Forum RPG Fairy Tail - 20 Lignes ( soit 360 mots ) Minimum demandées - Bon Roleplayers exigés
 

Partagez | 
 

 Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
☁--Muzai Ryuuketsu--☁




Masculin
Messages : 640
Jewels : 107719
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 26

Localisation : Dans un coin de démence



Tuer ? C'est bien beau, mais autant le faire avec style.
Click ♥
MessageSujet: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   Dim 21 Aoû - 23:28

HJ : Désolé c'est vraiment nul TT

Il y avait des jours comme ça, on ne comprenait vraiment pas pourquoi on faisait le travail de mage. Bien que Muzai soit Maître de guilde, il devait tout de même assurer les missions, c'est pas comme si depuis son nettoyage des groupies, transformé en simple flaque de sang, la guilde était un peu vide...mais c'était tout comme. Il faut dire qu'il ne savait pas comment son ancien maître avait pu laisser une telle chose se produire sans réagir, une mise à l'épreuve pour tester ses nerfs quand il lui aurait passé les commandes sans aucun doute. Il avait passé le plus clair de son temps de la journée d'hier à voir défiler dans son bureau, dans le coeur d'Hell Frost Palace, ce que l'univers avait engendré de plus inutile. Et le pire c'est que ces...otaries sans doute vu leur façon de rire, pensaient avoir une chance dans le monde brutal et dangereux dans lequel la guilde évoluait. Il faut dire que chaque membre était un criminel et pas des plus petits, c'est pourquoi sortir était extrêmement dangereux pour chaque panthère. Muzai Ryuuketsu, coeur des panthères, n'échappait bien entendu pas à cette règle, chez lui c'était même pire, vu qu'il était en permanence pourchassé par le Conseil des mages, mais peu de personnes étaient au courant de ce...détail. Mais voila, sans le savoir pourquoi, il recevait une lettre, non pas un formulaire de mission, mais une lettre lui demandant de venir régler un problème de la plus haute urgence dans la forêt des morts, celle où on ne ressort jamais, du moins en théorie. Grosse récompense à la clé, mais pas de détail, le faire venir ici puait le piège, mais ce n'était pas lui qui avait été attiré ici...c'était son autre personnalité, celle qui était impatiente de jouer...le joueur justement. Pourquoi autant d'excitation ? Il sentait de la rivalité, une rivalité enfin à sa mesure et son instinct de joueur...tricheur au passage...ne se trompait jamais. Bientôt il ferait surface...

1 heure plus tard

Un énorme sourire se dessinait sur les lèvres du jeune homme, un regard totalement démentiel, une dague dans une main, un paquet de cartes de poker dans l'autre, il dansait, la plus belle danse de la vie, la danse de la mort. Le sang giclait encore et encore, il continuait, même lorsque son adversaire tombait, le suppliait, coups après coups, mutilations morbides après mutilations morbides, le tout dans un énorme sourire. Tant que l'as ne sortirait pas, il s'acharnerait sur ces jeunes assassins ayant voulu l'éliminer, même si ils agonisaient, même si ils étaient déjà morts, il s'en fichait éperdument, ce n'était pas lui qui dictait les règles, mais les cartes. Pas de joker, aucune tricherie, dites vous que leur destin était visiblement de le rencontrer. Certes, vu leur esprit tactique, ils auraient pu mettre en difficulté la première personnalité de Muzai, vu qu'ils auraient sans doute essayés de comprendre sa stratégie, sa logique et prévoir ses actions. Mais tout cela était bien entendu futile face au joueur, aucune logique, aucune stratégie, tout n'était que hasard, folie, plaisir du combat. Il en voulait d'avantage, ce n'était certainement pas les chiens du Conseil qui l'avait fait venir ici, il voulait son véritable adversaire, le joueur ennemi qui l'avait fait venir en ces lieux particulièrement inspirant pour l'art de faire un bain de sang parfait.

Youhou ? Alors mon grand tu te décides enfin à sortir ? Des petits trous, des petits trous ♪

Il sauta a pied joint sur la tête d'un des assassins qu'il avait attaqué, explosant carrément son crane, vu son poids et l'élan fourni, se faisant une fois de plus recouvrir de sang. Il tomba ensuite en riant sur le ventre d'un autre cadavre et planta sa dague de part en part en chantant. La même chanson qu'il avait commencé à chanter il y a peu de temps. Il prit ensuite le mort par les cheveux et commença à faire un brin de conversation avec lui.

Dis moi mon ami, pourquoi le ciel n'est il pas rouge ? Bon tu vas répondre oui ?!

Le joueur releva la tête du mort et le frappa sur le sol, ceci à plusieurs reprises, recommençant jusqu'à ce qu'il ne ressemble plus à rien, puis s'amusa à mutiler son corps, épluchant la peau telle un pelage de pomme de terre, jonglant avec les yeux ou encore mettant dans un coin tous les orteils et les doigts, tentant de jouer aux osselets, mais c'était pas un franc succès. Finalement il remarqua qu'il était couvert de sang et que les bouts de peau étaient un peu partout, il avait assez patienté !
Mais rien ne changea, personne n'était présent...

1 heure plus tard

Muzai avait reprit le contrôle, du moins sa première personnalité en tout cas, elle en avait finalement eu marre d'attendre que son adversaire ou contact pointe le bout de son nez. Vous vous imaginerez sans doute que lorsque la première personnalité ou personnalité dominante du jeune homme refit surface, elle fut épouvantée par ce qu'elle était en train de voir. Mais ce ne fut absolument pas le cas, Muzai observa la situation avec un désintérêt et repris sa balade en forêt, vu qu'il n'avait que ça à faire...Il venait de faire une boucherie, il avait de la chair un peu partout sur le corps, une belle teinture rouge sang, car totalement recouvert, mais il marchait simplement, comme si rien ne s'était passé, allait il enfin faire un truc intéressant dans cette fichue journée...







Thème of Muzai

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 71800
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   Mar 23 Aoû - 11:02

Fonder un nouvel organisme criminel n'était pas une mince à faire. Il y avait pas mal de logistique malgré ce que l'on pouvait imaginer. Il fallait aussi de la pub, graisser quelques pattes pour se faire desservir en mission intéressantes mais le plus couteux et harassant était sans aucun doute de rénover le bâtiment dans lequel la guilde des Bone Collectors avait élu domicile. Certaines poutres se barraient en couille par endroit, les meubles eux aussi avaient morflés que ce soit à cause du temps, de l'humidité, des insectes ou des cinglés habitant sur place et se molestant joyeusement à longueur de journée. On avait besoin de bois chez les Bone Collectors, et kefka voulait un trône pour sa salle de réunion flambant neuve. Mais il ne voulait pas n'importe quel bout de bois! Ça non. Il voulait quelque chose ayant du cachet, de l'histoire. Une matière avec une certaine aura bien sinistre convenant à ses attentes. C'était pas le genre de chose que l'on trouvait aisément dans le commerce, vendre des morceaux d'arbres provenant d'endroit sinistre ou ayant servi à accomplir des pendaisons n'était pas bien vu de nos jours après tout. Il n'y avait qu'une seule solution, aller chercher soit même de quoi remplir les quotas qu'il s'était fixé. Après il s'agissait de la déco de SA guilde, seul son avis comptait là-dessus. De toute façon il était actuellement celui possédant les pouvoirs les plus propres à trancher du bois pour un usage industriel, ou du moins le seul qui ne bâclerait pas le travail pour rentrer aussi vite que possible.

Alors où pouvait il bien aller avec sa charrette pour satisfaire cette envie soudaine et incommensurable? Les coins pourris ou les anciens champ de bataille c'était pas ce qu'il y avait de plus dur à trouver mais tout ça c'était des trucs de tafiole. Il voulait du lourd, du grand du majestueux. Un truc que personne d'autre n'osait utiliser d'un endroit que tout le monde reconnaissait comme étant maudit. La foret des morts, que demander de mieux? C'est vrai que selon la rumeur personne ne revenait vivant de ce lieu tristement célèbre, mais cette montée d'adrénaline que ressentait Kefka en se rapprochant de la zone le conforta encore plus dans son avis. Il lui fallait du bois de cette foret! De toute façon la malédiction ne s'appliquait qu'aux humains et non aux monstres alors pourquoi s'en faire avec de telles broutilles? Allez c'était l'heure de jouer au bucheron....Une fois que Kefka eu mis son froc bien entendu. Allez hop, on enfile l'uniforme de timbré international travaillant parmi une troupe d'artistes effectuant leurs représentations sous un chapiteau, on embarque quelques bêtes de somme pour tirer la "charette"qui ressemblait plus à un plateau utilisé de nos jours pour transporter des morceaux de baraques. Un convoi exceptionnel en résumé, mais sans chargement pour l'instant. Ah le casse croute! Très important ça! Quoi d'autres? Des pièges à loup? On sait jamais ça peut servir, surtout des bestioles inconnues ou amusantes peuplent cette fameuse étendue d'arbres. Les peaux de bête, les os, les cornes, les dents ou certains appendices spécifiques pouvaient rapporter un gros paquet après tout. Alors, une carte, une boussole et très important les deux moitiés de noix de coco!

Une poignée d'heure plus tard

Bah purée il n'était pas déçu le Kefka, regardez moi ça! C'était juste magnifique, lui qui avait revu ses espérances à la baisse se rendait désormais compte qu'il venait de tomber sur la parfaite représentation de ce qu'il recherchait. Son désir passager allait être satisfait et pas qu'un peu. Il y avait même un œil sanglant qui venait d'atterrir à ses pieds. On shoot de dans comme s'il s'agissait d'une balle de softball et on s'engouffre dans la foret parmi ces arbres que l'on dirait tout droit sortit des vieux croquis de Burton. Non mais sans rire, vous avez déjà vu un arbre avec des semblants de visages humains d'incrusté dans l'écorce? Bon c'est vrai qu'il était possible d'incruster ce genre de motif dans l'un de ces édifices chlorophylliens en jouant sur les phénomènes de cicatrisation mais n'empêche que ça donnait. Rajoutez à cela des paires d'innombrables yeux jaunes à vous observer de loin ainsi que des corbeaux à attendre patiemment que vous ne calanchiez et vous aurez le parfait représentant de ces merveilleux endroits que sont les bois maudits. Il en aurait presque jubiler notre Kefkounet, il se sentait chez lui dans cette ambiance morbide. A mesure qu'il ne s'enfonçait là dedans l'atmosphère se fit de plus en plus sombre et épaisse. Un fin brouillard se leva alors que la bouche pâteuse de Kefka lui indiquait qu'un incendie avait fait quelques victimes animales dans le coin. Il tomba ainsi sur plusieurs carcasses fumantes d'animaux de petite taille, ça sentait le bacon grillé tiens. De qui donner faim à Kefka qui vint arracher une des pattes des bestioles bien cuites avant d'en enfourner une bouchée dans sa bouche. Succulent! Ah si seulement il avait su de quoi provenait ce morceau de bidoche, il en aurait direct commander pour en faire passer à la broche lors de son retour. Ça par contre il savait de quelle espèce il s'agissait.

Un humain, ici, à se planquer derrière un arbre comme une pleureuse. Il avait un collant bien moulant pour un simple péquenot de passage ou une âme s'étant perdue dans le coin. Peut-être avait il besoin qu'on lui indique le chemin de la sortie? Et bien qu'il aille se faire mettre, non mais c'était pas une agence touristique la carriole de Kefka. Surtout que là, d'eux deux pour le moment c'était lui qui semblait le plus perturbé. Blanc comme une asperge, l'œil humide et tremblotant on aurait dit qu'il venait de voir le grand cornu en personne chez les damnés. Dans ce cas il allait bien gentiment retourner les voir, et prompto! Même pas besoin de magie pour déglinguer un abrutit de dos trop con pour remarquer qu'on lui plante un cimeterre dans le dos ou pour voir l'engin ressortir par son sternum. Hop là, ni vu ni connu. On fait les poches du mec au passage, autant rentabiliser la chose. Alors voyons cela: du pognon, des documents, des lettres. Blablabla, ça racontait pas grand chose d'intéressant juste que ce mec devait être le chef d'une escouade de mercenaires venus péter la rondelle d'un mage à la con. Bouarf, comme si Kefka en avait quoi que ce soit à faire de ce genre de détails, sauf si on l'avait payé pour accomplir ce job en particulier bien entendu. Il était temps de se remettre en route, les arbres du coin avaient certes du cacher mais l'ami au maquillage clownesque désirait d'abord vérifier s'il n'y avait point d'ouvrage de meilleur taille et qualité plus en avant dans les bois. Laissant le corps sans vie derrière lui tout en embarquant les possessions du pauvre bougre il sentit une odeut bien familière au loin. Une odeur qu'il venait de disperser dans l'air lui aussi il y avait peu de temps. Ça sentait le sang, et pas qu'un peu.

Il y avait de la barbaque fraiche un peu partout, peut-être que le globe oculaire de tout à l'heure venait de là? Possible si un corbaque ou une hirondelle africaine l'avait embarqué. Quel carnage tout de même, les bombes ça laisse des traces mais quel genre de créature pouvait être à l'origine d'un tel dégradé de couleur? Kefka devait le découvrir, ne serait-ce que pour lui serrer la main s'il s'agissait d'un humanoïde. Quand on côtoie un travail si bien accomplit et respirant la passion des choses bien faites autant complimenter l'homme qui est à l'origine. Oubliant quelques instants sa quête de l'arbre parfait, Kefka partit donc sur les traces de ce mystérieux inconnu en suivant les traces de pas sanglantes sur le sol. Bon déjà c'était certain maintenant qu'on avait affaire à un truc vaguement humain au pire. La piste était très fraiche qui plus est, suffirait d'une bonne grosse dizaine de minute pour rattraper le mec. Allez Hue cocotte! On a un psychopathe à saluer. Tiens on voyait déjà la silhouette du gus au loin. Allez c'est partie pour l'entrée en scène mémorable, où sont passées ces noix de coco? Ah les voici! Donc on prend les deux moitiés, on les frappe les une comme les autres et on fait semblant de chevaucher un pur sang au galop. C'est parti, montre leur ta maîtrise du sujet Kefka! Passant sous le nez du quidam couvert de sang au rythme le plus faible et lent possible, Kefka finit par stopper son engin juste aux pieds de l'étranger. Puis d'une voix majestueuse et sûre, Kefka se présenta.

"Oh, jolie maquillage à moins que vous ne désiriez vous camoufler dans un charnier? Pas mal du tout en tout cas, j'aime beaucoup. Je suis Kefka, Palazzo Kefka. A qui ais-je affaire?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Muzai Ryuuketsu--☁




Masculin
Messages : 640
Jewels : 107719
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 26

Localisation : Dans un coin de démence



Tuer ? C'est bien beau, mais autant le faire avec style.
Click ♥
MessageSujet: Re: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   Mer 24 Aoû - 14:13

Des arbres, des arbres et encore des arbres ! Il n'y avait que cela dans cette maudite forêt ? Si on excepte les mercenaires, bien entendu. Il ne comprenait même pas pourquoi il avait prit la peine de venir, même pas une question d'argent, la note du teinturier pour son habit couvert de sang lui coûterait plus cher que la récompense promise pour cette mission bidon. Sans doute sa seconde personnalité qui avait envie de vraiment se lâcher, depuis le temps qu'elle en rêvait...et il faut dire que Muzai en lui même avait ce genre de rêve également. Trouver quelqu'un qui puisse se mesurer à lui, tous les adversaires croisés ne duraient pas longtemps ou ne lui faisaient que de rares blessures. Il avait affronté de nombreux agents officieux du Conseil des mages, mais la seule blessure qu'il avait la plupart du temps était des coupures sur les bras ou de légères brûlures disparaissant avec le temps. Étant un être...vaguement humain, il avait aussi un métabolisme assez particulier, donc pour lui créer de réelles blessures lui restant à vie, il fallait y aller. Une seule personne avait réussie jusqu'à aujourd'hui, son propre père, laissant une marque noire sur tout le long de son torse. C'était ça son principal problème, entre son cristal noir incrusté dans sa main gauche, bien qu'il semble simplement en faire partie, et sa blessure sur le torse, le jeune homme n'était vraiment pas discret. Cela ne concernait bien entendu pas une seule seconde le physique, bien que cela n'aidait en rien, mais surtout les sensations qu'il provoquait aux autres. Bien qu'il soit l'un des rares mages ne faisant pas partie de la tristement célèbre guilde Shadow's Circle...ou plutôt un ancien membre et que par ce fait, il pouvait cacher totalement son aura, la nature de son cristal et de sa blessure, faisait qu'il sentait la magie noire en toute circonstance. Pour un être ne pouvant pas sentir la magie, il ne sentait qu'un profond malaise, une peur qu'il ne pouvait contrôler, même les plus courageux, sans savoir pourquoi. Mais concernant les mages ou ceux qui ressentaient la nature même de la magie, c'était une autre histoire. Muzai était un véritable fléau en matière d'énergie magique noire, ceux qui ne possédant pas un coeur bien accroché étant souvent pris de nausées ou de vertige. Bien entendu...les mages noirs adoraient en majorité une telle corruption, la qualifiant de sublime, bien que Muzai, lui, restait totalement indifférent. C'était cette combinaison avec ce cristal, n'étant apparu en même temps que son étrange bras gauche, qui força le jeune homme a abandonner sa couverture dans une guilde blanche, cela et le cadavre d'un membre de cette même guilde bien entendu. Tout était arrivé si vite, le jour de ses dix sept ans, une mission...et "lui". Repenser à ce sourire, ces cheveux blancs, ce haut de forme, ces yeux passant au rouge...rien qu'en revoyant la scène, il en avait des sueurs froides. Un combat impossible à gagner, il avait détruit l'ancien cristal, endormi et ne servant à rien, sur la main, puis un nouveau s'était formé, celui là ne semblant pas destructible. L'avait il fait en sachant ce qui se produirait par la suite ? C'était bien lui qui s'était arrangé pour qu'il ait ses pouvoirs, alors pourquoi pas prévoir ce réveil brutal...

Le petit inconvénient avec ce "réveil" c'est que sa seconde personnalité, jadis enfantine, devint encore pire que lorsqu'il était dans son état "normal". Avant, il pensait comme un gosse attardé, courant après des loups pour leur faire des câlins, ne sachant rien faire d'autre que de parler des papillons et pensait que tout le monde était gentil et beau...Il va sans dire que le changement fut pour le moins radical. Bon, il faut dire aussi que le réveil était surtout en rapport avec sa troisième personnalité...enfin, Muzai dit qu'il s'agit simplement de ses pouvoirs prenant le contrôle ou lui parlant, mais beaucoup pensent qu'il s'agit d'une troisième personnalité, vu l'animal, ce ne serait même pas surprenant. Cette dernière combattit la seconde personnalité dans un affrontement mental, dans l'esprit torturé du jeune homme. Ce qu'il en ressorti de cet affrontement ? Une personnalité encore pire qu'avant, le gosse était devenu "Le Joueur", un psychopathe bourré d'orgueil et de fierté, ne vivant qu'à travers le poker, le jeu, la rivalité et la compétition. Chaque action étant dictée par son paquet de carte, comment juger son ennemi, son mode de combat, les attaques qu'il faisait, tout était dirigé par les cartes, mais on se demandait si ce n'était que du hasard...après tout le joueur était un tricheur professionnel. Et maintenant le plus gros problème rencontré, était que cette fichue personnalité faisait de plus en plus souvent son apparition et ne faisait pas dans le détail. Ce fut donc naturellement, que lorsque la question fut posée par un étrange individu, qu'il commença à refaire son apparition...

Passant ses mains sur son visage, Muzai tenta désespérément de garder le contrôle, mais il n'avait jamais réussi un tel exploit et donc ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. La seule chose qui était réalisable étant de s'arrêter au dernier moment, juste avant de faire quelque chose que le mage noir trouvait d'inacceptable, mais comme éliminer, torturer, mutiler un mercenaire ne faisait pas partie de la liste rouge des atrocités à ne pas commettre...Inutile de dire que les bains de sang risquaient de durer un sacré petit moment. Il trembla de tout son être, serrant les dents, ne voulant pas que cela recommence, sinon son habit allait être vraiment irrécupérable au lavage...ben quoi ? Vous croyez quand même pas que c'était car il avait pas envie de faire mal à son interlocuteur ? Le serrement de ses dents disparut, laissant la place à un sourire malsain, ses mains descendirent de son visage et allèrent sortir le fameux paquet de cartes. Retirant le ruban qui maintenait les cartes ensemble, il fit passer les cartes de sa main droite à sa fameuse main gauche, cette dernière, bien que totalement noire et ayant des griffes de la même couleur, d'une dizaine de centimètre, n’abîma pas une seule seconde les cartes et les refit passer à sa voisine. Mélangeant ensuite le paquet de carte, il continuait de tourner le dos au nouvel arrivant, un manque total de respect ? Non, il devait juste déterminer quel genre d'adversaire les cartes voulaient qu'il soit avant toute chose. Il sortit une carte du paquet et la fixa en ouvrant grand les yeux. C'était la première fois que ça lui arrivait, bon signe, très bon signe, il allait s'amuser, oh oui !

Il éclata d'un rire totalement démentiel, se tournant lentement vers son futur adversaire, on pouvait clairement la voir, la folie dans son regard. Il riait aux éclats, un amusement sans limites, un adversaire à la mesure de ses attentes, ce n'était peut être que le hasard, mais il faisait confiance aux cartes, le hasard des cartes à jouer ne mentait jamais selon lui, contrairement aux hommes.

Hu hu, Palazzo Kefka le joker, je suis ravis de te rencontrer ! Oh mais vraiment ! Mais mon maquillage manque de profondeur, trop de faiblesse !

Il lui montra la carte qu'il tenait entre les deux griffes noires de sa main gauche, un joker. Le dessin était entièrement rouge, dessiné avec du sang ? C'est une possibilité, connaissant le joueur, ce serait même plus que probable. Il posa ensuite le paquet sur le sol, ainsi que le joker sur le haut du paquet, très délicatement, comme si c'était une chose particulièrement fragile, pour la première fois...il ne se servirait pas de ses cartes pour lui dire quoi faire. Il se saisit d'une dague en la lançant vers le haut et l'attrapa dés qu'elle revint, puis s'entailla le front, juste au dessus de son oeil gauche, laissant le sang couler. Il lécha le sang qui était sur la dague, un regard plus que malsain s'offrant à Kefka, tandis que le sang, totalement noir, semblait comme animé. Il remonta vers la blessure et dessina une sorte d'étoile, puis redescendit, Muzai fermant la paupière, avant de continuer sa route jusque vers le cou, dessinant divers symboles, plus étranges et plus effrayants les uns que les autres. Plus il se corrompait lui même en acceptant ses pouvoirs, plus les symboles apparaissaient, de la magie noire...on ne pouvait plus en douter. Une fois ceci terminé, les marques présentes, les symboles visibles, le sang remonta jusqu'à l'oeil gauche et entra dans l'orbite brutalement. La morsure que se fit le jeune homme sur ses lèvres, indiqua clairement que ce n'était pas des plus agréables et vu les blessures qu'il s'infligeait...vaut mieux ne pas imaginer la douleur que cela provoquait. Tout l'oeil était noir, plus de blanc...plus rien. Mais quelques secondes plus tard, quelque chose en émergea, sauf que ce n'était plus l'oeil d'avant. Une forme reptilienne, jaune, tandis que le blanc, devenu noir, ne bougea pas et ne bougerait pas. Il cligna de l'oeil, puis au même moment, tout le corps du mage noir fut parcouru par une sorte de décharge d’électricité, on pouvait clairement voir des éclairs...bien que noirs...puis cela se stoppa. Son corps semblait moins résistant qu'avant cette décharge, il était totalement cinglé...il allait y passer c'était certain, mais il semblait totalement s'en ficher, seul le combat contre ce joker l'importait ou alors ce qu'il pourrait tirer de Kefka avant le combat. Souriant à nouveau de son air malsain, il se lécha les lèvres, il avait l'air totalement en transe...La folie, il n'y avait plus rien que cette pulsion ou émotion...c'était cela le joueur.

Un joker est imprévisible, alors le chaos s'emparera des évènement, le hasard laisse sa place...Bien le bonjour Kefka ! Je suis Muzai Ryuuketsu, on me nomme aussi le joueur. D'ailleurs, tu veux jouer avec moi ?

Son sourire devint de plus en plus démentiel, finalement...c'était pas une si mauvaise idée de s'être fait piéger par ces imbéciles de mercenaire. Reniflant son interlocuteur, même à cette distance, il reconnut immédiatement une odeur très familière. Cela lui provoqua un éclat de rire tout aussi démentiel que le sourire qu'il affichait il y a peu, il tombait du ciel ce joker ?

Oh ! Tu t'es chargé du dernier ? Très mauvais joueur, il a même pas daigné sortir le bout de son nez !







Thème of Muzai

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 71800
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   Mer 24 Aoû - 18:21

C'était quoi ce quidam? Un vrai allumé du casque particulièrement malsain et atteint. Son melon ne devait plus être en très bon état, c'était le genre de mec à s'éclater le tronche contre le mur et à s'astiquer le poireau tout en se scarifiant pour la gloire d'une obscure divinité païenne. Non mais regardez moi ces yeux de requin! On aurait dit qu'il était prêt à vous sauter à la gorge et à se repaitre de votre sang, chose qu'il avait dû faire plus tôt dans la journée si on se fiait à l'état de sa personne d'ailleurs. Couvert de sang de la tête au pied le gars, et c'était pas du liquide bovin qu'utilisent certaines personnes pour rentrer à fond dans leurs tripes gothiques. Il avait même du jus de haricot humain qui lui dégoulinait le long de la joue! Comment avait il fait son coup? Il y a certaine choses qu'il ne vaut mieux pas essayer de savoir, sauf si vous êtes une sorte de clown psychopathe narcissique et nihiliste avide de destruction appréciant justement ce genre de spectacle. Noix de coco toujours en main, dans une pose grandiose avec le torse bien bombé, il finit par balancer les engins à l'arrière de sa carriole suivant leur chute du regard. Joli ricochet, pas mal du tout. C'était pratique pour feindre une chevauchée épique et se donner un air complètement débile, décalé et intriguant en publique. L'illusion était presque parfaite par moment, on n'est un pro de ce genre de choses où on ne l'est pas. Et oui la maîtrise du maniement de deux moitiés de noix de coco, ou d'un crane coupé en deux pour les plus riches, faisant partie intégrante des choses nécessaires et connues par tout bon leader affublé d'une santé mentale précaire. Ça et une connaissance complète des us et coutumes des Hirondelles à travers le monde. Ce savoir universel était sien bien entendu, il lui arrivait même de mixer les deux disciplines dans de longs, mais non moins intéressants, essais sur l'évolution future de ces chers volatiles ainsi que l'influence du transport de Noix de Coco dans leurs migration et vie de couple. Essais disponible en trois exemplaires à la boutique de souvenirs des Bone Collectors, à droite avant la sortie. Et il n'était pas le seul dans la guilde, ou ses connaissances, à posséder une telle fascination pour les ovipares à plume. Prenez ce doc cintré qui rafistole officieusement l'équipe de bras cassé à moitiés déglingué que Kefka a sous ses ordres, son cabinet ainsi que sa salle d'opérations son remplis de pigeon qui vous roucoulent dans les oreilles à longueur de journée. C'est en partie à cause de cette lubie, des grosses lacunes d'ordres sanitaires et de ses interventions...musclées disons le franchement que ledit docteur fut radié de l'ordre des médecins. Bon c'est vrai qu'il avait aussi oublier à plusieurs reprises de remettre certains morceaux de ses patients à l'endroit et que deux de ses piafs fétiches, Archimède et Aristote, furent retrouvé dans la cage thoracique de ses clients à 7 reprises. Costauds les piafs quand même. Klauss qu'il s'appelle ce mec je crois, un poil cintré et doté d'un rire singulier mais personne ne manie mieux la scie à os que cette personne. Il manie aussi un peu la magie je crois, il fait partie des personne que Kefka désire le plus engager, ne serait-ce que pour partager sa "coconut mania" et sa passion pour hirondelles.

Blague à part, les piafs venaient de se barrer. Sans rire, tout à l'heure l'endroit regorgeait de corbeaux et là plus rien! Pourtant vu la quantité de viande froide à dégouliner du grand roux, à moins que ce ne soit là encore à cause du sang, ça aurait dû les intéresser. Ils avaient pris peur ou quoi? Possible, après tout on avait devant nous un grand malade sans doute animé d'une folie à peine concevable pour un esprit cartésien ou tout simplement équilibré. Bien entendu Kefka lui pouvait tout à fait imaginer une telle personne, sans le moindre effort même, mais il ne pouvait s'empêcher d'être un peu déçu. Il s'attendait vraiment à mieux, ce gamin ressemblait trop à certains de ses souffre douleurs pour éveiller l'intérêt du clown outre mesure. Bien entendu il y avait l'œuvre l'œuvre qu'il avait dû laisser un peu plus loin, mais c'était insuffisant. Il ne faut pas qu'agir comme un dément, il faut en avoir l'air! Être au delà de la normalité ça se mérite et ça demande de l'investissement. Espérons au moins qu'il puisse amuser Kefka plus qu'une ridicule poignée de minutes. Un peu comme cette pitoyable excuse d'être pensant de tout à l'heure auquel le clown avait fait le plus grand des honneurs en mettant un terme à son existence futile, vide de sens et aussi intéressante que la vie d'une araignée écrasée sur la page des sports du journal local. Bien entendu la vie du bellâtre écarlate, tout à fait dans le style d'homme qu'aimerais Beelzebub dans son lit au passage, devait être autrement plus intéressante et enrichissante que celle de l'autre abrutit couard de tout à l'heure. Allez, soyons sympa et accordons lui plus de deux minutes d'intérêt avant d'aller voir ailleurs. Oh? Cet inconnu allait il gâcher le peu de temps à sa disposition en étant constipé sous le poids de la folie/connerie/bouffonnerie de Kefka? On savait que le chef des Bone Collectors faisait chier le monde, mais de là à passer d'une métaphore élégante à une action physique concrète sur la tuyauterie d'autrui il y avait un monde. Mais le doute subsistait quand à l'état des intestins, ou du reste du tueur, tant cette histoire puait du cul. Pas au sens propre bien entendu, quoique avec toute cette charogne et ce fumet vaseux...Non je parlais de ses dents! Vous avez déjà vu un mec serrer autant des dents sans qu'une grosse arnaque ne soit derrière ou qu'il ne lâche un gros paquet dans la cuvette? Perso je miserais sur la roquette intersidérale. Après ce n'est que mon avis. Et voilà que Kefka faisait une remarque.

"Allez pousse mon grand, je suis sûr que tu vas l'expulser ce poids qui pèse d'entre tes fesse. Par contre ne vas pas me balancer ton machin démoulé à la tronche comme le macaque que tu dois sans aucun doute être." Dit alors Kefka avec un sérieux digne du flegme British

Il venait de desserrer les dents, le gros bébé avait-il lâcher sa bombe puante? J'espère qu'il avait des couches pares-balles. Regardez! Il sortait même du PQ, première fois que je vois un malade mental couler un bronze en publique. Oops, il s'agissait de cartes me semble-t-il. Vous me direz on peut très bien se torcher avec un paquet de ces machins mais bons, il y avait plus doux et efficace. En tout cas il tira une carte du jeu, d'une main assez chelou je dois dire. Kefka fixa quelques instants le membre, penchant la tête sur le côté alors qu'il ne plissait les yeux d'un air dubitatif. C'était quoi encore ce truc? Il avait passé sa main droite dans le feu et ne connaissait pas les limes ou coupes-ongles? Étrangement Kefka était un peu jaloux de cette main dont l'apparence se rapprochait de ce genre de petite choses qu'il appréciait tant. C'était décidé, il allait tenter les rajouts! Bon, le temps passait et Kefka commençait franchement à se faire chier, l'autre gus faisait sa petite tambouille dans son coin il fut donc tout naturel de voir le clown faire de même durant la longue attente qui s'en suivit. Se curant l'oreille gauche du bout du petit doigt et le nez de l'index, il expulsa une crotte de nez d'une petite pichenette droit sur le dos à découvert de l'étrange larron tout en continuant de faire le ménage dans son oreille. Vla autre chose, le taré s'en donnait à cœur joie en se marrant comme le dément qu'il était. Jolie les vocalises, manquait un peu de fond mais sur la forme rien à redire. Dans le regard aussi il y avait pas mal d'idée, c'était pas encore parfait là non mais on ne peut pas tout avoir. Parole dénuée de sens ou réelle logique, ouais il commençait à avoir du cachet ce saligaud. Il titillait un peu la curiosité de Kefka à présent. Par contre la suite...Notre héros aux couleur chatoyantes n'aimait pas ce genre de scarifications, aussi stylées, sanglantes et poétiques soient elles. Quel intérêt y avait il à se faire du mal à soit même quand on avait le reste du monde sous la main? Vraiment là Kefka ne pigeait pas l'intérêt d'une telle perte de temps pour un effet pseudo effrayant sensé faire bouffer ses couilles à son adversaire dans l'espoir de calmer l'effroi instauré dans son esprit, chose qui blasait complètement l'homme au maquillage blanc, rouge et pourpre.Toujours à explorer son oreille, lèvre inférieure proéminente pour manifester son état d'esprit on ne peut plus oisif et emmerdé par un tel manque de savoir vivre. Bon il avait bientôt finit son manège? Il lui avait offert une petite extension mais fallait pas exagérer. Kefka en avait assez, sa patience était arrivée à terme et ça bouillonnait dans sa petite tête. Il écouta à peine l'autre déchet, se présentant sou divers noms tels que le "Joueur" ou Muzai, lui envoyant une bombe maison alors que son speech n'était pas encore tout à fait terminé.

"Si t'as envie de jouer et taper vas y mon grand, traine pas en longueur et te touches pas devant l'adversaire avant de bouger ton énorme postérieur puant."


Et voilà le travail, Kefka extirpa enfin son doigt de son oreilles essuyant contre l'arbre le plus proche le machin jaunâtre qui y était appliqué. Notre héros se tenait donc là, arborant une pose victorieuse digne d'un super héros de Super Sentai comme le légendaire Bioman alors que la détonation n'avait laissé son petit effet dramatique sur la zone. Une posture de protecteur de la justice pour un malade des explosifs, de la mort et de la destruction. L'autre aussi devait bien aimer ce genre de détails mais bon quand on est si lent du melon faut pas s'étonner lors du retour de bâton. Enfin, Kefka faisait toujours gaffe à son cul. On n'est jamais trop prudent. Il se tenait prêt à balancer une nouvelle de ses bombinettes ou à coller son pied dans les burnes du mec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Muzai Ryuuketsu--☁




Masculin
Messages : 640
Jewels : 107719
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 26

Localisation : Dans un coin de démence



Tuer ? C'est bien beau, mais autant le faire avec style.
Click ♥
MessageSujet: Re: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   Ven 16 Sep - 18:12

Mains sur le sol, sang dégoulinant de sa bouche, le jeune homme ne s'y attendait pas, vraiment pas. Un pouvoir permettant de créer des explosions ? Pourquoi n'était il pas entré dans son esprit ? Peut être car il s'amusait trop ou plutôt que sa personnalité s'amusait trop dans cet état. Si il avait réussi à comprendre les capacités de son adversaire dés le début, le combat n'aurait jamais été aussi amusant après tout. Muzai perdait du sang, mais ce n'était pas de la douleur que l'on voyait sur son visage, malgré le fait qu'il soit baissé et regardait le sol ou plutôt le sang qui coulait. Toujours aussi noir, son liquide vital se répandait rapidement, faisant encore plus élargir son sourire, devenant vraiment malsain. On ne se demandait plus si dans cet état il avait ne serait ce qu'une simple cellule saine, on ne cherchait plus, le joueur était ainsi, totalement démentiel. Le mage noir se releva avec difficulté en riant de plus belle et fixant le clown droit dans les yeux, oeils grands ouverts, ce n'était pas un requin, c'était...indescriptible. Folie ? Sans doute, en fait il ne suffisait pas vraiment de chercher plus loin.

Souffrance, blessures et douleurs, voila ce que Kefka venait de lui faire subir, le démon prenait littéralement son pied ! Avançant vers lui, sans dire un seul mot, simplement en riant, sa démarche faisait plus penser à quelqu'un totalement défoncer aux supra champi magiques qu'a quelqu'un de sombre. Il n'avait pas montré la moindre douleur, la moindre faiblesse, n'avait même pas insulté le clown. Muzai n'avait pas non plus évité l'attaque ou tenté de se protéger, chose que toute personne normale aurait fait. Le mage s'était contenté d'ouvrir grand les bras, affichant un énorme sourire et avait pris l'attaque de plein fouet. L'explosion l'avait fait voler sur plusieurs mètres, puis fait s'écrouler sur le sol, mais la seule chose qui avait suivit n'était pas des hurlements de douleurs, mais des rires, encore et encore et encore et...encore. Avait il encaissé ? Sans doute, bien que les dégâts avaient été violents, il pouvait encore se mouvoir et cela malgré la douleur. Les dégâts n'avaient pas été repoussés ou absorbés, ils avaient juste donner un plaisir et une folie incomparable au joueur, cela ne le rendait qu'encore plus instable. Bien entendu, quand il reprendra son état normal...enfin, habituel dirons nous, la souffrance reviendra en un coup et le jeune homme ne sera vraiment pas au mieux. Mais pour l'instant, le jeu commençait, il ne fallait pas y participer, mais le gagner. Par contre, en bon joueur, il fallait féliciter un adversaire pour avoir réussi à lui faire couler son sang, sensation exquise ! Faisant un tour sur lui même, il fit une révérence au clown et éclata de rire, tout en l'applaudissant. Dansons, dansons, laissez vous emporter dans cette douce mélodie, venez swinguer avec nous dans la démence !

Superbe ! Grandiose ! Je n'ai rien vu venir ! Fais moi goutter une fois encore à cette sensation exquise ! Cet appel de la mort, cette étreinte lugubre et ô combien agréable !

Ceux qui disaient que dans cet état, le mage noir avait quelques cases en moins ne faisaient que mentir, il n'y a que les mauvaises langues qui disaient cela ! Non ce n'était pas les cases qui manquaient, mais l'échiquier ou le damier selon les préférences, on est loin du compte. A une telle distance, provoquer une explosion risquait fort de toucher les deux Maîtres de guilde, était ce calculé ou simplement de la folie pure et dure ? Vaut mieux pencher sur la seconde option. Faisant tournoyer ses deux dagues entre ses mains, il savourait chaque instant dans un immense éclat de rire, bougeant les dagues comme des baguettes d'un chef d'orchestre, quel était ce son ? Les bruits de ses propres battement de coeur tout simplement, inutile de tenter de comprendre son raisonnement, Kefka lui avait proposé de le cogner, le démon n'allait vraiment pas refuser une telle offre. Mais les préliminaires étaient si importants, il fallait faire durer le plaisir après tout ! Jamais le joueur ne sentirait la peur chez un adversaire pareil, mais pour une fois, il allait pouvoir prendre carrément son pied, jouir de chaque instant de douleur, sentir son sang s'échapper de son corps, le voir se répandre par terre, respirer son odeur corrompue, mais que demander d'autre ? Du Nutella ? Ah c'est une possibilité !

Se mordant la lèvre à sang en imaginant le liquide vital des deux mages noirs couler à flot, Muzai se jeta sur le clown, un coup de dague manquant de peu de trancher la gorge de Kefka, c'est qu'il avait des réflexes notre ami joueur de noix de coco, de la répartie, du répondant et des réflexes ! Idéal pour un combat à mort se déroulant sous aucune autre règle que le chaos, le hasard, l'impartialité et bien entendu les compétences des deux combattants. Il jubilait, des mouvements totalement imprévisibles, ce n'était que danse folle et délirante, rien n'était pareil. Changeant de main sa dague, prenant deux dagues, les envoyant par terre pour prendre son épée et trancher dans le vif du sujet, rien ne se ressemblait et définir une stratégie adaptée contre cet être semblait être beaucoup plus dur que prévu. Dés que le clown prenait de la distance, Muzai fonçait sur lui tête baissée, inutile de tenter de le ralentir par la douleur, cette tactique ne ferait qu'encore plus le motiver. Un mouvement de main de la part de Kefka et le psychopathe risquait d'envoyer ses dagues en plein sur lui, la seule question qui se posait était la suivante, pourquoi cet échappé de l'asile n'utilisait même pas ses pouvoirs ? Son oeil avait beau être activé, il ne s'en était pas du tout servi, contrairement à Kefka...Gardait t'il des forces pour plus tard, ne combattait il pas sérieusement ou était il totalement illogique dans ses actions ? Malheureusement...c'était surtout la dernière option...







Thème of Muzai

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 71800
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   Lun 19 Sep - 20:58

Qu'est-ce que c'était que ce numéro? Il en avait vu des cintrés dans sa vie notre Kefkounet, des mecs plus ou moins cohérent et allumé du bocal dignes de la camisole mais aujourd'hui il venait de tomber sur un très gros morceau. Un seul qualificatif lui vint alors pour qualifier ce qu'il venait de voir: Masochisme. Il fallait l'être un peu pour se prendre une bombe de face avec le sourire sans même chercher à esquiver. Enfin, au moins ça faisait désormais plus de bouffe pour les charognards du coins. Quelles nobles créatures, si utiles et si performante dans l'accomplissement de leur macabre besogne. D'ailleurs les corbeaux n'avaient pas attendu la mort prématurée de ce coco magnifique pour s'intéresser à son cas, normal avec toute cette viande froide et ce sang sur ses épaules ainsi que le reste de son corps plutôt bien battit. Ils allaient avoir de quoi se repaitre les pauvre petits, ils avaient la peau sur les os ces corbacs ça faisait presque peine à voir. Quoique, c'était normal que ça bouge autant derrière cet écran de fumée? On entendait du sang heurter le sol par petits accoues. Et puis cette respiration, lente, intense. Merde il était encore vivant ce con! Son corps en mauvais état était désormais visible aux yeux d'un Kefka éberlué devant tant de magnificence. Quel être amusant! Quel taré résistant, pire qu'un cafard. Heureusement qu'il savait comment se débarrasser de ce genre de cloporte, il lui préparerait une bombe insecticide adaptée en temps et en heure. Et le voici qui le fixait en faisait les gros yeux maintenant, il voulait prendre le clown en bouche ou quoi? Pas que Kefka soit contre, à vrai il s'en battait les steaks, mais c'était pas un peu prématuré? Et les préliminaires alors?

Oula, vla le morceau qui rentrait encore plus dans son trip meurtrier alors que du sang noir comme du goudron ne coulait de partout sur sa trogne. Résistant le gus, très étonnant. Assez pour titiller l'intérêt du maître de guilde qui se demandait jusqu'où ce compatriote de la folie pourrait tenir. En fait un seul détail agaçait Kefka au plus haut point concernant cette future poupée vaudou. Son putain de rire qui était un clair simulacre du sien et qui empêchait le clown de placer son propre rire maniaque de façon cohérente et magistrale. En plus trop d'esclafade ça faisait redondant, ou alors ça se barrait en concert dissonant qui arrachait les oreilles du publiques ainsi que des investigateurs. "Pas de tierce par pitié!" se disait alors notre ami aux plumes dans les cheveux. Bon reprenons, il était donc là à se tenir debout comme le taré qu'il était son corps emprunt à de légère convulsion maniaques et incontrôlées lui donnant de larges airs de toxico en manque de dope depuis un mois. Il avait les bras encore grand ouvert, comme si le fait d'avoir donner un free hug à une bombe l'avait envoyer au septième ciel. On pouvait même entrapercevoir de la bave qui coulait du côté de sa bouche! Kefka pouvait comprendre ce genre de débordement émotionnel, mais il y avait des chambres pour ça voyons. Se prenant pour une ballerine il fit une révérence à un Kefka quasi blasé parce qu'il voyait, plus occupé à se curer sa seconde oreille que d'écouter les nouvelles paroles démentes de l'autre. C'était quoi déjà son nom? Boustifaille? Museau? Muzai? Ah oui Muzai! Quel nom stupide, ça manque de chaos et de baume au cœur tout ça! Pas la peine d'applaudir, les festivités n'avaient pas encore réellement commencées imbécile! Enfin, au moins tu parlais pas si mal que ça, t'avait du vocabulaire et de quoi rendre tout étrangement mélodieux mon Mumu.

"Yare, Yare. Quel genre d'idiot peux tu bien être pour laisser la folie contrôler ton esprit sans même chercher à la sublimer? Tu penses être un agent du chaos? Réveilles toi! Tu n'es qu'un Hooligan psychotique à peine capable de quelques lignes de prose! Regardes, admire et meurt..." dit il violemment avant de prendre un ton opposé, presque charmant et digne d'un gentleman de la haute société "...dans d'atroce souffrance que je t'administrerait par voix autre qu'orale dans un vaste éclat de rire et une lueur perverse à l'œil."

Ok, tanner un peu l'adversaire et le pourrir verbalement ça c'était fait. Bon, on s'étire un peu pour éviter de se froisser quelque chose bêtement, les règles de vie de ce genre ça a son importance. On le laisse faire mumuse avec ses machins pointus et on en profite pour sortir le cimeterre. Il avait pas mal de dextérité avec ces lames, ça se voyait qu'il avait l'habitude de tailler une bavette à même la chaire des humains. Le Muzai, cet étrange animal sauvage, jouait donc les majorettes avec ses amis tranchants dans une parade des plus amusante et séduisante aux Yeux de Kefka dont l'intérêt oscillait à chaque instant entre le "tu m'amuses" et le "Va te faire mettre". Lèvre inférieure prograde, yeux plissés et sourcil gauche relevé l'expression caricaturale de Kefka en était presque hilarante. Pris de cours, notre héros maléfique eut à peine le temps d'esquiver la lame de l'autre taré. Putain, c'était pas passé loin! Jaugeant la distance qui avait séparé sa gorge du coutelas, ce fut encore plus notable qu'il ne regardait le minuscule interstice dessiné par ses doigts. Oh merde! Oui il était vraiment mal barré avec telle expert de la filoche au corps à corps. Heureusement qu'il était assez vif d'esprit et expérimenté dans l'usage de l'épée pour dévier les lames de l'autre quand elles se ramenaient trop près d'un point vital. Il enchainait pas mal ses attaques, faisait varier les coups selon son bon plaisir le tout sans la moindre logique. Bloqué sur la défensive Kefka du encaisser quelques entailles ça et là pour tenir le rythme, tant bien que mal. Il lui fallait une stratégie de sortie et vite, quelque chose d'efficace. L'autre abruti sous amphétamines avait beau aimer la douleur, il venait de trouver de quoi lui donner le temps de prendre de la distance et se dissimuler. Allez hop! Il avait beau regarder les mains de Kefka, Muzai était essentiellement à l'affut de manipulation magiques, ce fut donc normal de ne pas le voir remarquer le sable que le clown venait de prendre entre ses mains alors qu'il ne venait de mettre un genou à terre sous l'impulsion de la dernière attaque du fou au sang de goudron. Un lancé en plein dans le mille alors qu'il ne se relevait et voilà, Kefka avait assez de marge pour s'éloigner un peu après avoir mis un taquet dans la tronche de son collègue à travers la maigre ouverture qu'il avait provoqué. Allez on se magne et on prend beaucoup de distance, et sans faire de bruit. Et surtout on reste derrière les arbres pour éviter de laisser apparaitre les couleurs flashy au grand jour.

Il avait de quoi prendre son temps désormais, de quoi pouvoir élaborer une stratégie assez efficace pour crever ce couillon magnifique. Le pif en direction du ciel, il apercevait un groupe de silhouette noire assombrir la voute céleste. Des corbacs, ils continuaient de tourner autour de la charogne locale convergeant tout en direction de la position de Muzai. Huhuuuuuuuuuuuuu, intéressant. Avec un peu de bol et un bout de tissu pas trop voyant...Oui, ça pouvait marcher. Continuant à surveiller de loin l'avancée de Muzai qui était à ses trousses, Kefka pris avec lui l'un de ces oiseaux au plumage noir, lui fermant le bec de force pour éviter de le laisser émettre le moindre bruit durant toute la durée de la manipulation qui consistait à attacher une des bombes à frag de Kefka à la patte du dit volatile. Le tout avec assez de couche de tissu pour camoufler l'éclat du projectile. L'éclat de lune était en place, prêt à rendre son violent jugement alors que le piaf ne prenait son envol, commençant à tournoyer dans le ciel. Tout était en place, il était temps. Sous l'impulsion d'un vaste cri moqueur ampli d'une harangue certaine, Kefka sortit de sa cachette courant directement en direction de Muzai, cimeterre à la main. Véloce et excité par l'accomplissement ainsi que la réussite potentielle de son plan, son sourire s'étendait de plus en plus sur son visage tel un cicatrice apposée à même sa peau dans un vaste délire qui avait mené à de tels scarifications. Usant de toute les forces et de toute sa concentration, il repéra la bestiole infernale assez facilement. D'un seul mouvement, prenant grand soin à soigner son timing, Kefka envoya son cimeterre au loin touchant le corbeau qui tomba raide mort aux pieds de son adversaire, alors que son colis ne se dévoilait. D'un claquement de doigt, la détonation s'exécuta dans un magnifique éclat rose, chaque fragment extrait de la méga bombe causant une nouvelle déflagration venant s'ajouter à l'ancienne. 6 explosions plus tard, un silence pesant s'instaura sur la zone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Muzai Ryuuketsu--☁




Masculin
Messages : 640
Jewels : 107719
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 26

Localisation : Dans un coin de démence



Tuer ? C'est bien beau, mais autant le faire avec style.
Click ♥
MessageSujet: Re: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   Lun 19 Sep - 22:44

Kefka, Kefka, c'était quoi son nom au clown déjà ? Pizza ? Plazia ? Paella ? Palace ? Palazzo ? Ah oui c'était bien ce nom de famille, non mais si il trouvait son prénom déjà horrible, le nom de son adversaire était carrément pas facile à retenir bon sang ! En tout cas, notre ami clownesque l'éclatait au plus haut point, faut dire que c'était valable dans les deux sens vu qu'il était d'un caractère carrément explosif le Kefka. De la répartie, encore et toujours, c'était dommage qu'il ne la garde pas quand le joueur tentait de tailler le saucisson, évitant ses lames de peu ou les parant. Non mais franchement, il sortait d'où ce clown de malheur ? Il avait jamais appris la base de la vie ? La terre est basse, le ciel est haut, seul le bar est au juste milieu ! Mais tous les mioches qui recevaient leur première camisole lors de leur baptême, vous savez, ce moment où le mec en blanc cherche la seringue car maman a trop bercé le petit enfant près de du vide ordure, savaient cette chose essentielle voyons ! Bon il y avait aussi le sport national qui consistait à se jeter sur les murs tous blancs pour rebondir dans les sympathiques chambres d'hôpital afin de jouer au ping pong, mais le joueur n'avait guère eu l'occasion de pratiquer, le tranchage de toubib était une occupation qui lui avait pris tout son temps malheureusement. Donc, concernant la règle de l'équilibre des forces naturelles, alias le bar qui régissait tout, Kefka ne semblait pas la connaître, c'était frustrant. Comment voulait il que Muzai passe à l'apéro, si il ne lui laissait même pas trancher le saucisson, c'était ignoble ! Du pur sadisme ! Vraiment il y a des gens qui ont aucun savoir vivre...heu savoir faire...rien savoir ? La marque du rasoir ? Non, c'était mauvais...fallait pas qu'il réfléchisse à une logique, dans cet état vaut mieux pas. Les cartes lui disaient quoi faire généralement, non mais là, le bon vieux coup de la panne. L'orientation sexuelle n'était pas cartophile, z'avaient fumée quoi aussi celles là ? Elles ce sont fait un pétard à la moquette en pensant que c'était du persan ? Lui sortir un joker, encore un coup du syndicat ! Minute...le syndicat des cartes, ça existait ? Aucune idée et si il se forme faut lui faire un accident dans les règles de l'art, vous imaginez si les cartes demandaient des pourcentages sur les parties de poker ? On pourrait même plus tricher tranquillement ! Enfin bon, notre cinglé adoré tentait tant bien que mal de découper la viande colorée et fuyante, allez un coup à l'endroit...un coup à l'envers...heu non ça c'est pour le tricot, le truc qu'il n'a jamais fait, lui c'était plutôt un membre à l'endroit, le reste à l'envers...donc on alterne, on tente de couper et surtout on oublie pas de fixer les mains du clown. Non il n'avait pas envie de parler à sa main, ni de s'en prendre une...quoique vu qu'il jouissait limite sur place l'animal, c'était à se demander. Il voulait bien faire attention aux bombes que le clown créait...bon en même temps si il créait une bombe et qu'il mettait sa gueule à dix centimètres, bonjour la gueule de bois, un minimum de logique quand même...bon...oubliez ça, la logique ne fait absolument pas partie du dictionnaire de l'autre fêlé...

Si la logique ne faisait pas partie du dictionnaire de Muzai, Kefka devait avoir loupé des épisodes en matière de bouquins de cuisine. Car oui, tout le monde est de la bidoche et la viande c'est le sommet du sommet du...sommet ? Mais non on dit jamais trois fois sommet...ben jamais deux sans trois...silence je cause ! Bref, le nirvana, non pas la source de magie qui transforme un bisounours en arme de destruction massive...Quoique, si vous donnez un bisounours à un mage noir, il risque de mourir sous le choc, donc c'est peut être déjà une arme de destruction massive non ? A méditer. Donc un bifteck, on l’assaisonne avec du sel, du poivre ou un des deux, voir des petits ingrédients maisons. Mais non, là le clown venait de lui envoyer du sable...c'était infect ! En plus il voyait plus rien...ah okay...c'était peut être le but en fait ! Mais que voulez vous, comment on peut conclure quelque chose de logique, alors que la folie a totalement submergé notre esprit ? Impossible...et celui qui me dit que c'est pas français, je lui fais bouffer son dictionnaire ! Bon maintenant, où est passé Kefka ? Notre taré adoré ne le voyait plus, il avait beau mettre ses mains en forme de jumelles devant ses yeux, aucune guirlande clownesque à l'horizon, ça sent le coup fourré...a moins que ce soit le morceau de bidoche qui lui restait sur l'épaule...une minute ! Avec l'explosion elle était cuite non ? Pas mauvaise en plus, faudra penser a faire cuire la viande (même si il faut prononcer "iande") avec de la dynamite, ce fera peut être l'effet de cuisson made in Kefka. Il n'avait qu'à utiliser son pouvoir pour le localiser...ah non ce serait trop facile ! Surtout qu'il aurait du l'utiliser avant, il allait pas entrer dans l'esprit des corbeaux non plus...enfin il aurait peut être du, le joueur aurait compris ce qui se passait...ou plutôt dans l'état gravissime de sa matière grise, comprit quelque chose tout simplement. Attendant en tapant du pied d'un air frénétique, le jeune cinglé attendait que son clown adoré se pointe, ce qu'il ne tarda pas à faire en fonçant droit sur lui, cimetière en main...heu cimeterre plutôt, remarquez...ça aurait été fun de le voir foncer sur lui avec une pierre tombale comme arme du crime, comment joindre l'utile à l'agréable ! Kekfa lança sa pierre...heu son arme, faisant tomber un abruti de piaf droit sur les pieds de Muzai, un corbeau ? Ah non, bel oiseau, retirons la description. Mais quelque chose semblait pas très logique dans cette affaire, pourquoi avoir tué un oiseau ? Surtout avec son sublime plumage noir, cela méritait vengeance. On s'en fout des ptits n'enfant que tu peux écarteler ou bouffer au petit déjeuner, mais tuer un corbeau...ça c'était pardonnable ! Heu...impardonnable plutôt, voila, c'est ça, j'ai dis la ferme je cause ! Cependant, les choses ne se déroulèrent pas comme prévu, vu que subitement, ce fut la belle rose, non Loo n'était pas là, c'était la lumière roh ! Et ce fut le noir complet pour le joueur...

Fin ?

Non mais vous avez fumez quoi vous aussi ? La même chose que les cartes hein ? Au même instant donc, le changement de personnalité fut brutal et radical, activant la partie la plus sombre du jeune mage. Il bondit en plein sur une détonation et fut éjecté, un baptême de l'air gratuit, finissant sa course contre un arbre. S'écroulant par terre, il ne bougeait plus...mort ? Non pas vraiment, de toute manière il l'était déjà, donc qu'un détail ! Se relevant avec peine, il cracha une énorme quantité de sang, digne de faire tomber les plus faibles des mages, j'ai bien dis, les plus faibles. Je vais pas faire un gras, souligné, italique non plus hein ? Bon il faut avouer que cela tenait du miracle qu'il soit encore debout, mais que voulez vous, quand on a une volonté pareille, on a beau souffrir le martyre, on se bouge et on tente, je dis bien on tente et je le dis deux fois, d'aller exploser du clown explosif, autant dire que c'est pas gagné. La fumée se dissipa et bien qu'ayant un genou au sol, l'enfant des ténèbres était là, comme attirant toutes les ombres de la forêt et étant entouré d'une inquiétante lumière bleu glace. On aurait même dit qu'une ombre semblait se déplacer autours de lui, les corbeaux avaient fuis également, enfin...ceux qui avaient pas été transformés en dîner par l'explosion monumentale qu'il venait de subir. Un regard de prédateur au fond des yeux, ce n'était plus de la folie, c'était bien pire, une façon de montrer à quel point il pouvait être corrompu. Pourquoi avait il sauté plus tôt dans une des explosions ? Pour sortir le plus rapidement et ne pas à avoir à se prendre les cinq autres. Kefka semblait déjà avoir gagné le combat, mais le jeune mage noir avait lui aussi quelques tours en réserve.

Juste avant l'explosion, l'enfant des ténèbres avait changé ses yeux et claqué des doigts, on pouvait clairement voir des yeux rouges avec une forme reptilienne noire, tandis que le blanc de ses yeux était devenu entièrement noir. Il serait sans doute achevé avec cette technique, mais au moins il laissait le soin à Kefka de ressentir une sympathique douleur, tout comme lui. Si Muzai tombait, le clown le suivrait également, il avait horreur des matchs nuls, mais c'était l'occasion pour lui de rendre la monnaie de la pièce au clown. Transformant tout ce qu'il avait subit entre juste avant l'explosion et maintenant en une seule et unique attaque mentale, il força violemment l'esprit du maître de guilde et lui infligea mentalement tout ce qu'il venait de subir physiquement, un coup tordu ? Certes, mais particulièrement efficace. Léchant son propre sang, il réussit avec peine à se maintenir debout, mais ce ne fut pas impossible. Il n'avait que réussi à moitié sa technique, ne pouvant créer l'illusion que lui même n'avait rien, mais le résultat était le même au final. Les deux étaient sérieusement amochés, l'un physiquement, l'autre mentalement...les deux avaient utilisés leur magie et bien que Muzai n'avait utilisé qu'une seule attaque, il savait qu'il avait perdu. Car dés qu'il cesserait d'avoir son pouvoir actif, il perdrait une quantité non négligeable de sang et cela le mettrait hors jeu. Pointant le clown de son épée, malgré le fait qu'il crachait du sang ou goudron pour les intimes, il fit un simple sourire qui indiqua clairement que le combat n'était pas encore terminé. Provoquant jusqu'au bout ? Non, il venait à peine de commencer, après tout ce n'était plus la même personnalité.







Thème of Muzai

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 71800
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   Dim 9 Oct - 18:48


Quelle folie, quelle classe, quelle coiffure provocante. Ce freluquet remontait dans l'estime de Kefka alors que le temps ne passait. Bon il était taré et un peu limité sur les bords le pauvre garçon mais ce n'était pas sa faute. On ne pouvait pas penser à tout, surtout quand on était limité mentalement, bon pour la camisole et à baver d'excitation dès qu'un peu de sang était mis à ses pieds. A un détail près on aurait pu croire qu'il s'agissait là d'une description sommaire à l'arrache du clown mais non, on parlait bien de ce Muzai, ce joueur ou quoi qu'il soit. En tout cas ce mec supportait bien les explosions, un ancien artificier peut-être? Une chose était certaine: Il aimait faire et voir gicler les créatures vivantes tout en se baignant dans leur sang. D'ailleurs c'était pas des bretelles en boyaux élastiques que j'ai aperçu tout à l'heure sous son ensemble un poil déchiqueté par tant de magie explosive? Allez savoir! Tout est possible, tout est réalisable surtout quand on parle d'une force de l'infinie, magnifique et toute puissante folie digne d'une créature de cette dimension que l'on nomme la "grande fosse". Il inspirait le respect, bon il venait un peu de faire foutre en l'air la journée de Kefka qui était à l'origine venu embarquer un tronc d'arbre pour son usage personnel mais le maître de guilde devait l'avouer, il prenait littéralement son pied à l'heure actuelle. Ce savant mélange de sang, de poudre et de magie flottant dans l'air éveillait ses sens, titillait sa cruauté naturelle et décuplait la plupart de ses traits de caractère les plus imposants. Bougeant sa tête de droite à gauche comme si con coup était complètement désarticulé, les mouvements du clown se faisaient lents et hypnotisant, comme s'il était entouré d'un fluide épais qu'il parcourait en effectuant un étonnant mélange de nage et de danse alors qu'il n'approchait pas à pas de Muzai, maintenant que le nuage de fumée venait de s'être levé. Il avait été projeté au loin, il semblait être dans un sale état saignant abondamment. Sa chaire avait été entamée, le clown était encore trop loin pour apercevoir mais il était possible que certains os aient été mis à nu par endroits, à moins que ce ne soit ce qu'espérait observer Kefka sur la carcasse fumante de cet inconnu? Il se rapprochait à son rythme, sa respiration s'accélérait et ses mouvements étaient de plus en plus incohérents et brusques, comme s'il n'était plus qu'une simple marionnette esclave de la volonté suprême du dieu des ténèbres qu'il surpasserait et remplacerait tôt ou tard, fou narcissique oblige. L'arbre derrière lui semblait pas mal avoir morfler et tirait une de ces gueules, dire qu'un tel édifice avait tenu si longtemps dans cet espace désolé de merde ça en aurait presque brisé le cœur de Kefka s'il n'était pas venu à l'origine pour s'en farcir un. Au moins il lui facilitait un la tache ce cintré.

Le regard du mage d'en face avait changé, il ne s'agissait plus de la même personne. Bien plus noire qu'auparavant, il se dégageait de son âme une intense noirceur englobant toute la zone dans une épaisse atmosphère opaque et agressive pour tout personne saine d'esprit des environs. Kefka lui se sentait comme à la maison, manquait plus qu'une buche dans une hypothétique cheminée et il serait comme un cog en patte, ou une hirondelle africaine transportant une noix de coco en compagnie de sa tendre moitié. D'ailleurs il fallait qu'il les retrouves les siennes, c'est que ça coute cher ces machins! C'est pas un fruit hyper commun ni facile à trouver après tout. Bon il était arrivé à mi chemin et toujours aucune réaction de la part de Muzai dont le regard emprunt d'une lueur enfantine perverse était assez troublant, pour quelqu'un de normal Kefka s'en cognant complètement. Il continua d'avancer, lentement mais sûrement, prenant son temps et entrecoupant le bruit de ses pas par de petit rires furtifs, secs et tranchants. La main pendante, ses doigts bougeant frénétiquement, il se stoppa net à l'instant où il se mangea de plein fouet la dernière carte de son adversaire. Il balançait enfin les sorts ce tordu, et il faisait très fort. Une intense douleur parcouru le corps de Kefka, il sentit ses os se briser, sa chaire se faire vaporiser et son corps se faire déchiqueter sous une puissante influence d'origine inconnue. Se tordant sous l'effet de cette magie dévastatrice, la douleur le paralysa quelques brefs instants alors que tout l'esprit de Kefka était concentré sur une seule et unique tache: Rester éveiller. Il crut partir dans un profond coma l'espace de quelques instants, alors qu'il n'avait commencé à vaciller il réussit à se rattraper in extremis alors que son pied ne se mit rapidement dans la position idéale pour ne pas s'écraser à terre comme une merde. Ses mouvements s'étaient fait encore plus brusques, désordonnés, viscéraux. Un vaste rictus à mi chemin entre douleur et plaisir était gravé sur son visage de pauvre dément congénital. Ses membres craquaient sous l'effet de ces violentes crises, un œil à moitié fermé, sa pupille droite tremblotant comme le reste de son corps, il s'exprima sous une voix rauque, éprouvé par une telle épreuve.

"C'est tout ce que t'as en réserve pour moi?"

Un rire commença à s'élever d'entre ses lèvres, chaque expiration faisant trembler et entrainant tout son corps dans un mouvement menaçant alors que sa tête ne partit soudainement en arrière relâchant l'une des plus belle vocalise que notre clown n'est jamais faite. Fonçant avec l'aide de toutes les forces restant à sa disposition, Kefka s'empala volontairement l'épaule droite sur l'épée de l'homme prenant son crane avec le bras restant pour venir lui asséner un magnifique coup de boule. Pas assez pour l'assommer, mais ce devait être suffisant pour le faire reculer de quelques centimètre et l'étourdir très légèrement donnant l'occasion à Kefka de finir ce combat à l'aide d'une seule et dernière qu'il envoya juste derrière Muzai. Un fort craquement retentit alors, quelques instants plus tard l'arbre sur lequel s'était éclaté le mage noir tomba à terre faisant ainsi disparaitre l'homme sous son poids imposant. Exalté par tant de violence, de suspens et de challenge, notre taré était aux anges. L'euphorie dépassait largement la douleur qui le faisait encore frisonner, mais plus important il avait enfin son putain de tronc d'arbre! Joindre l'utile à l'agréable en une seule attaque, quel homme ce Kefka. Se déplaçant à vitesse réduite, prenant tout son temps, il rejoignit le véhicule avec lequel il était entré dans la foret, prenant les rennes et revenant à l'endroit de la chute du tronc. Était il engloutit sous cette masse monstrueuse ce combattant acharné? A moins de ne voir un membre dépasser de là dessous et bouger légèrement sous les dernières impulsions nerveuses du cerveau il était impossible de réellement le savoir. En tout cas sa dernière blessure fut bien réelle elle, l'avantage c'est que quand on ressent les effets d'une explosion à bout portant vous mettre les nerfs à vif, une simple entaille de ce type parait bien ridicule. Une douleur en atténue une autre en somme. En tout cas notre clown s'affairait à essayer de transporter ce machin sur la plateforme à l'aide d'une sorte de mini grue mécanique de belle facture, empruntée spécialement pour l'occasion. Le tout en sifflotant! Allez hop, on essaye d'embarquer le machine et de voir s'il y avait quelque chose la dessous, en espérant si possible que la victime soit vivante et puisse parler sans cracher ses dents. Une bonne discussion c'est bien aussi, et puis il voulait connaitre l'avis de ce taré sur ses théorie incluant la participation de gallinacés sous extasie, yavait qu'un fou pour vouloir entendre une truc pareil sans envisager de se tirer une balle ou d'arracher les lèvres de son interlocuteur. Dans tous les cas il ne rentrerait pas bredouille à la suite de cette journée rondement menée, il allait l'avoir son trône en bois maudit le Kefka.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Muzai Ryuuketsu--☁




Masculin
Messages : 640
Jewels : 107719
Date d'inscription : 05/08/2011
Age : 26

Localisation : Dans un coin de démence



Tuer ? C'est bien beau, mais autant le faire avec style.
Click ♥
MessageSujet: Re: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   Lun 10 Oct - 17:25

Évidement cela ne suffit pas à calmer ce maudit clown, la technique était risquée et ne rendait pas un homme ko à tous les coups et surtout pas un type au genre de Kefka, il semblait avoir un mental en acier...sauf si c'était sa folie qui faisait cela au final. Dans ce cas, le moindre choc mental ne le terrifierait jamais ou ne lui ferait rien à son moral ou autre, il allait devoir lancer une ultime attaque...une technique qu'il avait horreur d'utiliser, mais le clown allait sentir quelque chose de beaucoup plus violent qu'une explosion, même si le résultat serait aléatoire, Kefka n'en sortirait pas indemne et serait facilement aussi amoché que ce qu'il allait tenté de faire, si ce n'est plus. Vu sa volonté, il ne se suiciderait pas, mais tout fou qu'il soit, aucun être ne pouvait supporter une telle souffrance et vivre correctement sans se remettre petit à petit de cette blessure, vu que lui même avait mis un temps fou à s'en remettre et que ce n'était que le quart de ce qu'il infligerait au maître des Bones Collectors. Son regard changea, devenant de multiples cercles rouges sur toujours un blanc d'oeil noir, entendant toutes les pensées du clown, un vrai foutoir au passage...mais il devina facilement ce qu'il tentait de faire. Au moment même où notre ami coloré se jeta sur l'épée du mage, Muzai lâcha cette dernière et se laissa tomber sur le côté, tandis que Kefka continua ce qu'il était en train de faire, ignorant que tout ceci n'était qu'une illusion ou plutôt une manipulation de son esprit serait un terme plus exact.

Le clown continua son élan et fit la suite logique des choses, n'ayant pas pu toucher Muzai, il explosa le fameux arbre et le fit tomber, tandis qu'il alla chercher son véhicule pour ramener ce fameux bois qui semblait lui tenir tellement à coeur, il allait avoir une sacré surprise dans...3...2..1...La vision de Kefka se fissura, tel un miroir et explosa, lui créant une intense douleur, comme si on lui perforait les yeux, petit contrecoup du fait de ne pas voir la réalité, cela arrivait en de rares occasions, mais l'enfant des ténèbres n'était pas déçu de cet effet imprévu. Marchant difficilement, mais pouvant tout de même se mouvoir plus facilement que ce que le clown aurait sans doute imaginé, le jeune homme avait laissé toutes ses armes sauf une simple dague, pour garder un maximum de légèreté. Riant doucement, il semblait toujours baigner dans la folie, mais avec un certain contrôle, une douce énergie meurtrière qui ferait sentir le clown comme à la maison sans aucun doute. Passant sa main démoniaque sur son visage dans un énorme sourire malfaisant, il fixa Kefka avec un air on ne peut plus amusé...bien qu'il soit encore debout que pour une simple question de temps.

Palazzo Kefka, Maître de la guilde noire des Bones Collectors hein ? Je me disais bien que ton visage ne m'étais pas inconnu, tu sais que t'es carrément photogénique sur les affiches des primes ? En tout cas tu tires pas la même gueule de déterré que moi c'est certain. Ah et n'y penses même pas, il n'y a rien en commun avec le pouvoir du minus que tu as rencontré à Nightown. Ton esprit à beau être un beau foutoir, c'est une sacrée mine d'informations. Bien, si on entamait une dernière danse avant de se dire adieu ?

Bien entendu, il avait dit tout ça en prévoyant une seule chose, la douleur de Kefka et sa frustration. Muzai savait pertinemment que si le clown n'avait pas été surpris, n'avait pas été plongé dans ses souvenirs dans son combat contre Akiro Pathfinder, n'était pas frustré de s'être presque planté pour rien et surtout n'avait pas vérifié que son arbre si cher à ses yeux était bien réel. Simple analyse qui s’avérait payante en fin de compte, croire que le jeune homme était limité mentalement avait été sans doute la seule erreur de notre ami clownesque, le mage noir n'était véritablement dangereux que pour cette simple et unique chose...si il avait joué au plus con à cause du joueur, les choses auraient été carrément différentes. En vérité, si il avait utilisé ses pouvoirs directement, Muzai aurait pu savoir directement quel style de magie utilisait Kefka en fouillant dans ses souvenirs, savoir qu'il était maître de guilde, pourquoi il était là et n'aurait pas prit le risque de lui laisser la moindre chance de lui coller une bombe le mettant dans un tel état...Mais bon son autre personnalité ne l'avait pas vue de cette oeil, abruti de gamin capricieux...

Soupirant, le jeune homme passa sa main démoniaque sur son oeil, puis la retira doucement, la paupière fermée, son aura prenant une forme totalement instable, représentative de toute la folie du mage. C'était le petit souci pour ses pouvoirs, il devait absolument avoir une pulsion spécifique pour utiliser ne serait ce qu'une seule attaque mentale et ce qu'il préparait en ce moment n'était pas faite pour caresser le clown dans le sens du poil. Néanmoins, il devait apprécier le spectacle, n'était ce pas lui qui lui avait dit au final de se servir de sa folie ? Et bien Kefka n'allait pas être déçu sur ce coup. Le blanc de l'oeil qui avait été changé en noir passa au rouge, tandis que la pupille devint jaune sous cette même forme reptilienne. un regard semblant canaliser la folie de l'enfant des ténèbres, ce genre de chose qui soit terrifie, soit satisfait plus d'un timbré dans cette période démente. Le choc fut violent, toute cette folie fut convertie en une seule attaque, forçant, détruisant, broyant, déchiquetant...toute les barrières mentales du clown, le spectacle allait commencer...même si Muzai ne supportait pas devoir recourir à une telle attaque...mais il ne pouvait pas laisser Kefka s'en tirer aussi facilement. Après tout, si lui devrait se reposer pendant des semaines pour récupérer physiquement, pourquoi Kefka ne devrait pas en faire autant ? Voir...d'avantage ? Après tout, les représailles de Black Panther se représentaient sous la forme un oeil, les deux...une dent, la mâchoire. Cela changeait légèrement de l'oeil pour oeil et dent pour dent non ?

Ce fut le noir complet pendant un court moment pour le clown, mais pas pour très longtemps, la lumière revint rapidement et ce ne fut pas celle au bout du tunnel heureusement. Kefka se retrouva juste sur une sorte de montagne, un véritable précipice où se trouvait un fleuve en contrebas. Devant lui, un homme à la peau grise, d'étranges marques semblables a des étoiles sur son front, formant donc une ligne, habits de nobles visiblement, haut de formes, yeux jaunes...qui était cet homme ? Kefka ne pouvait pas le savoir et c'est justement à cause de cette première étape que Muzai avait horreur d'utiliser cette technique, car elle commençait par faire ressentir ce que lui même avait subit contre son père...qui n'était autre que ce mage noir habillé en noble...le troisième haut membre de Shadow's Circle, Kurai Ryuuketsu. Ce dernier n'attendit pas que Kefka sorte de sa torpeur et d'un simple mouvement de sa main enfonça cette dernière jusqu'au coeur du clown, il pouvait sentir sa main entourer l'organe...la douleur accompagnant le geste bien entendu, allait il rester conscient ? Aucun moyen de le savoir, de toute manière, une fois que la technique était imaginée dans l'esprit de Muzai, impossible de l'arrêter. Le regard de Kurai changea brutalement, comme surpris, puis retira sa main et donc son bras rapidement, comme si il craignait quelque chose, cependant le supplice n'en était pas pour autant fini...

Le bras du mage noir, y compris sa main fut parcouru d'une intense énergie noire, brûlant la peau de Kefka et également l'intérieur de sa chair et ce n'était pas le genre de blessure qu'on passe juste sous l'eau froide, un concentré d'énergie noire totalement corrompue, capable de réduire un être en cendre si c'était en plus grosse quantité. Le clown n'eut pas le temps de reprendre son souffle qu'il fut comme aspirée par une force monstrueuse, y résister n'aurait fait qu'accentuer la douleur déjà présente. Propulsé dans un étrange endroit, lugubre et empestant la magie noire à souhait, cependant tout semblait flou, comme si Kefka se trouvait dans un souvenir qu'une personne autre que Muzai voulait protéger, cela devrait sans doute attirer la curiosité de notre ami coloré, mais également appréhender la suite, car il n'avait aucun moyen d'en réchapper, après il pouvait encaisser...Ne voyant pas son visage, hormis son sourire faisant froid dans le dos, le clown se sentit instantanément mourir sur le coup, pas à cause de Muzai, mais l'effet que provoquait l'oeil rouge de la personne en face de lui...Le Maudit, maître de Shadow's Circle, le clown serait un des rares à ne voir qu'un détail de cet homme. Cheveux blancs, sourire malsain, oeil dans l'obscurité rouge, sensation de mort, Kefka n'oublierait sans doute jamais ce moment. Les mains blanches du maître de la sombre guilde frappèrent le clown en plein coeur, comme si on implantait de force en lui de puissants maléfices, sentant son âme se déchirer, il entendit des centaines de cris de douleurs en même temps, une horreur ou un délice dans la douleur ? Aucun moyen de le savoir avec ce fou...Noir total à nouveau...en avant pour la scène suivante.

Kefka se retrouva à nouveau dans un environnement familier, la forêt des morts, était il retourné dans son corps cette fois ci ? Pas vraiment, il se voyait lui même, étant forcé à l'attaquer avec une épée...il ne comprit que trop tard, Kefka se trouvait à la place de Muzai et se combattait lui même, sable dans les yeux, le coup de la première bombe, le corbeau, se voyant rejouer la scène des noix de coco et ça recommençait. Une vraie torture mentale cette fois ci, c'était bien pire que la technique d'avant, le mage noir pouvait normalement faire revivre les pires souvenirs de Kefka, mais le connaissant cela n'aurait rien fait. Alors il avait fait revivre les siens et comme il pouvait tout mélanger, tout faire revivre dans un ordre chaotique et à une vitesse pouvant détruire l'esprit des plus faibles, voila qui devait calmer le clown. L'attaque de Kurai, du Maudit, les explosions, les scènes à gogo, tout tournait autours de lui, semblable à une tornade, aucun ordre logique, que des simples secondes, souffrances différentes s'enchaînant...La carte majeure ? Nullement, le coup de faire ressentir une attaque devait juste faire en sorte de sortir la carte de la fuite, mais Kefka avait d'une certaine manière provoqué le jeune homme, une fois de trop sans doute. Si le clown aimait la destruction, il pouvait facilement entrevoir un certain potentiel dans les pouvoirs de son "collègue".

Vous imaginiez une fin tranquille ? Nullement, Kefka fut éjecté de ce monde illusoire aussi brutalement que Muzai y était entré. Impressionnant...toujours entier, ne tentait pas de se suicider ? Même pas hors service le clown...Et bien, il avait enduré toutes ces souffrances et était ressorti sans doute blessé mais avait survécu, qui des deux était le plus résistant au final, celui qui avait subit des explosions ? Ou celui qui avait supporté un dixième des souffrances de Muzai sans montrer réellement sa douleur, alors que la véritable victime avait mis un temps fou à s'en remettre ? Ce fou était impressionnant, décidément...c'était pas avec ça qu'il arriverait à le mettre ko, donnant encore plus de motivation au jeune homme pour survivre à son terrible pouvoir et devenir encore plus puissant...Il n'était qu'un gosse ayant une puissance démesurée qu'il ne contrôlait pas, la preuve au bout de deux véritable technique il était sur le point de mourir. S'approchant de Kefka, qui était sans doute trop coincé dans sa véritable douleur pour bouger, il murmura à son oreille.

Tu as ton arbre et tu as vaincu un maître de guilde...impressionnant...que demander de plus ?

On pouvait le voir clairement et le deviner, il avait déjà perdu, dans quelques secondes son pouvoir cesserait et il serait bon pour des séances intensives de repos et de soins à la guilde, Il s'écroulerait bientôt en crachant du sang et ne serait sans doute plus qu'un cadavre sans aide...cependant, il désirait le provoquer jusqu'au bout et sortit une rune noir de sa poche, disparaissant aussitôt...alors qu'il s'écroulerait dans sa guilde à une distance monumentale...Kefka n'aura jamais le plaisir de le voir perdre, mais avouer sa faiblesse devant son adversaire, même si on refusait de le lui montrer était une chose bien rare. Oh il aurait pu partir avant en parfait lâche, mais il avait respecté son adversaire en le considérant comme son égal et donc ne s'était pas retenu au final, le respect qu'il éprouvait pour le clown avait atteint son paroxysme quand il avait avoué sa faiblesse.

S'écroulant sur le sol de sa guilde, totalement en sang, il fut rapidement récupéré par une équipe de mages noirs spécialisés en soins, ce n'était pas la première fois après tout. Parlant pour lui même, malgré le sang coulant à flot...le jeune homme adressa une dernière pensée à son adversaire, même si sa télépathie ne pouvait plus l'atteindre à cette distance.

Kefka Palazzo...je dois te dire adieu, du moins...jusqu'à notre prochaine rencontre...

Fermant les yeux, il sombra dans les ténèbres...pour en ressortir plus fort dans le futur, du moins il l’espérait...







Thème of Muzai

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
☁--Palazzo Kefka--☁

The dancing Mad
The dancing Mad
Masculin
Messages : 57
Jewels : 71800
Date d'inscription : 15/08/2011
Age : 26

Click ♥
MessageSujet: Re: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   Mar 25 Oct - 20:21

Tout allait bien pour Kefka qui était actuellement sur son petit nuage à dandiner son séant alors qu'il ne chargeait son précieux colis qu'il tapota de ses mains couvertes de maquillage custom à base d'os broyés et réduits en une fine poudre multi-usages très appréciée pour couper la coke. Il en sautillait de joie ce pourris, s'affairant à sa tache comme si de rien n'était en faisant attention à ce que chaque détail du transport du tronc soit absolument parfait. De l'angle d'approche de la mini grue ou contact avec la surface du bois tout était fait pour éviter que la moindre égratignure, à l'exception de la base qui avait morflé sous l'influence combinée de la bombe et du corps de l'autre tache, ne vienne entacher la perfection de cette petite merveille de la nature et du mystique. On pouvait presque entendre hurler les victimes de cette foret en tendant l'oreille à la surface de l'écorce, justement l'effet que recherchait le clown. Purée que ce machin allait être hallucinant et impressionnant une fois convertit en quelque chose d'utile, de grand et qui permettrait à Kefka de ne pas se ruiner le cul ou le dos dans une chaise pourrie et vermoulue. Quel pied, il en bavait déjà de plaisir ce petit pervers. Bon trêve de fantasme, il était temps d'attacher ce machin à la plateforme/charrette. Ah que cette journée est beLLLLLLLEUH WARRRRRRRRRG!

"OH PUTAIN!"
Hurla Kefka en tapant violemment du pied sur le sol tout en se tenant l'oeil

C'était quoi cette merde? La vision de Kefka s'était violemment brisée, comme un miroir déformant frappé par le clown pour avoir insulter la perfection de son corps. Et dans toute cette douleur et ce bordel synaptique, lui se tenait là. Muzai était encore en vie et debout de surcroit, portant une dague et visiblement animé de très mauvaises intentions à l'égard du maître des Bones Collectors. Serrant des dents et relâchant son globe oculaire en feu, il fit un doigt d'honneur magnifique à cette petite raclure tout en lui tirant une langue magnifique alors que son propre corps ne redevenait cette marionnette désordonnée esclave de sa propre folie et cruauté. Pris de violente convulsions, prolongement direct de ce rire viscéral s'extirpant de sa bouche pour venir briser les tympans de la petite raclure d'en face, il sentait l'air lui manqué tant son hilarité était totale. Le visage de Muzai avait changé, était-ce sa coiffure? Bah on s'en branle complètement à vrai dire! L'essentiel ce fut que Kefka prenait son pied, et que visiblement le mec d'en face aussi. Ainsi commencèrent quelques échanges verbaux des plus....comment dire? Chaotiques? Mindfucking? Jugez plutôt.

"Palazzo Kefka, Maître de la guilde noire des Bones Collectors hein ? Je me disais bien que ton visage ne m'étais pas inconnu, tu sais que t'es carrément photogénique sur les affiches des primes ?"

"Et encore tu m'a jamais vu nu comme un ver gamin, je savais que j'aurais dû opter pour l'option de la full frontal nudity avec toi."

"En tout cas tu tires pas la même gueule de déterré que moi c'est certain."

"Faut dire que si j'avais ta face de merlu, moi aussi je ferais la gueule."


"Ah et n'y penses même pas,"
Insérez un *gnééééééé* maison ici "il n'y a rien en commun avec le pouvoir du minus que tu as rencontré à Nightown"

Oh putain, il était au courant de ça le con. A la simple pensée du bordel qui avait eu lieu là-bas Kefka ne put retenir un facepalm magnifique, parcourant son visage déconstruit par le simple souvenir d'Akiro et de ses saloperies d'illusions à la con. Et puis tous ces chat, brrrrrrrrrrr! Plus cauchemardesque tu meurs. Enfin au moins il n'avait pas paumé son petit papelard et c'était bien là tout ce qui comptait à ses yeux, par contre étrangement toujours pas moyen de se souvenir de ce qui avait bien pu arriver durant cette soirée ou des éventuelles saloperies qu'il avait effectué avec Akiro dans le plumard. Vu qu'il boitait un peu du côté gauche à la sortie du lit ce piaf de mes deux on pouvait faire des milliers de plans sur la comète. Toujours affligé par ces souvenirs embarrassants, Kefka prit tout son temps pour répondre à la remarque de Muzai sur un ton on ne peut plus blasé, voir un poil déprimé.

"Et encore, tu connais pas toute l'histoire. A vrai dire moi non plus et c'est bien ce qui m'emmerde. Un conseil, évite le combo drogue alcool à Nightown sinon toi aussi tu finirais avec un gallinacé pathétique et ridicule dans le lit. Super, grâce à toi je sais plus où j'en étais! Chapeau bas Myster l'empêcheur de tourné en rond! Va essayer de retrouver quelque chose dans le bordel que j'ai là haut." Dit alors Kefka tout en se tenant sérieusement la tête, plongeant dans une transe semi mystique alors que ses yeux ne se révulsaient

"Ton esprit à beau être un beau foutoir, c'est une sacrée mine d'informations. Bien, si on entamait une dernière danse avant de se dire adieu ?"

"Ta gueule j'essaye de faire le ménage." Répliqua l'homme aux gouts vestimentaires douteux

Et ainsi notre ami très déséquilibré commença à faire un peu de rangement, s'exécutant immédiatement. Balançant une bonne partie des trucs inutiles à la poubelle, refoulant ENCORE plus profond sa rencontre avec Akiro qui le mettait tellement de travers et retrouvant enfin l'entrée d'aujourd'hui dans son journal de bord coincée sous un sandwich au foie de volaille périmé depuis 7 ans. Voilà! Il était de nouveau présent ici corps et âme. Bon voyons, le nabot venait de soupirer et de lâcher une caisse magique hyper malsaine. Heureusement que le vent soufflait dans l'autre sens sinon je vous dis pas les relents de de brise d'anus de dépouilles mortelles dans les naseaux. Puis soudain.....Bam! Le clown sentit un truc zarbe lui souffler son esprit au loin. Emporté sous un flot tsunamiesque de puissance ténébreuse ce fut le noir complet. Oh shit, ce sentiment semblait plus que familier. Non, pas encore! D'avance Kefka se plaquait les mains sur les oreilles en tant que contre-mesure d'une éventuelle attaque Nyan-catesque. Heureusement la lumière revint bien rapidement, offrant une vue plus que bucolique aux yeux de Kefka. C'était quoi encore cette merde? Et puis le grand gaillard avec le balais dans le cul il foutait quoi ici? Bwarf, vaut mieux pas chercher à comprendre ce genre de détail dans une illusion aussi élaborée car elle l'était cette saloperie! Les sons, les senteurs, les images, cette mains s'enfonçant dans le torse du maître de guilde tout semblait si réel. Ouais vous avez bien entendu, l'inconnu des songes avait foutu sa main contre le cœur de Kefka au sens propre. Il pouvait le sentir, ses doigts s'agiter dans sa chaire et chatouillant ses côtes par l'intérieur de sa cage thoracique. Il dégustait sérieux, un poumon avait été perforé durant le processus et il crachait d'importante quantité de sang alors qu'il ne se mordait la lèvre inférieure jusqu'au sang pour conserver une quelconque emprise sur son propre esprit. S'étouffant à moitié sous l'effet d'un nouveau fou rire complètement hystérique.

"T'as de l'imagination mon Coco, mais il te manque une inspiration divine ainsi qu'un peu de pratique. Allez, t'as surement mieux en réserve petite raclure de bidet de mes deux! Ramènes toi!"

Étrangement l'apparition se recula, retirant sa main dans un charmant petit son viscéral de derrière les fagots faisant frissonner de plaisir les oreilles du clown alors que tout le reste de son corps ne se tordait de douleur. Et voilà qu'il se mangeait un coup de chaud maléfique qui vint lui aussi gouter sa chaire et caresser sa croupe. Dansant sur place pour essayer d'oublier sa douleur et sa misère notre gaillard fut de nouveau transporté dans une nouvelle localisation inconnue comme si on venait de le choper avec un aspirateur géant! Quelle force de succion, ça se voyait que Muzai avait l'habitude de ce genre de petites gâteries. Boing! Il rebondit sur le sol comme un vieux sac de viande pas fraiche avant de glisser comme une merde sur plusieurs mètres. En bad trip complet Kefka ne savait plus trop où donner de la tête. D'un côté cette douleur était horriblement éprouvante pour le melon du mage noir plus frappé qu'un bon cocktail fait maison, de l'autre cette dimension semblait exacerber la folie de notre ami. Ses convulsions étaient de plus en plus présentes et puissantes, mettant à l'épreuve la résistance ainsi que la flexibilité de son corps alors qu'il ne fixait cette silhouette vague et fantomatique qui lui souriait. Muzai, il montrait donc son véritable visage. Il devait l'avouer, ça en jetait pas mal. Grande classe ce petit seigneur des rêves et des ténèbres. Si on faisait abstraction de cette aura enfantine qui se dégageait du petit père. Kefka sentait son palpitant se serrer et se stopper, sa vie s'en allait et pourtant il était toujours là. Terrifiante puissance que voici, mais ça n'empêcha pas l'homme d'avancer de quelques pas à un rythme très réduit. Il arriva auprès de son adversaire, venu directement au contact pour replanter un bras dans le torse du clown, le siens cette fois ci. Durant cet impact monstrueux le clown sentit son âme se fragmenter, ses derniers fragments de santé mentale être passer à la broyeuse. Des centaines de personnes lui gueulaient dessus alors qu'il ne réussit tant bien que mal à choper le bras de Muzai entre ses mains cadavériques.

"Tu VoIs? AuCuNe ImAgInAtIoN! c'EsT rEdOnDaNt!"

La scène changea de nouveau, il n'était plus le maître de ses mouvements bloqué dans le corps de l'autre tache congénitale à se taper une redif du combat en accéléré. Là encore Kefkounet douillait pas mal, tout repassait en boucle encore et encore dans un bordel sans nom alors que lui faisait tout son possible pour ne pas tomber dans les vapes. Les secondes s'enchainèrent dans ce chaos créateur donnant envie de vomir au clown. Le potentiel de cette magie était certes énorme et ses affiliations maléfiques plus qu'évidentes mais une chose le mettait de travers. L'absence de "réelle" destruction. C'était du fictif tout ça! Ça piquait mais c'était que de la redif de la vie de merde de ce con ou de celle de Kefka. Un pot pourrit pas très inspiré en résumé, une magie de recyclage de ses déchets. Ainsi c'était là tout ce qu'il avait sous le pied? Bien décevant, douloureux et efficace mais décevant. Il revint enfin à lui, nauséeux et un brin éreinté par toute cette merde. Il ressentait aussi des effets semblables à un état proche de l'overdose d'absinthe, alors que son esprit meurtrit et malade ne se reconstituait tout en cicatrisant lentement. Articulation cliquetante, silhouette tremblante et peau blême sous le maquillage Kefka fixait le mec qui en avait selon sa première estimation mais qui s'était révélé bien décevant au final. Il se rapprochait, lui aussi à bout. Il ouvrit la bouche près de l'oreille du clown, se penchant pour l'atteindre.

"Tu as ton arbre et tu as vaincu un maître de guilde...impressionnant...que demander de plus ?"

"Du marshmallow et une bouteille de liqueur de framboise"

Puis l'homme disparut, laissant Kefka se remettre seul de ses émotions auprès de son précieux chargement alors qu'il n'émettait un dernier fou rire en hommage à cette rencontre mémorable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

☁--Contenu sponsorisé--☁


Click ♥
MessageSujet: Re: Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu veux jouer avec moi ? [PV Kefka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La foret des morts-
Sauter vers:  

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Autres Mangas (RPG)