est l’uniforme des forces militaire de Mulfass. Mais qu’est ce qu’ils foutent là d’abord. Le plus gradé relève la tête. Là je suis pas dans la mouise non je suis en enfer. Sur toutes les forces armés il fallait que je tombe sur celui la. Mon ancien mentor… Il me regarde, me jauge de haut en bas puis esquisse un sourire plus ou moins satisfait. Puis il parle de sa voix profondément grave. Il m’interloque un peu plus, il me cherchait…Bon je suis recherché ça c’est pas nouveaux, mais pourquoi lui particulièrement ? Il se fou de ma tête en plus j'hallucine, comment peut-il être aussi calme…Comment peut-il me demander si je vais bien ? Mais je n’est pas le temps de répondre qu’il m’immobilise. Le vieux c’est pas démonté, il est plus puissant qu’avant. Qu’est ce qu’il fou, sa tête sur mon épaule et son souffle dans mon cou, non il est pas entrain de m’allumer quand même…Je le regarde du coin de l’œil alors que ce vieux pervers relève ma chemise, montrant par la même occasion un tatouage noir de jais. Moins gros bas quoi il est pas beau mon tatouage ? J’en suis fière cette belle panthère placé entre ma hanche et mon nombril, vous voyez l’endroit donc je parle ? Sur la ceinture enfaite, bien qu’une bonne partie du tribal soit placé, très…Bas. Quoi endroit pervers ? Non pas du tout, il a la classe là et c’est plutôt discret comme endroit ! Il finit sa phrase avec des paroles chaude et suave. Non désolé les vieux c’est pas mon truc, tente la poupée gonflable mon grand, a se qui parait ça marche !

Il m’emmène non sans ménagement et je ne tente pas de me débattre autant attendre que nous soyons seul pour lui faire quoi que se soit, je ne suis pas fou…Sans commentaire ! Le soldat qu’il a prit avec lui est de l’élite, c’est sur, il ne serait pas venu qu’avec lui sinon. Oui attendra que nous soyons seul, il doit la sentir, cette aura noire, malsaine, mon envie de meurtre, dommage, je ne pourrais pas. Doucement il me regarde et me jette sans ménagement au sol, me faisant manger l’herbe fraiche de la forêt. Tss cas y viole moi tant qu’on y est ! Ta libido te joue des tours, tu m’allumes, tu me fou par terre…C’est quoi la suite ? Tu vas me déshabillé de façon sauvage et me faire…Quoi tais toi y’a des âmes sensibles ? Vous êtes pas drôle, mais alors vraiment pas drôle.

Mon cher et ancien colonel commence par sourire puis parle d’une voix plus caverneuse. Ça tu l’as dis mon grand, ton aide j’en veux pas. Je me suis très bien débrouillé tout seul jusqu’ici c’est pas maintenant que ça changera ! Vas y qu’il me parle pas de mon père maintenant ! Quoi je te rappelle mon père ? Vu se que j’en ai vu on se ressemblait oui, mais je suis plus beau que lui, plus fort, plus mauvais aussi ! Corrompu ! Quoi si c’était pas mon père tu m’aurais traité comme tous le monde, faut pas rêver tu m’as toujours eu à la bonne et là tu me sors. Puis il me menace…Pour changer. Une mort sur la place, intéressant au moins je serais aux premières loges. Tss allez dit le, DIT LE. Tu l’aimais mon père, je le sais, je suis pas bête vu ton regard quand tu en parles…T’es jaloux en plus ! Oui c’est moi qui l’ai charcuté ton amant. J’en souris rien que de m’en souvenir mes doigts sur sa gorge

Voila qu’il me parle de renfort, bah alors bonhomme t’as peur que pas y arrivé tous seul. Je me relève un peu et lui fait face. Regardant cet homme qui fut à un moment ou un autre, l’amant de mon père. Mais il se fait plus sérieux, me regarde avec un air désolé, limite de chien battu. J’ai des Hallu’. Non mais je rêve pincer moi. Il me fait quoi là ? IL ME FAIT QUOI ? De la compassion LUI ? Il en est capable ? Il sait se que c’est ? Car bon les seuls souvenirs que j’ai c’est de ses entrainement de tordu totalement givré et LA il me joue la carte, THE carte du chien chien a son maitre. Tu t’es trompé Médor c’est a la demoiselle là bas qu’il faut allez lécher les pieds, pas à moi nan nan nan.

Puis c’est la chute, le rideau se baisse et je perds cet éclat que je jouais à la perfection. Que m’arrive t-il ? Et bien je ne pourrais vous le dire. Je ne le sais pas moi-même, ma tête est vide à l’entente de se qu’il m’apprend, je suis comme choqué, pétrifié. Je suis définitivement entrain de rêver oui c’est ça je rêve, non dans mon cas c’est plus un cauchemar. Il continue sur sa tirade, et m’apprend finalement la chose que je redoutais le plus après moi-même, le type de ma magie. Saurait pas pu être une magie normale comme les autres ? A mais j’oubliais…Depuis petit je ne suis comme personne. Un vilain petit canard, un mouton noir. Un loup dans la bergerie, comme disait ma mère, tss garce finalement t’as bien joué ton rôle toi, c’est ta femme tu m’entends ta faute ! A toi et ton adoré mari, vous vouliez pas d’enfant ? Il fallait pas en faire !

Finalement mon vieux à bien joué son coup, oublier de me dire que ma magie est une magie oubliés, unique qui se transmet par le sang, et en plus ne pas me mettre en garde contre les effets de celle-ci. Je sais maintenant d’où viennent ses cauchemars que je fais chaque soir, d’où viens cet instinct de meurtre que je ne connais pas qui met inconnu. C’est elle, ma moitié, nous formons finalement une seule et même personne, un tous, mais je suis au prise avec moi-même, avec cet instinct qui n’est pas le mien.

Ca mine reprit son visage de glace, putain de Mulfassien ! Il me desserre les poignés et me donne un coup histoire que je retombe au sol le souffle coupé. Et…Et il se barre se co*****. Oui je sais ‘’Non Kakuu pas devant les enfants‘’. Tss j’enrage après se maudit Todo et finalement la pression retombe et je commence à me rendre compte que tout se qu’on souhaite depuis ma venu au monde c’est ma mort…Ma mère ne m’aimait et elle restait a mes ‘’cotés’’ seulement par devoir. Enfin quand elle était là, il m’arrivait de passé des semaines entières sans la voir et en rentrant, pas un sourire, presque pas de parole. Juste cette atmosphère, lourde et triste…Et après Waya m’envie ma mère, foutaise, j’aurais tellement aimé avoir son enfance plutôt que la mienne…

J’arrive pas à encaisser la chose, elle me reste en travers de la gorge. Pourtant des bruits bizarres dans cette forêt pourtant si calme, me dise clairement que quelque chose cloche. On entend comme des halètements, des cris de douleur, puis le calme de nouveau. Une odeur de sang, si délectable, me caresse les narines. Les pas se font de plus en proche et finalement je vois l’objet de tout se désordre. Situation ironique, qu’est ce qu’il fait là ? Je me relève, paraissant confiant, mais au fond je suis perdu, ça me reste encore au travers de la gorge. Je ne le regarde pas de suite, mon regarde se fait plus mauvais alors que je vois cette sale pimbêche pas très loin. Ma magie résonne et mon aura afflux, ma colère entre en scène, elle ma giflé celle la elle va me le payer, puis le colonel n’est plus. Mais le boss si…D’ailleurs je n’ai pas le temps de dire quoi que se soit, n’y de faire un geste que je ressens une violente douleur dans l’abdomen. Non il a pas osé ? Il a pas osé faire ça ? Je veux pas rentré à la maison moi. Je veux faire souffrir cette sale gamine pour sa putin de connerie. Je n’ai pas le temps réfléchir plus qu’il me place un coup juste à la nuque, m’assommant pour un moment.

J’ouvre les yeux, quelle heure est-il ? Je ne sais pas. La lumière Tamisé m’agresse les yeux. Je regarde autour de moi, salle richement décoré, rideau fermer. Billard au milieu de la pièce. Deux cannes, les boules rangées en triangle, Craie bleu posé sur le bois de la table de jeux. Ça c’est pas une salle de la guilde, ou alors Muzai la garde secrètement caché au fond d’un couloir polaire, c’est vrais qu’il n’y a qu’une partie habitable…Le reste est pire que la banquise. Doucement je me lève et cherche mon boss ou quelqu’un que je connais des yeux. Bizarre, pas de bruit, pas de gloussement insupportable. Non je ne suis pas à Hell Frost Palace.

Un bruit d’applaudissement, je tourne la tête et me vois moi…Une expression animal au visage, alors comme ça elle à prit ma forme, facile hein ? Cette magie qui m’empoisonne, cet instinct qui me ronge petit à petit. Ma moitié, mon ombre et après on dit que je ne suis pas fou ? Même le psychologue avait peur de moi. Et vous voulez que je me sente normal après ça ? Alors que sous mes yeux il y l’exemple parfait de ma décadence. Mais elle n’est pas seul, elle est accompagnait de mes démon…Mort, oui en état de mort, ma mère poignarder, la poitrine brulé et mon père la gorge ouverte comme un boucher. Puis il pointe tout les deux des armes à feu sur l’emplacement ou se trouve mon cœur. Et tire. BAM !

Je me réveille en sursaut. Cette fois ci je reconnais les lieux. Vu le nombre de fois ou je m’y rends pour qu’il me refile son sale boulot ! Je ne peux que reconnaitre l’endroit. Il m’a donc ramené au bercail…Pourquoi ? Mystère, mais je n’ai pas le temps de réfléchir qu’une douleur, pas assez violente, mais présente, me lacère l’abdomen. Entre Todo et lui ça a été ma fête ! Hey les gars, vous savez quoi ? Mes abdos sont pas en fonte ! J’ouvre ma chemise pour regarder l’ampleur des dégâts et faire séché le peu de sueur que j’ai émie en dormant. Rien de très grave, juste un bleu. Je m’assois sur le divan et me masse la nuque, c’est malin tien il pouvait pas me demander ! En plus d’avoir mal au cou, j’ai mal à la tête, résultat de mon assommance. Raah je te jure ce sale gosse, tout dans la finesse hein. Je lui lance un regard et lui sourit de façon sarcastique.

-T’es pas drôle « Petit frère », j’avais une boucherie à faire avec le corps de la jolie demoiselle ! Pourquoi t’as ma ramené ? Puis t’aurais pu y allez moins fort J’ai un bleu maintenant !

Je tente de paraitre serein, mais mon sourire disparait pour laisser place à se qui est véritablement moi. Un visage sans expression au regard avide de meurtre. Oui je ne trouve joie qu’en autant la vie des autres. Je suis un psychopathe d’après les psys… et ça je le dois à l’absence d’amour dans mon enfance. Merci maman, tu serais fière de ton fils aujourd’hui vieille mégère. Je le regarde, plus ou moins sérieusement. L’information, je la digère lentement, je suis dans la mouise et ça personne ne peux m’en sortir.

-T’es au courant pas vrais ?

Je sors le paquet de cigarette de ma poche et porte une clope à mes lèvres, puis d’un geste bref je l’allume. Non je ne vous écouterais pas chère publique adoré, allez vous adressé a père castor il vous racontera une histoire. Une latte tiré et recraché en l’air. Quoi si j’ai le droit de fumé dans son bureau ? Bof c’est pas la première fois ! Je savoure ce moment où je me sens moi et pas manger par ma magie, oui ses moments qui font que je gagne contre elle. Puis je reprends doucement.

-Le vieux a du te le dire non ? Pourquoi je suis atteint de Psychopathie. Quant à ce cher colonel il a du cracher le morceau sur quelques chose que je ne savais pas moi-même. Bordel, même mort mon vieux trouve le moyen de m’assassiner…Elle est pas belle la vie ? Être psychologiquement, manger par se propre magie pour finir par devenir quelqu’un sans raison n’y humanité, de l’instinct pure…

Instant ironique, ou je savoure le gout du tabac dans ma gorge. Je le cache, mais finalement je ne suis pas plus avancé…Perdu, la pilule passe pas et je préfère largement être dans un bureau en compagnie de Muzai que dans le hall de la guilde à faire un carnage a cause des autruches qui postule pour entrée dans la guilde. Remarque ça ferait de la peinture !


Dernière édition par Kakuu Atsuya le Mer 21 Sep - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
☁--Muzai Ryuuketsu--☁




Masculin
Messages : 640
Jewels : 114359
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 27

Localisation : Dans un coin de démence



Tuer ? C'est bien beau, mais autant le faire avec style.
Click ♥
MessageSujet: Re: Retour et Bavardage? [Pv: Muzai Ryuuketsu]   Lun 29 Aoû - 18:08

Tu es un fantôme ! Tout ce qui te touches meurt ! Tous les gens que tu aimes crèvent et crèveront ! Mais toi...non quoi qu'il arrive tu survis ! T'es quoi bordel...une saloperie de monstre !

Ces mots résonnaient encore dans le crane du jeune maître de guilde, Muzai avait fini par l'accepter, ne reniant plus sa nature sombre, c'est ce qui faisait sa force. Personne ne pouvait autant s'enfoncer dans les ténèbres que lui, après tout son ancienne guilde, dont le nom est synonyme même d'hérésie, le surnommait "L'enfant des ténèbres" et non Muzai. Mais même au plus profond des ténèbres, il y avait un espoir, une lumière...et cette lumière était Loo KuroHiryuu, jeune maître de Silver Dragon. Maintes fois il avait tenté de la séduire, de la manipuler, dans le seul but de la faire rejoindre Black Panther, mais il n'y était jamais parvenu...non seulement elle avait toujours résisté...mais Muzai n'avait jamais été très loin, du moins il n'avait pas été prêt à tout pour la manipuler, ce qui était étrange venant de lui. Il...il ne pouvait pas l'admettre, mais ce qu'il ressentait était loin d'être de la haine, c'était sa faiblesse selon son pouvoir, mais il voyait pour lui au contraire sa force. Loo était sa force, son fil d'araignée qui lui permettait de ne pas mourir dans sa propre noirceur, c'était ça le secret...

Sortant de ses pensées, il manqua de couper la gorge d'un jeune membre passant sa tête à travers la porte pour l'observer, puis effectua le scellement du coeur. Son bureau et appartements au passage, se trouvaient être la pièce maîtresse de la guilde et donc par conséquent, elle s'ouvrait et se fermait selon la volonté de son Maître. Il devait agir en temps que tel et se charger d'un cas très délicat, Kakuu Atsuya, sans doute l'un de ses meilleurs éléments, si il ne lui donnait pas le choc adéquat , pas vraiment dans la finesse...mais il ne pouvait pas laisser un frère couler. Il allait devoir recourir aux grands moyens et retirer un peu son masque, après tout, personne dans la guilde n'avait encore vu ses pouvoirs ou ses capacités, ni encore moins ce qu'il pensait vraiment. Tout le monde le voyait comme un psychotique tripolaire et surtout un exploiteur de première catégorie. Ignorant la remarque du jeune homme, il se retourna et mit sa main droite sur son bras gauche, fermant les yeux, comme si il se préparait à une douleur épouvantable. Les ouvrant d'un seul coup, ses derniers devenus totalement noirs, pas même une trace de blanc, il dit un simple mot avec une intonation faisant froid dans le dos, rien qu'entendre cette façon de parler, on aurait pu sentir les doigts de la mort effleurer notre épaule.

Libération.

Au même moment, la salle fit quelque chose d’inattendu, un piano gelé sortit de la pièce et se mit à jouer une mélodie totalement démente, un rythme insoutenable, qu'aucun humain ne pourrait jouer vu le rythme utilisé. Pendant ce temps, Muzai était parcouru d'éclairs noirs et on voyait toute la peau de son bras commencer à s'ouvrir, des plaies impressionnantes se creusant sous la puissance du sort...car même si ça n'avait aucun rapport avec son pouvoir, cela restait néanmoins un sort. La paume de sa main sembla d'un seul coup s'ouvrir à son tour, chaque blessure suivant un tracé très précis, constituant à la fin, un symbole...une marque de guilde ? Sans doute, mais ce n'était pas la première fois, ni la dernière fois qu'on verrait ce signe. L'air fut d'un seul coup beaucoup plus lourd, l'ambiance se refroidissait...oui...on pouvait tout sentir. Vengeance, folie, envie, violence, sadisme, toutes les émotions, toutes les pulsions du mage noir, tout passait à travers cette pièce, devenue colorée d'un bleu macabre, la vraie couleur de son aura. La mort était présente partout désormais, en tendant l'oreille on pouvait même entendre un rire presque enfantin et un ricanement sinistre, Muzai avait fait une faveur à Kakuu en faisant cela, il se montrait tel qu'il était...La panthère pouvait désormais voir la corruption, la démence et surtout la noirceur de son "frère", les choses sérieuses allaient commencer.

Avant que tu ne le demandes, oui c'est la seule technique de dissimulation d'aura, quand au piano...c'est Hell Frost lui même qui le joue, afin que l'aura reste dans la pièce et ne soit pas repérable.

Il fit un mouvement de sa main et Kakuu pu remarquer quelque chose dans l'ombre, peu importe ce que c'était, mais ça avait fait mine de sortir de l'ombre...Serait ce possible que cette chose soit...son aura ? Bien qu'il ne se passa rien physiquement, la personne le fixant, pouvait clairement avoir l'impression d'être aussi froid qu'un cadavre et également la sensation que son coeur explosait, une telle crainte...Tous ceux qui voyaient la nature de l'aura de Muzai la ressentait, car ce n'était pas une aura véritablement...c'était "lui"...

Eyes et Claw of Darkness. Je ne vous ai jamais montré mes capacités jusqu'à présent et je pense que tu comprends pourquoi. Nous avons des points communs Kakuu, une magie oubliée hein ? Bienvenue au club, mais ne t'y méprends pas, ce n'est pas une illusion...cette chose est effectivement vivante et vit à l'intérieur de mon être. Se nourrissant de la moindre émotion négative, elle me pousse vers les ténèbres et me prend au passage...ma vie. Quatre ans, peut être moins et la vitesse augmente...Une magie m'empêchant aussi de faire des choses trop...gentilles...Une entité implantée dés la naissance, tu sais quelques détails de mon passé en juste retour, vu que je sais tout du tiens.

S'approchant du jeune homme, il plongea son regard totalement noir dans le sien et finit par lui prendre la gorge par sa main limite démoniaque, alias la gauche. L'envie de le tuer se faisait clairement sentir, après tout, si il ne le faisait pas, Kakuu risquait de succomber totalement à son pouvoir, sans l'accepter une seule seconde. Il pouvait mettre toute la guilde en danger et en temps que dirigeant de cette "fraternité", c'était son devoir de le faire. Mais il se ravisa, pas par pitié, mais car il voulait voir jusqu'où il était prêt à aller. Il repartit vers son bureau et soupira.

Le vieux m' a jamais rien dit, hormis de faire ce que je devais faire, c'est à dire le tuer. Quant à ton pouvoir, tu peux rester là dans ton coin à te morfondre, en vouloir à quelqu'un...ou affronter le problème. Si tu as envie de te battre, alors je t'aiderais à t'accepter, mais en revanche, si tu fuis, je te tuerais sans la moindre hésitation. Franchiras tu la ligne ou vas tu prouver que tu n'es qu'un faible ?

Il n'avait aucune gène, aucun regret, il enfonçait très clairement le couteau dans la plaie de Kakuu et tournait bien pour pas que ça se referme. Il avouait même son meurtre du vieillard, pas de regret, pas de plaisir, juste un air froid, une sensation pesante...Il reposa la main sur son bras et fit le même schéma qu'avant, le piano cessant de jouer et disparaissant dans les murs de glace. Ses plaies se refermant juste après, montrant à quel point il était en symbiose avec l'énergie noire.

Dissimulation. Alors que comptes tu faire Atsuya, si tu choisi de franchir la ligne, je peux t'assurer que je te ferais boucler la boucle. Mais malgré les apparences, tu as le choix. Je te laisses quelques secondes de réflexion avant de te faire penser un peu plus vite.

Il claqua des doigts, la pupille de son oeil gauche apparaissant dans tout ce noir et ayant une forme reptilienne et une couleur jaune. Il le pousserait au bout de ses limites, il ferait en sorte que ce crétin le dépassent...







Thème of Muzai

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Invité--☁

Invité
Click ♥
MessageSujet: Re: Retour et Bavardage? [Pv: Muzai Ryuuketsu]   Dim 11 Sep - 13:41

Combien de fois ai-je rêvé d’une vie normale? Pourvoir avec des parents aimants ? Ressentir des sentiments ? Oui combien de fois ? Je ne sais plus vraiment…Pourtant la réalité est tout autre. Je me trouve dans cette pièce que l’on nomme le ‘’cœur‘’. Ou simplement le Bureau du roi panthère, Muzai Ryuuketsu maitre de la guilde Black Panther et surement celui qui en sait le plus sur moi. Les secrets de ma naissance, ma mère, pourquoi le vieux, l’ancien souverain des panthères ma t-il forcé à rejoindre sa guilde ? Tant de question dont je ne connais pas les réponses.

Un silence confortable c’est installé, peut être réfléchi t-il à la situation, pourquoi m’a-t-il ramené au bercail ? Il sait parfaitement je suis loyal, je ne m’enfuirais jamais, la guilde, aussi polaire soit-elle, elle est ma maison, mon habitat naturel. Je n’en changerais pour rien au monde. Grincement de porte et une tête de présente, tien un nouveaux ? Le pauvre aurait il prit Muzai pour un modèle ? Le jeunot referma très vite la porte au moment ou le chef allait lui trancher la gorge, par inadvertance. Puis il effectua le scellement de la pièce. Froncement de sourcil de ma part, qu’a-t-il en tête ? Ce n’est pas normal pas normal du tout. En parlant de tête elle me fait mal…Cette personne que j’ai vu il y quelques minutes continue de me parler, mais qui est elle ? Que dit-elle ? Cette fois cristalline qui résonne comme l’écho d’un éveil… Mais un mot un simple petit mot me ramène à la réalité alors que je fixe le dos de mon supérieur, ce roi que je respecte. Au moment ou il prononce se mot d’une voix d’outre tombe un piano sort du mur, dans un bruit de glace brisé et commence à jouer un air rapide et dénuer de toute logique, alors que mon chef se retrouve parcouru d’éclairs noirs, puis de plait formant des traits Logiques, un symbole…Bien trop connu malheureusement. L’atmosphère était lourde, macabre et toute personne ressentant dans sentiments aurait eu peur. Je n’avas que des sueurs froide, sachant que la peur sonner à ma porte verrouiller, surement l’un des seuls point positif au fait que je sois un psychopathe. Doucement j’ouvre la bouche pour poser une question, mais déjà il y répond, puis vint la deuxième l’ai-je à peine pensé qu’elle trouve déjà réponse…Il le fait exprès j’en suis sur ! Sadique, sans cœur.

Puis quelque chose bouge, son ombre vacille comme si une vie, quelque chose y résidait, son ombre ? Son aura ? Lui tout simplement ? Je ne sais pas, mais l’atmosphère, les pulsions qui résonne dans la pièce et mon cœur qui bat à sans à l’heure. Perdu, j’en fais tomber ma cigarette, mais je n’ai pas le temps d’encaisser le flux de nouvelles qu’il recommence à parler. Alors il possèderait aussi une magie oublié, mais bordel dites moi ce que c’est à la fin, a il est bien beau le colonel Todo avec ses ‘’Tu possèdes une magie oublié. ‘’ Si seulement on me disait comment c’est arrivé…se que je peux faire pour éviter qu’elle ne me dévore en entier…Il continue sa tirade. Seulement quatre ans, voir moins, a-t-il seulement prévu un successeur ? Que je sache il n’a pas encore de second, mais bon il s’en sort très bien tout seul…Après tout c’est grâce a lui que la guilde a changé, grâce a lui que nous ne sommes plus des tueurs sanguinaires. Non il ne peut pas partir comme ça je le charrie de temps en temps certes, c’est un exploiteur de première ok, mais il reste Muzai Ryuuketsu et je le respecte pour ça, il est d’ailleurs le seul dont j’accepte de recevoir des ordres, et il faut qu’il insiste. Il s’approche de moi, plonge son regard d’un noir opaque dans l’ocre de mes yeux et se sa main, plus ou moins démoniaque, la gauche, il m’attrape et m’enserre le cou, m’étouffe presque. Son envie de tuer se fait sentir, elle est haute, proche. Pense-t-il au fait que je puisse être trop dangereux ? Sait il rangé du coté de mon géniteur ? Veut-il m’ôter la vie ? Je ne sais plus ou j’en suis….Mon père était finalement un vrais salaud. Puis doucement il relâche mon cou alors que sur mon visage dénué de toute émotion, on ne peu lire que l’impassibilité du psychopathe que je suis…

Là sonne le glas de la libération, me propose-t-il son aide ou je rêve ? Croit-il en moi comparé aux autres ? Une proposition : rester prostré dans mon coin…Non mourir, finalement sa proposition est a sens unique, père toi qui a fait de moi se que je suis voulais tu que je meurs ? Me détruire à petit feu. Crève le vieux, t’as oublié une chose je n’ai jamais fait comme tu me le demandais. Mourir ou avancé, oui c’est ça avancé. Je tousse un peu, résultat de sa prise puissante sur ma gorge et sourit. Non Muzai n’est pas comme les autres, il ne laisserait jamais un frère sombrer, quitte à le tuer pour éviter cela. Il a tué le vieux ? Dommage j’aurais aimé lui poser quelques questions avant, il avait l’air dans savoir gros sur moi, savoir tous se que moi-même j’ignore, car finalement je n’étais que le pantin d’un théâtre…Qui suis-je finalement ?

Nouvelle phrase prononcé et l’atmosphère se fait plus détendu, plus respirable, cette impression de mort disparait et une certaine tension quitte mon corps, délassant mes muscles alors que je regagne un rythme cardiaque normal et une respiration calme et non saccadé. Le piano retrouve sa place, dans le mur et le calme revient, le silence aussi…Doux silence. Tiens ses plaies se sont refermé… signe qu’il est a nouveaux…Lui-même ? Ou simplement le masque qu’il porte…Nous sommes similaire finalement.

Puis reprend ses paroles, me met au défi, que dois-je faire, mourir de sa main et annoncer la victoire de mon père ? De l’armée de Mulfass ? De ma mère ? De Todo ? NON ! je ne peux pas…je ne dois pas, leur victoire, n’existera pas, ils périront tous jusqu’au dernier, de ma main s’il le faut. Leur cœur battant entre mes doigts, leur expression de douleur sur leur visage, oui ils trouveront tous la mort, comme mon père se soir là, le voir agonisant alors que mes mains, appuyait au maximum, sur sa gorge fait fondre chaque parcelle de peau. Je rigole quelque peu et me lève pour venir à sa hauteur. Plonge mon regard dans la sien…NON je ne vais pas l’embrasser a pleine bouche, bande pervers ! Vous pensez vraiment qu’a çà ! Soutenant son regard j’inspire doucement.

-Petit frère, petit frère, petit frère. Tu es bien la première, non la seconde personne qui m’accorde de l’attention, rien que pour ça je suis fière que tu sois le roi des panthères, mais ne pense pas te débarrassé de moi aussi vite. Je ne ferais pas l’honneur, à Todo, mon père et les autres, de mourir. Alors je me mets à ton entière écoute, ton entière disposition…

Comment pouvait-on décrire l’ambiance ? Je le regarde en chien de faïence. Avec lui mon masque tombe, j’arrête d’être l’acteur pour être moi, simplement moi, un visage impassible, mais un regard inexpressif. On dit que je le tiens de ma mère, mais dans mes souvenirs, elle n’avait pas la même couleur d’yeux, était-ce seulement ma mère ? Cette femme dont j’étais finalement la gentille marionnette…Aurais-je été différent ? L’amour d’une mère m’aurait-il changé ?…Allait savoir, je ne suis finalement qu’un prince perdu dans les méandres d’une vérité trop vite dévoilée.

Mais ça va changer, cette voix me rend fou, je ne puis l’accepter. Mais, que dois-je faire alors…La combattre ? L’accepter et me soumettre ? La traiter en amie ? En ennemie ? Je n’en sais rien, mais peut-être lui le sait…Lui en si parfaite symbiose avec ses capacités magiques. Je le sais bien…Si je n’arrive pas à garder le contrôle je deviens un danger pour tout le monde. Je tuerais sans distinction, bon ou mauvais, homme, femme et enfant, je tuerais simplement pour me sentir un peu plus vivant…Quoi je le fais déjà ça ? Non désolé je suis méthodique ! Je n’égorge pas n’importe qui !

Mon regard se replonge dans le sien, inexplicable, mais pour une fois je sens que je peux faire confiance à quelqu’un. Il me la dit ou j’avance ou je meurs, je vous l’avoue je préfère mourir de sa main que celle du colonel Todo ou du conseil. Alors que j’allais ouvrir la bouche pour lui demander de commencer mon « apprentissage », je fus prit d’une affreuse migraine, la voix recommençant à chanter, elle me rendrait fou a lié j’en suis certain. Mettant une main sur ma tempe je fermais les yeux pour atténuer la douleur…

-Aide moi Muzai je supporte plus ces migraines…Je veux pas qu’elle prenne ma place, m’enfonce un peu plus comme elle le fait déjà…

Pathétique, c’est le seul mot dont j’ose me qualifier à l’instant, incroyablement pathétique, mais je ne la supporte plus, ça empire à chaque instant, surtout depuis l’annonce de la nouvelle…depuis ce rêve entêtant, était-ce seulement un rêve… ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
☁--Muzai Ryuuketsu--☁




Masculin
Messages : 640
Jewels : 114359
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 27

Localisation : Dans un coin de démence



Tuer ? C'est bien beau, mais autant le faire avec style.
Click ♥
MessageSujet: Re: Retour et Bavardage? [Pv: Muzai Ryuuketsu]   Lun 12 Sep - 0:04

La souffrance intérieure, celle qu'exerce une part de Kakuu ou peut être son pouvoir, ce qui revenait de toute façon au même. Le roi panthère la connaissait bien, trop bien même, combien de fois avait il affronté ses personnalités, son pouvoir, chaque part de lui même ? Il n'y en avait qu'une qu'il ne pouvait combattre, la part d'énergie noire qui était dans ce cristal, celle de son père adoptif, sans doute celui qu'il considérait vraiment comme son paternel, mais il niait qu'il était son fils à cause du rang que cela apportait, on le regardait tellement différemment après cela. Pourtant, le jeune maître pouvait compter sur lui en tout temps et il le savait, pourquoi hésitait il à choisir ce chemin, ce sentier plongé dans les ténèbres et l’amenant dans les bras de son véritable père, celui qui lui avait donné puissance et soutien ? Pas cette ordure essayant en permanence de le tuer, tout comme lui, qui essayait lui de l'éliminer. De l'amour pour son père adoptif ? Il n'en savait rien, il était juste bien quand il le voyait, mais c'était devenu très difficile pour le mage noir de se déplacer pour le trouver, bientôt il serait forcé de le voir, juste une question de temps...Quatre ans ? Un mensonge bien trouvé, Muzai avait si peu de temps devant lui, quelques mois tout au plus, la rencontre avec son vrai maître et père adoptif était inévitable, choisirait il de revenir dans la lumière et de mourir peut être dans les bras de la femme qu'il aime ? Ou de plonger dans les ténèbres et de rejoindre sa famille l'attendant avec impatience ? Famille...en avait il une, le mage noir savait parfaitement que son père adoptif ne lui avait pas tout révélé, était il son seul enfant adoptif ? Il ne le pensait pas, c'était ce qui lui donnait envie de savoir et sans doute de plonger dans l'obscurité. Mais en attendant, il devait aider Kakuu à plonger dans les abysses, soumettre son pouvoir ? Non, simplement lui montrer sa place, le blond était le prince, ses pouvoirs son royaume et pas l'inverse. Il voulait de l'aide ? Le prince des ténèbres allait lui en donner, ce ne serait pas doux, mais un électrochoc n'est pas sensé chatouiller, il est sensé réveiller et réanimer !

Posant sa main démoniaque sur l'épaule de Kakuu afin de marquer sa présence, il passa doucement sa main droite sur son menton et le fit lentement relever la tête. Son inquiétant oeil rouge avec pupille reptilienne jaune se posa sur lui, puis les deux furent comme aspirés dans une pièce sombre, une salle de billard visiblement. Les deux panthères étaient visiblement entrées dans l'esprit de Kakuu. Ben quoi ? Vous pensiez qu'il allait l'embrasser ? Mais vous êtes pas bien ! Faut arrêter de fumer la moquette en pensant que c'est du persan ! Une salle lugubre, pas que le jeune mage noir détestait l'obscurité, au contraire, c'était son élément après tout, il était dans son royaume dés qu'il était dans le noir. Mais là il jouait sur le terrain des pouvoirs du jeune Atsuya, il allait devoir utiliser la force de son esprit au maximum pour donner la force à Kakuu de se battre et de remettre ses pouvoirs à sa place. Se massant le visage, il se dit que ce ne serait pas de tout repos, mais il avait de qui tenir, son sang noir bouillonnait d'impatience. Les pouvoirs de Kakuu risquaient d'avoir une sacré surprise. Cela ne tarda pas, Kakuu lui même s'avançait vers...Kakuu justement, Muzai ne chercha pas plus longtemps, ce sourire ? Ce n'était pas le Kakuu Atsuya qu'il connaissait, le mage noir avait beau être un très bon acteur, l'enfant des ténèbres voyait toujours que cela n'était qu'un masque, tandis que chez l'autre Kakuu, c'était tout l'inverse. Il était aussi beaucoup plus sombre dans les couleurs de son visage, il était temps de commencer la partie. Il claqua ses doigts démoniaques et son corps fut parcouru d'éclairs sombres, forçant l'autre Kakuu à reculer, sa peau se recouvra lentement de gris, puis de noir, ses yeux se teintant de différents rouges, comme un mélange assez effrayant, ses cheveux devenant totalement blancs. Il jeta par terre toutes ses armes et avança progressivement vers les pouvoirs de la panthère, matérialisés sous la forme de son frère de guilde.

Son adversaire devint progressivement flou et sembla se dédoubler, il y avait Kakuu, Waya et visiblement la mère de Kakuu. Trois contre un ? Voila qui n'était pas des plus fair play, mais rendait les choses beaucoup plus plaisantes. Le jeune maître claqua à nouveau des doigts, puis une énorme quantité de sang noir tomba du plafond de la salle, formant plusieurs flaques autours de Muzai, d'autres lui en sortirent juste après. Un avec la peau grise et une gigantesque épée noire, abordant un sourire démentiel et un regard sadique, faisant reculer l'aspect de la mère de la panthère quand l'épée fut pointée en direction de son visage. L'autre fut un jeune garçon aux cheveux blancs et aux yeux violets, faisant tourner dans ses mains des cartes de poker avec un sourire enfantin, mais un regard de prédateur, mettant l'aspect représentant Waya sur ses gardes. Le dernier fut un étrange personnage aux cheveux noirs, la peau grise, habillé richement avec son chapeau haut de forme, les yeux jaunes et d'étranges marques sur le front. Tendant son bras, il fit apparaître une quantité phénoménale d'énergie noire, faisant voler les cheveux de tout le monde dans la pièce et fissurant petit à petit le billard de la pièce, le transformant en cendres fumantes, une telle corruption, était ce possible ? L'autre Kakuu semblait encore plus effrayé par ce nouvel aspect, qu'est ce que c'était que ça ? Comme si il lisait dans ses pensées, Muzai s'approcha dans un sourire et avança vers ses adversaires, en même temps que tous ses propres aspects.

Je suppose que nous sommes dans ton antre et que tu es les fameux pouvoirs que Kakuu craint tellement. Oh pas que tu lui fasses peur avec tes capacités, mais plutôt que tu puisse le contrôler l'effraie. Je me présente, je suis Muzai, le Maître de ta charmante proie. Les personnes que tu vois là sont Yami et sa charmante épée, mon aspect noir, Karuta et ses cartes, aussi surnommé joueur, mon aspect blanc et Daraku, mes pouvoirs sous leur aspect corruption. Mugen ne pourra malheureusement pas venir, j'ai trop besoin de lui à l'intérieur de moi pour pouvoir te remettre à ta place...et il ne peut pas se matérialiser en même temps que Daraku, c'est dommage, toujours pratique des illusions. Je te gardes le meilleur pour la fin, ne t'en fais pas. Daraku ?

Les pouvoirs ne sont jamais domptés par le mage, ils sont en symbiose avec lui, tel un yin et un yang, tu devrais pourtant le savoir insecte. C'est valable dans les deux sens, tu ne le soumettras pas, tu devrais être le royaume de ton prince, pas sa destruction ! Restes à ta place, tu ne vaux pas mieux que tous ces mages répugnant ne comprenant pas la nature même de la magie ! Prince, j'y vais !

Fais toi plaisir Daraku, vous autre aussi bien entendu. Kakuu, observes bien, ce que chaque partie de ton être peut faire, quand tu apprends à n'en négliger aucune. Tes pouvoirs que tu crains tellement seront ton allié le plus puissant, quand tu auras appris à les connaître et ne pas les craindre.

La voix de celui que Muzai nommait Daraku était effrayante, on aurait juré que l'appelle de la mort parvenait jusqu'à nos oreilles. Daraku...corruption, voila ce qu'était le pouvoir que le mage noir ne pouvait pas encore matérialiser physiquement, mais dans un combat mental, c'était autre chose. Sa simple présence avait détruit le billard en un tas de cendres fumantes, sa simple voix suffisait à fissurer le sol de la salle, au final c'était le prince des ténèbres et ses pouvoirs, contre les pouvoirs de Kakuu. Inéquitable ? Sans aucun doute, mais après tout, le mage noir n'était pas dans l'esprit de la panthère pour demander gentiment à ses pouvoirs de s'allier avec le jeune homme blond, mais pour les remettre à leur place immédiatement. Si le jeune Atsuya n'avait encore jamais vu de combat mentaux, il serait aux premières loges dorénavant. Les pouvoirs du jeune homme possédaient la capacités de fondre les choses, mais qu'en est il dans un affrontement entre esprit ? Là où la seule limite est la puissance mentale ? Le petit désavantage de la chose, était que la panthère ne pourrait pas utiliser ses pouvoirs avant un moment, un petit inconvénient des affrontement mentaux, mais si la volonté que Muzai voyait dans ses yeux était aussi puissante qu'elle y paraissait, il surmonterait cet obstacle bien plus rapidement que ce qu'on pouvait penser.

La lame de l'épée sombre fendit les airs, chaque mouvement était semblable à un hurlement, cri de la lame, douleur ? Non elle avait faim, elle voulait transpercer la chair de son ennemi, en l’occurrence, l'aspect de la mère de Kakuu. La lame fondit immédiatement sous la main de l'aspect, mais étrangement cela ne sembla pas affecter plus que cela celui qui se nommait Yami. Sautant à la gorge de la jeune femme, il lui arracha l'oreille avec les dents, sous un hurlement de douleur et se saisit de son épée à nouveau. Se reconstruisant sous le regard horrifié de l'aspect dans sa main, détruire de l'esprit ? Il fallait un sacré mental ou une sacrée puissance pour cela...Il décapita l'aspect et la démembra, puis embrocha chacun de ses organes avec la lame qui semblait pousser des soupires de plaisir, le sang l'appelait. Yami ou l'enfant des ténèbres, ce qui faisait de Muzai un mage noir venait de remplir sa part, il aurait bien voulu continuer ainsi un carnage, mais il devait se contenter des restes. Prenant la tête par les cheveux, il mit sa propre tête en arrière et ouvrit la bouche, laissant sa langue en avant. Le sang dégoulina de la tête décapitée qu'il tenait et alla directement sur la langue de Yami, un véritable cocktail de plaisir, un plaisir sanglant et bien rouge. Inutile de se demander maintenant d'où venait le gout pour le sang de Muzai, tout s'expliquait en un instant. Si il manquait un peu de stock dans la peinture de Waya et Kakuu, ce n'était pas pour rien non plus. Un mystère de résolu ? Bravo, encore une victoire pour canard !

Un sourire amusé, enfantin, mais particulièrement effrayant, cela devait être de famille aussi, l'aspect du joueur, l'aspect blanc, celui que Muzai nommait Karuta livrait un féroce duel avec l'aspect représentant Waya. Si le roi panthère pouvait jouer avec son esprit pour créer des armes, les pouvoirs de Kakuu n'en restaient pas moins inactifs, combinant la capacité de tir de Waya avec les capacités de Kakuu, une flèche faisant fondre les os ? Voila une idée à retenir, si un jour ces deux là pouvaient combiner leurs pouvoirs, cela ferait des ravages. L'avantage de cet aspect enfantin, était que Karuta était très rapide et bougeait donc avec facilités, envoyant ses cartes sur chaque flèche, neutralisant ainsi cette dernière en même temps que la carte qu'il envoyait. Il ne pouvait pas approcher, mais au moins il n'était pas touché. Il riait, d'un air enfantin certes, mais son sourire malsain finissait tout de même pas inquiéter l'aspect de Waya, c'était surprenant pour un pouvoir faisant que Kakuu se retrouve sans émotions. Tirant à chaque fois une carte pour ses actions, il tomba une fois de plus sur le joker, deuxième fois que ça lui arrivait, peut être faudrait il qu'il se dise qu'au poker on n'utilise pas ce genre de carte ! Hurlant tout excité le mot "changement", il bondit de côté et roula sur le sol, en même temps que Daraku qui glissait sur le sol. Frappe sur la main, signe habituel des combattants pour passer la main à un autre, Karuta se retrouva devant l'aspect de Kakuu et sauta sur lui en lui envoyant un violent coup de tête, le faisant reculer. Il jeta ses cartes en l'air et envoya un violent coup de pied dans...les bijoux de famille de l'aspect, visiblement la douleur physique ou mentale était pareille. Récupérant ses cartes, il le regarda plié en deux d'un air innocent, puis d'un mouvement de la main, lui arracha un oeil, le trouvant magnifique et...le goba. Puis il vint derrière le jeune homme en souriant toujours autant, puis fit faire un tour complet à sa tête, laissant le corps tomber sur le sol, avant de lui arracher l'autre oeil, tout content. Karuta avait joué sur la peur, si Kakuu ne la connaissait pas, ce n'était pas le cas de ses pouvoirs.

Daraku était vraiment effrayant, sa vitesse était impressionnante et surtout les vagues d'énergies noires qu'il lançait étaient stupéfiantes. Inutile de lancer des flèches, elles finissaient en cendre et comment diable voulez vous pouvoir faire fondre de l'énergie et à ce stade aussi corrompu. Là ce n'était plus Waya qui attaquait, il courait, évitant de peu à chaque fois de finir plongé dans les vagues noires que lançait ce pouvoir. Une magie oubliée ? Sans doute, mais ce n'était pas une simple magie oubliée que possédait Muzai...c'était une véritable entité ayant sa propre puissance. Voila donc le potentiel du jeune maître ? Pas surprenant qu'il soit un ancien membre de Shadow's Circle alors...Pas le temps de penser, il n'y avait plus la moindre vague, mais l'énergie bien accrochée dans la main de Daraku. Bon sang, c'était quoi cette vitesse ? De plus, tout semblait se fissurer à son approche. Le vrai Muzai quant à lui, observait avec un léger sourire la scène, un combat mental entre deux pouvoirs, il se demandait ce que ça donnerait dans le passé, il n'était vraiment pas déçu. La main de Daraku se plaça sur le visage de Waya et toute l'énergie se relâcha, brûlant lentement tout le corps du jeune homme dans un hurlement de douleur, inutile de faire quoi que ce soit, c'était trop tard. L'aspect du si narcissique Waya, se ventant de sa beauté, n'était plus rien d'autre qu'un homme calciné qui finit par tomber en cendres fumantes à son tour, tout comme le billard un peu plus tôt. Mort des aspects, cela vous a semblé simple ? Cela ne l'était pas. Muzai devait utiliser force mentale et magie pour un tel résultat, ne pensez pas qu'il est victorieux, le coût pour de telles choses est terrible...

Le sang des aspect s'enfonça dans le sol, puis l'autre Kakuu ressortit par une porte bien dissimulée, la salle était en morceaux, une ruine, néanmoins les pouvoirs de la panthère applaudirent la prestation du maître de la guilde. Sans dire un mot il disparut et sembla en fait se téléporter dans le dos de Muzai, sous le regard...amusé des aspects du mage noir ? Incompréhensible, totalement illogique, son esprit était il torturé à ce point ? Avait il perdu totalement la raison pour que les parties de lui même ne fasse rien ? Affichant un sourire sadique, Muzai murmura une simple phrase, juste au bon moment visiblement.

Daraku ? Mugen ? Libération de Souzoku.

Daraku fonça sur Muzai avec son énergie et le lui planta droit dans le coeur, tandis que la main démoniaque du jeune homme se planta dans son crane et lui arracha l'oeil gauche juste après. La blessure sur le coeur dégoulina, tout comme celle sur le crane, couvrant totalement Muzai de sang et arrêta de stupeur l'aspect de Kakuu, c'était quoi encore ce truc ? Muzai sembla d'un seul coup avoir une forme différente, depuis quand ses cheveux avaient cette forme, un sourire qui n'était pas le sien, un oeil vide qui s'illuminait de rouge, une canne noire qui était en fait une canne épée. Un sceau gigantesque apparut sur tout le corps du jeune homme, bien qu'entièrement recouvert de sang, puis la canne épée coupa net le corps de l'aspect qui disparut en fumée, bien que se reconstruisant juste après. Reculant, il était terrifié, tandis que Muzai reprenait sa véritable forme, mais avait l'air totalement épuisé. Parlant d'une voix faible, il expliqua en riant ce qui venait de se passer.

Tu as voulu me tuer lâchement n'est ce pas ? Ce que tu viens de voir ? Ce n'était autre que le sort qu'on m'a implanté et ce sang noir qui est bien entendu aussi implanté. En combat, cela ne me sert qu'à communiquer avec une certaine personne et dissimuler mon aura, mais dans un affrontement mentaux de pouvoirs, tu n'avais pas la moindre chance. Te voila sans défense, tout à fait remis à ta place et prêt à écouter. Les gars, je vais pas tenir longtemps...

Tous les aspects du mage noir vinrent subitement sur lui et furent comme aspirés, le jeune maître de guilde manqua de peu de tomber, mais il devait encore tenir, afin que Kakuu puisse régler cette histoire une bonne fois pour toute.

Va affronter ton pouvoir, il aura assez de force pour combattre, mais pas pour te dompter. Tu dois vaincre pour avoir son respect et par la suite apprend à le connaître, sans lui tu ne peux vivre, tout comme c'est le cas dans l'autre sens. Tu feras une dernière chose après cet affrontement, afin de boucler la boucle, mais nous en reparlerons à notre retour...Ne perds pas trop de temps non plus, ma force mentale est devenue très limitée...







Thème of Muzai

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Invité--☁

Invité
Click ♥
MessageSujet: Re: Retour et Bavardage? [Pv: Muzai Ryuuketsu]   Mer 21 Sep - 22:11

-Pathétique ! Tu es pathétique ! Meurs, oui crève...Là je t'aimerais, disparait et tu auras tout mon amour...Ikakuu!

Tel était les mots prononcés par ma vieille amie... Une vielle amie hein ? Ou une tendre ennemie ? Je ne sais pas, je ne sais plus et elle se fait toujours plus présente en moi... Elle me dévore à grands pas, suis-je un jouet ? Une marionnette ? Une pièce d'échiquier ? Puis-je seulement l'ignorer alors qu'elle m'a permis de survivre jusqu'ici ? Ma tête semble exploser, j'ai mal, sortez-moi de là je vous en pris... J'ai la tête baissée, les yeux clos pour résorber un peu la douleur, les mains sur mon visage, NON je ne pleure pas ! Vous y avez cru hein ? C'est pas parce que je suis perdu au possible avec la tête comme une cocotte minute que je vais lâcher une seule larme !

Doucement je sens une main se poser sur mon épaule et une autre passer sous mon menton, je retire mes mains de mon visage de prince et ouvre les yeux, pour voir... Les yeux de Muzai. Attention, cerveau ralentit, le temps que l'information monte...BORDEL il me fait QUOI là ! Il a cru quoi que j'étais un mec facile ? Boooon calme toi Kakuu, inspire, expire et garde ton calme, oui c'est ça : rester sereine sera la meilleure chose à faire. Muzai je ne savais pas ça de toi ! Tu m'en apprends des choses dit donc, je savais pas qu'on ''soignait'' les possesseurs de magies oubliées en copulant avec...Ola un instant, pourquoi on est plus dans le bureau sombre du roi des panthères ? Pourquoi y'a un billard ? Une lumière tamisée ? Non...Ne me dites pas que, nous sommes de retour dans cet endroit que je déteste tant, cet endroit de mon subconscient où ma magie...Me ridiculise...Bah quoi oui je suis nul au billard...De plus vous n'avez pas de chance, je suis mauvais perdant.

Il scrute la pièce avant que son regard ne tombe sur mon... Frère jumeau dirons-nous, non mais vous imaginez deux Kakuu, se serait le pied... Je plaisante ! Bande de rabas-joies ! Il s'agit là de la forme que prend ma magie, ignare en plus ! Scrutant mon « moi » je lançais un regard plus ou moins perplexe à Muzai, pourquoi nous avoir amenés ici. Oui Bug, erreur système, plantage total, j'espère qu'il ne veut pas...Non ne me dite pas que, qu'il va la combattre.

Sa peau se grise faisant reculer mon double. Pas pour longtemps apparemment puisqu'il commence à rire, se flouttant comme un écran en bug informatique, pour se diviser en trois personnes différentes. Tiens ce coup-là il me l'avait jamais fait, prendre mon apparence passe encore, mais voilà, qu'en plus de prendre ma forme il pique aussi celle de Waya, je vois déjà le narcissique vingt-quatre heures sur vingt-quatre, alors si en plus il s'incruste dans mon inconscient, bah je suis pas dans la mouise... Mon regard passe de moi à la forme de Waya, puis cette femme que je ne connais pas, elle a un regard tendre, presque maternel je dirais...Mais qui est elle ? Une victime ? Une femme des écoles de Mulfass ? Une amante... Je ne sais pas, son visage ne me revient pas, mais j'ai comme l'impression de la connaitre. Muzai ricane et claque des doigts une seconde fois. Des flaques de sang apparaissent de je ne sais où et trois personnes prennent forme un homme à la peau grise, un autre aux allures de gamin, les cheveux blancs et les yeux d'un violet rieur et le dernier avait les yeux jaunes, la peau grise et des vêtements aristocratiques, tien comme la famille ducale de Mulfass, comment elle s'appelle déjà...Raaah je ne sais plus, faut dire que pour le peu de fois ou je les ai vus... La seule chose que j'ai pu remarquer c'est l'effet macabre qu'elle rejette. Bref tout ça pour dire que la dernière personne était habillée en aristocrate avec un chapeau haut de forme.

Muzai ouvrit enfin la bouche, faisant teinter une voix douce, presque suave. Faire les présentations, quel politesse ! Et ce que je craignais se révèle juste, il va l'affronter, lui faire comprendre qu'elle doit rester à sa place, compagne de voyage, aide précieuse, je ne peux vivre sans elle comme elle ne peut vivre sans moi... Le prénommé Daraku prend alors la parole. Ce qu'il dit est vrai, je ne dois pas me faire détruire par cette vieille amie. Je suis un prince ! Il l'a dit ! Avoué ! Huum je me perds... Le roi panthère reprend la parole, donne le droit à une des entêtées qu'il peut y aller, aller faire quoi au juste ? Mystère. Puis il me lance une oeillade alors que je me retiens de bailler, mon mal de crane est toujours présent, comme un lendemain de cuite ou le jour ou me suis réveillé dans la chambre à Waya après avoir passé une nuit tor...Non ça c'est privé ça ne vous regarde pas bande de pervers ! Vous avez failli m'avoir, même héhé, je suis bien plus puissant que vous à ce jeu-là ! Je sors de mes pensées et l'écoute avec attention. Ses mots résonant comme un écho là où on m'a toujours dit que je devais les dominer, tel un maitre un roi, il me dit d'apprendre à les connaitre, comme sur un pied d'égalité ?

Je n'ai pas le temps de réfléchir que les combats commencent et s'enchaînent, la forme magique de la femme meurt la première, peureuse, effrayé. Ma magie peut-elle aussi avoir peur? Décapitée, démembrée, dans des cris de terreur, de souffrance, la personnalité nommée Yami ce saisis de la tête et ouvre la bouche en mettant la tête en arrière pour récolter le sang suintant du cou. Spectacle macabre, il en aurait dégouté plus d'un, si je n'en avais pas l'habitude, l'armée, mon comportement en lui-même, c'est pas avec un truc aussi ridicule que je vais reculer. Mon regard bascule sur la seconde personnalité de ma magie, soit, celle ayant pris la forme de Waya, tien il attaque lui, j'en suis d'ailleurs légèrement choqué, je n'aurais jamais pensé à coupler ma magie à celle de Waya, faut dire que je m'en prends assez comme ça des flèches pour en plus m'en servir comme arme, maiiiiis je dois avouer que c'est pas bête comme idée, c'est à garder sous le coude, le jour ou il voudra bien m'écouter sans penser à sa petite personne le narcissique ! Subitement, le gamin cria un mot et passa la main au dénommé Daraku, geste d'échange de la main et un sourire malsain né sur ses lèvres, il se jette sur...Moi et donne des coups de poing, de pieds, là où, bah là où ça fait mal, j'en ai mal pour lui d'ailleurs... Puis il le finit de manière assez gore, comme le premier finalement, en plus sympathique dirons-nous. Mon regard passa sur le dernier combat et surement le plus effrayant, le plus beau, le plus jouissif aussi, combien de fois j'ai rêvé de faire ça à son beau visage, sentir son corps fondre alors que je le tiens contre moi, son coeur à l'air libre, battant entre mes doigts, puis PAF, un coup de langue sur l'organe et mordu à pleine dent, il n'y a que dans ces moment-là que je me sens vivant, quand je prends mon pied à voir ma victime souffrir.

Ma force, mes sentiments, celui que j'aurais dû être, tout y est, comme un miroir, un reflet. Elle est moi comme je suis elle, je ne peux le renier. Un claquement de porte se fait entendre et mon reflet, mon homologue entre dans la pièce en frappant des mains. Heureux ? Joyeux ? Je ne serais le dire, je ne fais que mimer moi, je ne connais pas toutes ses émotions, ses sentiments. Il disparait, comme par magie et réapparait derrière le boss, ses amis ricane, sourient de façon malsaine, mauvais signe pour ma magie. J'en ai presque mal pour elle. Ce fut trop rapide bien trop rapide, mais était-ce une forme aristocratique ? Je ne sais pas, Au mot prononcé il avait coupé l'apparence de ma magie. Était-elle encore en état au moins ? Longue tirade du roi des panthères, il est clair qu'elle n'avait aucune chance.

Je n'eus pas le temps de réfléchir, Muzai manquer de tomber sous l'aspiration de ses personnalités, si je ne me trompe pas. Réflexe de ma part, me poster derrière pour le rattraper au cas où...Mais apparemment, ça allait. Quatre ans hein ? Petit menteur, tu ne serais pas dans cet état s'il te restait quatre ans, ça non. Il faudra qu'on en parle d'ailleurs ! Comment oses-tu me mentir. Je le regarde du coin de l'oeil en l'écoutant. C'est à mon tour main. La miss réapparait sous une forme qui n'est pas la mienne. Elle me ressemble pourtant, avec des années en plus...Bizarre. Je pose une main sur l'épaule du roi, de mon roi un air sérieux sur le visage.

- Economise-toi, je vais tenter de faire ça proprement et rapidement, merci de ton aide Muzai...

Je le laisse et avance en face de mon reflet, c'est à moi maintenant, je me suis trop reposé sur Muzai, il faut aussi que je me bouge, c'est mon problème à la base pas le sien. Puis je suis un prince, si je ne sauve pas à la rescousse de mes sujets qui le fera ? J'inspire et expire avant de planter mon regard dans le sien, hautain, princier. Saleté, le prince ici c'est MOI, toi t'es mon fou, mon bouffon, mais aussi mon confident... Il s'élance, moi de même, dans l'élan il m'attrape le col et me plaque au sol, me lâchant comme si c'était une victoire...Crève, je me relève et dans des gestes coordonnés nous tentons de mettre un coup à l'autre, mais ma méthode de combat est la sienne... Je tente plus ou moins de parer ses coups, mon mal de crane est toujours présent et ma vue est légèrement brouillée...à mince ! J'ai pas pu l'éviter celui-là, superbe croché du droit, pile sur ma mâchoire, j'ose pas vous le montrer, mais...Ca fait un mal de chien quand même ! il ricane, fière de lui alors que je me redresse pour lui rendre ses coups. Il esquive avec une aisance déconcertante. Fini de jouer j'en ai marre, changement de méthode, ce masque m'énerve autant lâcher la bête, celui que je suis devenu par SA faute.

Mon regard devient fou, psychopathe et le combat reprend sans cérémonie, les coups pleuvent, les bleus afflux, crochet du droit par-ci, coup de pied par là, je ne compte plus combien de coup j'ai pu recevoir et donné, mais les salves reprennent et je m'élance une nouvelle fois à la force de mes poings pour ne serais-ce qu'espérer pouvoir lui donner un coup ou deux de plus, nous fatiguons, non elle fatigue ! Mes coups se font plus précis, atteignent les points non pas vitaux, mais important, les faiblesses que je nous connais.

S'en suis des coups, des esquive et des ricanements de ma pars, je suis illogique, mais il n'y a que cela qui marche, alors qu'à bout de force le moment fatidique approche, je brandis mon poing dans son joli minois par l'assommer quelques secondes puis mon genoux vint à l'encontre de son estomac. Comme prévu il se baisse sous le choc du coup. J'attrape sa gorge au passage et le renverse au sol sans délicatesse, la tête la première, m'asseyant sur son ventre au passage je tiens ses poignets, d'une main, avec une pogne ferme, trop même, car j'entends un crack significatif... n'y prenant garde je sors une lame et l'appuis sur sa gorge, légèrement essoufflé. Elle grimace de douleur alors que j'appuis un peu plus la lame un sourire malsain aux lèvres, un sourire dément. Mais sa voix m'arrête :

- C'est comme ça que je t'aime mon prince. Brave garçon je me soumets à toi Ikakuu, mais ne fait pas les erreurs de t'es prédécesseur et n'oublie pas... Ce ne m'empêchera pas d'essayer plusieurs fois de faire de toi ma belle petite marionnette...A plus tard, ton maitre ma pas mal amoché.

Sur ces mots elle avait disparu et je me retrouvais au sol, enserrant des bras dans le vide, une lame appuyée sur le sol. Avait-elle dit qu'elle m'aimait ? Second bug de la journée, décidément... Je tourne la tête vers Muzai légèrement perdu, ma tête tambourine encore, je vais devoir m'y faire je pense. Je me relève et me poste en face de lui, un sourire, de comédien, accroché aux lèvres, un sourire que je voulais rassurant. Doucement je lui fais poser une main sur mon épaule et fixe son regard, comme à l'entrée dirons nous.

-Relâche toi, on peut rentrer à la maison maintenant, le reste c'est à moi de le faire, tu en à déjà fait beaucoup pour moi, petit frère.

Puis le trou noir, je reprends comme conscience avec... Une sacrée gueule de bois, Muz' tu me le payeras crois moi ! Il est ou d'ailleurs le Muz' en question, je tourne la tête à droite, puis à gauche avant d'entendre un toussement et comme une giclée de sang. Il est en face de moi, chancelant, mal en point. Et mer...credi. Réflexe d'urgence, lui attraper le bras pour éviter qu'il ne tombe à la renverse et le faire asseoir sur le canapé de la pièce. Second réflexe, lui coller un mouchoir contre la bouche pour qu'il évite de tout salir, bah oui les tâches de sang c'est dur à faire partir. Je souffle légèrement, accroupit devant lui, quoi on dirait un couple, non mais faut arrêter d'aller taper dans les réserves de champignon magique d'un PDG des grands vilains, ça commence à devenir flippant la ! Je souffle une nouvelle fois, il s'en fout peut être mais ça m'inquiète, ce n'est pas normal, pas du tout même. Doucement je me relève en croisant les bras.

-C'est pas beau de mentir petit frère. Sincèrement il te reste combien de temps ? Tu me feras pas gober une seconde fois qu'il te reste quatre ans, ou alors tu confonds les mois et les années. Si tu te sais condamné pourquoi avoir usé de t'es capacités pour m'aider...Ouai pourquoi m'avoir aidé ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
☁--Muzai Ryuuketsu--☁




Masculin
Messages : 640
Jewels : 114359
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 27

Localisation : Dans un coin de démence



Tuer ? C'est bien beau, mais autant le faire avec style.
Click ♥
MessageSujet: Re: Retour et Bavardage? [Pv: Muzai Ryuuketsu]   Jeu 13 Oct - 15:45

Tout n'est que question de volonté, de volonté et de choix, Muzai n'avait pour l'instant pas fait les bons. Il se sacrifiait pour sa guilde en attendant paisiblement la mort, ce n'était pas ce qu'on attendait d'un roi, on désirait qu'il se batte pour les autres et pour lui même, qu'il survive. Le mage noir s'en doutait mais n'avait jamais vu la moindre reconnaissance, le moindre remerciement de la part de ses membres, pourtant ce qu'il avait fait n'était pas rien. Hell Frost, la crainte que Black Panther inspirait, les mises en échec des troupes du conseil, l'esprit familial de la guilde, les règles, la mentalité, tout cela n'avait été fait que grâce à lui et son désir de famille noire. Jadis, la guilde n'était que destruction et ne vivait que pour éradiquer les guildes blanches, noir détruisant blanc, pitoyable, pathétique, futile et grotesque ! C'était si simpliste, enfantin, une vision coincée dans l'endoctrinement, rien n'était noir ou blanc. Muzai tuait, mais n'éliminait que des personnes sous contrats ou dangereuses, c'était sa justice, tuer, une justice plus radicale que celle des politiciens du conseil influencés par les nobles et aucun moyen de récidive. Au final, ce n'était pas un mage noir, mais bien un mage gris. Et Black Panther avait accueillit de nombreux mages sombres que le maître de guilde avait toujours guidé dans l'ombre pour leur rappeler qu'ils étaient humains et non des machines à tuer. Un peu ironique de la part d'un humain ayant une part démoniaque n'est ce pas ? Un mystère de plus à résoudre, mais ce qui compte n'est pas la race, ni notre enfance, ni nos proches, ce sont nos actes et pourquoi nous les faisons. Cependant, oui cependant, cette fois ci, le jeune homme eut enfin un air soulagé apparaissant dans ses yeux corrompus par l'obscurité. Kakuu venait de passer sa main sur son épaule, un simple geste, une simple phrase, mais ayant son importance majeur pourtant. Confirmant qu'il avait compris d'un mouvement simple de la tête, le roi panthère regarda celui se prenant pour un prince commencer le combat en même temps que son pouvoir. Maintenant Atsuya, maintenant montre moi ce que tu vaux, c'était les pensées du jeune homme, Kakuu ignorant que non seulement ce combat mental changerait à jamais sa vie pour ce qui concernait son pouvoir, mais également son destin au sein de la guilde. Lui qui voulait tellement être prince, il allait sans doute pouvoir le devenir.

Début des hostilités, les deux êtres commencèrent l'affrontement, Kakuu étant dés le départ désavantagés par ses douleurs, il ne tarda pas à se faire mettre au tapis par son pouvoir, en allait il en rester là ? Muzai l'observait, l'analysais sous les moindres coutures, montres moi ta forces, c'était ce qu'il désirait. Se relevant, Kakuu se releva rapidement, son adversaire l'avait sous estimé, amusant. Sourire se dessinant sur les lèvres du maître de guilde, il voyait la détermination de la panthère dans ses yeux, mais aussi le pouvoir. Affrontement inégal, les phases suivantes étaient très proches, après tout ils étaient exactement les mêmes, son pouvoir réussit même à le toucher. Finalement le jeune homme se lâcha, folie, douce sensation dans le regard, intéressant, très intéressant, le roi panthère se délectait de ce spectacle. Non pas de voir deux Kakuu bande d'accro au Yaoi ! Mais simplement de voir enfin ce masque futile tomber et son intelligence au combat se révéler. Il est lui, donc il doit connaître par coeur ses faiblesses après tout, c'était ce qui le différenciait de Muzai, ses pouvoirs étant totalement différents. Finalement le moment décisif arriva, bruits d'os se cassant, paroles de son pouvoir tant attendues arrachant un sourire satisfait sur les lèvres du démon, finalement sa prise de risque n'était pas inutile. Il était temps pour eux de partir, enfin...il n'en pouvait plus, cessant immédiatement son pouvoir, tandis que ses yeux redeviennent à la normale, la catastrophe habituelle se produisit.

Chancelant, sur le point de tomber, aucune chose pour s'accrocher et crachant comme à son habitude du sang, le jeune homme tourna de l'oeil et tomba en arrière. Sombrer encore une fois dans d'avantages de ténèbres ? Non pas cette fois, Kakuu fut derrière lui...non pas pour ça bande de pervers ! Foutez le camps de mon récit bande d'accrocs ! Le posant tranquillement sur le canapé, puis essuyant le sang via un mouchoir, Muzai aurait bien fixé le jeune homme avec un regard choqué, mais même cela il n'en avait plus la force. Lui faisant ensuite un sermon sur son mensonge, il avait deviné qu'il était beaucoup plus limité qu'à quelques mois, visiblement le roi panthère avait bien choisi son second, même si il se demandait la tête que ferait Kakuu en l'apprenant. Soupirant, puis parlant d'une voix bien éteinte, limite au bord de la mort, ce qui n'allait pas pour rassurer la panthère il est vrai, mais inutile de mentir maintenant.

Cette guilde...n'est pas celle du vieux. J'ai forgé cet esprit, cette famille...je refuse de voir quelqu'un avec ton potentiel se détruire, c'est pour ça que je t'ai aidé. Non...il ne me reste que très peu de temps, le compte à rebours a commencé, un mois, quelques semaines, quelques jours, je ne sais pas...Je n'en ai plus pour très longtemps, mais je commence à avoir assez d'attendre tranquillement ma mort, je vais sans doute devoir mettre la guilde dans une position difficile en faisant un choix...Et pour cela j'aurais aussi besoin d'aide, de quelqu'un pour m'épauler, quelqu'un de confiance...un second. Et dans cette optique, je vous ai tous observés, en détails...sauf un. Toi Kakuu, petit crétin à l'égo princier, toujours un sombre abruti cachant sa vraie nature sous un masque, tu es presque aussi lamentable que moi pour cela. Mais je t'ai enfin vu, en même temps j'ai pu t'aider et je suis fier d'avoir pu sauver un membre de cette famille noire qui est malheureusement très pauvre. Sais tu qu'un prince est le fils du roi, donc d'une certaine manière celui qui le seconde dans sa tâche pour le pouvoir. Toi qui voulais tant être prince, accepteras tu d'être mon second dans cette guilde ? Kakuu Atsuya, seras tu le prince des panthères ? La décision t'appartient...

Crachant encore du sang, il se laissa aller contre ce fauteuil en soupirant, tant de chose à voir, tant de choses à faire, mais tellement plus à craindre...Agir était néanmoins primordial et il se devait de faire tout son possible pour survivre jusque là, après tout, il n'était pas surnommé le démon pour rien. Quitte à se damner véritablement pour sauver ceux qu'il aime et éliminer ceux qui l'ont fait souffrir...il accomplirait ses objectifs...Peu de temps, très peu de temps...







Thème of Muzai

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Muzai Ryuuketsu--☁




Masculin
Messages : 640
Jewels : 114359
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 27

Localisation : Dans un coin de démence



Tuer ? C'est bien beau, mais autant le faire avec style.
Click ♥
MessageSujet: Re: Retour et Bavardage? [Pv: Muzai Ryuuketsu]   Ven 11 Nov - 6:31

Rp abandonné suite au départ de Kakuu.







Thème of Muzai

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☁--Contenu sponsorisé--☁


Click ♥
MessageSujet: Re: Retour et Bavardage? [Pv: Muzai Ryuuketsu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour et Bavardage? [Pv: Muzai Ryuuketsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hell Frost Palace-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit